Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 17:42

 

Le Pays basque n’est pas à vendre !

 

La transition entre la fin du siècle et le nouveau, n’a pas entraîné en Pays Basque, loin s’en faut, un changement d’orientation politique surtout dans le domaine touristique. Ainsi en 1996 les abertzale souletins, titrant la première partie de leur réflexion : Tourisme : le miroir aux alouettes,  affirmaient en préambule  que le poids réel du tourisme dans l’économie souletine ne peut être chiffré avec précision,  qu’il représente 20% du chiffre d’affaire des commerçants et qu’il n’entraîne que la création d’emplois saisonniers et mal payés. S’appuyant sur les chiffres très optimistes de l’office du tourisme ils démontraient que seulement 2,6% des actifs vivent du tourisme et  44% des fonds LEADER et PCD sont alloués au tourisme 1 million d’euros vont être attribués en 4ans à différents projets.  Edifiant non ?

Pourtant le siècle nouveau n’a rien à envier à l’ancien et comme le sillon était tout tracé ce sont aujourd’hui 8 millions d’euros qui sont versés à la filière touristique. Comment s’étonner alors que les spéculateurs locaux et étrangers: agents immobiliers, notaires, sociétés, particuliers fortunés, mafieux de tout bord, se partagent notre pays mettant en exergue la possibilité de gagner facilement un maximum d’argent sur de simples transactions qui doivent bien entendu se passer le plus discrètement possible. Ainsi en Basse Navarre ce sont 30 à 40 hectares de terres que l’agriculture perd chaque année au profit de l’immobilier. Ce sont quelques 40.000 résidences secondaires, ce sont des propriétés entières qui se retrouvent aux mains de nantis qui n’ont que faire de l’avenir de ce pays et de ses habitants et qui n’aspirent qu’à devenir propriétaire d’un joli coin de verdure à 10.000€ l’ha et d’une chaumière restaurée…jusqu’à s’en lasser et trouver tout aussi attrayant de la revendre en faisant une confortable plu value. 

Tout comme celle qui nous préoccupe aujourd’hui. Située à Larraine, moins de trois hectares de terre avec une grange que leur propriétaire désire mettre en vente. Le paysan qui les exploite depuis deux générations tout naturellement est prêt à les acquérir. Ces terres bien pentues, expertisées par la SAFER 20.000€, mais dont la valeur agricole n’excède pas 6 000€, après le passage du dit agent immobilier, atteindront 55 000€ (dont 5.000€ d’agence)  puisqu’un client fortuné, d’origine souletine mais vivant à Ziburu désire les acquérir à ce prix là. Dans l’immédiat, même si la terre ne l’intéresse pas, il projette de transformer la grange en… habitation saisonnière.

Une transaction que la majorité du conseil municipal de Larraine est loin d’accepter puisque ayant pris conscience des dangers de la spéculation (perte des terres et des habitations, impossibilité de transmettre la propriété aux descendants, installation impossible….),  elle a voté à la majorité une nouvelle fois, une deuxième délibération pleine de bon sens et qui devrait servir d’exemple,  pour que le prix de vente soit revu à la baisse et pouvoir exercer son droit de préemption. Pour l’heure, les ministères concernés ayant accepté le droit de préemption et même si la SAFER soutient la décision du conseil municipal nous dénonçons leurs « critères » d’expertise (ou le pouvoir qui lui est octroyé ) qui entrouvrent la porte à la spéculation, nous n’acceptons pas que la terre soit dissociée des granges et autres habitations et exigeons que le nouvel acquéreur se retire de cette honteuse spoliation-transaction.

 

            La terre aux paysans ! Le Pays Basque doit vivre !

 

  Collectif de Soule contre la spéculation

NON A LA SPECULATION !

MANIFESTATION

SAMEDI 7 AOÛT

17 HEURES

à ZIBURU

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Manifs Manifestaldiak
commenter cet article

commentaires

Jeno l'écolo 27/07/2010 20:44


Ce n'est pas impossible et ce n'est pas nouveau.
Tu sais, ici, avec le combat des GFA, on voit de drôles de choses ( voir en particulier l'affaire de la ferme Kako.


annie 27/07/2010 20:05


Oups! Est-ce que la SAFER cherche à éliminer les petites exploitations de montagne non rentables en empêchant leur rachat par des prix trop hauts?


Jeno l'écolo 27/07/2010 15:58


Oui, la SAFER, déjà dans les années 70 avec le remembrement, c'était très lourd.


annie 27/07/2010 15:41


En fait j'ai écrit que je trouvais bizarre la surévaluation par la SAFER, pas que je lui faisais confiance.


Jeno l'écolo 27/07/2010 14:12


Ben voilà, merci Annie.
C'est pour susciter ce genre de commentaires que j'ai publié ce post parce que, sur le fond du fond, je suis entièrement d'accord avec toi.
Si j'habite cette maison,moi qui suis arrivée de Paris, c'est parce qu'à un moment le pauvre paysan qui l'habitait et croulait sous les malheurs, n'a pas été soutenu par les voisins dont certains
n'ont eu qu'une idée, profiter de ces malheurs. Ca rend circonspect, pour le moins--- cynique et négatif pour le pire.
Sur l'événementiel, je suis moins d'accord avec toi. Je n'ai aucune confiance en la SAFER qui n'est plus, et depuis longtemps, un organisme de défense du monde paysan. Les exemples ne cessent de
nous crever les yeux. Le dernier en date concerne la LGV.


Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.