Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 17:03

 



 
Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:00

 

 

Mon ami Piarres a recueilli la signature de la pétition du CRAC Europe pour l'abolition de la corrida de Monsieur Charlie Bauer, lors de sa visite en Pays Basque http://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Bauer

Je vous invite à écouter ce dernier.

 

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 11:00

Pour marquer la Journée internationale de la Femme nous organisons la 5ème édition de notre exposition annuelle L'Art Féminin - avec la participation de Dora Salazar, Celia Eslava, Oaia Peruarena, Patricyan et Josette Dacosta.

Le MARDI 8 MARS -

 Conférence sur le théme

«  FEMMES ARTISTES –CREATION TEXTILE »

donnée par
MARIE-CLAUDE BERGER,
Agrégée de l’Université et Historienne de l’art

A 18h30 dans la Salle d’honneur de la Mairie de Saint Jean Pied de Port 

Suivie d’un vin d’honneur dans la salle d’exposition au 22, rue de la Citadelle, à Saint Jean Pied de Port

L'exposition aura lieu du 8 mars au 9 avril 2011
dans la salle d’exposition de la Mairie de Saint Jean Pied de Port
au 7, rue de la Citadelle,
et dans l’Atelier/Galerie Josette Dacosta,
au 22, rue de la Citadelle à Saint Jean Pied de Port

Elle sera ouverte les mercredis, les samedis et les dimanches de 15h à 19h
et en semaine sur rendez-vous : 06 71 00 57 23

Pour accompagner la visite, nous proposons un jeu-guide  pour les enfants, en français et en basque, ainsi que des ateliers.

Pour les visites scolaires, veuillez nous contacter pour fixer une date.

Emazteen artea V

2011ko martxoaren 8tik apirilaren 9ra
Donibane Garaziko herriko etxeko erakusketagelan,
Zitadela karrikako 7.zenbakian
eta Josette Dacostaren langi/galerian, Zitadela karrikako, 22.zenbakian
Asteazken, larunbat eta igandetan idekia arratsaldeko 3etatik 7ak arte

Astean zehar jiteko, hitz-ordu bat hartu: tel 06 71 00 57 23

Bisitaren segitzeko, Itzal aktiboa elkarteak jokogida bat proposatzen du haurrentzat, euskaraz  eta frantsesez, baita ere iharduera zonbaitzuk langian. 
 
Eskolen bisitentzat, gurekin harremanetan jar zaite eguna elgarrekin finka dezagun.   

Itzal aktiboa a pour mission de promouvoir l’art contemporain en Pays Basque, de contribuer à des échanges culturels transfrontaliers et de faire connaître la création artistique auprès des enfants. 

Donibane Garazin kokatua den
Itzal aktiboa elkartearen helburuak hauek dira: arte garaikidea Euskal herrian bultzatzea, mugaz bestaldeko harreman kulturalak sustatzea, eta haurrei sorkuntza artistikoa ezagutaraztea.  

Itzal aktiboa se dedica a la promoción del arte contemporáneo en el País Vasco, a los intercambios culturales transfronterizos y a la sensibilización de los niños a la creación artistica. 
 
Itzal aktiboahas as its mission the promotion of contemporary art in the Basque Country, with particular emphasis on introducing children to the world of artistic creation.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 17:00



Un ami, co-fondateur le 1er Février 1969, avec moi et quelques autres, de l'association "Jeunes et Nature", m'a envoyé récemment cette photo qu'il venait de retrouver dans ses cartons.  Il se demandait qui pouvaient bien être les trois personnes que nous ne reconnaissions pas. En tous cas, c'était en Juillet 1971 sous un soleil radieux qui ne nous avait pas quittés d'un mois,  à Loqueffret, village du Finistère, où nous avions organisé, dans des conditions rocambolesques, une série de stages de formation d'animateurs nature, premiers du nom.

Hasard? Huit jours après réception de cette photo, j'ai remis la main sur un court extrait du manifeste de "Jeunes et Nature", que nous avions rédigé dès le printemps 69.
Je vous le livre :

"Nous voulons lutter contre les pollutions, contre la destruction du milieu naturel, contre la dégradation de l'environnement urbain, contre le massacre des sites, contre l'empoisonnement massif de notre milieu de vie, les engrais chimiques, les déchets radioactifs----
Nous refusons une planète entièrement urbanisée, laide et croulante d'habitants.
Nous remettons en cause la foi aveugle en un progrès automatique et indéfini.
Nous voulons célébrer la Terre, planète vivante, dénoncer son saccage, montrer que les solutions existent pour sauver et restaurer notre milieu de vie.

Suivaient quelques lignes extraites d'une déclaration du Colloque de la Fédération Internationale de la Jeunesse pour l' Etude et la Conservation de la nature:


"La jeunesse est prête à coopérer avec les gouvernements à la réalisation de politique positive et d'action concrète pour la conservation de la nature et des ressources naturelles, dans une perspective mondiale.
Nous sommes préparés à faire des sacrifices pour un environnement meilleur et sommes décidés, quoiqu'il arrive, à continuer d'agir dans le sens qui nous semble indispensable à cette fin."

Bon, là, je vous l'accorde, c'est un peu grandiloquent, et même un peu langue de bois, mais le fond y est.


Vous devez vous demander pourquoi je vous raconte tout ça. Et bien, tout simplement pour dire que l'urgence écologique n'est certes pas un nouveau produit qui vient de sortir en magasin et qui n'est là que pour servir à à certains à faire du pognon grâce au "greenwashing" . Que déjà à l'époque, nous étions les descendants d'une longue lignée de scientifiques,  d'économistes, d'écrivains, de poètes, qui avaient commencé bien avant nous à tirer la sonnette d'alarme et surtout à tenter de  "dilater le coeur de l'homme à la mesure de toute la vie" (Marguerite Yourcenar).

Et que donc, en admettant même qu'il soit encore temps de renverser la vapeur ( ce dont je ne suis pas certaine, dois-je l'avouer),  il ne sert en tous cas à rien d'entretenir la culture de la trouille, surtout que celle-ci peut être terriblement contre-productive et mortifère, nous entraîner sur la pente de l'éco-fascisme qu'il m'arrive de sentir poindre ici ou là et de plus en plus souvent. Ce qui signifie aussi, puisqu'il faut parler cru, que cette urgence écologique et surtout climatique ( c'est à cela qu'on a réduit la question, misère!) ne doit pas servir de prétexte à l'écologie politique pour faire n'importe quoi avec n'importe quelle tête de gondole, sous prétexte qu'elle est médiatique et qu'elle fera monter les scores qui permettront de négocier des postes de députés et ministres qui seront ensuite si tant tellement utiles à la cause qu'elle est la nôtre ( et là, euh----, je demande à voir).

Aie! Je ne voulais pas le dire et je l'ai dit quand-même!

Bon, eh, oh! C'est mon anniversaire!

 

 

  Dessin paru en----- il y a longtemps dans La revue "Combat nature".

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 13:01

20663_1327885316659_1216724282_996924_3605350_n.jpg

 

 

Quand le vent dans un long gémissement se coule, s'enroule sous le toit ,que la pluie crépite son staccato sur les ardoises bleutées,qu'il est doux de se calfeutrer au ventre chaud de la maison, les yeux perdus dans les feux joyeux de la grande cheminée qui chante sa mémoire du temps d'avant.

Quand la lune gratte de ses doigts d'argent aux ajourés des volets, le bois du vieil escalier grince, murs et planchers bruissent leur léger craquement, réminiscences émouvantes de vies oubliées,d'ancêtres bienveillants qui s'accrochent encore aux dentelles et malles dormantes au grenier,

Ma maison , mon antre ,mon repaire , petite trouée de lumière dans la nuit profonde,comme une île ou aborder ,un port ou s'abriter du fracas des tempêtes,

Entre armoires ventrues égratignées par le temps, vieilles photos jaunies en leurs cadres de dentelle cuivrée, c'est là sous les poutres noircies de tant de flambées échevelées ,que j'ai construit mon nid,le cocon de mes trois petites chenilles qui ont maintenant déployé leurs jolies ailes moirées.

Comme ma mère avant moi , ma mère qui me sourit ,du haut de la cheminée ,dans sa robe d'épousée , rayonnante au bras de mon père étonné, comme ma mère, j'ai écrit aux murs anciens les rires de mes enfants , mes larmes et mes joies , mes doutes et mes certitudes .

J'ai gravé à l'écorce des arbres du jardin mes secrets , mes espoirs et mes regrets.

Je remercie la vie pour ce cadeau ,ce repère , ma maison enracinée en sa terre comme je suis enracinée en elle,

Et je maudis ce monde qui n'offre à certains de ses enfants qu'un toit de tôle planté de guinguois sur une décharge putride,

Je maudis les hommes qui jettent sans scrupule des mioches aux grands yeux effrayés dans des vies d'errance et de désespoir.

Je pleure ces hommes vides de tout espoir ,qui n'ont pour seul abri , seule toute petite source de chaleur que les bouches d'aération du métro ou un tas de cartons souillés,

 

Chaque enfant ,chaque homme devrait avoir un toit ,une maison ,qu'elle soit de pierre ,de briques ou de bois, grande ou modeste , très belle ou très laide . Peu importe un endroit ,un chez -soi ou reprendre souffle , un lieu ou poser sa croix.

 

Brigitte Fraval.

 

 


Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 17:00

 

 

    Chers amis de combat,

 

Notre président d’honneur et co-fondateur du CRAC, Jacques Dary, a récolté en quelques semaines plus de 100 signatures de vétérinaires. Son action démontre que rien ne vaut le contact direct et que plus de 90% des vétérinaires sont prêts à signer pour l’abolition de la corrida. Il suffit de les rencontrer ! Afin d'activer le ralliement des vétérinaires, tout récemment, des militants de la cause ont déjà rejoint notre président d’honneur.  La première  est une auxiliaire vétérinaire, Véronique Naudé, membre du CRAC Europe, qui vient d’obtenir près de trente signatures. Bravo à tous les deux !

 

A son tour, le CRAC Europe se met au service du collectif des vétérinaires abolitionnistes initié par le professeur JF Courreau de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, le docteur vétérinaire Nathalie Milhas et le docteur psychiatre Jean-Paul Richier : http://www.veterinaires-anticorrida.fr/

 

Vous pouvez à votre tour contacter votre vétérinaire (une bonne façon de savoir si vous avez un « bon » vétérinaire !) et si vous avez le temps ceux de votre ville ou de votre département. Pour la marche à suivre, merci de contacter Jacques Dary : jac-dary@orange.fr

 

Par ailleurs, Jacques Dary, jeune homme de 80 ans, prévoit un tour de France des vétos en camping car aux couleurs du CRAC Europe. Si vous voulez l’accueillir dans son périple et/ou le relayer sur le terrain dans son action, merci de le contacter : jac-dary@orange.fr

 

Merci pour votre participation ! Et merci de rediffuser ce message au maximum !

 

Dernière minute : Jacques Dary a obtenu la signature de Monseigneur Martin, ancien vétérinaire et évêque de l’Eglise orthodoxe !

 

Bien à vous

Pour l’équipe

Jean-Pierre Garrigues

Vice-président du CRAC Europe

www.anticorrida.com

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 17:21

Sortzea-042.jpg

 

Vous vous souvenez de l'arrivée de Gaztain, la ponette pottok  à Uhaldia?  http://jenolekolo.over-blog.com/article-un-pottok-y-a-pas-c-est-un-pottok-51551418.html

Gaztain sauvée de la boucherie d'extrême justesse et dont tout le monde s'est rendu compte tardivement qu'elle attendait un heureux événement. La saillie n'ayant été ni constatée ni déclarée, il était difficile de dire quand elle serait délivrée de son gros ventre. On parlait de Mai-----

Et puis voilà, ce matin, la belle surprise. Et je vous présente sur la photo ci-dessus le nouveau-né, que nous avons baptisé Altxor. Sur les photos du dessous , il s'est laissé tirer le portrait avec sa maman. C'était sans doute entre trois et quatre heures après sa sortie du ventre maternel, car la plupart des naissances ont lieu autour de cinq heures du matin.

Ne me demandez pas s'il s'agit d'un garçon ou d'une fille. La maman, pourtant douce et affectueuse, se laisse caresser, mais reste très craintive pour le petit  et ma fille et moi ne voulons rien brusquer.. Il paraît que l'on peut voir ça rien qu'à la silhouette, mais j'avoue ma totale incompétence.

Quand nous sommes retournées vers la maison, nous avons vu un Milan royal se poser rapidement au sol et emporter le cordon dans ses serres. Rien ne se perd.



 

Sortzea-037.jpg

 

 

Sortzea-043.jpg

 

Sortzea-040.jpg

 

J'ai très envie de fêter l'événement en chanson:

 

 


 
Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 11:00

Une contribution de Daniel Labeyrie.

 

P1070966

Photo Richard Cuisset

         Lorsque tu t'invites dans la maison, l'automne s'installe et nous savons que peu à peu la mauvaise saison aura bientôt raison des journées lumineuses.

         Tu t'accroches aux rideaux, toujours un œil tourné vers l'extérieur, toi la punaise aux pattes fauves, insecte peu prisé des jardiniers: personne n'éprouve à ton égard la moindre sympathie.

 

         Il faut dire que ton écusson n'arbore pas la moindre audace chromatique, tu es du genre discrète et tu ne fais rien pour parader comme la coccinelle qui, elle, a la faveur de tout-un-chacun .

 

         Ton arme de guerre, tout le monde la connaît: à la moindre agression tu répands des effluves de pestilences  autour de toi, assurant ainsi une distance obligée à tes ennemis fussent-ils humains ou animaux.

 

         Dans la cuisine, quand le feu de cheminée réchauffe tes élytres, tu te permets un petit envol qui est loin d'avoir la grâce de celui du papillon ou de la guêpe puis, tu te poses sur le mur blanc: personne, bien entendu, n'osera te déloger sous peine  d'une réaction olfactive peu amène de ta part.

Nos frères humains te détestent allègrement, ne supportant guère tes intrusions.

 

         Tout le monde se demande comment tu survis pendant l'hiver: tu jeûnes des semaines durant et rien dans ta carcasse ne fait montre d'un moindre effet sur ta constitution: tu restes égale à toi-même.

 

         Ta réputation demeure inchangée depuis des lunes et des lunes mais cela ne t'empêche pas de perdurer en ces temps ou bien des espèces ne résistent pas à la dureté des temps.

 

         Qu'attends-tu? Qu'espères-tu? Un semblant de reconnaissance de notre part? Un minimum de tolérance?

 

         Ouvrir la fenêtre et te faire fuir du bout de l'ongle du pouce est un peu facile il en convient mais vraiment tu n'incites guère à la sympathie.

  

         Lorsque la chaleur de mai fera rougir les framboises, je te retrouverai incognito sur un fruit et, hop, d'un bref roulement de l'index sur le pouce, je t'expédierai dans les herbes folles du potager où tu me maudiras du bout de tes courtes antennes .

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 22:26

http://a8.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash2/60529_162489477101646_146543998696194_550675_2504429_n.jpg

Le matador Morante transmettant à son fils les valeurs viriles.

 

Monsieur le Député,
A deux reprises (courriels joints ci-dessous) je vous avais posé une question au sujet de votre position au sujet de la tenue de corridas en France.
Vous ne m'avez jamais répondu. 
Il n'y aura pas un quatrième courriel, mais dans un peu plus d'un an je saurai me souvenir de cette non-réponse lors des élections législatives. 
Pour moi cette non-réponse est pire qu'une réponse dans laquelle vous auriez exprimé votre position pro-corridas.
Sincèrement,  
Yvan Puntous Lartigau 31160 Milhas
Monsieur le Député,
Il y a un mois je vous expédiai le courriel joint ci-dessous.
N’ayant pas reçu de réponse à ce jour, je me permets de vous le réexpédier et espérant enfin connaître votre position.
Sincèrement,
Yvan Puntous Lartigau 31160 Milhas
 
From: 
Sent: Sunday, November 21, 2010 7:30 PM
Subject: Corridas
 
Monsieur le Député,
Plusieurs de vos collègues (63 à ce jour) ont déposé, en date du 13/07/2010, une modification de la loi “visant à punir les sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés, ou tenus en captivité, sans exception”, en supprimant donc le septième alinéa de l’article 521-1 du code pénal qui permet aux combats de taureaux (et de coqs) de se tenir en France.
Vous joindre à cette liste vous honorerait comme s’honore entre autre Gérard Bapt d’en faire partie.
Si vous ne souhaitez pas rejoindre ce groupe de députés, merci de bien vouloir m’en donner les raisons et de m’expliquer votre position sur ce sujet.
Je vous prie de recevoir, Monsieur le Député, mes plus respectueuses salutations.
Yvan Puntous Lartigau 31160 Milhas, adhérent de l’Association Nature Comminges, Saint-Gaudens
Visitez mon blog photos dédié à la nature: http://images-du-pays-des-ours.blogzoom.fr
Partager cet article
Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 19:38

L'Ours est l'avenir de l'Homme.

La légende est de moi mais la photo vient de là:

http://www.dinosoria.com/mammifere/ours-europeen-2.jpg

 


 

Je prends ma plume pour dire combien je trouve pitoyable les positions de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), mais plus encore celles Euskal Herriko Laborarien Batasuna (ELB). Selon les dernières nouvelles, il paraîtrait que les deux syndicats auraient manifesté ensemble contre la réintroduction d’ours dans les Pyrénées. Je n’ose même pas imaginer la photo ! La honte, ELB et la FNSEA ! Attendez, j’ai un doute ! Ils n’ont pas manifesté à Pau, quand même, auprès de Jean Lassalle, le destructeur de la vallée d’Aspe et de Philippe Lacube responsable de l’Addip, éleveur ariégeois habité par la haine de l’ours, qui menace de partir en guerre et de réveiller les milices rurales ?
Pour la FNSEA. Je ferai court. Ils sont fidèles à eux-mêmes, c’est-à-dire de bons petits soldats de la destruction de l’agriculture, de la culture et de la nature. La totale en fait. Des militaires n’auraient pas fait mieux en matière de transformation radicale de l’espace, de notre conscience de la terre et de nos têtes. Ils sont fidèles à eux-mêmes, je ne suis pas surpris.

Je suis largement plus désolé du discours d’ELB, qui se range aujourd’hui assez clairement du côté de ces anti-ours primaires.

ELB déclare qu’ « avant d’introduire de nouveaux ours il y a beaucoup à faire ». Bien sur, c’est ce qu’on dit quand un sujet ne nous intéresse pas. En langage rugbystique ça veut dire : « botter en touche ». C’est comme ça d’ailleurs qu’à Mauléon-Licharre, pendant des décennies, les chiens errants étaient enfermés dans des cages dans lesquelles ils pouvaient à peine bouger et qu’au bout de quelques jours, si personne ne les réclamait, ils prenaient tout bonnement une balle dans le crâne. Jusqu’au jour où une emmerdeuse (en l’occurrence c’est « une » désolé) arrive et commence à mettre son nez dans ce genre d’affaire… « Mais vous ne trouvez pas qu’avant de s’occuper des chiens, il y a beaucoup à faire ? ». Sans blague ! Nous devrions nous justifier constamment de penser que « humanisme », ça ne veut pas dire « aimer que des humains ».

Avant ! Avant ! Avant ! Tout ça sonne bon le corporatisme. Et ça sent l’homme devant, l’anthropocentrisme toujours, jusqu’au néant total. Allons jusqu’au bout de la logique. Et pourquoi pas la disparition de toutes les espèces qui gênent ? Quel beau signal nous donnons à tous ces peuples, notamment nos ami(e)s africain(e)s dont les difficultés économiques, politiques, sociales et autres dépassent largement les nôtres. « Avant de vous occuper de vos tigres, vos gorilles, vos girafes, vos lions, il y a beaucoup à faire ! » Qu’en dites vous ? Voilà un magnifique boulevard pour un écocide mondialisé et légitimé par la belle Europe donneuse de leçons. Quelle honte mais quelle honte !

« Avant de s’attaquer à la problématique de l’ours, il y a bien des chantiers à mener » nous explique ELB. Avant, avant, avant. Cela fait combien de décennies que l’on entend cela, alors que la dernière ourse de souche pyrénéenne, Camille a disparu, alors que la population des ours continue à décliner et serait réduite à néant dans les Pyrénées si les renforcements n’avaient pas eu lieu, alors que l’occupation humaine n’en finit pas de grignoter l’espace depuis des décennies … ELB pousse le cynisme jusqu’à décréter que « l’ours n’est plus en danger ! ». Est-ce du cynisme, de l’indifférence, du mépris ? Ou carrément tout ensemble !

Quand je pense qu’il y a encore peu de temps, hartza était considéré comme notre ancêtre. Quand je pense que pendant des siècles nous avons fêté la sortie de sa tanière avec la Chandelours et qu’il était considéré comme le roi des animaux ! Notre mémoire est-elle si courte ? Sa disparition nous fait-elle si peu frémir ?

Le 4 février à Saint Jean de Luz, il paraît que nous fêtions Hartzaren eguna. A Mauléon le 18 juin nous fêterons Eüskaren egüna. Espérons que, si certains admettent facilement une journée de l’ours sans ours, il n’y ait pas une journée de l’Euskara, sans Euskara… La honte ! Ça la foutrait sérieusement mal non ?


Laurent CAUDINE
alias Lurbeltz


Cet article est passé ce matin dans la rubrique opinion du Journal du Pays-Basque

Petit lexique: Euskara : la lague basque - ELB, la Confédération Paysanne en Pays Basque.

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.