Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 08:46

 

 

 

P1010283-copie-1.JPG

Mon amour était tout attendri que je parle de lui à mots couverts dans ce blog. Il n'est plus là pour me le dire encore mais je ne vais tout de même pas m'arrêter en si bon chemin.

Il était tout étonné qu'une pasionaria,  combattante de toujours, de tous les instants et de toutes les causes, lui tombe ainsi du ciel sans crier gare. Jamais engagé dans aucune organisation que ce soit, il avait horreur des discours préfabriqués, des vérités premières assénées comme des couperets, des poings levés, des foules qui scandent des slogans, quelle qu'en soit la nature. Je crois bien (mes chères soeurs pardonnez-moi, je vous en conjure), qu'il a apprivoisé la mégère et qu'il était temps.

Alors, pour vous présenter la photo ci-dessus, prise début Avril, à l'occasion d'une rencontre entre anciens parents d'élèves de Garaziko ikastola ( traduisez Ecole en langue basque du canton de Saint-Jean-Pied-de-Port), je ne vais pas vous parler de la nécessité de sauver les langues minorisées ou de l'identité d'un peuple et de sa culture, ni même de la nécessité de méthodes d'éducation et d'apprentissage qui considèrent l'enfant comme un acteur et non pas comme une machine à avaler des connaissances.

Je vais simplement vous  dire que pendant toutes ces années où ma fille à été élève dans le cadre de la filière Seaska  (Fédération des ikastola), c'est à dire de la petite section de maternelle au bac, l'ikastola a été pour nous une famille, de la chaleur humaine, beaucoup, beaucoup de joie. Pourtant, surtout au début, l'époque n'était pas facile. On nous regardait de travers ( tous des Enbata zikina, des terroristes), l'ambiance, en raison des attentats du GAL, était plus que tendue. Et puis par un très vilain jour d'hiver, deux de nos "andereño  (enseignantes),ont perdu leur jeune vie  sur la route en venant rejoindre leurs élèves. Pour les parents, tout était à faire : la cantine, la vaisselle ( à la main avec un chauffe-eau souvent en panne), le "ramassage", le ménage, le déménagement en juin pour laisser la place à une colonie de vacances, la reconquête des lieux en septembre, les constructions pour accueillir un nombre croissant d'élèves, et j'en passe. Le manque de moyens était criant. Ce que l'Etat ne nous donnait pas, il fallait se le procurer et nous organisions des concerts, des bals, des repas. Nous étions toujours sur le pont. Les réunions étaient presque hebdomadaires, les rues de Bayonne nous voyaient défiler une fois par mois, les Assemblées Générales de Seaska  ne nous rendaient souvent à nos foyers que vers les quatre heures du matin.

Ah, certes, ce n'était pas le club Med! Par ailleurs, ma vie personnelle était lourde, très lourde, très noire par moments. Peut-être est-ce pour cette raison que j'ai ressenti si fortement l'ikastola comme un nid chaleureux qui nous abritait, ma fille et moi, un foyer qui nous enveloppait de sa chaleur. La solidarité, le bonheur de se soutenir, de s'épauler les uns les autres sans jamais compter, la joie d'être ensemble et un grand esprit d'ouverture sur le reste du monde, beaucoup de respect---- je n'aurai jamais assez de mots pour remercier les enseignants, les parents, les enfants aussi, l'ikastola tout entière et leur dire que je les aime. Et voilà, l'amour, encore l'amour! On y revient toujours, en fait!

 

itziar-ikas-copie-1.JPG

Itziar arrive à l'ikastola ( à l'époque  dans le village de Lasse) par un beau jour de printemps. La lourde charge des études de la classe des "Pinpirinak" ou des "Xitoak", je ne me souviens plus trop à vrai dire, ne semble pas l'affecter plus que ça.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Au jour le jour. Egunean---
commenter cet article

commentaires

arbelbide 03/05/2013 16:52

....Bien sur que je comprends et me réjouis que "Jenofa" SE retrouve après tant d'années de "passionaria" qui l' ont qq peu détournée,d'elle même.... fatiguée, déçue ,y tout y tout....Gilles t'y a aidée.....
Donnes toi, paisiblement, le temps de la reconstruction....Avec toutes les ressources que tu portes, je n'ai crainte que tu ne traces un nouveau chemin, respectueux de TA PERSONNE...AUPA JENO eta bi muxu . Maixan

jenofa 03/05/2013 14:22

Ne plus être la représentante de telle ou telle orga, politique ou associative, ni même en tant que membre d'une vaste mouvance, enfin! Ne plus porter que sa propre parole, tout en ayant conscience des limites de son importance, en toute humilité. Ne plus dire "nous" "on", mais se retrouver en tant que personne libre, en tant que femme en +! La féministe que tu es devrait plutôt se réjouir de ma libération, non? Même si je me retrouve en femme amoureuse au-delà de la mort. C'est encore une autre question. Muxu, Maixan.

jenofa 03/05/2013 13:51

Non, ma douce, ce n'est pas une solution. Mais je suis arrivée au bout de ce que j'avais donné en ce domaine. Et je ne sais pas s'il existe une solution, à dire vrai. En tous cas, il y a d'autres chemins que celui des groupes, je m'en rends compte maintenant après m'être noyée dedans depuis l'âge de 13 ans. Et toutes les qualités de Seaska, des ikastola, t'inquiète, je les connais, vu que c'est pour ces qualités là que je me suis engagée et y ai engagé ma fille.Le reste, je l'ai découvert, émerveillée, sur le chantier. En disant que je n'allais pas en parler, c'était une manière d'en parler, non? Et dans l'immédiat, j'ai d'autres choses à dire, à écrire, qui me sont 10 000 fois plus personnelles. Tu sais, le coup du maire qui me cherche dans l'annuaire sous le nom de quelques-unes des orgas que j'ai représentées à un moment ou à un autre, ça m'éclaire bigrement sur moi-même, en ce sens que je m'aperçois avoir abdiqué ma personnalité, l'avoir perdue au fil des années, des décennies même. Je ne suis pas mécontente de retrouver la nana que j'avais perdue de vue depuis mes 13 ans, autrement dit, moi. Je ne vais pas la lâcher. Merci à Gilles qui pourtant m'a fait tant de peine mais je lui en ai fait aussi.

Arbelbide 03/05/2013 13:11

Je comprends que tu râles des discours préfabriqués, des vérités couperets, slogans faciles etc...
Le monde associatif n'est pas à l'abri de dérapages,, insuffisances, etc etc..ni de la nécessité d'avoir à se remettre en cause, , mais s'il n'avait été là, malgré toutes ses imperfections,....OU EN SERIONS NOUS ??? TU LE SAIS BIEN...et je pense que tu es capable de lui trouver AUSSI d'autres qualités que "la chaleur humaine" dont tu as bénéficié , au delà de l'âpreté du combat...Dire "Enbata P??? ZiIkina"c'est relativement FASTOCH/...et ce n'est pas à l'honneur de ceux qui le criaillaient...N'être"engagé en rien"....est ce LA solution ???

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.