Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 17:54

Une contribution de Daniel Labeyrie

J’ouvris les yeux, je vis l’étoile du matin

Elle resplendissait au fond du ciel

Victor HUGO

Cette année-là, décembre était grincheux, austère, habillé d’un manteau de grisaille dont il ne parvenait pas à se défaire. Le soleil, presque toujours caché, offrait ses rayons à d’autres contrées peut-être plus méritantes.

Les nuits ne laissaient guère la lune se montrer. Le silence nocturne n’était que rarement brisé par l’appel d’un chat-huant dans les lointains. Les bourrasques habituelles n’étaient pas non plus au rendez-vous.

Une nuit de lune noire, il se produisit un drôle d’évènement dans les confins de notre galaxie. Dans leur observatoire chilien, les astrophysiciens plongés depuis des lustres dans l’observation des espaces intersidéraux, remarquèrent qu’une étoile s’était échappée d’un immense trou noir, ce qui n’était encore jamais arrivé. Il s’agissait d’une étoile à faible rayonnement.

Au lieu de se désintégrer, elle se dirigea vers la Terre tout en perdant progressivement sa taille et sa luminosité. Les astronomes aguerris furent rassurés par sa petitesse quand elle pénétra dans l’atmosphère. Ainsi, il n’y avait aucun risque d’explosion ou de disparition de la planète bleue occasionnée par la collision avec l’objet céleste. Au contact de la stratosphère, ils la perdirent totalement de vue. Ils préférèrent ne pas divulguer l’information aux chefs d’état des grandes puissances afin de ne pas déclencher la moindre panique.

Par un drôle de hasard, quelques jours plus tard, la veille de Noël, les diaconesses du Moutier, modeste communauté religieuse, préparaient la veillée de Noël. Le temps était doux, la neige et la burle n’étaient pas au rendez-vous, donc les humains se déplaçaient sur routes et chemins, tout en vaquant à leurs occupations habituelles.

Sœur Samuel, voile et cheveux au vent, chevauchant son pur-sang, allait donner du fourrage à son troupeau d’équidés chaque matin aux premières lueurs de l’aube sans oublier de prononcer quelques mots fraternels à ses chevaux adorés. Son voisin, le fermier, luit dit qu’il avait aperçu une énorme luciole dans un fossé, chose guère possible en cette saison. La religieuse se demanda si l’homme ne lui racontait pas des fadaises. Le paysan retourna sur les lieux, vit de l’herbe brûlée tout autour de cette étrange lumière mais se désintéressa de la chose, estimant que ce phénomène le dépassait.

Quelques nuits plus tard, deux jeunes à moto, revenant d’une rave-party, furent éblouis par un objet lumineux aperçu sur la bas-côté de la route. Ils mirent pied à terre, restèrent à une certaine distance de la petite étoile d’où émanait une certaine chaleur. Ayant vidé de grosses quantités d’alcool lors de la soirée dansante, leurs facultés mentales ne leur permirent pas d’analyser objectivement cette découverte. Ils se remirent donc en route pensant qu’ils avaient été victimes d’une hallucination.

Un pilier de bistrot, passablement éméché, essaya de donner un coup de bâton à cette lumière incongrue gisant dans le fossé mais ne put viser sa cible.

Des garnements, faisant l’école buissonnière (ils avaient dit à leurs parents que l’école était fermée pour cause d’épidémie de coronavirus) la dédaignèrent pensant qu’il s’agissait d’une lanterne non éteinte. Le curé du village effectuant sa marche quotidienne, la regarda du coin de l’œil, se signa pensant qu’une seule lumière mérite d’être reconnue : la lumière divine.

Une nonne bouddhiste, ermite à ses heures, tellement concentrée dans ses mantras, ne vit même pas l’étoile déchue. Un moine orthodoxe, de noir vêtu, débita des litanies pour essayer d’éteindre la source lumineuse qu’il pensait d’origine diabolique. Un chasseur en treillis pourchassant un malheureux chevreuil visa l’étoile mais sa balle fut déviée vers un piquet de clôture qui fut brisé en deux.

Une petite fille d’une dizaine d’années, nommée Stella (drôle de coïncidence), éblouie par la luminescence de l’étoile, la contempla longuement, lui demanda les raisons de sa présence dans ce sinistre fossé boueux. Le minuscule astre céleste ne répondit pas mais réagit instantanément par une augmentation soudaine de sa luminosité. L’enfant, autant fascinée qu’éblouie par l’intensité de la lumière émise, demeura fort longtemps sur les lieux, oubliant qu’elle devait passer à la boulangerie pour acheter un pain au sésame.

Quand elle rentra chez elle, elle fit part à ses parents de sa découverte : les adultes, perplexes, allèrent sur les lieux le lendemain matin, constatèrent la véracité des propos de leur fille. Ces braves gens, très proches de la communauté des sœurs, proposèrent d’aller chercher l’étoile en compagnie de l’ambulancier du village pour ramener la « luciole extraordinaire » afin de l’installer au-dessus de la crèche. Il fallut prendre d’extrêmes précautions pour transporter l’infortunée, la hisser au-dessus d’un pilier du saint lieu sans se brûler les mains et le corps.

La veillée de Noël, fut extraordinaire : dehors il gelait à pierre fendre tandis qu’à l’intérieur de la maison de Dieu régnait une douce chaleur venue d’un coin perdu de notre galaxie. La lumière stellaire se répandit dans les yeux des anciens, des humbles ouvriers aux mains calleuses, des jeunes enfants, des mamans fatiguées par le labeur, des bébés dans leurs landaus, des fermiers burinés, des pèlerins de passage, des pauvres hères sans feu ni lieu, des religieuses de la communauté. Des cantiques furent chantés à tue-tête pendant la cérémonie. Cette nuit-là deux petites étoiles rayonnèrent dans le regard de l’Enfant-Dieu.

Le lendemain, à l’aube frisquette, légère et discrète comme une plume d’oiseau, l’étoile s’éclipsa par une petite fente d’un vitrail pour rejoindre l’étoile du berger dans la lumière des cieux.


 

 


 


 


 


 


 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 15:07
On les voit venir de loin!

Une tribune dans le journal Mediabask du 9 décembre 2021

 

Signataires: Dominique Gouanère, Sylvie Tumas, Laurent Caudine, Danièle Iriart, Marc Latxague, JenofaCuisset

 

L'été 2021, une grande partie de notre planète était en flammes dans le Sud de la France et dans d'autres pays et continents. Le dérèglement climatique, fruit des activités humaines dans une économie mondialiste, capitaliste et productiviste s'installe peu à peu et l'on sait maintenant que le phénomène va s'accentuer plus rapidement que ce que l'on pensait il y a peu .

Les reportages au sujet de ces incendies, parlaient de pare-feux utilisés dans les régions du monde touchées par le phénomène, afin de limiter les dégâts.

Aussitôt, comme Su aski s'y attendait (on commence à les connaître ), les promoteurs officiels des feux pastoraux dans le département des PA ont sauté sur l'occasion pour promouvoir les «écobuages» sous le prétexte fallacieux qu'ils seraient un rempart contre les incendies de forêt en Béarn et Pays basque.

Répétons donc que ces pare-feux dans les régions les plus à risques du globe sont réalisés dans l' unique but de protéger les habitations et de sauvegarder les forêts. Ce n'est pas du tout le cas dans une grande partie des Pyrénées, spécialement dans ce département où les feux pastoraux n'ont pour but que d'empêcher tout retour de la forêt et éventuellement de grignoter l'air de rien le peu de forêts qui subsistent. Avec, en arrière plan, les primes de la PAC, surtout la prime à l'herbe, qui poussent certains éleveurs à brûler tout, partout, chaque année et sur plusieurs milliers d'hectares et dans de très larges proportions, des pans entiers de montagne où jamais depuis des lustres aucun animal ne pâture. D'ailleurs, certains «responsables» (?) ne s'en cachent plus, à l'instar du député Jean Lassalle qui transformerait bien la montagne, si on le laissait faire, en un «green de golf» géant.

Déclarés ou non, autorisés ou non, ces feux parce qu'ils sont, contrairement aux dires de certains, la plupart du temps effectués sans le respect des consignes de sécurité, portent atteinte à des animaux d'élevage en liberté (pottok, sasi ardi, chèvres), à de vieilles bordes (patrimoine architectural), sans parler du nombre de fois où des habitants sont évacués de chez eux comme ce fut encore le cas en Soule cette année.

Par ailleurs et pour rappel encore, ces feux qui dévorent ici la montagne sur de si vastes espaces ne sont pas allumés l'été mais à une période où collines et montagnes ne sont pas les plus sèches, loin de là. On peut même voir certains feux allumés sous la pluie! La prise de feu spontanée en été dans les montagnes du département, et ce malgré le réchauffement climatique, ça ne s'est pas encore vu.

Forêts, animaux d'élevage, biens mobiliers et personnes humaines, les feux pastoraux n'ont strictement rien à voir avec des pratiques qui tendent à les protéger. Ils sont même l'exact contraire.

Nous tenons à dire de nouveau que le but de Su aski n'est pas la suppression des aides PAC, mais d'obtenir qu'elles soient distribuées d'après des critères plus équitables, entre les gros et petits éleveurs, et plus viables du point de vue de l'écologie, donc de la survie des êtres humains sur cette planète.

C'est un long et difficile combat qui devrait rassembler les opposants à ces feux, qu'ils soient citadins ou campagnards, éleveurs ou non.

En attendant, et puisqu'il faut mettre les points sur les i, n'ayons pas peur d'affirmer, qui que nous soyons, qu'un feu de végétaux sur pied allumé où que ce soit, dans les montagnes de nos Pyrénées humides, c'est ajouter au dérèglement climatique et non pas tenter de l'enrayer.

Merci, messieurs, de bien vouloir cesser de tenter de nous enfumer.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 13:03
Lettre-cadeau à Monsieur le Préfet des PA

Monsieur le Préfet des Pyrénées Atlantiques
Association Su aski

Le samedi 04 décembre 2021

Monsieur le préfet Eric Spitz,

Après l’annonce sur la page facebook «Ecobuages organisés 64» en date du 26 octobre 2021 (déjà!) du début officiel de la saison des feux pastoraux, nous nous permettons de vous adresser ce courrier.

En mai 2020, la presse révélait que quinze éleveurs réunis au sein de l’«Association des éleveurs et transhumants des trois vallées béarnaises», en colère d’avoir été «privés» de feux pastoraux pendant quelques semaines de printemps pour cause de COVID, avaient écrit au Préfet ainsi qu’à Monsieur Macron afin de leur faire savoir qu’ils passeraient outre l’interdiction estivale. L’histoire ne dit pas si vous-même leur aviez répondu, mais le ministre de l’intérieur, lui, leur avait en quelque sorte «remonté les bretelles».

Ce coup de semonce ministériel ne les a pas empêchés d’allumer de nombreux feux au mois de septembre comme en témoignent des photos prises en Vallée d’Aspe entre le 8 et le 15 de ce mois par l’un de nos adhérents. Nous vous avions alors écrit. Ce courrier, comme les quelques autres, envoyés depuis la création de Su aski, n’a jamais reçu de réponse. Et, à notre connaissance, les auteurs de ces feux n’ont pas été poursuivis.

En février dernier, les services météo annonçaient des vents d’une grande violence et certains maires du Pays basque intérieur avaient pris très tôt la décision d’interdire tout feu pastoral sur le territoire de leur commune. Certains éleveurs qui avaient depuis longtemps obtenu l’autorisation d’allumer ce jour là, avaient fait preuve de responsabilité en y renonçant, même dans des communes où aucune interdiction n’avait été annoncée pour cette journée. Quant à vous, Monsieur le Préfet, vous avez attendu la dernière limite pour déclarer l’interdiction et il était déjà trop tard.

Cet été encore, en période d’interdiction, plusieurs cas de feux pastoraux nous ont été signalés. Ils viennent s’ajouter aux feux de déchets verts ainsi qu’à la combustion des tas de laines de brebis, avec toute la pollution de l’air, des sols, de l’eau, que ceux-ci entraînent.

Toutefois, nous devons à la vérité de dire que lors de la saison 2018-2019, votre prédécesseur avait plusieurs fois annoncé, en raison de la pollution de l’air et d’une possible affluence de randonneurs, des interdictions lors de certains week-ends particulièrement ensoleillés. Pourtant, ces interdictions n’ont jamais été respectées, nous en avons la preuve par des photos prises ces jours là ainsi que par les témoignages de personnes s’étant plaintes en gendarmerie sans que les contrevenants soient inquiétés en aucune manière. Nous nous permettons donc de vous poser cette question: quelle autorité compétente se charge de faire respecter ces interdictions, avec quels moyens?

Pourtant, Monsieur le Préfet, malgré tous les arguments fallacieux employés par les défenseurs de ces feux, il est évident qu’ils représentent un danger pour les biens et les personnes, une catastrophe en matière de biodiversité animale et végétale, de disparition des arbres, d’érosion donc d’inondations, de participation au dérèglement climatique global. Un véritable écocide doublé d’une grave attaque à la santé publique en raison de la pollution de l’air. Le strict minimum serait donc que les auteurs de feux non déclarés ou allumés en période d’interdiction soient systématiquement rappelés à la loi.

Nous nous attristons que, dans la lignée de vos prédécesseurs , vous ne sembliez pas prendre en considération ces enjeux qui engagent la vie des générations à venir.

Pour toutes ces raisons, Monsieur le Préfet, nous avons le plaisir de joindre à ce courrier un cadeau certes fort modeste mais dont nous pensons néanmoins qu’il pourra vous être d’une grande utilité: une paire de lunettes loupes ainsi qu’une prothèse auditive.

Nous vous les confions en vous priant de bien vouloir les transmettre à la personne qui vous succédera lorsque sera venue l’heure de la passation de pouvoir.

Veuillez accepter nos salutations accompagnées de l’affirmation de notre détermination sans faille à engager un dialogue vrai et sincère entre tous les citoyens au sujet de cette pratique qualifiée d’ancestrale pour mieux la dévoyer alors même que la sixième extinction de masse des espèces ainsi que l’urgence climatique sont en train de nous rattraper.

Association Su aski/Halte aux feu

Lettre-cadeau à Monsieur le Préfet des PA
Lettre-cadeau à Monsieur le Préfet des PA
Lettre-cadeau à Monsieur le Préfet des PA
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 09:00
Pas de nudisme pour la terre. Vive les bombes à graines!

La toute nouvelle vidéo de Su aski:

 

Le Meeting

Album : "Arrêt facultatif" (1972)

Les arbres font aux jardiniers
Des meetings au long des journées
Le monde va bientôt se ranger
Dans le parti des arbres fruitiers
Quelques millions d’horticulteurs
Ont déjà voté pour les fleurs
Et moi qui suis sentimental
Je m’endors entre deux pétales
Hummmmmmm
Coloquintes, amour d’abricots,
Prunes, poires et vous poireaux
La révolution se prépare
Nous allons envahir les squares
Hier vengeurs et corrosifs
Mettez la patte sur le granit
Montrez la vie triomphale
Avec ses cheveux en bataille
Hummmmmmm
Pour le suffrage universel
Les océans, les mirabelles
Les étoiles du firmament
Ne remettront pas leur bulletin blanc
La marguerite échevelée
Morte déjà l’année passée
Avait mis sur son testament
La vie est mon seul amant
Hummmmmmm
Dans les journaux de la soirée
Généralement bien informés
On écrit que des baobabs
Ont défilé à Léningrad
Que les tulipes de Hollande
Emancipées, ont pris la bande
Pour pousser dans des terrains vagues
Des terres incultes, C’est pas croyable
Hummmmmmm
Sur les murs de toutes les cités
On écrit qu’elle va triompher
La vie avec un grand V
Aux élections de nos étés
La plante humaine qui est la seule
à pouvoir s’arroser toute seule
A troqué pour des arrosoirs
Les noirs fusils du désespoir
A troqué pour des arrosoirs
Les noirs fusils du désespoir

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 09:46
Labri, haizearen emaztegaia

Orroitzen zira?

Vous vous souvenez de ce conte écrit par mon frère?

http://jenolekolo.over-blog.com/article-labrie-la-fiancee-du-vent-2-102616866.html

Voici maintenant la traduction en langue basque par P.Errekarte. 

Et l'illustration est de Marc Latxague. 

Labri haizearen emaztegaia

Urte hartan markesak ekarrrarazi zuen lanera aizkolari saldo bat gure pikatuaren aldean. Hauen artean bazauden hizkuntza misteriotsuan mintzo eta frantsesa aski nekez zerabiltenak.

Gauean kantuz eta dantzan laket zuten edo bestela Pirene-altzoan zuten beren herriko historioen kondatzen.Gaubeila hauetatik asko ahantzi zizkit, baina bereziki batek nau hunkitu. Gogoratzen naiz oraino kondalariaz, suak argitua, bere aizkora borobiltsua belaun gainean, ahots ozenez, hitzak bilatuz, begiak berebaitaratuak kondalari, eta historio hau kondatu digu.

Zakur eme ttiki bat bizi zen, oihanaren erdian,gure mendietan.Gu bezalako aizkolariak ziren haren jabeak, honara ekarria zuten gazte-gaztea. Ez zen hain ederra : ilea luze, mutur punta beltzekoa, zango-besoz laburra, eta gorputz luzekoa. Laket zitzaizkion petigora eta gainbehera enbor arteetako lasterraldiak, baina maiz gelditzen zen iguzkiari begiratzeko adarren artetik. Ez zitzaion tratu tzarrik jasanarazten ez, baina inor ez zen hartaz axolatzen. Hertsatua sentitzen zen eremu eta maitasun eskasean. Bihotza zorion eskasean, inor ez baitzen hartaz jabetu. Horregatik egun hartan ihesegin zuen, joateko nora-nahi, menturaren menturan.

Udaberriko goiz ederrean, hartu zuen aske hatsa, kolore orotako lorez margotu espil zabalean. Haize arinak zekartzan mila usainon. Biziaren arrabotsa hautemaiten zen haren inguruan. Bere zangoetan finkatuz, zakurra altxatu zen eskainiz haize goxoaren laztanari bere mutur beltz polita. Orduan, zorionaren eredutzat hartu zuen haizeak. Belar eta loreak makurtuz bere hats usaintsuaz inguratu zuen. Pozaren pozez zagoen laztan hau hartzean. Han, bertan gelditu zen haizea ahantziz eiheren hegalak eta itsasontzien belak hain indartsua baitzen elkarganatzea ! Baina bere ekinbeharrak deitzen zuen eta ezin utziz bakarrik espilean hatsez hantu zen eta berekin eraman zakurra.

Geroztik, ez da sekulan ikusi lurrean. Haizea harekin ezkondu dela diote mundutarrek eta Labri izenez bataiatu duela. Hodeiak ikusten dituzunean zerugainean lasterka, Labri dago haien ondotik. Hodei dirudien artaldea, Labrik du bildua. Aurkitu zuen mendian utzi ditu izan dituen ume osteak. Gizonek bildu eta hazi dituzte maitasunaren aldera. Umeen ume oinordekoek dituzte oraino ardiak biltzen mendian. Amarengandik daukate edertasuna eta hats iraunkor nekaezina.

Ez zaiteztela harri zeru aldera altxatzen badute muturra eta begi gaztaikoloreak zuen artzaizakurrek, han zerugainean entzuten dute iragaiten beren ama.

Uste duzue, beharbada historio hau asmatu dudala ? Ez oihanaren erdi-erdian aizkolari zahar batek, sutondoan, kondatu izan dit.

Richard Cuisset

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2021 2 19 /10 /octobre /2021 13:36
Le retour de Hontz xuria

La petite dernière de Hontz xuria. 

Paroles Claude Lemesle 

Musique et interprétation Gilles Marchal

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 17:59
Matin vert, le retour
J'ai le plaisir de vous informer la réédition de mon roman Matin vert, avec un nouveau look au prix de 14 euros
Pour ceux qui seraient intéressés vous pouvez le commander directement ici :
Laurent Caudine Maison Pastou 64130 Moncayolle
Frais d'envoi s'élevant à 6,73 euros
Gratuit pour les souletins (me contacter).
Plus d'informations me contacter en message privé ou par mail : laurent.caudine@gmail.com
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 18:08
Il est où l'espoir, il est où?

Deux échos du coin de par chez nous  entendus ce jour.

Quelqu'un va faire abattre un chêne majestueux et présent sur les lieux depuis bien plus longtemps que lui pour la raison que les feuilles de l'arbre tombent dans sa piscine. 

Le voisin de ce triste sire, triste sire lui-même,  saute sur l'occasion pour annoncer fièrement qu'il veut faire tomber un autre arbre  car ce dernier lui cache la vue de la montagne ( pelée car cramée chaque année, ndlr).

On n'est pas sorti de l'ornière!

Il y aurait tant à dire que mieux vaut se taire.

Il est où l'espoir, il est où?
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 10:15
Au secours, la terre basque!

Obligée d'aller régulièrement  à Bayonne depuis Uhart-Cize pour des raisons de santé, et ce depuis plusieurs mois. Ca grignote, ça engouffre : élargissements de routes, bâtiments commerciaux , lotissements, SUV partout, grands comme des paquebots, tristes comme des sourires de clown et qui ne transportent que leur conducteur,  à tout moment de la journée. Heureusement que c'est le chauffeur du taxi qui conduit (merci la sécurité sociale), moi je ferme les yeux, voir ça me fait trop mal. Les barbares de la société techno-capitaliste ne laisseront rien derrière eux.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 16:56
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021

Photographiées fin septembre 2021, quelques innocentes victimes des feux  de la saison dernière.

Et on cherche à nous faire croire que dans nos Pyrénées humides, ces feux sont allumés pour servir de pare-feu et protéger habitations, bois et forêts, comme cela se pratique parfois dans certaines régions  sèches de France et du globe!

"On" nous prend vraiment pour des demeurés(es). Ce qui existe là, c'est tout le contraire,  c'est une guerre sans merci à l'arbre, aux arbres, effet pervers d'une PAC complètement folle. C'est un écocide qui ne tardera pas de devenir un ethnocide pour le monde paysan. Mais il parait qu'il ne faut pas le dire.

Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Victimes innocentes des feux pastoraux saison 2020_2021
Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.