Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 10:56

Une contribution de Daniel Labeyrie

Jean-Baptiste ETCHARREN-LOHIGORRI
Un passé toujours présent : autobiographie de jeunesse
(1928-1960), éditions ELKAR

    Avant que l’éternité ne l’emporte vers des cieux apaisés, Jean-Baptiste ETCHARREN nous laisse son ultime ouvrage au terme d’une longue vie.
Il eut tout juste le temps d’achever son livre avant de nous quitter un jour lumineux de janvier.
Cette autobiographie est un véritable enchantement, un livre de vie dans lequel son auteur se dévoile avec une extrême humilité, une grande pudeur cachant une sensibilité à fleur de peau. Homme de culture, homme de foi, Jean-Baptiste n’eut pas une existence facile mais jamais le moindre opprobre, le moindre jugement négatif vis-à-vis d’autrui.

Nous pérégrinons en son aimable compagnie pendant une bonne trentaine d’années marquée par les bonheurs et les malheurs familiaux, les turpitudes des périodes de guerre dans son environnement de Garazi qui l’a vu naître puis disparaître.
Contre vents et marées, surmontant diverses épreuves et non des moindres, Jean-Baptiste poursuivit ses études avec détermination, enthousiasme dans le respect et la confiance de ses éducateurs. Cela aboutit à une belle carrière d’enseignant.
Il maniait le basque, le français, l’espagnol, le latin, le grec et autres langues non pas en amateur mais en fin lettré.
La lecture de cette autobiographie nous permet d’apprécier ce grand monsieur, toujours dévoué et fraternel, infiniment respectueux d’autrui. 
 De multiples anecdotes, parfois désopilantes, émaillent ce parcours de vie fort peu banal. 

En oiseau migrateur, il se partageait entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Burguete qui lui offrit son épouse bien aimée. Notons au passage les rocambolesques traversées de la frontière pour aller rendre visite à sa dulcinée quand la paperasserie administrative n’avait de cesse de contrarier un amoureux déterminé à se faire les mollets, coûte que coûte, afin d’aider sa mobylette fatiguée à arpenter les rudes lacets du col.

La lecture de cette autobiographie procure un infini plaisir : le style est classique, sans fioritures ni facilités, la langue est belle, toujours précise.

La compagnie de Jean-Baptiste fut toujours exquise : remercions le Ciel de nous avoir permis de connaître le bel humain qu’il fut pendant sa longue existence.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.