Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 11:21
Karine

Une contribution de Daniel Labeyrie

 

à Karine P.

 

 

Quand sonnent les matines

Dans son jardin voilà Karine

Qui turbine, bine et s'échine

 

 

Parfois la buse enquiquine

La bonne et douce Karine

Cachée dans les glycines

 

 

Faut pas que tu te mines

Dans tes serres Karine

Tu n'es pas dans la débine

 

 

Nul besoin de ballerines

Mais des sabots pour Karine

Dans les carrés d'aubergines

 

 

Souvent elle susurre en sourdine

Des refrains pour ses légumes racines

Jamais pour la buse reine de la rapine

 

 

Point de poisons ni de quinine

Dans l'humus des champs de Karine

Petit paradis que la vie illumine

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 10:47
Sauvons tout ce qui peut l'être!

Roland Dorgelès écrivait "Je dis que c'est une victoire parce que j'en suis sorti vivant".

En ces temps de saccage accéléré sur toute la planète , c'est ce que doit également se dire chaque arbre sauvé des tronçonneuses, des bulldozers et des excès climatiques dont nous sommes plus que très probablement responsables, nous les humains.

S'il vous plaît, signez la pétition. C'est par le lien, tout en bas de la page.

 

 

A letter to de Madame la Ministre de l’Environnement, Madame la Secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité,

Madame la Ministre de l’Environnement, Madame la Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité,

 

En position de tampon entre la (très inesthétique) zone d’activités commerciales, et la zone agricole de la  commune de Saints-Geosmes (Haute-Marne), subsiste une minuscule parcelle de 56 ares, aux deux tiers boisée.

 

Cette parcelle n’est plus depuis deux siècles dévolue à l’activité agricole, comme l’était la majeure partie du finage des communes rurales, mais porteuse d’une habitation bâtie au XIXe siècle au temps de la construction du Fort de la Marnotte et des casernes de Langres.

 

Cette parcelle (56 a) était jusqu’en 1955 une « déposante de l’Armée », c’est à dire affectée au stockage et recyclage des « boues » et effluents des casernes et écuries.

 

Bien qu’on ne cultive pas sur des fondations, des citernes ou des cailloux, elle a toutefois été abusivement classée en zone A (NB : sont par définition classées en « zone A » les sections de la commune équipée ou non, à protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles. Ce qui n’est aucunement le cas).

 

Le plan local d’urbanisme de 2004, dans sa détermination des zones de sensibilité paysagère, a intégré cette parcelle dans la zone sensible, du fait même de l’existence de son boisement qui a été signalé par l’auteur du rapport comme de grand intérêt paysager et à préserver. Il est vrai qu’il demeure le dernier élément boisé de toute la zone « du Parc d’activité de l’Avenir », et constitue un irremplaçable écran de verdure séparant les zones commerciale et agricole. Sans compter sa grande valeur de biotope indispensable à l’accueil de la microfaune et des oiseaux Lesquels sont le meilleur insecticide au monde, mais n’auront pas leur habitat dans les jachères fleuries artificielles prônées par les paysagistes.

 

Ce bosquet, dans la continuité de la trame verte qui se constituera si les intelligentes propositions de maintien de haies au " Champ de Monge" sont suivies, forme à ce jour un écran visuel, acoustique de très belle venue, masquant les banals hangars agricoles, sans oublier, par sa position sommitale sur le plateau, son rôle indéniable de brise-vent face aux intempéries des vents d’est. Sa disparition se ferait immédiatement ressentir en temps hivernal sur la voirie, les parkings et les magasins même à l’ouest de la RD 122…En revanche, les installations agricoles sises derrière lui sont redevables d’être indemnes des dégâts par les vents dominants du sud-ouest, par où arrivent toutes les tempêtes.

 

De plus, la définition des périmètres de protection du captage de la source du Morney (Corlée) qui vient d’être soumise à enquête publique et approbation, intègre cette parcelle puisque la limite à l’ouest du périmètre éloigné est la D 122. Ce qui revient à dire que de nouvelles contraintes pèseront sur ce bosquet qui devra être maintenu et soumis à des règles de gestion. Urgence d’autant plus prégnante que viennent de disparaître toutes les haies bocagères du plateau incluses par le périmètre éloigné.

 

Dans ce contexte, l’intérêt public va tout à fait dans le sens des préoccupations des propriétaires, à savoir le maintien de ce boisement.

 

Pour ces diverses raisons, et afin de ne pas obérer l’avenir de cette parcelle, puisque les dispositions actuelles du PLU leur interdit de réhabiliter leur bâtiment, les propriétaires ont demandé et obtenu pour le bosquet qu’elle supporte le statut d’espace boisé classé, au titre des articles L.130-1 et suivants du code de l'urbanisme.

 

Néanmoins, le propriétaire des terrains encerclant en totalité cette parcelle, dépité de n’avoir pu l’acquérir pour ses visées spéculatives, exige l’abattage immédiat de tous arbres à moins de 50 cm de la limite de parcelle, et l’étêtage à une hauteur de deux mètres des arbres distants de 0,50 à 2 m de la limite, ce qui revient de fait à anéantir la quasi-totalité du bosquet puisque ces arbres proviennent d’accrus d’une haie de séparation.

 

Pour sauver leurs arbres, il a été demandé aux propriétaires de prouver via une expertise qu’ils ont plus de 30 ans, ce qui est une évidence puisque ces arbres étaient déjà très grands dans les années  1960, comme l’attestent des vues aériennes remontant à 1948.

 

Pour cette expertise, il été exigé des  propriétaires une consignation de 4675 (quatre mille six cent  soixante-quinze !!) euros.

 

Le rapport sera rendu fin avril.

 

Or, de par leur appartenance à un espace boisé classé, même les arbres de moins de 30 ans sont protégés, ceci afin d’assurer le renouvellement et la pérennité du peuplement.

 

Les signataires demandent donc  à Madame la Ministre de l’Environnement et à  Madame la Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, d’user de leur  pouvoir et  leur autorité pour que soient intégralement respectées les dispositions de la Loi accordant un statut de protection au dernier bosquet arboré de la zone d’activité de la commune de Saints-Geosmes (Haute-Marne).

Partager cet article
Repost0
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 14:00
Céline et Gilles

Une chanson.

Une voix.

Un bouquet foisonnant de clins d'oeil au croisement de trois existences.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 14:17
Prince charmant?

Une contribution de Bernard Caussade

(le titre est de la blogueuse).

 

Rejeton catalan réfugié en pouvoir, en terres droits de l’homme, il fit beau mariage avec le patronat et les forces d’argent.

Entré par effraction rue de Solferino, il avait su convaincre ce petit roi perdu, qui manquait d’envergure, occupé en alcôves par quelques courtisanes, Et petit à petit,  autour de Matignon, le pouvoir s’organise en force parallèle. Il claque des talons, matador en puissance, il impose ses hommes en postes stratégiques, les armées en Bretagne, police en Normandie… les femmes en maladie ou en écologie et puis quelques fusibles et quelques pots de fleur, en cas d’intempéries on déplace les pots, on change les fusibles… 

Il offrit aux puissants en gage d’amitié, la clé des libertés conquises par le peuple et les codes des coffres. Ces derniers, incrédules pillèrent sans scrupules tout en cupidité. Le prince catalan avide de pouvoir bradait au plus bas prix les acquis les plus chers, les conquêtes de sang contre plus de pouvoir, limite dictature…

Et puis un beau matin, en cour de corrida alors qu’il s’apprêtait à passer l’estocade en présence de belles et d’aficionados, la jeunesse en colère, les forces ouvrières descendues dans l’arène, ont  sauvé le taureau. Le petit matador range sa muleta.

Au prochain rendez-vous, prochaine corrida, il se peut que le peuple s’offre comme trophée les oreilles et la queue du petit torero…     

Prince charmant?
Partager cet article
Repost0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 16:26
Altxor redescend dans la plaine.

S'il vous manque un épisode, vous pouvez vous référer au lien ci-dessous.

Nous avons emprunté un van ce jour pour aller monter chercher Altxor  à Ondarole. Il faisait et il fait toujours un temps exécrable.

Un séjour plus long aurait été souhaitable, la vétérinaire ayant parlé de trois mois. Mais les personnes qui l'accueillaaient doivent envoyer le troupeau à la montagne. Or, Altxor, plus soucieux de la compagnie des humains (gentils) que de celle de ses congénères, serait redescendu vers les maisons.

C'est avec une joie partagée par l'intéressée que Monsieur a retrouvé sa maman qui se languissait de lui depuis cinq semaines.

Par ce mauvais temps et dans la bourbier qu'est le terrain en ce moment, je n'ai pas pu faire grand chose comme photos. Dommage.

Voilà. Maintenant, il faut reprendre contact avec lui, voir le degré d'évolution et ensuite nous pourrons décider de l'avenir proche le concernant. La grosse brutasse de l'été dernier nous aura sans doute fait perdre plus d'un an et je vous assure que pour le pardon, j'ai bien du mal.

A suivre.

Au fait, ne me demandez pas ce qui apparaît sur la tête du pépère lorsqu'il monte dans le van (photo ci-dessus), je n'en sais ma foi rien du tout.

Le gros câlin des retrouvailles

Le gros câlin des retrouvailles

Partager cet article
Repost0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 09:00
Mon 8 mars 2016

Le meilleur moment pour planter un arbre, c'était il y a 20 ans.

Le deuxième meilleur moment, c'est maintenant.

 

Hommage à Wangari Maathai, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Partager cet article
Repost0
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 09:12
Les clefs sous la porte
Partager cet article
Repost0
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 11:42
Photo Michael Noirot

Photo Michael Noirot

Le titre de ce "post" est une citation de Chateaubriand.

J'offre cette vidéo à mon papa qui pleurait devant les bulldozers et les tronçonneuses et à son cousin André Dumont (voir l'un des liens ci-dessous) ainsi qu'à mon grand-père paternel, Paul Cuisset, que je n'ai pas connu mais qui n' était heureux qu'en forêt.

Bien entendu, comme à chaque fois qu'il s'agit de cervidés, en pensant très fort à Gilles Marchal et à Luc Romann.

Et en souvenir, toujours si vivant en moi, de mon enfance dans les bois de Trois-Etots.

Avec un grand merci à l'AFLOC pour son engagement.

Partager cet article
Repost0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 18:00

De la Bretagne à l'Occitanie, le parler de la Terre, celle  des arbres et des humains.

D'arbritude en arbritude
Partager cet article
Repost0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 10:50
Une Colette peut en cacher une autre.

Je crois bien l'avoir déjà dit ici, j'aime énormément les livres de Colette, et sa personne également. Pas uniquement, loin de là, en raison de son amour pour les animaux mais il est vrai qu'il s'agit là d'un élément important dans l'affection que je porte à cette écrivaine.

Une autre chose que j'ai déjà dite dans ce blog, c'est que j'aime aussi beaucoup Colette Renard que j'ai eu la chance de rencontrer lorsque j'étais enfant.

Elle aussi aimait profondément et sincèrement tous les animaux.

Si vous n'avez jamais visionné la vidéo ci-dessous, je vous invite à le faire. Et si vous la connaissez déjà, je suis certaine que vous aurez envie d'une petite repasse gourmande.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.