Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 18:30

J'avais écrit ce texte en 1995. La situation, depuis, ne s'est pas améliorée, hélas. D'autant que maintenant, pour être encore plus efficaces dans la négation de la nature et pour mieux cacher le fait qu'elle se débrouille très bien sans nous, on a mis sur le marché un autre mot dont on se gargarise dans les salons où l'on cause : Biodiversité. Tiens, il faudra que j'en parle aussi, de celui-là! Mais nous verrons  plus tard.

"O
n n'est que par rapport à ce qui n'est pas soi et l'on est d'autant plus intensément que cet autre est différent"---
"Ceux qui n'ont jamais eu envie de pleurer devant les bulldozers ne sont pas de vrais alliés".

De tous côtés, on n'entend plus que ça, comme disait il y a  plusieurs décennies une chanson vantant les mérites du twist. Environnement, environnement--- Et la nature alors ? Où est-elle passée, la nature ? Le mot "nature".a-t-il définitivement cédé la place ?


ENVIRONNEMENT

Mot anthropocentrique s'il en est - Au milieu l'Homme tout puissant et avec un grand H, le reste autour est quantité négligeable. Un mot technocratique, grisâtre, guindé,  sans joie, un mot de réformiste frileux pour une  planète aseptisée où l'Homme ne rencontrera plus que lui-même. Un mot relégué  dans les placards d'un ministère-alibi où le plus humble des braconniers dont nous entretenait Maurice 
Genevoix aurait oeuvré
avec plus d'amour que le moins mauvais des ministres ou secrétaires d' Etat qui s'y sont succédés (pardon Huguette ! Ne te fâche pas, Dominique, j'avais écrit ça en 1995! NDLR).
Protéger
I'environnement, ce peut être gérer par ordinateur et, pourquoi pas, selon les méthodes de l'agriculture biologique, les pelouses et les parterres de pétunias entre une centrale nucléaire et le parking de l'Hypermarché qui jouxte l'autoroute.
Environnement : un mot qui ne laisse  pas la moindre place à notre solidarité fraternelle avec le crapaud, le gorille des Virungas, la couleuvre à collier ou l'épeire-diadème. Si nous lui laissons poursuivre son travail d'imprégnation, aurons nous encore demain droit à I'imaginaire, nos enfants sauront ils encore"naviguer dans les arbres"? Celles et ceux qui fondent de tendresse à la vue de vieux chênes moussus et de hêtres modelés par les tempêtes,  celles et ceux qui développent dès le plus jeune âge un goût irrésistible pour la rugosité des.écorces dans les sous-bois moites, pour les longues marches solitaires dans la nuit "non infestée de lueurs",  à l'écoute du hululement de la chouette, du grognement du blaireau ou du hurlement  si délicieusement terrifiant du renard, sont déjà mis au banc de la société. Ne font-ils pas naître des sourires condescendants, voire méprisants ?

 



Maison--chenille--chats--amis----17.jpg
Cardères Sylvestres, garde-manger des Chardonnerts qui y font de bien jolies acrobaties.
La photo, de Luc Romann, est prise depuis le pas de sa porte.
  



Nature:

"Si,devant des gens en pleine santé, I'on prononce les mots ordinaires de la nature :foin, herbe, prairie, saules, fleuves, sapins,montagnes, collines, on les voit comme touchés par un doigt magique. Les bavards ne parlent plus. Les forts gonflent doucement leurs muscles sous les vestes, les rêveurs regardent droit devant eux. Si on écoutait, à ce moment là, la petite voix de leur âme, on entendrait qu'elle dit : voilà, comme si elle était enfin arrivée. Ils sentent au fond d'eux mêmes le grand limon s'émouvoir sous l'arrivée d'une eau fraîche et toute étincelante de force. Nous sommes trop vêtus de villes etde murs. Nous avons construit des murs partout pour l'équilibre, pour l'ordre, pour la mesure. Nous ne savons plus que nous sommes des animaux libres. Mais si l'on dit :fleuve ! ah ! nous voyons : le ruissellement sur les montagnes, l'effort des épaules d'eau à travers les forêts, I'arrachement des arbres, les îles chantantes d'écume, le déroulement gras des eaux plates à travers les boues des plaines, le saut du fleuve doux dans la mer... Il peut y avoir toute une forêt dans un aboiement de renard. Je chante le balancement des arbres, le grondement des sapins dans les couloirs de la montagne ; les vastes plaines couvertes de forêts et qui, en haut de la colline ressemblentà la mer, mais qui s'ouvrent quand on descend avec leurs étranges chemins d'or vert, leur silence. la fuite des belettes, l'enlacement des lierres autour des chênes, l'amour qui lance les oiseaux à travers les feuilles comme des palets multicolores, les plages de sable où les chevaux sauvages galopent dans un éclaboussement de poussière et d'eau, la pluie qui passe sur les pays, l'ombre des nuages, les migrations d'oiseaux, les canards qui s'abattent sur les marais, les hirondelles qui tournent au dessus du village, puis tombent comme de la grêle, et les voilà dans les écuries à voler sous ie ventre des chevaux, les flottes de poissons qui descendent les rivières et les fleuves, la respiration de la mer, la nuit tout ensemencée d'étoiles et qui veut cent milliards de siècles pour germer." (Jean Giono).

Laissons l'environnement à son monde
empesé. Verts défenseurs de la vie aux cheveux en bataille, arrachons les cravates qui ont insidieusement squatté nos têtes  ."Craquelons nos carcans, déchaînons nos enfants". Laissons les vivre. Qui ? Nos émotions. Chantons, nous aussi, "le rythme mouvant et le désordre". Habillons à nouveau nos paroles et nos écrits du mot "nature"chargé de tout son sens révolutionnaire et d'un enivrant parfum de liberté.

Par ordre d'apparition à l'écran  et pour leur aide involontaire mais précieuse, merci à Robert Hainard (Tension ovec la nature). François Terrasson (Retrouver l'instinct). Colette (Prisons et Paradis),Jean Giono (Rondeur des jours) et Catherine Ribeiro. 



potager-12.jpg
"Sans espace, point d'innocence ni de liberté". Albert Camus.
La photo est encore de Luc Romann.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Au jour le jour. Egunean---
commenter cet article

commentaires

jenofa 03/11/2007 11:16

Oui, c'est affolant, cette obsession de la vue, du paysage que l'on doit pouvoir embrasser du regard à 360 degrés.
On coupe, on taille, on arase, on arrache. Si on allait jusqu'au bout de l'absurdité de cette logique, la Terre serait tondue de frais, elle arborerait depuis longtemps une coupe de cheveux très 1944. Et oui, tant qu'il reste un végétal pour cacher le paysage, pour empêcher de voir--- De voir quoi, d'ailleurs, s'il n'y a plus rien à voir? On pourrait pourtant de temps à autres, s'extraire de son canapé téloche et aller découvrir ce qu'il peut bien y avoir derrière la haie vive.
C'est aussi en fonction de cette obsession qu'il y aura toujours quelqu'un pour venir construire sa maison devant la tienne, histoire de te subtiliser la vue que tu gardais jalousement.
Parce qu'enfin de compte, ce sont toujours les arbres qui sont victimes de cette obsession, jamais les maisons,jamais les immeubles.
J'ai en moi le souvenir d'un temps où, à Biarritz, on voyait la mer avant d'arriver à la plage. Hélas, ce ne sont pas des arbres qui ont changé la donne!

Françoise 03/11/2007 09:47

Comment tu dis, ça c'est pas amélioré ???

Un Allemand abat 122 arbres pour pouvoir contempler la Baltique
voir tous les articlesParce qu'il en avait assez de ne plus pouvoir contempler la mer Baltique, un retraité allemand de 70 ans a abattu à la scie électrique 122 arbres pour dégager la vue qu'il avait depuis sa résidence secondaire, a annoncé mercredi la police de Lübeck (nord).

L'homme qui vit à Hambourg (nord), a reconnu les faits survenus la semaine dernière à côté de sa résidence secondaire à Scharbeutz. Il a expliqué avoir voulu "améliorer" la vue qu'il avait de la mer Baltique, selon le site internet de la police.

Son terrain, qui comprend une maison familiale, se trouve sur un coteau bordant la mer. L'homme a abattu des frênes, des hêtres, des cerisiers sauvages... Il a notamment taillé dans la forêt qui jouxte sa propriété 66 arbres à feuilles d'environ 4 mètres de haut.

Ces arbres, propriété d'un domaine forestier appertenant à l'Etat, étaient pour la plupart trentenaires, a précisé la police.

Une enquête a été ouverte pour dégradation de biens et violation de la loi sur la protection de la nature. Le préjudice financier est évalué à 15.000 euros. Le parquet de Lübeck doit être saisi.

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.