Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 12:00

 

 

  ica_medium.jpg

Appel en faveur d’une Charte linguistique pour l’Alsace
 
(Rejoignez SVP- si vous ne l’avez déjà fait- les 3400 signataires au jour du 23/10/2012. Liste consultable sur www.ica2010.fr)
 

 
      Une langue ne saurait vivre et survivre sans statut lui assurant une existence sociale, économique et culturelle, seul à même de la promouvoir sur le marché linguistique. C’est essentiel ! Quelque 6500 langues sont employées à travers le monde. Il en disparaît plus d’une douzaine chaque année. Disparaissent celles qui ne bénéficient pas d’une reconnaissance officielle ou légale, nationale ou régionale[1]. Pour se rendre bien compte de ce qu’un tel statut devrait contenir et de l’ampleur de la tâche, nous proposons un exemple (1) de charte linguistique pour l’Alsace, qui serait à négocier entre l’Etat et les Collectivités Territoriales. Cette charte serait à mettre en œuvre conjointement par l’Etat et les Collectivités Territoriales ou que par ces dernières, après avoir obtenu le transfert de compétences nécessaires à son application. Le statut que nous préconisons conserve évidemment à la langue française son rôle de langue constitutionnelle, officielle et nationale. La co-officialité partagée avec la langue française demandée pour la langue régionale ne concerne que les domaines non régaliens (autres que : défense, police, monnaie, justice et politique étrangère) de la vie publique.
 
Demande citoyenne proposée à signature : « En attendant une loi en faveur des langues régionales de France, nous citoyennes et citoyens d’Alsace signataires du présent Appel demandons aux Collectivités Territoriales d’Alsace qu’elles :
- adoptent dans les termes proposés ci-dessous, pour le moins dans le préambule et le titre préliminaire (2), une Charte linguistique pour l’Alsace,
- fassent ce faisant apparaître comme nous le faisons une demande de droit à l’essentiel,
- négocient avec l’Etat la mise en application de son contenu,
- mettent d’ores et déjà en œuvre toutes leurs compétences actuelles en la matière. »
 
(1)     Voir sur www.ica2010.fr
 
(2)     Préambule
      Partant du principe qu’une langue ne peut vivre et survivre que si elle bénéficie d’un emploi normal dans tous les domaines de la vie sociale, économique et culturelle, la présente Charte a pour objet de garantir à la langue régionale un tel emploi et d’abolir toute forme de discrimination et d’ostracisme à son encontre.
Considérant la situation de confinement dans laquelle se trouve la langue régionale, il est urgent de revivifier et de consolider son usage, en lui conférant un statut de langue co-officielle en Alsace dans les domaines non régaliens (autres que : défense, police, monnaie, justice et politique étrangère) de la vie publique.
      Il s’agit de donner forme à un véritable bilinguisme collectif permettant à tout le monde et à chacun en particulier d’utiliser la langue de son choix, nationale ou régionale. C’est l’exception culturelle alsacienne, qui se nourrit de deux langues et n’en rejette aucune.
Cet objectif devra être atteint par la mise en œuvre d’une politique linguistique de bilinguisme, garante d’un juste équilibre, d’une saine complémentarité et d’une féconde convivialité des langues en Alsace.
 
(2)     Titre préliminaire
      Article 1 : La présente Charte a pour objet de développer et de garantir l’usage en Alsace de la langue régionale dans tous les domaines de la vie sociale, économique et culturelle.
      Article 2 : La langue régionale est constituée de l’allemand dialectal d’Alsace[3] (forme essentiellement orale) et de l’allemand standard (forme essentiellement écrite et langue de culture de référence).
      Article 3 : La langue allemande est avec la langue française une des langues d’Alsace. La langue française, langue constitutionnelle, officielle et nationale, qui bénéficie d’un plein usage dans toutes les sphères de la vie collective, partage avec la langue régionale sa fonction dans les domaines non régaliens de la vie publique. La langue régionale est élevée au rang de langue officielle pour ce qui concerne ces domaines.
Article 4 : Le bilinguisme français-allemand est officiellement reconnu en Alsace.
Article 5 : Tous les habitants d’Alsace ont le droit de connaître la langue régionale et de s’exprimer dans cette langue, verbalement ou par écrit, dans tous les domaines de la vie sociale et culturelle.                                                                   
      Article 6 : L’objet énoncé dans l’article 1 devra être atteint dans un délai de dix ans.
 

1.     Elus déjà signataires :

Maires (156) : Albé, Altkirch,  Auenheim, Balbronn,  Baltzenheim, Bergheim, Bernardswiller, Bernolsheim, Berstheim, Bischheim, Bissert, Bindernheim, Blancherupt, Brumath, Buethwiller, Burbach, Bust,  Carspach, Chalampé, Colmar, Dahlenheim, Dambach-la-Ville, Daubensand, Dieffenbach-au-Val, Donnenheim, Durrenentzen, Elbach, Eschentzwiller, Flexbourg, Franken, Geishouse, Geispitzen, Geispolsheim, Gougenheim, Gries, Griesheim-près-Molsheim, Gueberschwihr, Guevenatten, Haegen, Handschuheim, Harskirchen, Hatten, Hégenheim, Heidwiller, Helfrantzkirch, Henflingen, Hirtzbach, Hoenheim, Hohfrankenheim, Houssen, Hunawihr, Illhaeusern, Illkirch-Graffenstaden, Ingersheim, Ittenheim, Kaysersberg, Kilstett, Kingersheim, Kintzheim, Kirchheim, Kolbsheim, Kunheim, Kuttolsheim, La Wantzenau, Lampertsloch, Landser, Lauterbourg, le Hohwald, Lembach, Leutenheim, Lobsann, Lupstein, Lutterbach, Magny, Maisonsgoutte, Marlenheim, Marmoutier,Mittelhausbergen, Mooslargue, Mulhouse, Munchhausen, Neubois, Niedermodern, Niederschaeffolsheim, Niedersteinbach, Obenheim, Oderen, Olwisheim, Orbey,  Osthouse, Ottwiller, Pfaffenhoffen,  Pfastatt, Pfulgriesheim, Ranspach-le-Bas,  Ratzwiller, Reichstett, Retschwiller, Ribeauvillé, Riedisheim, Riedseltz, Ringendorf, Rodern, Roeschwoog,  Rombach-le-Franc, Rosheim, Rott, Saessolsheim, Sainte-Croix-en-plaine, Saint-Hyppolite, Saint-Maurice, Saint-Pierre-Bois, Scharrachbergheim-Irmstett, Scheibenhard, Scherlenheim,  Schirrhein, Schleithal, Schweighouse sur Moder, Schwindratzheim, Schwoben, Sélestat, Sierentz, Siewiller, Soufflenheim, Soultz 68Soultz-sous-Forêts, Staffelfelden, Steinbrunn-le-Haut, Sternenberg, Stetten, Still, Stutzhein-Offenheim, Traubach-le-Bas, Triembach-au-Val, Uberach, Uffheim, Uhlwiller, Vieux-Thann, Villé, Voegtlinshoffen, Walbourg, Walheim, Wangen, Wangenbourg, Wasselonne, Wattwiller, Westhoffen, Wettolsheim, Wickerschwihr, Willgottheim, Wintzenheim, Wisches, Wittisheim, Wolfersdorf, Zellenberg, Zillisheim, Zinswiller,
Et autant d’adjoints
 
Députés : Mrs Christ, Hillmeyer, Ferry, Schneider, Reitzer, Straumann
Sénateurs : Mmes Schillinger, Troendlé, 
Députés Européens : Mmes Striffler et Griesbeck, M. Alfonsi, 
Conseillers Régionaux : Mmes Camilo, Hoeffel, Mérabet, Buchmann, Valentin, Mrs Cattin, Fernique, Waechter, Belliard, Hémédinger, Chéray, Burckel, Riebel, 
Conseillers Généraux du Bas-Rhin : Mrs Bauer, Brendlé, Burger, Carbiener, Heckel, Lehmann, Simler, Stolz, Zimmermann, Marmillod, Vonau, Fetsch, Jurdan-Pfeiffer, Wirth, Weil, Dann, Wolff, Zaegel,  Mozziconacci, Klein-Mosser, 
Conseillers Généraux du Haut-Rhin : Mrs Adrian, Chaton, Jacquey, Miehé, Stoll, Weber, Muller, Bihl, Spiegel, Straumann,
 

1.      Quelques élus honoraires : Mrs Louis Jung (ancien président de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe), Daniel Hoeffel, ancien ministre, Henri Goetschy,    Yvonne Knorr (ancienne adjointe au maire de Strasbourg), Gengenwin Germain(député honoraire), Jean-Daniel Zeter, Lorentz Jean (ancien maire de Roeschwoog), André Bord (ancien Ministre), Odile Uhlrich-Mallet, adjointe au maire de Colmar (ancienne CR), Jacques Muller (ancien sénateur), Gilbert Meyer, ancien député,Pierre Egler, 1er vice-président hon. du CG 68, Traband Gérard, ancien CR, et ancien président de la commission culture du CR d’Alsace et de l'Agence Culturelle d'Alsace,  Weber André-Paul, écrivain, ancien Conseiller régionale et général (68),

 
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ou retourner le coupon ci-dessous par la poste
 
------------------------------------------------------ coupon réponse (3) ---------------------------------------------
 
Nom[4] :                                                                       Prénom :
Adresse postale :                                                                 
Adresse électronique :                                                             Téléphone :  
Fonction (éventuellement) :
Date :                                                            Signature : 
 
[3] à retourner par la poste à Pierre Klein-ICA 2010- 3 rue du Hohwald 67230 Huttenheim ou à compléter sur : www.ica2010.fr/conseil/appel-charte-linguistique-alsace/
[4] J’autorise ICA 2010 à faire publiquement état de ma signature                                     











[1] « lorsque, à l’inverse, une langue jusque-là dominée accède au stade de langue officielle, elle subit une réévaluation qui a pour effet de modifier profondément la relation que ses utilisateurs entretiennent avec elle. » Pierre Bourdieu in « Ce que parler veut dire »
[3] Appellation scientifique de « l’alsacien » que les Alsaciens qualifiaient de Ditsch ou Elsasserditsch tout au long de leur histoire.
[4] à retourner par la poste à Pierre Klein-ICA 2010- 3 rue du Hohwald 67230 Huttenheim ou à compléter sur :www.ica2010.fr/conseil/appel-charte-linguistique-alsace/

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Au jour le jour. Egunean---
commenter cet article

commentaires

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.