Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 14:31
Marianne et les mouches.

Une contribution de babel.

 

C’est une femme qui n’a pas vraiment d’âge.

Elle a cette élégance naturelle que n’ont ni les filles encore trop jeunes pour être plus que jolies ni les dames déjà encadrées au salon sous un cadre démodé protégeant le temps de leur splendeur.

En sa robe de printemps, elle sirotait le temps qui passe.

Une mouche à viande d’une laideur repoussante vint tourner autour d’elle. Elle en voulait à son teint frais. C’était un furoncle vibrionnant décider à transformer sa joue droite en terrain de jeu.

Que voulez-vous que Marianne y fasse ? Écraser la pustule d’un centimètre chargé de puanteur en se giflant bruyamment, ou la chasser vers un tas de compost ou d’ordures où elle vivrait ce que vivent les vermines : un petit moment dans la pourriture ?

Fallait-il s’éclabousser la face de cette déjection ou avec tact la diriger au royaume des araignées ?

 

Dilemme.

 

Sur le livre ouvert, près d’elle, un bref récit rapportait comment, en Belgique, le parti Vlaams Block, fort de ses élus, de sa popularité, il y a quelques années, avait franchi toutes les limites. Comment ses propos racistes avaient-ils enivré jusqu’à les armer les désespoirs flamands. Tout y était. Jusqu’à la décision de dissoudre ce monstre devenu gênant. En même temps que le gouvernement décidait sa dissolution, le Vlaams Block, ou VB, se torpilla lui-même. Dans les jours suivants, les capitaux dégagés permirent la création du Vlaams Belang, ou VB — le bloc était devenu l’intérêt —, l’appareil de direction était le même ou presque, les slogans ceux de la campagne suivante, les locaux vendus par le VB rachetés par le VB, et ainsi de suite. Officiellement le VB a été dissous, au moment même où le VB est parvenu à naître, plus fort, plus serein que le VB d’avant.

 

Marianne n’eut pas le temps de dire ouf. Un gentleman en mal de bonne réputation, d’un coup sec de journal, écrasa la mouche sur le bord de sa tempe.

Il avait, expliqua-t-il à la belle, à la protéger de tout ce qui l’enlaidissait.

Marianne secoua la tête d’un geste rapide, non pour acquiesce ou pour dénier, mais pour chasser une autre mouche, aux reflets verts plus bruns et aux éclats bruns plus verts qui venait vibrionner contre sa tempe où le léger vent de printemps asséchait la petite rougeur d’où elle avait, d’un coin de coton démaquillant, enlevé quelques restes de chitine peu ragoûtants.

« Ça ira, dit-elle, ça ira, ce n’était qu’une mouche.

— Une mouche chargée d’infections, toutes plus mortelles les unes que les autres, répondit-il

— Si vous croyez avoir tué les mouches de l’été, Monsieur, croyez-le ! Mais faites-moi plaisir en partant, emportez avec votre vaine tentative de séduction les composts et les crottins qui ci et là assiègent mon jardin ! »

 

Je ne sais ce qui fit exactement le bellâtre, qui en dehors des promesses, ne savait pas faire grand-chose, mais elle, elle se replongea avec attention dans la mutation du VB en VB.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

l e b A b e l 13/06/2013 08:07

Merci Jenofa de donner écho à ce texte : l'écho-logie aussi est un art, celui de restituer le vrai son des choses.

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.