Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 10:15

photo-picardia-independenza.jpg


Certes, j'ai choisi de vivre en Pays Basque, il y a bien longtemps de cela. Paraphrasant Gilles Servat, je pourrais dire quotidiennement "Par chance et aussi par vouloir, je dors en Pays Basque ce soir." Et croyez-moi, pour que ce soit toujours une chance, ici comme ailleurs, le combat à mener est quotidien et acharné. Il ne souffre aucun répit. Il tient tout entier dans l'idéal écologiste. Et l'idéal écolo, c'est grand comme ça! (Oui, je sais, vous ne pouvez pas voir, mais faites un effort d'imagination, que diable!".)
Tel n'est pourtant pas le sujet dont je veux vous entretenir aujourd'hui.
La vérité est que je n'ai jamais oublié mes racines familiales profondément picardes, même s'il leur est arrivé de vivre une incursion lorraine. Je suis toujours extrêmemt attachée à mon petit hameau de Trois-Etots, dans l'Oise,  que je vous invite vivement à découvrir grâce à ce lien :


http://www.loisirs60.com/trois-etots/histoire.htm.

Il m'arrive donc, de temps à autres, de flâner sur quelques sites qui me rappellent, comme le disait John Dos Passos, que l'on peut  arracher l'Homme du Pays mais pas le pays du coeur de l'Homme".
Récemment sur le blog d'Arnaud Caron, un élu Vert du Compiégnois,

http://arnaudcaron.net/

j'ai découvert l'existence du groupe "Les Fatals Picards" et j'ai eu un joli coup de coeur que j'aimerais vous faire partager. Il paraît que lors du dernier concours de l'Eurovision, ils représentaient la France et que le vote, c'est peu dire, ne leur a pas été favorable. M'en moque! De toutes façons, l'Eurovision de la chanson, je ne savais même pas que ça existait encore. Je vous assure! C'était resté dans un coin de mon cerveau comme une antiquité poussiéreuse que je regardais chez mes grands-parents quand j'avais une dizaine d'années, en l'an  450 avant Jésus-Christ. Mais il semblerait que les ringardises, en définitive, aient  la vie très dure.
Par contre, les Fatals, eux, ne sont pas ringards et ils évoluent assez vite. En apprenant leur existence, j'ai aussi appris que l'un d'entre eux allait bientôt quitter le groupe et voler de ses propres ailes. J'arrive un peu tard mais mieux vaut tard que jamais.

Allez-donc faire un tour sur le site officiel des Fatals Picards:

http://www.fatalspicards.com/

Je vous fais un aveu? Vivre au Pays Basque oblige, mon disque préféré, c'est celui-ci, qui clame l'indépendance de la Picardie.
Mais bon, les Fatals, la prochaine fois, au lieu de la betterave à sucre , prenez nous plutôt comme emblème un patriarche de la forêt de Compiègne ou d 'Halatte, ou d' Ermenonville, ou de Senlis ou l'un des arbres que j'ai plantés il y a bien longtemps tout près des bois de Trois-Etots ( 80 ha, si mes souvenirs sont exacts, ce que l'on nomme en Pays Basque une forêt, cherchez l'erreur)---  Aïe, je ne cite que des forêts de l'Oise. Je me demande d'ailleurs si je ne vais pas me lancer dans une campagne pour l'indépendance de l'Oise, moi! Avec même peut-être une poche d'irréductibles dans le coin du Valois en raison de mes émotions adolescentes Nervalesques que n'ont pas effacées "le prince d'Aquitaine à la tour abolie".Qu'en pensez-vous?
Bon, sérieusement, les Fatals, Arnaud et tous les autres, je suis loin. Je compte sur vous pour garder la maison et tenter d'enrayer le grignotage monstrueux de l'urbanisation qui n'a pu que croître et enlaidir depuis que je suis partie vers d'autres cieux, moins froids, mais diantrement plus pluvieux!




fatals.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.