Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2018 6 27 /01 /janvier /2018 11:00
Consumérisme et rêves envolés

La maman de mon parrain, qui était aussi la cousine de mon papa n'avait pas la plume dans sa poche  Embauchée au magasin La Samaritaine, elle avait écrit un jour ce texte qui me ravit. Je n'ai pas la date exacte, ni même l'année, mais c'était, d'après son fils, entre 1972 et 1978.

Je dois quand-même à la vérité de dire que lorsque mes parents se sont installés dans la campagne basque en 1972, ils se sont trouvés devant l'impossibilité de se procurer  un certain nombre d'objets utilisés encore à l'époque hors des villes, comme une baratte de ménage, par exemple. Ils m'ont alors écrit pour me demander d'aller chercher tout ça à la Samar. Et j'ai tout trouvé. Et oui! Moi qui assiste hélas quotidiennement au grignotage de la nature en "zone rurale", je ne me sens donc pas plus étonnée que ça lorsque l'on me parle aujourd'hui du retour de la nature en ville.

 

"Hymne à l'environnement"

"Les paquets de café

Ah, ce que cela m'inspire

Ce n'est pas bien marrant

Ca pourrait être pire

Mais pour se consoler

Il y a les boîtes de lait

Et si l'on en a marre

Les boîtes de calamars

Et puis si l'on s'attarde

En vendant de la moutarde

Faut oublier la rogne

Du client qui grogne

S'il ne veut pas de conserve

On lui vendra d'la merde

Oh, beau prestidigitateur

Egaré au milieu du beurre

Devant une machine hostile

Près des clients faisant la file!

---Ne plus distribuer d'illusions

Ni de beaux rêves ni de mirages

Mais vendre sans grande conviction

Du lait, des Yogourts, du fromage

Toi, beau prince de la magie

Tu es "tombé" dans l'épicerie

Mais---il faut bien gagner sa vie

Et bien plus tard si tu en ris

Et que tu seras un vieillard

Tu n'oublieras pas la Samar"

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2018 4 25 /01 /janvier /2018 11:24
Dimanche dernier, lors d'une mascarade en Soule

Dimanche dernier, lors d'une mascarade en Soule

Une contribution de Beñat Espil

Le titre est de la blogueuse.

 

Ci gît la traduction d'une bafouille écrite dans Ekaitza l'année dernière lors des mascarades de Hoki pour dénoncer le rituel insensé de l'utilisation des animaux malheureusement toujours d'actualité...

Mascarades de la legua

« Quand nous arrivons dans un village, plutôt que demander s’il y a un maire, nous installons notre charrette et au milieu de la place, entre les gens, nous commençons à travailler» C’est ainsi que commençait la philosophie des groupes de théâtre Comico de la Legua. Ils se nommaient ainsi car dés qu’ils arrivaient quelque part, les autorités les obligeaient à quitter les lieux car ils étaient soupçonnés d’apporter la lèpre et cette accusation suffisait pour interdire leur entrée dans un village. Ce seul prétexte de contamination était suffisant pour écarter ces troupes de théâtre de rues, qui, pourtant , apportaient un nouveau vent de liberté mais évidemment étaient pour le pouvoir les premiers ennemis. Il reste peu d’écrits témoignages de ces groupes mais ce qui est sur c’est que dans le jeu de ces troupes apparaissaient les critiques des notables, bourgeois, curés, hommes politiques mais aussi ils se moquaient des travers de la société, des serviteurs, de ceux qui vivaient volontairement sous la domination des notables, des grenouilles de bénitiers etc…. 
Et dans les mascarades? 
Au fil des siècles, ce type de théâtre de rue a changé mais cependant, ici et là existent des troupes qui sont maintenues à l’écart, sans reconnaissance officielle car leurs spectacles sortent du cadre accepté, parce qu’ils tournent le dos au pouvoir et parce qu’ils essuient leurs sales pieds sur le paillasson des lois. Dans une certaine mesure nous pouvons inclure les mascarades dans cette vague de liberté. Cette année, les mascarades de Hoki de place en place on montré aux éternels ronchonneurs, vous savez les fameux : « de notre temps » Les : « de notre temps, il n’y avait pas de femmes, de notre temps nous donnions TOUS le double frisat, de notre temps…, qu’ils pouvaient ranger dans les armoires de chambre bien empaquetés dans de la naphtaline leurs sandales de danse, et leur habits d’or. Là au moins, leurs petits enfants ne les voleront pas pour les revendre pour le prix d’un ifone. L’avenir est assuré oui, qu’ils n’en doutent pas. Les jeunes enseignants que sont Battitta Berrogain, Johaine Etxebest…et quelques autres dont leur jeunesse s’éloigne comme Ttittika Rekalt, Patrik Kanpo,Mixel Etxekopar, entre autres, en suivant le sillon tracé par les ancêtres, sans révolutionner outre mesure la tradition sacrée, savent dépoussiérer, même si ce n’est que légèrement, quelques scènes. Pourtant bien des scènes mériteraient un dépoussiérage complet. En ce début de 21. Siècle, un jeune de Hoki même maîtrisant à la perfection les produits high tech, ne sera pas capable de donner l’adresse d’un rémouleur ou d’un maréchal ferrant. Alors devinez sa réaction si on lui parle d’un chaudronnier, il nous enverra à EMECA et si nous lui demandons où on peut rencontrer des bohémiens il nous répondra que nous les trouverons facilement à Garindein, à Menditte et à Ossas. Donc, il n’y a pas de doute que celui ou celle qui s’attellera à changer quelque peu la physionomie des mascarades aura un sacré chantier.

Le rire est-il une arme?
Cependant s’il fallait révolutionner cette institution, la première chose serait l’emploie des animaux dans les mascarades. En effet, jusqu’à aujourd’hui encore, je n’ai pas compris quel apport pouvaient avoir un renard et un blaireau mort et traîné par une corde. C’est fait pour faire peur aux enfants ! Me répondront surement les fans de Halloween. Pour ceux qui réfléchissent un chouia de plus, leur réponse sera immédiate : ce sont des représentations de la mort. La mort est l’axe des mascarades, parce que nous somme sur la frontière de la vie et de la mort d’un cycle de saison et de la naissance d’un nouveau cycle. D’autres phylosophes, après une looooongue réflexion nous dirons sans sourciller que l’utilisation des animaux morts n’est nullement un problème. Que l’humain adulte est le seul animal qui exècre la mort du corps ( les règles des femmes, les déjections et la mort) . C’est bien vrai, d’un coté je sais bien qu’un enfant adore jouer avec son caca, que les mâles sont attirés par les chaleurs des femelles, je sais aussi qu’une mère singe jouera avec son avorton et qu’un temps après elle l’abandonnera sans scrupules. Je sais bien oui que seul l’humain adulte crée des tabous, creuse des tombes, dresse des pierres tombales, crée des cimetières pour sortir de sa vision les corps qui vont pourrir. Je veux bien admettre qu’il est sain que dans les mascarades on se moque de tout : de la mort, fouler le sacré, renverser les choses interdites. Si j’étais moins craintif je le ferais tout le long de l’année ! Pour un moment donc tous les tabous sont dépassés ( même ces maudits curés ont été obligés d’accepter les reste de tradition des païens, pour en définitive mieux tromper le peuple mais bon !) pour un moment donc, nous rions de ces choses qui nous font peur. Ce rire, personne n’a plu le légaliser. Ni le pouvoir civil, ni le pouvoir religieux). Ce rire reste la meilleure arme du peuple.

Tous les maux dans les animaux ? 
D’autre part, je sais aussi que l’humain voulant mettre de son coté toutes les forces invisibles, cherche toujours des intercesseurs et renforce les rites magiques pour éloigner les pénombres de l’hiver et affaiblir le pouvoir de la mort… Allons, allons, âmes perdues d’incroyants, en lisant ces lignes ne riez donc pas si fort !Txo ! Vous ne savez pas ? L’humain est ainsi : l’animal le plus intelligent et voulant être le maître de la terre mais le larbin des dieux qu’il a inventé et de la mort. Par bonheur pour les autres habitants de cette terre ce comportement et ces agissements seront sa perte ! En des temps anciens, au nom de la croyance de telle ou telle religion, l’humain sacrifiait les nouveaux nés. Plus tard et jusqu'à aujourd’hui, ce sont les animaux qui ont été et sont toujours les victimes de ces conneries de rites dits sacrés. Ces rites démontrent que l’humain malgré son impuissance désire faire quelque chose pour ne pas avouer sa faiblesse. Pourtant même se l’humain sait bien que ces rites n’apportent rien, il continue sur la même voie, en prenant le profil d’halloween ou des mascarades, avec le prétexte de divertir les enfants mais au fond ces spectacles sont organisés pour apaiser la faible conscience des adultes. Et qui est toujours trompé ? L’animal évidemment. L’humain le couvre de nombre de symboles et de génération en génération, les handicaps, les travers, les fautes, nés de ses fantasmes sont supportés par les animaux. C’est ainsi que l’écureuils qui accroché sur les bérets des rémouleurs, quant il était vivant, toujours s’enfuyant, ne pouvant être attrapé, du temps du christianisme était associés au diable. Les malheureux renards et blaireaux accrochés au coup par une corde que les bohémiennes traînent, sont sensés représenter le mensonge, la traîtrise, la méchanceté. Au fond, pourquoi les bohémiens font de tels jeux ? Nicole Lougarot, avec raison, voit là un terrible acte de racisme : un personnage sale, voleur, malfaisant …Les mêmes tares que sont sensés drainer ces animaux. Il y aurait ici dans cette facette de la tradition aussi quelque chose à effacer non ? Et les taupes que les médecins éjectent du ventre de Pitxu sur le public ébahi, comme si elles étaient la maladie…ne sont-elles pas les servantes du diable, les perforatrices de la terre mère, les pollueuses d’herbe qu’elles recouvrent de taupinières et donc de poussière, des animaux aveugles, sales ? Mais j’en entend ronchonner : « alors, quoi, assez de misérabilisme, assez de malheur, assez d’anthropomorphisme, toi, le connard de scribouilleur ! Même en traînant la mort, un peu de compassion pour ces jolies et prestes bohémiennes ! » Il est vrai qu’entre ces méchants animaux, je ne parle pas des magnifiques cornes de béliers ou de cerfs accrochées sur les coiffes des kauterak ou chaudronniers. Leurs symboles sont tout autre. Ces deux animaux depuis toujours symbolisent la force, les rayons du soleil et le feu, donc, la chaleur, l’abondance et le renouveau de la croyance qui font un avec l’arbre de vie, qui sont le lien entre la terre et le ciel… Comme avec un gros joint en somme ! Quoi qu’il en soit il est ainsi le sort des « bons » et des « mauvais » animaux. Quelques uns sont aussi protégés que d’autres sont chassés sans pitié. Ceci est aussi clair que le sang versé par les taureaux torturés dans les arènes pour assouvir le plaisir de certains « humains ». Mais pourtant, sans forcément entrer dans le front de libération des animaux, pour refléter tous ces symboles, n’y aurait-il pas d’autres moyens ?

A la place des animaux, des humains?
Si les mascarades sont aussi fanfaronnes, qu’elles utilisent donc l’humain pour symboliser la mort, la traîtrise, la vilenie, la cruauté….On ne trouvera sur cette terre aucun autre animal qui symbolise si bien ces traits. Sous la peau de l’humain se terrent tous ces travers. De plus, trouver des humains décédés serait on ne pleut plus aisé. Dans cette Soule, lors du solstice d’hiver n’y a-t-il pas assez de vieux qui décèdent ? D’autre part, comme le proclame une vieille chanson bien machiste si à quatorze, quinze, seize ans il n’y a plus de pucelles chez les jeunes filles il ne serait pas étonnant qu’il y ait des avortements (oubli de prendre la pilule, d’enfiler la capote…) Il serait possible de garder les avortons dans les congélateurs et les ressortir pour le temps des mascarades non ? L’humain qui est créateur de tabous, à un moment donné, s’il veut les saborder le temps des mascarades, qu’il prenne sur lui et fiche la paix aux animaux. Mais même si quand il s’éteindra, je suis prêt à offrir nom triste corps pour les mascarades, j’ai bien peur que les changements ne seront pas pour demain. Et moi je vais mourir demain ! Alors, avec tous nos tabous et croyances, la tête et les épaules bien ployées devant le pouvoir, notre vie s’écoulera mais au cours de l’année, une fois au moins, le temps des mascarades, noyons nous dans le charme des bohémiennes même si ce n’est que pour nourrir nos yeux et que leurs couplets pleins d’espoir adoucissent nos oreilles. Mais de grâce laissez les animaux courir les forêts sous le vent de la liberté. Hau Pitxu,hau ! Dans ce spectacle rituel, le seul animal-humain intelligent, sensé et paisible qui meurt, toi, de tout cela, qu’en penses-tu ? Et toi l'humain??

 
 
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2018 4 25 /01 /janvier /2018 09:56
  •  
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2018 2 23 /01 /janvier /2018 11:00
A l'époque, déjà, nos amis les chiasseurs---

Ci-dessous quelques lignes extraites de ce livre paru en 1948. L'action de ce roman que j'aime énormément se situe principalement entre 1885 et 1890.

 

"J'éprouvais la même impression que lorsque l'on se promène dans un bois, le jour de l'ouverture de la chasse. On n'est jamais certain que les détonations qui éclatent de toutes parts ne vous atteindront pas. On va se gardant sans cesse, sans cesse menacé, indemne par miracle." ---

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 11:00
La Sainte-Marie à Glaignes

La Sainte-Marie à Glaignes

Plusieurs jours sans ordinateur m'ont laissé le loisir de faire un peu de rangement dans mes papiers et donné l'occasion de retrouver quelques lignes écrites par ma grand-mère paternelle, Marie Reculé. Elle était née en 1883, 70 ans jour pour jour avant moi et ces lignes sont extraites d'une  très longue lettre qu'elle écrivait à des cousines durant l'été 1961. 

Pauvre "mémé Chantilly", j'espère que de là où tu es, tu ne vois pas toutes les dégradations qui se sont abattues sur nos pays depuis, toi qui savais que la laideur, l'uniformisation et la banalisation des paysages sont destructeurs et mortifères pour l'esprit et par la même l'une des pires pollutions qui soient.

Au passage, notons que ces personnes allaient à l'école jusqu'à 9 ans. Je vous laisse commenter dans vos têtes.

"Je suis née dans le Valois, un pays charmant et pas trop touché par le progrès; on va parfois chercher bien loin le calme et la beauté lorsque l'on est à environ 45 minutes de Paris. Une rivière sinueuse, ombragée, coule dans l'étroit vallon et se jette dans l'Automne, un peu plus loin. Elle, c'est la Sainte-Marie qui a bercé mes nuits car, pas loin de nous, elle sautait sur quelques marches moussues et c'était un bruit à la fois gai et monotone, ce qui paraît difficile à concilier. J'en ai toujours la nostalgie"

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 10:39
Alertez les eurodéputés!

Bonjour,

Mercredi prochain, le parlement européen votera une directive sur les énergies renouvelables avec l’objectif d’augmenter leur production. Bonne nouvelle ? Pas totalement, car certaines dispositions du texte actuellement en discussion portent non seulement atteinte à la biodiversité mais contribueraient même… à accélérer le dérèglement climatique. Pour changer la donne, France Nature Environnement a besoin de vous pour convaincre les 74 eurodéputés français de modifier le texte et redonner à cette directive son ambition première : mettre en place une transition énergétique réellement durable.

Les craintes de France Nature Environnement se focalisent sur deux points : le maintien des agrocarburants dits « de première génération », issus de cultures qui prennent la place de parcelles auparavant dédiées à l’alimentation, et le développement incontrôlé du bois énergie, qui pourrait conduire à couper des arbres entiers en forêt dans le seul but de les brûler pour produire de l'énergie. Pourtant, la forêt abrite les deux tiers de la biodiversité terrestre et ralentit le dérèglement climatique en stockant du carbone.

Ne laissons pas une bonne intention se transformer en désastre écologique ! Nous avons jusqu'à mercredi, date du vote, pour convaincre les 74 eurodéputés français de remanier cette directive. Aidez France Nature Environnement, adressez-leur un mail en 2 clics et encouragez votre entourage à faire de même.

Merci d’avance de votre mobilisation,

Bien cordialement,

 
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 11:53

Une contribution de Daniel Labeyrie

 

Le pic épeiche ne roule pas en calèche

N'allez pas croire qu'il est dans la dèche

Cet oiseau grimpeur toujours sur la brèche

Tambourine sur tous les arbres d'Ardèche

 

 

De son long bec en forme de flèche

Il n'a de cesse de frapper toute branche rêche

Sous les yeux effarés de la maubèche

Mister Tambourine Bird c'est le pic épeiche

 

 

Donnez à ce batteur un os de seiche

A la rigueur une tranchette de ventrèche

Couchée sur un lit de feuilles de livèche

Dans une écuelle remplie d'eau fraîche

 

 

Alors il fait le fier le pic épeiche

Devant la grognonne pie-grièche

Perchée sur la saillie d'une bretèche

D'un château bien célèbre de La Flèche

 

 

Et le poète à cours de rimes en èche

Se retrouve hélas en panne sèche

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 09:00
"Bonne année 2018".

Une contribution de Manex Lanatua

 

"Sous le regard bienveillant du soleil ,

 

le chant s'éveille ,chaque grillon est un violon .

 

Enlacements

 

a la fleur l'abeille donne ses ailes,

 

frémissante elle se libère des racines .

 

Il faut que vous le sachiez

 

bien avant Pharaon

 

les ruches étaient citées débordantes d'histoires

 

Revenez ,

 

interrogez les arbres !

 

Silence,

 

danses,

ivresses des pollens...écoutez !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2018 6 06 /01 /janvier /2018 10:29

Il est parti le jour des rois. Quoi de plus normal?

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 17:26
Neska s'en est allée.

Les derniers moments de douceur hier, pour Neska. Sur mon lit, avec l'un de nos trois roudoudous si doux et tout roux. 

Neska était arrivée à la maison début 2009. Agée d'environ cinq ans, elle venait de passer sept mois dans une bouche d'égout de Bayonne, régulièrement inondée. Prise en charge par l'association "Chat des rues", elle allait mettre bas au moment de sa "capture". Lors de ce séjour en enfer, elle avait eu à se forger un solide caractère car ses sorties quotidiennes pour bénéficier de la nourriture apportée par les bénévoles l'obligeait à se défendre des autres chats, plus costauds, ainsi que des chiens, des voitures et hélas parfois--- des enfants. 

J'en ai mis du temps pour l'amadouer! Elle était terrorisée. Pourtant, au bout d'un mois, elle s'est avérée très affectueuse, même si ses manifestations d'affection pouvaient sembler parfois soudaines et brutales. Neska, c'était un morceau de sucre  aux allures de bulldozer.

Ici, avec ma fille qu'elle prenait pour sa propriété.

Ici, avec ma fille qu'elle prenait pour sa propriété.

Neska s'en est allée.

Sur la photo ci-dessus, on la voit quelques mois après son arrivée à la maison, avec le Briard Baztan qui devait quitter ce monde une quinzaine de jours plus tard. La présence de ce grand chien n'avait pas vraiment facilité son adaptation à Uhaldia. Mais elle avait tout de même senti assez vite que c'était un coeur tendre et elle  recherchait sa compagnie bien plus que celle des autres chats arrivés après elle : chatons déposés devant la porte, minouche trouvée mourant de faim dans un champ de maïs, chatons que leur maman étaient venue mettre au monde dans notre bûcher, etc. Depuis, l'un a été placé, deux sont morts de maladie et il en reste quatre avec lesquels Neska s'entendait de mieux en mieux.

Neska, la chienne Xipi et l'un de nos roux doux doux.

Neska, la chienne Xipi et l'un de nos roux doux doux.

De son séjour en enfer, elle n'avait pas uniquement forgé une forte personnalité. Elle avait aussi fait l'héritage d'une santé plus que  chancelante. Je passerai sur toutes les misères qui l'ont affectée. Souvent, ma fille et moi, nous nous sommes dit au fil de ces années qu'elle était en train de vivre ses derniers jours;. Et puis, vite, elle reprenait "du poil de la bête". Ce qui a fini par faire dire à Itziar  "Ne nous inquiétons pas, elle les enterrera tous". D'ailleurs, hier soir, alors que tout la donnait pour perdue, condamnée--- je me suis surprise à espérer pendant quelques minutes, qu'elle allait surmonter cette épreuve.

Neska, toujours frileuse.

Neska, toujours frileuse.

Tous les chats ont le don de se trouver des "planquettes" de quelques jours ou de s'installer parfois dans des endroits improbables, mais Neska, elle, ma tête à couper que c'était la championne toutes catégories. En septembre 2014, elle s'est installée pendant 15 jours  à raison de 8 heures chaque jour sur une branche du  vieux poirier proche de la maison. Elle dormait, je suis certaine qu'elle dormait!

Neska s'en est allée.
Neska s'en est allée.
Neska s'en est allée.
Neska s'en est allée.
Neska s'en est allée.
Neska s'en est allée.

Au printemps dernier, Neska s'est brusquement retrouvée paralysée de l'arrière-train. Là, elle a eu quelques jours de découragement. Nous avons pensé que c'était perdu. Et puis, vite, sa nature de battante a repris le dessus. Elle a organisé sa vie. Nous nous regardions, béates d'admiration. Quelle passion, quelle rage de vivre! Chapeau l'artiste, chapeau ma Neska que j'aime! Quelle leçon tu nous a donnée!

Au moment où il a commencé à faire froid, cet hiver, Neska la frileuse a bizarrement (pour nous, mais elle devait avoir ses raisons) refusé de dormir dans la maison près du feu et s'est réfugiée sous le foin des pottok, traînant l'arrière de son corps pour venir manger et s'installer ensuite au soleil dans la cour.

Neska s'en est allée.

Et puis voilà, avant-hier, elle a réclamé sa pitance et n'a pu l'avaler. Ensuite, cela a été très vite. Ce matin, après les bons soins prodigués par ma fille et après avoir passé la nuit sur mon lit, Neska s'est éteinte. 

Nous l'avons ensevelie tout près de l'abri des pottok, à côté de la petite Kutzu.

Et je voudrais vous dire : n'achetez pas, adoptez. Mais sachez bien ou souvenez-vous bien avant de prendre votre décision : la Joie que nous donnent les animaux n'a d'égal que le chagrin dans lequel ils nous plongent quand ils s'en vont.

Neska en août 2011

Neska en août 2011

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.