Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 23:00

Si le Pays Basque est loin d'être un inconnu pour mon frère Richard, il n'en reste pas moins qu'il vit dans le Jura, près de Lons-le-Saunier, depuis aussi longtemps que moi je vis en Garazi.
Durant l'hiver 98-99, il a publié dans "La Racontotte", une revue Comtoise, ce conte qui, bien évidemment, lui a été dicté par ses souvenirs du Pays Basque. Et aussi, pour être tout à fait honnête, par l'amour pour "Praline", sa petite chienne Labrie, aujourd'hui disparue.

Labrie, la fiancée du vent.         labrit-chien.jpg

Cette année là, le Marquis avait fait venir une équipe de bûcherons qui travaillaient dans la coupe à côté de la nôtre. Parmi eux, quelques-uns parlaient une langue inconnue et ne maniaient le Français qu'avec difficulté. Ils aimaient, le soir, chanter et danser ou alors conter des histoires de leur lointain pays au pied des Pyrénées. J'avoue avoir oublié beaucoup de ces veillées, mais il y en a une qui m'a frappé. Je vois encore le conteur, éclairé par la lueur du feu, sa curieuse cognée aux formes arrondies posée sur les genoux. D'une voix bien timbrée, cherchant ses mots, les yeux dans le vague, il nous a conté cette histoire.

Dans nos montagnes, au milieu des bois, vivait une petite chienne. Ses maîtres, des bûcherons comme nous, l'avait apportée là toute jeune. Elle n'était pas vraiment belle, le poil long, la truffe noire, assez courte de pattes, le corps allongé. Elle aimait courir dans les pentes, entre les fûts des arbres, mais elle s'arrêtait souvent pour regarder le soleil à travers les branches.On ne la maltraitait pas, loin de là, mais on ne s'occupait pas vraiment d'elle. Elle se sentait étouffée, manquant d'espace et d'amour. Elle n'était pas heureuse car son coeur ne s'était pas choisi un maître. Aussi, un jour s'enfuit-elle, partant au hasard, à l'aventure.

Un beau matin de printemps, elle émergea à l'air libre, au milieu d'une vaste prairie émaillée de fleurs multicolores. Un vent léger transportait mille senteurs. La vie bruissait autour d'elle. La petite chienne se dressa sur ses pattes, offrant son joli museau noir à la caresse de la brise. Le vent la vit alors, statue même du bonheur.Il revint tourner autour d'elle, courbant l'herbe et les fleurs, la caressant de son souffle embaumé. Elle, sentant cette caresse, rayonnait de joie. Cette communion était si totale que le vent restait là, oubliant les ailes des moulins et les voiles des bateaux. Mais le devoir l'appelant, ne pouvant se résoudre à l'abandonner seule dans la prairie, il gonfla son souffle et bientôt l'emporta.

On ne l'a jamais revue sur Terre. Les montagnards disent que le vent l'a épousée et l'a baptisée Labrie. Quand vous voyez les nuages courir dans le ciel, c'est Labrie qui les poursuit. Quand le ciel moutonne, c'est Labrie qui les rassemble.

Elle a eu de nombreux enfants que le vent a déposés dans la montagne, là où ils l'avaient trouvée. Les hommes les ont recueillis et élevés en échange de leur amour. Ce sont leurs descendants qui, de nos jours encore, rassemblent les moutons dans la montagne. De leur mère, ils ont hérité  la beauté et un souffle inépuisable.

Ne vous étonnez pas si de temps en temps, vos bergers lèvent vers le ciel leur museau et leurs si doux  yeux marron. C'est que là-haut, derrière les nuages, ils entendent leur mère passer.

Vous pensez peut-être que j'ai inventé cette histoire? Non,elle m'a été racontée par un vieux bûcheron, au coeur de la forêt, un soir au coin d'uh feu.

NB La photo est extraite du Blog "La Buvette des Alpages", que je ne vous recommanderai jamais assez.
http://www.loup-ours-berger.org/

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Bonjour Clémence. Tu reviens quand tu veux sur ce blog et tu viens quand tu veux à Uhaldia.
Répondre
C
bonjour je suis clémence,je suis la petite fille de Richard CUISSET donc la fille de Odile <br /> voila je me suis présentée bonne journée
Répondre
J
Ah la la! Ces Cuisset!<br /> Je rassure tout le monde, le problème est résolu.
Répondre
R
Ce n'est pas vraiment un commentaire, quand je t'envoie un mail avec l'adresse que j'ai récupérée, il me revient non délivré, je ne comprend pas.
Répondre
M
la sensibilité et l'ELEGANCE de la plume qui rédige de si belles histoires n'ont d'égale que la tendresse de ce vent envers cette Labrit si particulière!<br /> Jenofa!<br /> ENCORE! <br /> RACONTE!<br /> michèle
Répondre

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.