Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 13:02
La peur de l'autre, la peur de l'étranger, la peur de la nature----, la haine aussi peut-être----
Jenof@

Au temps où j'hébergeais le Centre Hegalaldia, un Milan noir convalescent après avoir été pris fort certainement pour une alouette par l'un de nos chers chasseurs, "gestionnaires" de la nature.

www.ecologie-radicale.org

 

         La chasse : un loisir réactionnaire.

 

Le parti d’extrême-chasse s’allierait, pour les élections européennes de juin prochain, au petit parti de droite dure de Philippe DE VILLIERS pourprésenter des listes communes dans les huit circonscriptions électorales.

Dans le sud-Ouest, la liste serait conduite par l’ancien Président du parti CPNT. Dans le Nord-Ouest, ce serait l’actuel président du  parti des chasseurs qui serait tête de liste et ailleurs le Mouvement dit Pour  la France conduirait l’attelage.

En 2004, lors des précédentes élections européennes, le CPNT n’avait obtenu que 1,7% des suffrages, asséché par la politique pro-chasse de madame BACHELOT, cependant que le MPF avait obtenu environ 6% des voix.

 

Ainsi, ce pays pourrait s’offrir le ridicule d’être représenté par deux ou trois « députés chasseurs » !

Déjà en 1999, six cynégécrates avaient pu se faire élire en juin, au parlement européen, à l’occasion d’une trop forte abstention et grace à l’agitation faite par ce parti contre madame VOYNET, alors ministre de l’écologie, femme qui suscitait les fantasmes haineux de certains milieux obscurantistes.

 

Le CPNT a longtemps avancé masqué.

Il se voulait apolitique (ce qui est  pour tout le monde une absurdité).

Il s’affiche enfin là où il se trouve, dans une droite assez extrême, ce que nous savions depuis longtemps.

 

Il se voulait un parti de la ruralité, du terroir. Il n’est que le parti des » saines traditions », des douces cultures de nos campagnes et provinces avec  leurs chasses, piégeages, corridas, égorgements à la ferme et  à l’ancienne, gavages et autres manifestations de l’élévation morale, de la sensibilité, du raffinement des mœurs et des manières.

Ainsi, le mépris de l’animal possède son parti politique ici et maintenant.

 

Ce parti n’avait aucune chance d’obtenir seul un élu à STRASBOURG.

Il s’allie avec un petit mouvement de droite dure ce qui est au fond très logique.

 

Dire que les adversaires de la chasse, de la torture tauromachique, de la férocité envers les êtres sensibles sont infiniment plus nombreux queles tueurs et tortionnaires d’animaux, mais qu’ils ne parviennent pas à obtenir des représentants en ce pays !

 

Une classe politique ringarde, même à gauche, même à l’extrême-gauche, des écologistes parfois timorés, murmurant être  (contre  les abus de la chasse), alors qu’il conviendrait d’en condamner le principe, contrastent singulièrement avec l’agressivité arrogante du parti du  mépris  du vivant.

Après les groupes chasse au parlement français, voici un groupe tauromaniaque au sénat.

 

Que faut-il faire ?

Changer la classe politique !

Vaste programme, sans doute mais il est scandaleux que l’immense majorité des citoyens soit bafouée dans ses aspirations.

Maintenant, une évidence s’impose :

La cause écologiste, la cause des animaux, n’est pas apolitique.

Pour l’avoir cru trop longtemps, les « associations » se condamnent  à une aiamble impuissance et à de constants échecs.

 

           Gérard  CONDORCET

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Bon, ben voilà, on commence à être d'accord !!! Je déteste le café !!
Répondre
J
Sur l'histoire de Bové, j'ai effectivement cru dès le départ, suite aux échanges chez Lurbeltz, que tu faisais de l'humour, alors que tu étais sérieux comme un pape.<br /> Pour le reste, cela fait bien longtemps que je te dis que sur le fond, on est en def, d'ac sur bien des choses mais que nous avons des vécus et des vocabulaires différents, ce qui explique une certaine incompréhension.<br /> Alors, effectivement, cela vaudrait la peine de discuter lasaiki avec Lurbeltz. Mais, moi, le café---- 1, j'aime pas trop, 2, je respecte trop les paysans du Sud de la planète pour admettre qu'ils ne servent qu'à "monoculturer" pour nous.<br /> Alors, je penche plutôt pour un Irulegi bio. Faudra prévoir le cidre pour Mitikileko Lurbeltz.
Répondre
G
Oui, je crois qu'il faut qu'on arrête là car on est en train de se battre pour un désaccord qui je crois n'existe pas forcément !!! Et on s'enfonce de plus en plus dans l'incompréhension réciproque !<br /> <br /> Je crois que c'est plutôt un manque de compréhension entr nous, plus qu'autre chose. Et je crois que cette incompréhension est la même que j'ai avec Lurbeltz.<br /> <br /> Alors je préfère me taire, ça ne sert à rien de discuter via un blog où tout est interprété de travers !!! Je crois que j'ai compris de travers ton commentaire et dans la foulée, tu as compris de travers le mien. Dès le départ, c'est parti d'une incompréhension, car ça a commencé avec mon commentaire de Bové, où je n'ai même pas vu l'ironie discrète que j'étais censé avoir mis dans mon commentaire !! Ma question était sincère et sans sous entendu !!<br /> <br /> Alors, je préfère ne pas continuer dans cette voie où on est d'accord sur le fond (et j'en suis convaincu) mais où on se bat sur des désaccords qui n'existent pas !!!<br /> <br /> Si tu veux en discuter, ça sera de vive voix, car je crois qu'il y a beaucoup de choses à clarifier, autant avec toi qu'avec Lurbeltz. Alors, autant se retrouver autour d'un café pour en discuter !!! Ca sera déjà plus humain !!
Répondre
J
Ecoute, là, il vaut mieux arrêter parce c'est en train de sombrer dans le ridicule le plus parfait.<br /> Où as-tu lu, à quelque moment que ce soit, même entre les lignes, que j'étais pour ce genre d'interdiction? Sauf, il est vrai, je l'assume et j'en suis fière, que je déteste le mot exploiter qui dit bien ce que la société dans laquelle nous vivons veut faire de nous : des exploiteurs et des exploités.<br /> Donc, pour préciser puisqu'il semble y en avoir besoin, je suis pour les rapports harmonieux entre l'homme et le milieu naturel; quel que soit l'endroit, ce qui exclue l'idée d'exploitation.<br /> Sache quand-même qu'à mon adolescence, j'étais en contact permanent avec les derniers paysans de l'Oise et que je ne me sentais jamais aussi bien qu'avec eux, qui ont disparu sous les agrandissements d"exploitations" qui ont entraîné la disparition des dernières haies.<br /> Sache aussi que de 69 à 73, j'ai participé aux combats des paysans bretons contre l'arasement des haies du au remembrement, aux côtés de François Terrasson, défenseur du bocage. Nous nous sommes dressés devant les bulls, avec les paysans.<br /> Sache aussi que quand la très remuante Jeunes et Nature a, en 73, commencé à se développer ici ( et j'en étais la cofondatrice), notre meilleur allié , nos meilleurs collaborateurs étaient les gens d'Euskaldun Gazteria, autour de TTale Ouret. Avec eux , nous nous sommes battus contre la destruction des sources de la Bidouze et contre (et oui!!!!!!!!!!) la multiplication des routes de montagne qui ont transformé depuis les montagnes de Garazi-Baigorri en plat de nouilles bitumeux. Et les gens d'Euskaldun Gazteria de l'époque sont ceux qui ont créé ensuite ELB. <br /> Sache encore qu'en 75, j'étais la seule femme et la seule non bergère a soutenir sur place le combat des bergers d'Irau contre un aménagement touristique.<br /> Sache enfin qu'en 1973, je faisais partie du combat contre le massacre du Sousseou et du Benou, avec les assos de protection de la nature et les collectifs paysans. Notre prinicipal ami et allié était Jean Pitrau. J'espère que ce nom te dira quelque chose. Hein? comme ennemi du monde paysan, on a fait pire! Et il bossait la main dans la main avec--- Noël Mamère.<br /> Depuis, j'ai toujours soutenu les combats de paysans anti OGM, bio, etc. Et j'étais déjà à l'AG fondatrice d'EHLG pour laquelle j'ai pris ma part de collecte de signatures.<br /> La seule fois où je me suis trouvée face à des agriculteurs, c'est ---à Larrau où je m'opposais à la micro-centrale. Tous ces gens perchés sur le tracteur, qui nous jetaient des paroles de haine au visage, étaient persuadés que la centrale allait créer des emplois pour les gens du village. Bon----, on fait le bilan?----!!!!!<br /> Tu peux bien entendu, vérifier la véracité de tout ce que je dis là.<br /> Si tu me sors maintenant que je suis en pleine contradiction, c'est que tu refuses de comprendre.<br /> En tous cas, vraiment, à foncer comme ça sur une muleta qui n'existe pas, tu te trompes de combat et de cible.<br /> Désolée, je plaide non coupable parce que je suis non coupable.
Répondre
G
Alors c'est grave car je ne vois pas où est l'attaque !! A partir du moment où tu interdit à l'Homme d'exploiter une zone géographique, tu privilégie la nature à l'Homme !! Et ça se fait à beaucoup d'endroit !! Donc, non, je ne vois pas en quoi c'est choquant !!
Répondre

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.