Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 11:00

Une contribution de Daniel Labeyrie.

 

P1070966

Photo Richard Cuisset

         Lorsque tu t'invites dans la maison, l'automne s'installe et nous savons que peu à peu la mauvaise saison aura bientôt raison des journées lumineuses.

         Tu t'accroches aux rideaux, toujours un œil tourné vers l'extérieur, toi la punaise aux pattes fauves, insecte peu prisé des jardiniers: personne n'éprouve à ton égard la moindre sympathie.

 

         Il faut dire que ton écusson n'arbore pas la moindre audace chromatique, tu es du genre discrète et tu ne fais rien pour parader comme la coccinelle qui, elle, a la faveur de tout-un-chacun .

 

         Ton arme de guerre, tout le monde la connaît: à la moindre agression tu répands des effluves de pestilences  autour de toi, assurant ainsi une distance obligée à tes ennemis fussent-ils humains ou animaux.

 

         Dans la cuisine, quand le feu de cheminée réchauffe tes élytres, tu te permets un petit envol qui est loin d'avoir la grâce de celui du papillon ou de la guêpe puis, tu te poses sur le mur blanc: personne, bien entendu, n'osera te déloger sous peine  d'une réaction olfactive peu amène de ta part.

Nos frères humains te détestent allègrement, ne supportant guère tes intrusions.

 

         Tout le monde se demande comment tu survis pendant l'hiver: tu jeûnes des semaines durant et rien dans ta carcasse ne fait montre d'un moindre effet sur ta constitution: tu restes égale à toi-même.

 

         Ta réputation demeure inchangée depuis des lunes et des lunes mais cela ne t'empêche pas de perdurer en ces temps ou bien des espèces ne résistent pas à la dureté des temps.

 

         Qu'attends-tu? Qu'espères-tu? Un semblant de reconnaissance de notre part? Un minimum de tolérance?

 

         Ouvrir la fenêtre et te faire fuir du bout de l'ongle du pouce est un peu facile il en convient mais vraiment tu n'incites guère à la sympathie.

  

         Lorsque la chaleur de mai fera rougir les framboises, je te retrouverai incognito sur un fruit et, hop, d'un bref roulement de l'index sur le pouce, je t'expédierai dans les herbes folles du potager où tu me maudiras du bout de tes courtes antennes .

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Richard 17/02/2011 18:13


Il est vrai que toutes les régions ne sont pas encore envahies par la coccinelle asiatique. Il est impossible de les déterminer par la couleur de élytres et le nombre de points. On en trouve des
jaunes et des rouges à points noirs, des noires à points rouges et des unies ! Ce qui est caractéristique, c'est le dessin du pronotum et aussi la taille, car elles sont plus grandes que les
espèces locales (sauf la 7 points). Par contre, il est beaucoup plus facile de reconnaître les larves à la coloration des segments.


jenofa 17/02/2011 11:54


Bien entendu que je veux, vas-y franco de port et d'emballage. Ca roule. Ces titres de journaux me rappellent beaucoup une soirée qu'avec quelques copains, il y a bien longtemps, nous avions passée
à choisir le titre du journal des Verts du Pays Basque, dans le petit et superbe village de Bunus qui nous offtait parfois des concerts de Catherine Ribeiro, Gilles Servat, Paco Ibanez, Michel
Portal, etc, etc. On s'était payé de ces délires! Tout ça pour choisir un titre fadasse au bout du compte, les effluves du Patxaran s'étant dissipées.


Patricia 17/02/2011 11:00


Je n'oublie pas les Fatals Picards. D'ailleurs, je rencontre mon contact ce vendredi, je t'écris après. Et si tu demandais la signature du journal picard FAKIR "Le journal fâché avec tout le monde.
Ou presque" ? Dans ces cas-là, je contacte l'équipe. Je suis l'une de leurs vendeuses sur Paris et Crépy.

Les coccinelles d'ici doivent carburer au p'tit blanc sec. Je n'oublie pas de te faire un envoi des photos prises la semaine passée dans le jardin. Ce soir ou demain soir.


jenofa 16/02/2011 23:37


Dis-donc, j'espère qu'elles ne carburent pas, comme les chasseurs des Fatals Picards au Chocapic et Beaujolais, tartines rillettes sardines!


Patricia 16/02/2011 23:32


Désolée d'être contradictoire à propos des coccinelles : celles de mon jardin ne sont pas asiatiques ; elles possèdent 5 ou 7 points. En revanche, les coccinelles asiatiques, rouges naturellement,
ont des dizaines de points noirs un peu allongés. Distinction fondamentale entre les coccinelles.

Conclusion : les coccinelles du jardin picard n'ont pas mangé de sushi et bu de thé vert...


Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.