Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 19:40

Même pas une photo à vous montrer! Je suis si peu photo! C'est un réflexe que je n'ai jamais eu et je crois qu'il est trop tard pour le prendre. Encore pire depuis que je suis passée au numérique. Il paraît que c'est plus facile, plus pratique. Moi, ça me bloque encore plus.
Alors, je ne pourrai pas vous montrer comme il était beau, mon chat Tigrou, le doux et généreux Européen gris et tigré.
En Février prochain, cela aurait fait deux ans qu'il nous avait choisis, ma fille, mon chien, la chatte Poiluche et moi pour passer auprès de nous le peu de temps qu'il lui restait à vivre. Maigre, apeuré, farouche, il se glissait de jour  dans la maison par la porte de la salle de soins du Centre Hegalaldia pour la sauvegarde de la faune sauvage que j'abritais encore à l'époque. Il devait avoir alors un peu plus d'un an. La nuit, il entrait dans les pièces d'habitation par la chatière, se cachait à notre approche et hurlait à fendre à l'âme pendant des heures. Il touchait à peine à la nourriture que je déposais en un coin tranquille à son intention. Ce comportement a duré un mois. Et puis, un jour, alors qu'il était en train de grignoter quelques croquettes, j'ai enfin réussi à le toucher, à le caresser. A l'instant même, il s'est mis à ronronner, puis à manger avec appétit. Après avoir vidé l'écuelle, ce qu'il n'avait encore jamais fait, il est entré fièrement dans la maison et s'est roulé en boule sur la première chaise qui se trouvait sur son passage.
Depuis, je ne l'ai plus jamais entendu pousser le moindre de ces hurlements et il ne s'est guère éloigné de la maison de plus de quelques centaines de mètres, préférant très nettement se pavaner dans la cuisine, se rouler en boule dans tous les paniers de l'entrée et se lover au soleil quelque part dans la cour.
Il passait la nuit contre contre le Briard Baztan, ignorait superbement l'agressivité de la Poiluche, qui, du haut de ses 18 ans aujourd'hui, n'appréciait pas le moins du monde sa présence. Comme elle, il attrapait quelques souris et mulots (il laissait la vie sauve aux musaraignes!) mais ignorait totalement les oiseaux, lézards et papillons. Il jouait le moniteur de colonies de vacances avec deux jeunes chats dont j'ai la garde régulièrement depuis quelques temps, inventait des jeux pour eux, les surveillait du coin de l'oeil, les rapatriant vers la maison quand ils s'éloignaient un peu trop à son goût, les invitant à manger dans sa propre gamelle tout en les regardant d'un air satisfait comme un bon père de famille. Le soir, quand je m'asseyais devant l'ordinateur, il montait sur mes genoux et entourait mon cou de ses deux pattes tandis que je cherchais à empêcher Poiluche de pianoter sur le clavier.
J'avais pour lui un sentiment plus fort que celui que j'ai toujours eu pour tous les chats, et Dieu sait que je les aime, malgré la sale manie qu'ont nombre d'entre eux à croquer les oiseaux, même quand ils ont le ventre plein!
Mais voilà, il y  a quelques mois, il est tombé malade, discrètement, comme s'il cherchait à ne pas gêner maintenant qu'il était persuadé de notre affection. Nous l'avons soigné. 
Je vous passe les détails. Hier soir, il a commencé à rechercher l'isolement. Aujourd'hui, au terme d'une visite à la clinique vétérinaire de Mauléon où officie une "Mère à chats" qui se présente comme telle, il a fallu l'accompagner doucement et avec respect dans son passage sur l'autre rive.
En ce domaine, beaucoup plus soeur de Paul Léautaud que de Colette qui, à leur mort, envoyait ses compagnons à quatre pattes à l'équarissage, je l'ai tout à l'heure enterré au pied d'un noisetier.
Je tiens à remercier mon ami Jean, de son état infirmier pour bipèdes,  qui est venu chez moi à plusieurs reprises lui administrer des soins que je n'aurais pas su assurer moi-même et Monique la vétérinaire qui a aidé mon chat et m'a aidée moi aussi. J'en avais besoin.
A eux deux, à Pascal aussi, le mari de Monique, vétérinaire également, et bien entendu à Tigrou, je tiens à offrir ce texte de
Walt Witman:

"Je pense que je pourrais vivre parmi les animaux, tant ils sont paisibles et réservés. Je les observe depuis longtemps et ne les vois pas gémir sur leur condition, ni rester éveillés la nuit, pleurant sur leurs péchés.
Ils ne m'écoeurent pas à discuter de leurs devoirs envers Dieu, aucun n'est insatisfait, aucun n'est obsédé par la rage de posséder les choses, aucun ne s'agenouille devant un autre ni devant ceux de son espèce qui vécurent il y a des milliers d'années, aucun ne se veut respectable ni pitoyable. Je pense que je pourrais vivre parmi les animaux".

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Martine Caplanne me fait remarquer qu'elle ne chante pas le texte de Topa mais qu'elle le dit.<br /> Dont acte. Mais j'ai des excuses.<br /> Martine, même en parlant, elle chante. N'est-ce pas Topa?<br /> En tous cas, je suis bien heureuse pour mon Tigrou. Tous ces commentaires en son honneur! <br /> Ca vous branche plus que la politique et ce n'est pas moi qui vous donnerait tort.
Répondre
I
au revoir tigrou. je t'aime et j'aurais voulu te revoir
Répondre
J
Lurbeltz,<br /> à la clinique de Monique et Pascal, tandis que j'attendais Monique en portant mon Tigrou dans les bras, il me semble avoir vu quelques lignes où l'on parle d'allergies au poil de chat.<br /> J'étais beaucoup trop inquiète pour y faire vraiment attention, mais il me semble bien avoir lu que plus l'enfant était mis jeune au contact des chats, plus les risques de développer une allergie s'amenuisait.<br /> De ce côté là, je suis à l'abri. Quand ma maman me donnait le sein, la chatte Poupouce était sur ses genoux.<br /> Aujourd'hui, à vouloir protéger les bambins de tout, il me semble bien qu'on les fragilise un max.<br /> Tu devrais en parler à Monique, le dire à tes parents et---à ton fils.<br /> Parles-en à Monique.
Répondre
J
Je sais, Topa, je sais.<br /> En rentrant de la clinique vétérinaire, je me demandais où j'allais le coucher.<br /> J'ai pensé à ce noisetier, le premier planté ici, par mon père en 1972.<br /> En mettant à Tigrou en terre, je pensais à ton poème mis en musique et interprété par Martine Caplanne et que je ne peux écouter sans verser une larme.
Répondre
F
Une pensée pour Tigrou et pour tous ces chats qui nous apportent tant de bonheur... Pour Toutoune, qu'on a aidée à partir vers ses aïeux à l'âge de 21 ans ! Née à la maison, fille de Pirouette et d'on ne sait qui, elle était noire et faisait la police dans tout le quartier. A la fin, sourde, aveugle, on ne pouvait se résoudre à aller chez Sylvie, notre amie vétérinaire car elle nous faisait la fête chaque fois qu'on rentrait. Il a quand même fallu s'y résoudre !<br /> En cet instant précis, Aztec, chatte tigrée de 2 ans, guette les souris devant la cuisine par – 10° pendant que Izarra la labrador de 14 ans la regarde par la fenêtre... La vie continue.
Répondre

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.