Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 11:30
Un Exocet pour ton anniversaire, Gilles.

Oui, je sais, étrange, le titre--

Gilles Marchal aurait eu 73 ans demain.

Hontz xuria lui offre ce montage vidéo à partir de l'une de ses chansons inédites :  Saint Exocet. Montage réalisé à partir d'un enregistrement sur une k7 retrouvée récemment. Année approximative: 1989

D'autres chansons inédites sur la chaîne Hontz xuria ""L'aquarium", "Encore un hiver", "Mary so long" "On rêve""No lézard" "L'omelette" "Une femme", "On a volé la Tour Eiffel" ----

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 12:51
Le docteur André Dufilho, frère du comédien Jacques Dufilho

Le docteur André Dufilho, frère du comédien Jacques Dufilho

Le docteur André Dufilho fut médecin dans la vallée de Baigorri de 1937 à 1952.

Plus tard, il écrivit "Docteur, un cheval vous attend", livre qui relate de manière vivante et émouvante sa vie et celle des habitants de la vallée durant cette période.

Plus tard encore, il adressa à LEIA, l'association qui pendant 10 ans s'est battue  ( et a gagné) pour empêcher la réalisation d'une route deux fois deux voies dans les Pyrénées basques, un courrier de soutien. Et, bien entendu, il adhéra à l'association.

En lisant les quelques lignes ci-dessous, j'ai repensé à cet engagement d'humaniste envers LEIA, envers ce pays, envers la nature.

Merci docteur.

Milesker jaun sendagilea.

La route et la bagnole---quand les outils deviennent  tyrans.
La route et la bagnole---quand les outils deviennent  tyrans.
La route et la bagnole---quand les outils deviennent  tyrans.
Repost 0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:12

Une contribution de Daniel Labeyrie

 

Ma nuit se fleurit de hiboux

Jean VASCA

 

 

         Les entendez-vous les minuscules hiboux petits-ducs ? Prenez-vous la peine de les écouter par les chaudes nuits cévenoles ? Dans les platanes, dans les tilleuls, ils chantent, déploient leur petit hululement avec ravissement en plein cœur du village. On dirait de modestes percussionnistes haut perchés, animateurs discrets des heures pâles de la nuit.

 

         Les joueurs de boules oublient totalement ces singuliers rapaces nocturnes. Quand les spectacles du château de Barjac éteignent leurs projecteurs, quand les festivaliers épuisés regagnent leurs tentes ou leurs gîtes, ces oiseaux poursuivent leur modeste concert.

 

         Quand les lampadaires s'allument c'est la fête chez les petits-ducs : agapes de moustiques, de mouches, de papillons, de coléoptères, de syrphes, sans que personne ne se rende compte de quoi que ce soit. Quand vient le jour, ils s'installent, totalement invisibles, sur les branches des grands platanes de la place centrale. Ils passent leur journée à jeter un coup d'œil discret sur les activités humaines, par contre, la nuit est leur royaume.

 

         Salut à vous, petits-ducs, maîtres de Barjac, vous mériteriez même de vous poser sur les hauts murs de pierre du château pour nous offrir un concert dont vous avez le secret. Sachant votre légendaire modestie, vous préférez enchanter les nuits estivales sans jamais demander le moindre cachet à monsieur le maire.

 

         Vous êtes absolument admirables dans votre habit de plumes que personne ne remarque.

         Si le monde bascule, demeurez la vigie de nos étés. Hululez... Hululez... Pour l'ami Jean Vasca de Rivières mais aussi pour nous, gens de passage, passeurs de chansons, colporteurs de refrains, baladins.

 

         Chers hiboux, éclairez nos nuits sombres quand l'hiver frappe aux volets de nos mélancolies.

 

 

Daniel LABEYRIE

Repost 0
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 14:42

Je publie le texte ci-dessous car hélas il décrit parfaitement ce que nous vivons encore aujourd'hui sur la côte basque.

Quant à Colette Magny, et bien, c'est Colette Magny. Voilà. C'est suffisant, non?

 

Interdiction
Repost 0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 10:59
Un poète dit l'érosion du sol.
Repost 0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 18:42

Une contribution de Bruno Bordier.

Pour info à ceux qui l'ignoreraient, des éleveurs du Sud de la France, dont le discours est largement relayé par la presse locale, accusent le loup d'être responsable des feux de forêts.Cette contribution est une réponse à ce à quoi mieux vaut ne pas accoler d'adjectif,  tant  le risque est grand de devenir méprisant et grossier (note de la blogueuse).

 

Loup-émissaire, et tête de Turc.

 La corse brûle et il n'y a pas de loup en Corse. Le Portugal crame il n'y a pas de loup dans les forêts d'Eucalyptus. A un moment, le mec qui dit que ca crame à cause du retour du loup, il faut me l'amener, on va aller se promener ensemble et je lui montrerai pourquoi ca brûle, comment ca brûle

Les forêts brûlent :
 

- un peu à cause des lignes hautes tensions surement posées par les loups
- un peu à cause des lignes de chemin de fer surement empruntées par les loups

- beaucoup à cause des mégots que les loups fument 
- un peu à cause des motos, quads et voitures en forêts, bien évidemment il faudrait aussi interdire aux loups les engins à moteurs, et aussi parfois à cause des tessons de bouteille (il parait) laissés par les loups après leurs nuits d'ivresse.
- et énormément à cause de tarés qui crament, certains pour assouvir des délires et fantasmes, d'autres pour faire de la prairie et d'autres enfin pour des petits projets immobiliers (bon ça c'est bien calmé en 30 ans, ça)

Après, la gravité des feux peut être due  au non nettoyage des forêts qui est obligatoire et des prairies qui sont sujettes à primes PAC. Cette prime variant avec l'état de la prairie, les éleveurs ont plutôt tendance à les avoir très propres.

Mais bon, c'est sûr,  les loups qui boivent, prennent le train, installent des lignes hautes tension et fument, je comprends qu'on ait envie de les abattre, ceux là !!!

Repost 0
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 17:12

Une contribution de Laurent Lebon

Corrida ou l'élégance du désespoir
Pour un oeil averti, vous remarquerez la quasi disparition du taureau dans cette image. Pourtant, il est bien là (las). Et la présence de cette femme sur un cheval (et sur fond rose) est uniquement motivée par sa folle envie de le torturer...avec le sourire! Nous sommes prévenu-e-s. Il s'agit d'un "spectacle d'élégance". Ben voyons..! Ce taureau est relégué (déjà) en bas de l'affiche, meurtri par des bandérilles qui le cisaillent. Ce taureau n'est déjà plus qu'un prétexte pour convoquer une misérable population, soit trompée, soit menteuse...pour le bonheur des organisateurs de spectacles barbares.
 

Ci-dessous, présentation de la glamourette de l'affiche ci-dessus par mon amie Isabelle.

Repost 0
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 08:00
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 19:14

Le défilé du Baztandarren biltzarra.

C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
C'était ce matin à Elizondo
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Au jour le jour. Egunean---
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 16:29
Nous avons dansé dans l'arène!

Une contribution du babel.

Le titre est de la blogueuse.

 

Je me souviens, c’était vers 2020 : il y avait encore de la plage devant les falaises, les USA crachaient des fumées avant de finir par sombrer dans la pauvreté, les émeutes, les fumigènes. Je me souviens qu’on disait aussi que 30° en septembre, ce n’était pas normal, et que certains médecins signalaient à Paris-Ville, qui n’était alors que Paris, qu’il y avait de plus en plus de maladies tropicales.
À la rentrée scolaire, j’étais fier d’être en 6e, je ne comprenais pas bien pourquoi les podcasts infos montraient la Camargue noyée sous une boue, mélange de l’eau revenue et de décennies de chimie, mais je me souviens très bien qu’on y voyait, à demi effacées, des silhouettes de taureaux, peintes alors que plus un seul animal ne broutait dans ce vomissement d’engrais et de pesticides, là où étaient les rizières.
C’était vers 2020, ou avant, et j’étais trop petit pour savoir pourquoi du temps des parents on pouvait tuer les taureaux en parlant de culture, les poursuivre dans les rues jusqu’à la folie. Ce qui me semblait normal, c’était qu’aux arènes, on chante, danse et qu’on expose plein de choses.
J’ai maintenant des cheveux blancs ; je n’explique toujours pas non plus quelle joie il y avait à tuer en s’amusant en musique et paillettes avec un taureau pour proie en public.
Oui, vers 2020, mais j’ai oublié la date exacte, dommage, mais vous auriez vu ça, les enfants, quelles fêtes on a menées quand les États ont interdits les jeux taurins!

Nous avons dansé dans l'arène!
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Corrida: assez! Korrida : aski!

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.