Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 12:00

 

http://farm5.staticflickr.com/4023/5154589962_2a8bb4db57_m.jpg

                                                                             Photo: Richard Cuisset.

 

Communiqué de presse,         273CFC43-2811-449B-92ED-D93E793EAB1E.png
Le 5 novembre 2012
 


L’Office National de la Chasse _et de la Faune Sauvage (ONCFS) est un
établissement de moins en moins public. Le lobby de la chasse en a
détourné la mission tout en encaissant des subventions de l’État
multipliées par 118 en huit ans ! Pour stopper cette amputation du
maigre budget du ministère de l’Écologie, normalement destiné à la
protection de la nature, l’ASPAS demande que l’ONCFS soit rattaché à la
future « Agence de la biodiversité ».

Dans son rapport du 27 juillet dernier jusque-là resté confidentiel,
mais récemment mis discrètement sur son site, la Cour des comptes
épingle une nouvelle fois l’ONCFS (1) tant sur sa gestion financière que
sur la partialité de sa gouvernance. Elle en pointe les « dérives » et
les « pratiques contestables ». La main mise du lobby chasse sur la
gestion de notre patrimoine naturel entraîne de réels problèmes pour la
faune sauvage.

En 2005, la ministre de l’Écologie, Roselyne Bachelot, avait adressé une
lettre de mission au directeur général de l’ONCFS lui intimant de «
faire de l’ONCFS la maison des chasseurs ». Mission qui a été
respectée au delà de tous les espoirs de la ministre… Cet établissement,
comme ses missions, dépendent désormais du bon vouloir des fédérations
des chasseurs, largement majoritaires dans son conseil d’administration.
La Cour des comptes confirme : « la loi du 23 février 2005 a redonné
aux représentants des chasseurs une majorité d’influence qu’ils ne
manquent pas de revendiquer ni d’exercer ». Ce qui n’est pas sans poser
de problèmes sur les missions et les études menées par l’ONCFS : «
l’insuffisante diversification des partenariats de l’établissement dans
ses activités d’observation, d’études et de recherche nuisent à
l’indépendance et à la reconnaissance de certains travaux de l’ONCFS
concernant les espèces chassables, dés lors que les intérêts des
milieux cynégétiques sont en jeu » ! En clair : les données
scientifiques qui dérangent les chasseurs, notamment sur les périodes
d’ouverture de la chasse, l’état de conservation de telle ou telle
espèce chassable ou la biologie des prétendus « nuisibles », ne sont pas
publiées.

Sur le volet financier, la Cour des comptes relève que « la subvention
pour charges de service public, inexistant en 2003, s’est
considérablement accrue, passant de 0,33M€ en 2004 à 39,2M€ au budget
primitif 2012, soit une multiplication par 118 en huit années […] Or
cette augmentation n’est pas justifiée par une évolution des activités
de l’ONCFS dans des proportions similaires ». Et de rappeler une
nouvelle fois que la redevance cynégétique n’est pas l’argent « des
chasseurs » comme ces derniers aiment à le faire croire : « les
redevances cynégétiques ne relèvent pas des redevances pour services
rendus, mais de celles des impositions de l’État, et elles sont donc
destinées à financer toutes les activités de l’établissement ».
Entendez : elles ne sont pas destinées à financer les intérêts
particuliers du monde de la chasse, mais des missions d’intérêt public,
notamment de protection de l’ensemble de la faune sauvage.

Avec un Conseil d’Administration très largement dominé par le lobby de
la chasse, les dérives sont devenues coutumières. Pierre Athanaze, le
président de l’ASPAS, en sait quelque chose. Il en a été administrateur
et n’a cessé de dénoncer les dysfonctionnements de l’établissement au
profit  des chasseurs. Mais en 2008, à leur demande, il en a été
débarqué par Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Écologie, et
remplacé par… un chasseur !

En ces temps de crises, le scandale est à la fois économique et
écologique, car c’est notre patrimoine naturel qui en est victime, et
avec l’argent des contribuables.

L’ASPAS demande qu’une enquête soit menée sur toutes les dérives
financières du monde de la chasse et que les missions de l’ONCFS soient
rattachées à la future « Agence de la Biodiversité » annoncée par le
Président de la République lors de la Conférence environnementale.

(1) Un précédent rapport (1er décembre 1999) avait mis en avant les
dérives financières du monde de la chasse, de l’ONC aux fédérations de
chasse.

Télécharger le rapport de la Cour des comptes du 27 juillet sur la
gestion de l’ONCFS
http://www.aspas-nature.org/wp-content/uploads/RF_64478_gestion_Office_national_chasse_faune_sauvage.pdf>*


Contact presse:Pierre Athanaze, Président de l'ASPAS : tél. 06 08 18 54 55

Association pour la Protection des Animaux Sauvages
Membre du Bureau Européen de l’Environnement - Bruxelles
B.P. 505 - 26401 CREST Cedex - France Tel. 04 75 25 10 00 - Fax. 04 75
76 77 58 - info@aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique par arrêté préfectoral du 11
décembre 2008 (JORF n°0067 du 20/03/09)
Association 100% indépendante

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Les chasseurs Ihiztariak
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 08:50



156927 1243858474210 4086880 nNous souhaitons nous exprimer sur les circonstances de l’arrestation, de la remise à la justice espagnole et l’incarcération de notre fille, soeur et amie.

Nous affirmons clairement que les déclarations faites par Manuel Valls au quotidien Sud Ouest hier dimanche 3 novembre et aujourd’hui dans l’édition en ligne du Parisien sont fausses, nous affirmons que Manuel Valls est un menteur.

Aurore ne vivait pas dans la clandestinité. Depuis le 18 juin 2011, date à laquelle elle est revenue à la vie publique lors d’un meeting politique à Biarritz, elle vit normalement au vu et su de tous le monde. Nous en voulons pour preuves les élements suivants :
-    Voiture à son nom, carte grise faite à la Sous Préfecture de Bayonne le 11 septembre 2012 (document ci-joint)
-    Carte d’identé refaite à la Sous Préfecture de Bayonne suite à une demandé déposée en Mairie de Mauléon, vérifiable auprès de cette Mairie.
-    Demande de RSA validée le 22 octobre 2012, dossier déposé le 18 octobre 2012. (document ci-joint)
-    Document d’inscription à Pole Emploi en date du 25 avril 2012 (document ci-joint)

Nous ne croyons pas à un contrôle fortuit. Plusieurs témoignages nous sont parvenus qui attestent qu’au moment de son arrestation d’autres contrôles de gendarmerie ont eu lieu sur le chemin de retour que devait emprunter Aurore, l’axe Mauléon-St Michel (son lieu de résidence) et l’axe Mauléon-Hasparren (résidence de son compagnon). Nous fournirons des éléments plus précis dans les jours qui viennent. Pour cela nous lançons un appel à témoin à la population. Nous souhaitons avoir des témoignages sur des contrôles de gendarmerie ou tout autres mouvements de inhabituels sur les axes Mauléon-St Michel et Mauléon-Hasparren durant la journée du 1er novembre et plus précisement entre 15h et 17h, et les jours précédents cette date.
Vous pouvez nous joindre au 0787769265 ou à l’adresse suivante : martinfamilia.eh@gmail.com. Lors de vos témoignages et de façon à pouvoir les utiliser nous vous demandons de laisser vos coordonnées (nom, prénom, adresse postale et numéro de téléphone).

Pour terminer nous en appelons à l’arbitrage de François Hollande qui lors de la campagne présidentielle avait parlé de clémence pour Aurore. Nous vous demandons de faire tout votre possible pour qu’Aurore revienne parmi nous et que la vérité sur les circonstances de son arrestation soit faite.

Pays Basque le 4 novembre 2012

 

Pour écrire à Aurore ( Note de la blogueuse)

Aurore Martin
CENTRO PENITENCIARIO MADRID V
Ctra. Comarcal 611,  km. 37,6
28770 Soto del Real (Madrid)

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans La hargne.Muturkeria.
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 09:00

http://herrira.org/wp-content/uploads/2012/01/goiburua.png

 

N'en déplaise à Monsieur Manuel Valls, par ailleurs pourfendeur de Roms et fanatique de torturomachie, la société basque veut la paix,  et ceci des deux côtés de la "frontière".

En attisant le feu comme il le fait ces derniers temps par des déclarations guerrières méprisantes pour les acteurs d'un consensus désormais bien assis ou par l'arrestation d'Aurore Martin 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aurore_Martin ,http://herrira.org/wp-content/uploads/2012/11/Aurore-150x150.jpg

le pyromane Valls prend de lourdes responsabilités.

Je laisse ci-dessous le soin à mon amie Ursoa Parot ainsi qu'à mon ami Gabriel Oyharzabal d'expliquer à ceux d'entre vous qui n'ont pas la moindre connaissance de la situation des prisonniers politiques basques et de leurs familles le pourquoi de la manifestation du samedi 10 novembre prochain à Bayonne.                                                                             

 

Aujourd'hui, les armes se sont tues en Pays Basque, de la part des Basques, sous la forme d'un pari : le pari de la paix dans la justice. Mais pour que cette paix et le rétablissement de la justice qui va avec soient assurés, toutes les bonnes volontés actives et la solidarité sont nécessaires.

Une des conséquences importantes de ce conflit est l'existence de 607 prisonnier(e)s politiques qui ne sont pas reconnus en tant que tels alors qu'un traitement spécifique leur est réservé, que des mesures exceptionnelles leur sont appliquées, bafouant sous certains aspects les propres lois françaises et espagnoles et les droits de l'homme eux-mêmes (torture, isolement total, incarcération à des milliers de kilomètres de leurs familles, procédures d'exception prolongeant indéfiniment les peines entre trente et quarante ans,..).

A travers les trois derniers cas qui lui ont été soumis dont celui de Martxelo Otamendi, directeur d'un quotidien en langue basque, torturé, Le Tribunal des Droits de l'Homme européen lui-même vient de condamner, à l'instar d'autres instances internationales, la chape de plomb qui bloque toute enquête sur les milliers d'allégations de tortures concernant aussi la France puisque de pseudo aveux arrachés sous la torture ont été utilisés dans des procédures françaises.

Le Tribunal des Droits de l'Homme de Strasbourg vient de condamner l'application extra-légale aux prisonnier(e)s basques de peines additionnelles de 10 à 20 ans supplémentaires, hors jugement, afin de prolonger l'incarcération jusqu'à quarante années (Doctrine Parot).

Ces violations des droits de l'homme ne sont pas acceptées par la majorité de la société basque qui se mobilise pour que la paix prenne racine dans ce pays sur des bases de justice. Tous les  acteurs politiques et sociaux de tout le Pays Basque allant de la majorité des élus aux associations culturelles, mais aussi une forte représentation internationale**,  rassemblent leurs forces et leur action pour que ce pari de la paix soit gagné.

Seuls les deux Etats campent sur leurs positions, font obstruction à la paix en accentuant les mesures répressives et n'offrent aucun geste d'apaisement, rejetant toute responsabilité.

La société basque et la paix méritent que l'on se mobilise pour elles. Les Basques eux-mêmes ont su être solidaires dans l'Histoire. Si nous sommes concernés par le respect des droits de l'homme, nous le sommes aussi par le respect des droits fondamentaux des prisonnier(e)s basques et de leurs familles. Notre solidarité active est aujourd'hui nécessaire afin que ce pari pour la paix soit gagné et que le cycle de violences prenne fin.

.** députés européens, personnalités réunies lors de la conférence de paix d'Aiete à St-Sébastien dont les artisans de la paix en Irlande (Jonathan Powel, Gerri Adams, Berthie Ahern), l'ONU avec Kofi Annan, etc.

                                                                                                               Ursoa Irene Parot Navarro. 

 

 267669_448142058564861_1188238135_n.jpg

 

            Un an après la Conférence Internationale pour la Paix au Pays Basque d'Aiete ­et l'arrêt définitif de la violence armée par ETA à laquelle participaient Kofi Annan (ancien Secrétaire Général des Nations Unies), Pierre Joxe (Ancien ministre de l'Intérieur), …  et l'abandon définitif des armes par ETA, le procesus de paix a peu évolué car Madrid et Paris refusent de négocier avec l'organisation basque.

La Déclaration d'Aiete avait obtenue un large soutien dans l'ensemble de la population basque ainsi que y compris celle du Pays Basque Nord. Mais l'attitude des gouvernements français sous Chirac, Sarkozy ou Hollande reste dans la répression et le refus de tout dialogue tant qu'ETA ne dépose pas les armes.

Tout le monde s’interroge sur le comportement atterrant du ministre de l’Intérieur français Manuel Valls qui s’aligne sur la dure politique de Madrid. C’est d’ailleurs dans cette ville qu’il a annoncé qu’il ne laissera pas faire la demande quasi unanime des élus du Pays Basque la création d’une collectivité territoriale spécifique pour le Pays Basque français !

Et, encore plus surprenant il a fait appliquer une décision d’un mandat européen (MAE) contre une jeune militante de Batasuna (parti légal en France) plongeant dans la consternation les élus de tout bord mais spécialement les Socialistes, mais aussi la société civile.

Devant ces comportements provocateurs, Herrira, l'association qui demande une nouvelle politique carcérale, l'abandon de la doctrine Parot par l'Espagne (une politique pénale particulièrement dure et qui ferme la porte à toute évolution), un traitement humanitaire pour les prisonniers très gravement malades ou en fin de vie, le rapprochement des prisonniers au Pays Basque, la fin de leur dispersion et la fin de l'éloignement des réfugiés basques, organise une manifestation de  solidarité le dimanche 10 novembre, à Bayonne. Le rendez-vous est donné à 15 h, place des Basques.

            La manifestation aura le soutien de nombreux secteurs de la société civile comme le barreau des avocats de Bayonne, de nombreux syndicalistes (CGT, CFDT, SUD, ELB, LAB,...), de 150 élus, de divers collectifs et orgaisations basques (Abertzaleen Batasna, Batasuna, …).

 

                                                                                Gabriel Oyarzabal

 

 

 

 

 

CONFÉRENCE DE PRESSE
Bayonne – 30 octobre 2012
  
Bonjour à tous et merci d’être venus.
  
Nous vous présentons aujourd’hui un dossier qui montre, par des faits, des chiffres, des noms et des témoignages ce que nous dénonçons depuis des années: l’implication de l’État français dans la problématique des prisonniers politiques basques.
  
La réalité des prisonniers politiques basques étant constamment en mouvement (arrestations, condamnations, libérations…), ce dossier représente une photographie de la situation au début de ce mois.
  
Sur les plus de 605 prisonniers politiques basques, 136 hommes et femmes se trouvent aujourd’hui dans des prisons de l’État français. 
 
33 familles du Pays Basque Nord ont au moins un prisonnier, certaines deux ou trois. 40 prisonnier-e-s ont leur famille ici.
 
Des centaines d’habitants du Pays Basque nord, parents et amis de prisonnier-e-s politiques basques prennent chaque semaine les routes de la dispersion. 12 accidents ont déjà eu lieu cette année, et la fatigue, la pression, les difficultés financières sont énormes.
 
La dispersion et l’éloignement, les préventives interminables et les condamnations allongées au maximum, l’isolement et les mauvais traitements, sont, aujourd’hui encore, les mesures d’exception que l’État français applique aux prisonnier-e-s basques.
 
Sur les 40 prisonniers dont nous parlons, 3 sont sous le coup de la perpétuité (mesure inhumaine et unique en Europe, même si l’Espagne parvient au même résultat avec la doctrine appelée “Parot”). Tous les 3 sont emprisonnés depuis 22 ans. Parmi eux Ion Kepa Parot qui s’est vu refuser la conditionnelle pour la troisième fois la semaine dernière. 18 ont des condamnations de plus de 20 ans. 20 sont incarcérés depuis plus de 10 ans.
 
144 kilomètres aller, c’est déjà beaucoup pour faire la visite. C’est la distance à laquelle se trouve le prisonnier le plus proche (Mont-de-Marsan). Que dire de ceux qui se trouvent à Châlons-en-Champagne (950 km), du côté de Lyon ou au sud de l’Espagne?
 
Tous ces éléments sont détaillés dans ce dossier, nous vous invitons à le lire attentivement.
 
Cette politique de violation des droits est toujours en vigueur, l’État français n’a toujours pas reconnu l’existence de prisonniers politiques dans ses prisons ni son implication directe dans le conflit. Et il n’applique toujours pas ses propres lois. Continuant de nier l’évidence, il persiste, comme nous l’avons encore vu ce week-end, dans la voie répressive, se cachant derrière l’État espagnol quand il s’agit de prendre ses responsabilités.
 
Mais les temps ont changé, et grâce au travail d’un grand nombre de gens, nous sommes enfin sortis du silence avec lequel ils nous étouffaient. Un nombre toujours plus important d’acteurs politiques et sociaux, parmi lesquels de nombreux élus de la même couleur politique que le gouvernement en place, fait siennes nos revendications, car il est évident que le processus n’avancera qu’avec la résolution de cette situation, celle des prisonnier-e-s et la notre.
 
Ce sont les États qui sont isolés maintenant, et cela nous place devant une occasion sans pareille de les obliger à prendre la voie de la justice et de faire respecter nos droits. Cela ne dépend que de nous maintenant.
 
Pour toutes ces raisons, nous voulons souligner l’importance de la manifestation organisée par Herrira le 10 novembre à Bayonne et voulons appeler l’ensemble de la société à venir, comme nous le ferons, y participer.
 
Il est indispensable de donner à ce rendez-vous l’importance qu’il mérite. Ce sont des droits de nos parents et amis que nous parlons. Ils sont piétinés chaque jour dans l’Etat français, et nous voulons envoyer un message clair au gouvernement français: nous voulons le respect des droits et nous voulons le retour à la maison de nos proches. Nous affirmons également partager totalement les revendications exprimées dans le manifeste d’appel à la manifestation du 10 novembre.   
 
Nous vous y donnons donc rendez-vous.
 
Hurbildu bakera!

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Manifs Manifestaldiak
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 12:36

  Cet article est paru ici:  http://www.eitb.com/fr/

 

 

http://www.eitb.com/multimedia/images/2012/11/02/731953/731953_497778_aurore_martin_atxiloketa_original_imagen_foto610x342.jpg


  • La militante basque Aurore Martin a été incarcérée vendredi à Madrid, après avoir été extradée vers l'Espagne par les autorités françaises. Son extradition a provoqué l'incompréhension et l'indignation au sein de la société basque.

    Aurore Martin a été arrêtée dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen émis en 2010 par l'Espagne. Les autorités espagnoles l'accusent d'avoir participé à des conférences de presse et écrit des articles d'opinion au nom de Batasuna, parti interdit en Espagne, mais légal en France. La jeune militante risque 12 ans de prison en Espagne.

    Après avoir été présentée à l'Audience nationale, la plus haute instance pénale espagnole, le juge a envoyé Aurore Martin en prison inconditionnelle, sans possibilité de libération sous caution. Elle restera en prison jusqu'à son procès.

    De nombreux élus, de toutes les forces politiques, ont durement critiqué l'arrestation et l'extradition d'Aurore Martin. Pour la première fois, la France livre une militante basque de nationalité française à l'Espagne pour ses engagements politiques.

    Seize élus basques du Parti socialiste, dont plusieurs députés et conseillers généraux, ont condamné ce vendredi l'exécution du MAE. "Nous rappelons que les faits visés par l’Espagne ne sont pas répréhensibles en France : appartenance à un parti politique légal en France et participation à des manifestations publiques," soulignent-ils dans un communiqué et demandent "le retour immédiat" d'Aurore Martin.

    En juillet 2011, François Hollande avait, lui aussi, manifesté son soutien à Aurore Martin en réclamant une issue "favorable" et demandant la clémence (écoutez ses déclarations, enregistrées par France Bleu Pays Basque).

    "Ce que Sarkozy et Guéant n'avaient pas fait, Hollande et Valls l'ont fait," a dénoncé Batasuna ce vendredi matin, lors d'une conférence de presse. Batasuna accuse Manuel Valls d'avoir rompu "l'accord tacite" de ne pas appliquer le mandat d'arrêt européen à Aurore Martin.

    Max Brisson, conseiller général UMP, a également réaffirmé son "indignation" et sa "grande inquiétude". "Si j'ai toujours combattu les thèses politiques d’Aurore Martin, j’ai également déclaré depuis le début que le mandat d’arrêt européen était utilisé, en l'espèce, de manière disproportionné par rapport aux faits incriminés parce qu’elle est une citoyenne française et que les faits qui lui sont reprochés en Espagne ne sont passibles d'aucune peine en France," a-t-il rappelé ce vendredi dans un communiqué.

     

    Max Brisson attend que les élus socialistes du Pays Basque "obtiennent au plus vite que le gouvernement qu’ils soutiennent mette un terme à des attitudes brutales vis-à-vis du Pays basque qui en se cumulant en peu de temps risque de provoquer des tensions dont le gouvernement socialiste et ses représentants locaux seront les seuls responsables".

     

    "On ne peut pas avoir aujourd’hui une posture offensée à Bayonne et se soumettre à Paris alors que le ministre de l'Intérieur enfonce le clou en se réjouissant officiellement de l'arrestation de la militante abertzale," a-t-il ajouté, en demandant aux élus socialistes basques de "clarifier leurs positions et se rappeler les promesses qu'ils tenaient durant les campagnes électorales des cantonales et des législatives".

     

    "À défaut de cette clarification, les beaux discours du PS des Pyrénées-Atlantiques s’apparenteraient à du cynisme pour ne pas dire à du machiavélisme," a-t-il conclu.

    Dans un communiqué intitulé "Que cherche Manuel Valls?", Europe Ecologie Les Verts (EELV) Pays Basque s'est dit "choqué" par l'attitude de Manuel Valls concernant le Pays Basque et "s'inquiète de voir pratiquer une répression que rien ne justifie dans le climat actuel".

    "Alors que les élus de tous bords, au-delà des clivages politiques, et la Société Civile s'allient à la fois pour travailler à l'avenir du territoire et pour rendre pérenne la paix rendue possible par le dépot des armes de ETA, Monsieur Valls semble vouloir créer la discorde en entretenant sciemment l'amalgame et la confusion", ont-ils dit, en faisant référence aux déclarations polémiques réalisées par Valls en début de semaine.

    Pour Olivier Dartigolles (Parti communiste), "le Gouvernement Ayrault vient d’écrire une page déshonorante pour notre pays". "Le Parti communiste exprime son indignation et appelle l’ensemble des républicains à exprimer leur condamnation," a-t-il ajouté.

     

    Retrouvez d'autres réactions dans notre article antérieur sur l'extradition d'Aurore Martin.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans La hargne.Muturkeria.
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 18:31

Enfin, moi, je trouve. Et à plus d'un titre. Et vous?

 

enquete-copie-1.JPG

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Au jour le jour. Egunean---
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 12:39

 

 

 

 

Une contribution de Daniel Labeyrie

 

Pluie ô pluie ô pluie ô ! ô pluie ô pluie ô pluie !

                                      Raymond QUENEAU

 

 

 

Dis, la pluie, t'es à sec ?

Que fais-tu de nos gosiers secs ?

 

 

Depuis des mois il n'a pas plu

Ce qui au surplus nous a  déplu

 

 

Tes gouttes d'eau se baladent en nuages

Mais pas le moindre atterrissage

 

 

Le parapluie joue au parasol

Sous le regard amusé du campagnol

 

 

 La limace de mauvaise grâce

Ne se montre même pas vorace

 

 

Dis, la pluie, faut-il des processions

Pour te faire entendre raison ?

 

 

Que vite s'ouvrent les paragouttes

Que pianotent des milliers de gouttes !

 

 

Chantez gouttières et rigoles

Madame la pluie danse la farandole

 

 

 

Daniel LABEYRIE

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 07:00

Cleaved-storming.jpeg

 

     Ilunduren dardara --- Cleaved storming

Chez Luis à St Jean Pied de Port , Donibane Garazin azaroaren 3 an atseko 9etarik 11 arte

Le samedi 3 novembre de 21 h à 23h Chez luis Place de la mairie St Jean Pied de Port

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Au jour le jour. Egunean---
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 18:41

Aujourd'hui, à Bayonne.

Environ 10 000  personnes et 106 tracteurs.

Monsieur Grenet, maire UMP de Bayonne, comme cul et chemise avec Alain Rousset, président PS du Conseil Régional d'Aquitaine "Les tracteurs seraient mieux dans les champs". Ah, ah, ah! Il est troooop drôle, monsieur Grenet!

 

Pour ceux qui n'ont pas suivi l'affaire:  http://jenolekolo.over-blog.com/article-mobilisation-contre-la-lgv-on-continue-111478345.html

 

P1010079.JPG

 

P1010080.JPG

 

P1010084.JPG

P1010082.JPG

 

P1010086.JPG

 

P1010087.JPG

 

 

P1010093.JPG

 

 

 

P1010102.JPG

 

P1010104.JPG

 

P1010107.JPG

 

P1010109.JPG

 

P1010111.JPG

 

P1010114.JPG

 

P1010097.JPG

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Non à la LGV-LGVrik ez!
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 06:00

 

http://astobelarra.fr/img/p/24-68-thickbox.jpg

 

Genre : Poème autobiographique, philosophique, humaniste et écologiste

 

Extrait représentatif : 29ème strophe du poème...


Le temps d’un autre temps est devenu l’urgence
Celui d’un clair regard et d’une autre pensée
De sortir d’un pays que l’on nomme la France
Pour habiter enfin toute l’Humanité

 

André CazetienL'auteur : André Cazetien est né en Béarn en 1923. Instituteur nommé à Lacq en 1957, il a vécu intensément en militant, puis comme maire de Mourenx pendant 18 ans, la prodigieuse aventure de Lacq. Ecrivain et poète, il poursuit son combat.

 

Du même auteur :

- La Terre n’appartient qu’aux hommes (éd Marrimpouey jeune 1977)
- Arrête de courir ! (éd Atlantica, 1999)
- Des camions et des hommes (éd Atlantica, 2002)
- La palombière (éd Atlantica, 2003)
- Soleil noir, soleil bleu (éd Atlantica, 2004)
- Cannelle, chanson pour l’homme et pour l’ours (création poétique et musicale avec Jean-François Baby, 2005, chanson parrainée par Jean Ferrat)
- Des villes pour changer le monde (éd Atlantica, 2005)
- L’homme qui vivait avec les ours (éd Atlantica, 2006)
- Soldignac, champion du monde (éd Atlantica, 2010)
- Soleil bleu – soleil noir (éd Astobelarra - Le Grand Chardon 2010)
- Et Organisons-nous ! (éd Utovie 2011)

 

http://astobelarra.fr/product.php?id_product=24 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Les écrivains Idazleak
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 18:49

 

  Emeki-Luke-1-sm.png

 

Emeki-Luke-2-sm.png

La LGV, ennemie du climat

 

 

     La poursuite du modèle actuel de production, de consommation, d'aménagement du territoire, de transports, d'économie délocalisée, d'agriculture intensive etc., risque de nous faire franchir le seuil -irréversible- de l'emballement climatique dès 2050, quand les enfants nés aujourd'hui n'auront pas 40 ans.

 

       Les économies d’émissions de gaz à effet de serre (émissions à l'origine du dérèglement climatique en cours) que permet le train par rapport à l’avion ou la voiture sont souvent présentées comme un argument majeur en faveur de la voie nouvelle LGV, par les partisans de cette dernière en Aquitaine.

      Or, le dossier EPINE ( cf par exemple http://epine.urrugne.info/ ) démontre -chiffres et arguments à l'appui- que les émissions évitées par le report modal attendu grâce à la voie nouvelle LGV Bordeaux-Hendaye ne compenseront pas la « dette » initiale en termes d'émissions carbone de construction de cette même voie nouvelle.

La LGV nous ralentit !

      De plus, quel serait le bilan carbone global de cette voie nouvelle si les énormes sommes d'argent que certains veulent investir dans sa création l'étaient dans un meilleur entretien des lignes de proximité actuelles, dans le développement de l'offre de trains de proximité, la réhabilitation d'anciennes lignes (comme celle du soufre à Bayonne), le développement du fret ferroviaire qu'on démantèle actuellement, la multiplication des voies de bus en site propre, ou la construction de pistes cyclables sécurisées ?

 

      Quel impact sur le bilan carbone auraient eu les dizaines de millions d'euros déjà versés par le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, la Région d'Aquitaine, certaines communautés de communes ou d'agglo du Pays Basque pour financer le tronçon.... Tours-Bordeaux, s'ils avaient été investis dans les alternatives de proximité au tout voiture ?

 

      Avant de dépenser des milliards pour anticiper une hypothétique saturation des voies ferrées à l'horizon 2030-2035, ne ferait-on pas mieux de les consacrer à résoudre l'actuelle et bien réelle saturation routière des années 2012-2020 ?

 

      Bref, la très grande vitesse pour « l'élite de nos sociétés » a pour résultat de ... ralentir la mise en place des alternatives au tout voiture pour la majorité de la population !

 

Refuser la fuite en avant :

 

      Loin d'être une alternative, la LGV n'apparaît que comme un « plus » qui va s'ajouter à l'avion pour aggraver la délocalisation de nos sociétés et de nos économies. Elle n'est qu'un de ces « plus », réservés à une minorité de la population pour lui réduire la notion de distance et donc rendre banals et fréquents des déplacements qui devraient être exceptionnels, avec toutes les dommages collatéraux en termes d'aménagement du territoire, de grandes métropoles et de régions-dortoirs.

 

      Elle n'apparaît que comme un « plus » dans la course au « toujours plus vite, plus souvent et plus loin », celle là même qui nous mène tout droit au précipice. Et au lieu de freiner ou de stopper, on nous demande aujourd'hui d'accélérer.

 

      Celles et ceux qui refusons cette fuite en avant serons au rendez-vous le samedi 27 octobre à 15H00 à Bayonne pour arrêter définitivement ce grand projet inutile, imposé et destructeur !

 

Elise Bancon (Biarritz), Barth Camedescasse (Mouguerre), Xabi Camino (Saint Pée sur Nivelle), Christian Detchart (Bayonne), Txetx Etcheverry (Bayonne), Paule Etchelecou (Bidart), Laure Lancereau (Hasparren), Annie Lapegue (Lahonce), Magali Lartigue (Espelette), Eric Lecoutre (Bayonne), militant-e-s de Bizi !

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Non à la LGV-LGVrik ez!
commenter cet article

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.