Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 12:41

 

 

Un courrier de Xarlo Etxezaharreta.
Jean Lassalle, notre député (peu)basco-(très)béarnais, était il y  peu l'invité d'une radio périphérique.
Le journaliste-sic:
"Si vous appelez la permanence du député Jean Lassalle, voici ce que vous entendez: "Vous êtes à la permanence de Jean Lassalle et de Jacky Coumet"... suivent les premières mesures chantées de Xalbadoren Heriotza...C'est quoi? une berceuse pour endormir l'électeur?
Jean Lassalle:
- C'est une très jolie berceuse basque. Si vous écoutez la suite, vous entendrez l'hymne des Pyrénéens, "Acquellos mountagnos" que j'avais chanté à l'Assemblée"
 
Eh, Jean Lassalle, tu sais ce qu'elle te dit la " très jolie berceuse basque"?
 
PS. Pour ceux qui ne peuvent pas savoir quelle est cette "fameuse berceuse basque", il s'agit d'une chanson écrite en hommage à Fernando Aire dit Xalbador, un des plus fameux poètes-improvisateurs-chanteurs basques de tous les temps. Xalbador est mort le jour même où tout le Pays basque lui rendait hommage dans son ville montagnard d'Urepele. Cette chanson est devenu "le" tube  à travers tout le Pays basque et ses environs et dans toute la Diaspora éparpillée à travers le monde; tube que tout le monde chante, même les non-bascophones, avec la gorge serrée et les poils hérissés. L'auteur en fut Xabier Lete, un autre chanteur-compositeur basque de grande valeur.
Vous parlez d'une berceuse... Il est vrai que pour nos journalistes spécialistes de tout et bons à rien, tout ce qui n'est pas de la soupe pré-digérée au ketchup yankee n'est que berceuse... pauvres cons!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jeno l'écolo 14/10/2011 23:18


Dans le décès de Xalbador

Il y avait un ami, un être profond et sensible
transfiguré par les ailes de la poésie,
par les vers surgis d’un profond sentiment intérieur.

Un chanteur qui parcourait les places, transis de solitude
qui avait appris dans la douleur à tisser les mots pudiquement,
à partir de l’incorruptible vérité de son être intérieur.

(Refrain)
Où es-tu, dans quels pâturages,
berger d'Urepel ?
toi qui a fuit
vers les flancs de la montagne,
vers les lendemains qui demeurent dans le souvenir. (bis)

Tu as libéré la chanson en démolissant les barrières
cherchant avec ardeur
la liberté au-delà des attaches et des limites du corps.

transformant ainsi ton dernier soupir dans le vers le plus profond,
en un cri violent
de vérités insondables qui ne peuvent jamais être exprimées.

Où es-tu...


Jeno l'écolo 14/10/2011 23:10


C'est un hommage, comme le dit bien le billet d'humeur de Xarlo.
Pour info à un Belge, les petits enfants de Xalbador aiment les ours et défendent les taureaux.


Baudouin 14/10/2011 23:04


Et en français, pour ceux qui ne parlent pas le basquen ça parle de quoi, cette... berceuse triste ou nostalgique?


Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.