Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 14:53

Plutôt que de nous gaver avec les paseos, les véroniques et les faenas et de zoomer sur les fesses moulées (ou pire)  des matadors ( tueurs), l'art ou ce qui se prétend tel ferait mieux de montrer la vérité, la torture et la mort du taureau, quand ce n'est pas celles  du cheval.

http://www.pas-content.ch/anti-corrida/Photos%20C.R.A.C/Novillada%20Saint-Gilles%2003-10-04%20(76).JPG

Photo de Jérôme Lescure

"Emazteek diote", association basque, écologiste et féministe, communique:

 

Exposition d'art taurin à Hasparren. Réfléchissons !

A la suite de l'annonce d'une exposition d'art taurin à Hasparren, l'association Emazteek diote s'interroge...

Peut-on s’émerveiller devant le spectacle de la souffrance et plus particulièrement celle des taureaux comme l'incite une telle exposition.

En effet, les taureaux sont maltraités avant et pendant la corrida : avant l’entrée même dans les arènes, on leur met de lourds sacs sur le dos ; on leur entaille à vif les cornes qui deviennent ainsi très douloureuses. Au cours de la corrida, on leur coupe les muscles du cou de façon qu'ils ne puissent plus relever la tête (tercio de pique) et soient affaiblis lors de l'apparition du toréador. Les blessures effectuées par le toréador dans les poumons font que le taureau s’étouffe avec son propre sang. A la fin de cette torture, quand le taureau est en train d'agoniser, on lui coupe les oreilles et la queue.

La tauromachie n'est surtout pas de l'art, c'est de la barbarie!

Nos ancêtres tuaient les animaux pour répondre au besoin de se nourrir et, en 2012 nous en sommes encore à mettre en scène le spectacle de la torture et de la mort, sous le couvert de l'art qui aurait paraît-il, le don de magnifier le pire!

Les personnes humaines ont aboli des traditions parce qu'elles abaissent l'humanité.

Comment se fait-il qu'au nom d'une coutume née en Espagne au XVIIIème siècle et un peu rapidement bombardée au rang de tradition, on honore cet acte meurtrier lors de la fête , « La fiesta nacional » voulue par Franco et qu'elle trouve écho dans des villes et villages du Pays Basque ?

L'arrivée de la tauromachie à Bayonne date de l'été 1853 avec l’impératrice Eugénie, peut-on parler de tradition ?

Alors que, de plus en plus de villes se prononcent contre la corrida : Barcelone, Tolosa (Gipuzkoa) et plein d'autres villes donnent l'exemple.

Mettre en scène la cruauté envers un herbivore va-il dans le sens de l'humanisation de l'être humain ? Et, ceci quelle qu'en soit la représentation artistique ?

Mettre en peinture la mort d'animaux pour compenser nos frustrations nous paraît transmettre un message de violence et de cruauté extrêmement dommageable, en particulier pour les enfants et les générations à venir. Il s'agit là d'une très grave responsabilité.

Décemment Emazteek Diote ne peut cautionner, par sa présence, une telle exposition ! Ça serait mettre entre parenthèses sa philosophie de respect des droits de tout être vivant, d'aucune suprématie de quelqu'un sur quelqu'un d'autre, humain ou animal, fut-il même « élevé » pour le combat.

Toutes ces violences sont à combattre, surtout lorsqu'elles se déguisent en festivités et se servent de l'art pour se donner une légitimité.

La fête serait plus belle sans toutes ces violences !

Contact : emazteek-diote@wanadoo.fr



Zezen arteaz erakusketa Hazparnen. Gogoetak egin ditzagun !

Hazparnen, ikusgai dagoen zezen arteaz, gogoeta batzuk egiten ditu Emazte Diote taldeak.

Nola miresten ahal dugu zezenen sofrikarioa agertarazten duen erakusketa bat ?

Ezen, korrida iragan aintzin, zezena gaizki tratatua da, zaku pizuak bizkar gainean ezartzen zaizkio, adarrak bizi bizian mozten, ondorioz adarrak izigarri minberak ditu. Korrida denboran, lepoko ginarreak mozten zaizkio, burua ez altxatzeko gisan (pikako terzioa), horrela zezena ahuldua da toreatzailea agertzean. Toreatzaileak zezena bularrean zauritzen duelarik, ondorioz zezena bere odolarekin itotzen da. Eta tortura hau kasik bururatzearekin, zezena hilzorian delarik, mozten zaizkio belarriak eta buztana.

Tauromakia ez da artea baizik eta basakeria !

Gure arbasoek abereak hiltzen zituzten jateko beharra baitzuten eta 2012-an, gutariko batzuek, artearen aitzaki pean, tortura eta heriotza emaiten dute ikusgarri.

Espainian, XVIII. mendean sortua tauromakia eta laister ohitura bezala ezagutua, nolaz onartzen da ohoratzea holako erahilketa, hain zuzen Franco diktadoreak hautatu besta egunean « fiesta nacional » eta nolaz oraindik oihartzuna dauka Euskal Herriko zonbait hiri eta herrietan ?

Baionara, Eugenie emperatrizak ekararazi zuen tauromakia 1853-ko udan, hau dea tradizio bat ?

Gaurregun, beharrik gero ta hiri gehiago korridaren aurka agertzen dira eta debekatzen dute : Kataluniako herrian (Bartzelonan), Gizpuzkoako Tolosan, eta beste hiri ainitz bide beraren hartzen ari dira.

Abereen hilketa margotzea, bakoitzaren frustrazioak osatzeko, iduritzen zaigu bortizkeri eta salbaikeri mezu baten hedatzea dela, ondorio kaltegarriak dituenak bereziki haurrentzat eta datozten belaunaldientzat.

Emazteek Diotek ezin du holako erakusketa batean parte hartu ; ez doa batere bere filosofiarekin, bizidun ororen eskubideen errespetua izaitearekin.

Bortizkeria guzi hauen aurka egin behar da, bereziki besta itxura hartzen dutelarik eta arteaz baliatzen zilegitasun bat ukaiteko.

Besta ederragoa liteke bortizkeria guzi horiek gabe !

Harremana : emazteek-diote@wanadoo.fr


>

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.