Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 17:03



Le président de la Bolivie, Evo Morales, propose de réaliser une consultation auprès des peuples du monde afin d’obtenir un accord qui puisse sauver la Terre-Mère des abus du Capitalisme.

“Vu que nous avons de profondes divergences entre présidents, consultons le peuple et faisons ce qu’il nous dit”
Evo Morales Ayma. Président de l’Etat Plurinational de la Bolivie.

Appuyez cette initiative en répondant aux questions suivantes:

Etes-vous d’accord pour rétablir l’harmonie avec la nature en reconnaissant les droits de la Terre-Mère ?
2 Etes-vous d’accord pour changer ce modèle de surconsommation et de gaspillage qui découle du Capitalisme ?
3 Etes-vous d’accord sur le fait que les pays développés doivent réduire et réabsorber leurs émissions de gaz à effet de serre chez eux pour que la température ne monte pas de plus de 1 degré?
4 Etes-vous d’accord pour transférer l’argent dépensé dans les guerres vers un budget destiné au changement climatique et qui serait supérieur à celui de la défense.
5 Etes-vous d’accord pour la création d’un Tribunal International Pour la Défense du Climat au sein des Nations Unies afin de juger ceux qui ne respectent pas la Terre-Mère.

 

 

A  cette initiative, réponse ( que j'approuve) de babel :


Le dernier point, le coup du tribunal international, c'est carrément de la folie : repartir dans la violence institutionnelle ! En plus, c'est assez sournois, car :

--> Evo Morales emploie carrément le langage new-age remis récemment à la mode par Avatar. Merci le service de communication ! Mais par exemple, la "terre-mère" n'est pas une expression de la culture amérindienne subéquatoriale, en particulier andine, et donc bolivienne. Cette référence à Gaïa, inopérante en Asie, en Europe Orientale, en Afrique du Nord, au Moyen Orient, et pour 90 % de l'Europe occidentale, placée dans une pétition "mondiale", déjà éveille en moi des soupçons.
--> Evo Morales veut-il créer une taxe : je cite « les pays développés doivent réduire et réabsorber leurs émissions de gaz à effet de serre chez eux pour que la température ne monte pas de plus de 1 degré ? » Où ranger l'Inde et la Chine dans ce schéma ? Et 1 ° n'est pas un chiffre valable, car tout le monde sait qu'on ne sait pas évaluer les variations de température à venir. On sait juste que sur une sphère, parcourue de courants, couper le chauffage en haut ne sert à rien si en bas, on continue... à déforester ! Car ...
-- > Evo Morales est maître dans l'écran de fumée : il y a un problème urgent à régler, en Bolovie, il pourrait en parler : http://www.google.fr/search?num=100&hl=fr&newwindow=1&q=Bolivie+déforestation & btnG=Rechercher & meta=& aq=f & oq=
-- > Evo Morales utilise en fait la vague écologique pour mettre de la distance entre lui et les USA, sans passer par Chavez. Il nous prend vraiment pour des cons. Il croit vraiment que la victimisation de ceux qui font le peu qu'ils peuvent est le bon chemin ?
-- Evo Morales sait très bien que le « modèle de surconsommation et de gaspillage qui découle du Capitalisme » est une belle phrase creuse. Ça pourrait être du Besancenot, c'est dire si c'est vide de sens. Il n'y a plus "un" mais "des" capitalismes, ou plutôt des « néo-capitalismes », dans un modèle dominant parmi d'autres qui sont de plus celui de surproductions ciblées dans l'espace et le temps avec la création et la gestion de manques spécifiés, temporaires, destinés à relancer la machine spéculative. La consommation excessive n'est plus le problème n° un : mais la création de bulles spéculatives associé à l'étanchéité des nouvelles castes sociales (par ex. les monopoles médiatiques qui imposent l'éventail des solutions publiables, accessibles, etc.) 
Aussi beau que soit l'idéal qui est sollicité, c'est au service d'une telle magouille grossière, que non, je ne vais pas signer !
Son schéma est binaire : les bons et les méchants, le Nord et le Sud. Tant qu'on ne sortira pas de ce système de tensions, on ne fera que passer d'un axe conflictuel à un autre. Une vision écologique ne peut selon moi être validée si elle passe par un axe de violence : la mise en actes de cet axe de violence suppose des quotas de destructions. Il n'y aura pas de sauvegarde du biotope sans instaurer plus de justice et plus de paix, l'une et l'autre internationale et « intranationales». 
Il est temps de penser autrement... Ce n'est pas facile : on a hérité des prises de position définies fin XIXe début XXe siècle, on a le sentiment qu'il n'y en pas d'autres. Mais pourtant il en existe : à nous de les trouver.
ça demande du temps, des tâtonnements, des erreurs aussi. 
mais si on veut être libres, il faut avoir le choix et donc penser, créer de réelles alternatives.

babel
http://www.myspace.com/lebabel

Et un petit retour en arrière----
http://jenolekolo.over-blog.com/article-35479936.html  En Bolivie, le combat de "Mujeres Creando".


Partager cet article
Repost0

commentaires

J
<br /> Même Giono disait "J'étais un couillon au Contadour".<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> Moi aussi, Chantal, encore et toujours, je ne deviendrai jamais cynique. Mais jamais plus je ne croirai aux marchands d'idéaux , de quelque façon qu'ils se présentent.<br /> J'en suis arrivée à croire en mon idéal mais à douter de moi. Alors Evo -----<br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> oh, moi je signe des deux mains...<br /> J'ai la faiblesse de croire en un idéal, que voulez-vous... veuillez m'en excuser<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.