Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 08:57

 

 

 

            Cette année, les feux d'artifices du 15 août ont un goût de pétard mouillé, les jeux de couleurs ne font guère d'effet, non, vraiment le coeur n'est guère à la fête...

            Sacré Allain, tu nous as joué un drôle de tour, non seulement, il pleut sur la mer

mais les bruyères et les genets d'Ardèche ne sont même pas d'humeur à fleurir: y' a du chagrin,

ça pleure dans les âmes et dans les garrigues , ça frémit au coeur des pierres du château de Barjac.

            Cette camarde, qui te tournait autour depuis quelque temps déjà, t'a sabré, comme ça, en plein coeur d'un étrange été qui s'évertuait à conjuguer le chaud et le froid.

            Qui réparera le deuil des coeurs chansonniers ? Pauvre Allain , tu nous nous manques déjà, bon Dieu, quelle époque !

            Ce flambeau de fraternité que tu portais haut le coeur, embrasait ta voix déchirée de nos mélancolies que tu transmuais en larmes, histoire d'exhumer nos chagrins tenaces.

                        Où es-tu parti ? Tu nous laisses un silence de bar qui ferme , de rideau noir

qui se tire sur le dernier spectacle et nous voilà à la rue comme des gamins orphelins

qui ont un besoin vital de recevoir des beignes sur les revers de l'âme.

             La nuit est tombée et les étoiles jettent quelques pétales de trois fois rien de lumière

sur le bitume des rues et sur les dalles des places des villages.

                        Que l'éternité te garde ! Désormais, tu n'auras plus mal à l'âme des autres, c'est vrai

 que tu en as porté des fardeaux d'oiseaux blessés, des croix de crucifiés de la vie.....

            Allez, Allain, c'est fini... Là-bas, l'air du large apporte des embruns et du crachin

sur les plages normandes, on dirait un jour ordinaire. A Mont-Saint Aignan, dans les bars,

 on boit un petit blanc pendant que la télé deverse ses vomissures sanglantes et ses paillettes de pacotille.

            Allons, Allain , griffonne-nous quelques couplets sur le zinc de là-haut, ça nous mettrait

du baume au coeur, n'hésite pas , non plus, à passer une bonne avoinée au Très-haut

qui n'a vraiment rien compris aux détresses de ces millions de coeurs blessés.

 Tu sais , les anges reprendront en choeur tes refrains et y' aura du grabuge chez les étoiles.

Tes potes sont prêts à t'offrir une tournée à la santé de la Grande-ourse.

Merci Allain !!!

Daniel Labeyrie

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans In memoriam
commenter cet article

commentaires

azer 21/08/2011 02:58


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/vu-sur-le-web/20110819.OBS8801/en-video-une-fete-ou-l-on-torture-des-tortues.html


Topa 20/08/2011 06:39


Merci Daniel pour ce vibrant salut...

"Longtemps, longtemps, longtemps
après que les poètes ont disparu,
leurs chansons courent encore dans les rues..." (Ch. Trénet)


martine caplanne 19/08/2011 09:23


Merci Daniel d'avoir su écrire ce que nous ressentons. Triste triste nouvelle.
Martine


Romann 17/08/2011 11:57


extrêmement émouvant ce texte de Daniel ... un poème pour un poète ... c'est beau ça !...


brigitte fraval 17/08/2011 11:19


Cette sacrée boule qui s'est plantée au fond de ma gorge m'empêche de dire autre chose que ..merci Daniel d'exprimer avec autant de poésie et d'émotion la douleur des départs . Il nous manque , il
me manque .


Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.