Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 10:36
L'éducation vue par les barbares.

En raison de la forte baisse du nombre de chasseurs en Pyrénées Atlantiques, il est question que les chasseurs aillent faire de la propagande pour "la nature, la faune sauvage (mouarf, note de la blogueuse)... et la chasse !" pendant les NAP (ces fameuses Nouvelles Activités Périscolaires).

Lire ci-dessous cet article du quotidien Sud-Ouest, toujours plus prompt à relater avec une bienveillance non dissimulée les exploits des porteurs de fusils et de banderilles que les actions de juste rébellion des défenseurs de la nature et des animaux.

 

"A l'exception de quelques espèces, la chasse va reprendre ce dimanche matin dans les Pyrénées-Atlantiques. Isards, faisans, sangliers et autres lièvres (sans tir) sont prévenus.

Les 20000 chasseurs du Pays basque et du Béarn vont reprendre la direction des sentiers de montagne et de plaine à partir de ce week-end et ce, jusqu'à fin février.

La Fédération des chasseurs du département perd chaque année entre de 3 à 400 adhérents. Mais plusieurs actions sont menées pour améliorer la qualité de la chasse et attirer les nouvelles générations.

Cette année, la Fédération a même recruté un intervenant qui viendra animer des ateliers dans les écoles, dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires, pour donner aux jeunes le goût de la nature."

 

Si vous lisez l'article du premier des liens ci-dessous, celui des Echos, vous vous rendrez compte que l'argent de la dotation pour ces activités périscolaires poura être utilisé pour bien des réalisations qui n'ont rien à voir avec le territoire de l'école, par exemple la construction de ronds-points. Mais voilà, il pourra également servir, non pas à éveiller l'esprit des enfants afin de les conduire vers l'autonomie intellectuelle, mais hélas à favoriser leur embrigadement  par des ultra -minorités actives et perverses  ( chasseurs, toreros) ou bien par les valets de la technologie, de la technocratie, du pouvoir en place quel qu'il soit--- militaires, chantres de l'agriculture industrielle ou encore du nucléaire.

Et quand on sait que dans bien des écoles ces activités périscolaires dont on nous avait annoncé le meilleur des meilleurs se résument en réalité à des heures de coloriage ou de jeux de socièté, on peut craindre qu'enfants et enseignants se réjouissent de voir arriver des intervenants extérieurs, quels qu'ils soient.

Alors? Alors quoi? RESISTANCE!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 18:36
"Aidez-les", chantait Luc Romann.

L'histoire du grand Orme de La Braoze, à l'origine de cette chanson, est racontée dans ce blog.

Voir lien ci-dessous.

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 17:43
Martine Razin

Martine Razin

Une interview publiée dans La Buvette des Alpages.

http://www.buvettedesalpages.be/

 

Une consultation est actuellement en cours concernant un projet d’arrêté préfectoral qui pourra autoriser des tirs d’effarouchement sur les vautours fauves en Ariège.

Cet arrêté est plus que contestable : les vautours ne sont pas des prédateurs. Ils ont un rôle écologique important. Ils sont des équarrisseurs naturels gratuits pour les éleveurs. L’Etat cède une fois de plus aux anti-nature pour effaroucher une espèce protégée, sans aucune justification scientifique, montrant sa totale ignorance pour la biologie de l’espèce.

La Buvette a demandé l’avis de Martine Razin de la coordination Casseur d'os Programme Pyrénées Vivantes de la LPO.

 

Martine Razin
Photo Gonzalo Deàn

La Buvette : Que pensez-vous de l’arrêté qui prévoit l’effarouchement des vautours en Ariège ?
Martine Razin : Le Vautour fauve ne niche pas en Ariège où sa présence est peu marquée et saisonnière. Cet arrêté n'est que politique : aucune preuve scientifique ne vient attester les accusations de la FDSEA et des chasseurs exprimées lors de la manifestation de Foix.

Dans les Pyrénées (ensemble du massif qui comprend 6 départements) l'ONCFS a communiqué qu'en 2012 seulement 16% des constats déclarés (soit 16% de 52 = 8 constats) concernaient des interventions de vautours "-sur du bétail affaibli ou blessé et en l'absence de berger".

Ces interventions sur animaux condamnés représentent moins de 0,05% de la mortalité du bétail (Choisy, 2014, courrier de l'environnement de l'INRA) et ne justifie pas un tel arrêté (les chiens errants, oui).

La présence de vautours prés de bâtiments agricole indique la présence de bétail mort (ou de placentas non enlevés), ou de bétail en difficulté (mise bas à problème nécessitant la présence de l'éleveur ou d'un vétérinaire par ex.). Un effort sanitaire et une surveillance des mises bas rendraient les bâtiments et leurs environs moins attractifs et suffiraient à les éloigner.

La Buvette : Avant d’effaroucher les vautours, n’aurait-il pas fallu mettre en place une campagne de prévention et expliquer le rôle sanitaire des vautours ?
Martine Razin: Aucune autre mesure n'a été testée, et on le comprend, vu que les incidents sont plus que rarissimes, et aucune campagne de sensibilisation incitant les éleveurs à surveiller les mises-bas et à améliorer la conduite sanitaire des troupeaux n'a été prise par la préfecture de l'Ariège ; un tel arrêté n'est qu'une réponse politique à un groupe de mécontents qui refuse de cohabiter avec la grande faune, ours, vautour faune, etc.

Cet arrêté ne tient pas compte des espèces protégés qui pourraient être perturbées par les tirs (autorisés au printemps à la période où la majorité des oiseaux nichent) ce qui est interdit.

Ce projet entache gravement les vautours fauves qui sont des animaux utiles à l'élevage (ce sont des équarrisseurs propres, rapides, gratuits et non polluants) ainsi qu'au tourisme de nature. Ils devraient être valorisés.

La Buvette : Les autorités ne semblent pas prendre en compte les résultats des expériences qui ont été tentées dans les Pyrénées atlantiques.
Martine Razin: Si ces tirs sont réalisés directement par les éleveurs-chasseurs et par les lieutenants de louveterie, le risque de dérapage et de tir à balles non létales est à prendre au sérieux ; ce type d'arrêté a été pris dans les Pyrénées-Atlantiques en 2012 et un gypaète a été tiré en 2013. De plus, le risque de confusion entre le vautour fauve et le gypaète est important: même envergure, même milieu, mêmes carcasses exploitées.

Les tirs d'effarouchement à l'encontre du vautour fauve ont montré leur inefficacité dans les Pyrénées-Atlantiques: pas de demande des éleveurs, et effet éphémère des tirs (les vautours font un tour et ne s'en vont pas) si ils ont repéré une opportunité trophique. Les vautours fauves comme tous les charognards sont des opportunistes, ils sont stimulés (contrairement aux prédateurs) par l'immobilisme du bétail: le bétail immobilisé devrait être surveillé ou bien c'est qu'il n'a pas de valeur (bétail subclaquant, sur le point de mourir).

La Buvette : Est-ce que cette mesure diminue le risque de voir le retour de l’usage de produits prohibés pour empoisonner ce que certains considérent comme une espèce mutante ou déviante ?
Martine Razin: Il n'est pas certain qu'autoriser des tirs d'effarouchement limite le risque d'empoisonnement des vautours : en juillet dernier un vautour percnoptère a été empoisonné dans les Pyrénées-Atlantiques où un arrêté similaire a été pris. Les services de l'État devraient s'attacher à apaiser ce dossier plutôt que de donner crédit aux accusations infondées des éleveurs. Il y a eu plusieurs cas de plaintes médiatisées démenties par la suite durant ce printemps.

La Buvette : la prise d'un arrêté similaire dans les Pyrénées n’a pas été sans conséquences sur les mentalités déjà agitées par les médias et par les pressions du milieu agricole qui durent depuis plus de dix ans.
Martine Razin: En 2012 en Ariège, la disparition d'un gypaèton de 3 mois coïncide en temps et lieu avec 3 cas d'empoisonnement de vautours fauves ; dans l'Aude, même année, 4 vautours fauves et un vautour percnoptère ont été empoisonnés ; en 2013, 32% des rapaces nécrophages morts que nous avons étudiés ont été victime d'actes de malveillance (tir ou poison) ; fin 2013 un gypaète a été tiré ; juillet 2014 un vautour percnoptère a été empoisonné (même département). Depuis 2007, 2 gypaètes ont été tirés et 4 vautours percnoptères sont morts empoisonnés dans les Pyrénées, le haut de l'iceberg bien sur, vu la rareté de l'espèce !

Ce désastre pollue le reste des régions françaises : surenchère médiatique anti-vautours dans les Alpes, un jeune gypaète réintroduit dans les Grands Causses tiré !

Lire aussi

La Buvette, afin de vous aider à argumenter votre réponse à cette consultation a demandé l’avis de Martine Razin de la coordination Casseur d'os Programme Pyrénées Vivantes de la LPO et de Jean-Pierre Choisy, Chargé de mission au PNR Vercors de 1993 à 2011, notamment sur les vautours.

Vous avez jusqu’au 9 septembre 2014 pour vous exprimer

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 18:26
Les orties sont de retour à Hasparren.

ASUNAK 2014 07 / 09 / 2014

rencontres et échanges sur AGRICULTURE BIO SANTE ECOLOGIE

soit : échanges sur ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire pour les préserver et les rendre accessibles ,

listes des stands et ateliers proposés qui sont tous complémentaires entre eux sur ces 3 thèmes

liste des STANDS autres que ceux des producteurs(trices) agricoles

BLE :association de « bienfaisants « paysans / paysannes bio du Pays Basque

gros travail de terrain , formations , ,,,,,,,la bio , l'écologie , c'est leur métier , interrogez les !!

bio et local , c'est idéal

Emazteek Diote : association féministe d'Hasparren ; vie des femmes ,,,,

la santé , l'écologie ? aujourd'hui ce sont encore majoritairement les femmes qui prennent en main l'alimentation l'entretien , la santé du foyer ,: choix des produits ,du médecin ,,,

ont elles assez la conscience du poids de leurs choix pour notre santé et celle de la planète ? Femmes et hommes : on en discute ? On partage ?

INTER-AMAP : relations producteurs/:trices et consommateurs/trices locaux : connaissance et connivence réciproque assurées

BIZI :la planète chauffe :vite apprenons pourquoi et comment limiter nos dégâts

CADE :écologie collective en protégeant notre terre et nos vies des dégâts faits et/ou programmés par « la société «

EUSKAL MONETA : comprendre et organiser le local ?: « plus on change , plus ça change « le système vous sera expliqué en détail ; pourquoi , comment , par qui et avec qui ????

MAISON ET SANTE : comprendre les énergies bénéfiques ou néfastes dans la terre , sous nos pieds , nos maisons , nos cultures agricoles , etc ,,,qui influencent notre quotidien

SANTE DE L'HABITAT : connaître les produits à privilégier pour un habitat non toxique (bâti , ménage ,,,) et ,,,, ceux à fuir ,

LA TOURMALINE : la santé par l'énergie des minéraux , s'en approcher ? s'en éloigner ?

EMILIE :utiliser l'énergie des plantes pour se soigner et/ou rester en forme

de A à Z : du plan à la crème ,,,,, et autres thérapeutiques ,

NATURENSOI :naturopathie

la bonne santé et le bien-être passent par l'hygiène de vie et des méthodes de soins alternatifs

BODY NATURE : produits ménagers et cosmétiques non toxiques et non polluants ,ça existe !

AROMANATURE :passer un savon ? Mais pas n'importe lequel

non toxique , non polluant et de production locale

EZTITXU : cosmétique / coiffure

entretien et soins qui re-avivent mon corps !! voyez lez exemples

ECHANGE DE GRAINES : tous végétaux c'est simple::amenez les vôtres (étiquetées ) prenez en d'autres ,et c'est gratos , merci de laisser vos commentaires pour celles et ceux qui l'ont déjà fait

COMPOSTEURS en bois non traité des ateliers d'Atherbea

les ATELIERS tous se dérouleront en SALLE

10 h Emilie :mode d'emploi pour fabriquer , soi-même , SON BAUME de beauté ou de soin

10 h 30 la tourmaline : de l'ENERGIE DANS LES PIERRES ? mais oui ; la connaître pour s'en servir ,

14 h 30 Maison et Santé :comprendre les ENERGIES DE LA TERRE , pour vivre au calme ,, s'essayer aux « baguettes de sourcier « ?

15 h 30 Jean-René :et si ma santé globale passait en grande partie , par la santé de mes intestins ?? et ce grâce aux jus de légumes et de fruits BIO et FRAIS ( par extracteur ): venez déguster ,

17 h Santé de l'habitat : pour un LOGEMENT SAIN , des matériaux et des produits sains ; des habitudes simples et saines , MAIS on peut corriger ,si ce n'est pas le cas et vivre mieux

à 16 h les comédiens de la troupe des « cous lisses « seront parmi nous

la bio et l'écologie prennent toutes les formes

important :à 11 h la conférence sur « les PERTURBATEURS ENDOCRINIENS« !!!!

il est où le problème ??

la solution ?? s'informer , comprendre , prendre de bonnes habitudes

et aussi faire passer le bon message tout autour de soi

les organisateurs vous souhaitent de passer une journée à Asunak très riche et constructive pour vous et la société dans laquelle vous voulez vivre

Les orties sont de retour à Hasparren.
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 06:00
Miss Pharmago

Il aurait 70 ans aujourd'hui, Gilles.

Partager cet article
Repost0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 08:39
Urgent vivre.
Note de la blogueuse : le titre n'est pas de l'auteur. Je l'ai emprunté à Jean-Marc Cartité et aux Edtions d'Utovie ( voir ci-dessous).

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 13:53
Corrida : si ça continue, faut qu'ça cesse.

Maubourguet (65) le week-end dernier: le vrai visage de la "culture".

Prenez le temps de regarder et d'écouter.

Partager cet article
Repost0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 11:57

C'était le 8 mai denier. Altxor et Gaztain prenaient leurs quartiers d'été.

Nous allons les rechercher début octobre.

Si cela vous chante---

Partager cet article
Repost0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 17:13
MAUBOURGUET (HAUTES-PYRENEES), VILLAGE DE LA HONTE
Communiqué du CRAC Europe.

                       MAUBOURGUET (HAUTES-PYRENEES), VILLAGE DE LA HONTE

                       ARENES GAZEES PAR LES FORCES DE L’ORDRE

                       GARDE A VUE DE 20 HEURES POUR LE PRESIDENT DU CRAC EUROPE

 

Le samedi 23 août 2014, un mouvement citoyen formé sur les réseaux sociaux investissait pacifiquement les arènes du petit village de Maubourguet pour tenter d’empêcher le massacre de jeunes taureaux lors d’une novillada. Des membres de différentes associations, non organisatrices de l’action, en faisaient partie.

 

Après avoir acheté leur billet, les militants ont sauté dans l’arène et ont longuement couru sur la piste, dans la fumée des fumigènes qu’ils avaient pu déclencher, rendant très difficile leur interpellation. Les CRS ont alors gazé l’ensemble de l’arène, générant une immense pagaille, l’ensemble des spectateurs étant contraint de quitter cette atmosphère rendue irrespirable par les forces de l’ordre. De nombreuses violences ont alors été commises à l’encontre des manifestants. Une dizaine de blessés ont été recensés dans leurs rangs, dont quatre envoyés aux urgences de Tarbes, victimes des aficionados ou des CRS.

 

Une fois évacués, parqués au-delà de la zone dite « rouge », les militants ont continué à scander des slogans. Le président du CRAC Europe, Jean-Pierre Garrigues, présent à titre personnel, est allé chercher son mégaphone afin de dénoncer haut et fort cette nouvelle preuve de l’ultra-violence des aficionados avec la complicité des CRS, les gendarmes se comportant quant à eux de manière exemplaire. Excédé par l’utilisation du mégaphone, sept à huit CRS furieux se sont jetés brutalement, sur Jean-Pierre Garrigues, sans aucune sommation, l’un d’entre eux le traitant « d’enculé » en le traînant derrière la ligne des forces de l’ordre. Il est à noter que le commandant des CRS s’est vanté publiquement d’être aficionado pendant les violences. A 23h00, les gendarmes signifiaient à Jean-Pierre Garrigues sa garde à vue. Elle allait durer 20 heures, menée de façon très courtoise et professionnelle par l’adjudant Louis Le Roux, dans les locaux de la gendarmerie de Tarbes.

 

Il est reproché à Jean-Pierre Garrigues, en tant que personne physique, et non pas en tant que président du CRAC Europe les faits suivants :

 

-          Avoir organisé une manifestation sans déclaration préalable

-          Avoir entravé la circulation

-          Avoir aux arènes de Maubourguet entravé la liberté du travail « avec menace »

-          Avoir violé un arrêté municipal en utilisant un mégaphone et appelant au trouble public.

 

Jean-Pierre Garrigues rejette en bloc l’ensemble de ces accusations dans la mesure où il s’agissait d’une action citoyenne à laquelle il participait comme tout autre citoyen. Par ailleurs, ses propos au mégaphone n’appelaient nullement à la révolte mais avaient pour objet d’informer les nombreux touristes présents de la réalité de la torture tauromachique, du blocage total de la démocratie sur ce sujet alors que trois propositions de loi sont déposées depuis bientôt un an à l’assemblée nationale et une au sénat. Des touristes ont d’ailleurs rejoint les manifestants, solidaires de leur démarche.

 

L’objet de cette garde à vue était de toute évidence de rechercher un seul et unique responsable afin de lui faire porter toute la responsabilité de cette action citoyenne. Mais l’abolition est en marche et les citoyens ne supportent plus ce blocage du débat sur un sujet aussi controversé. Comment en faire l’économie alors que la corrida génère autant de trouble à l’ordre public, de façon quasi systématique, avec un déploiement de forces de l’ordre totalement disproportionné ? En période de forte crise économique, n’y aurait-il pas des choix à faire puisque ces spectacles barbares sont systématiquement subventionnés ?

Jean-Pierre Garrigues doit comparaître le 6 janvier 2015 à 13h30 devant le TGI de Tarbes.

 

Contact : 06 75 90 11 93 et 06 11 54 02 83

www.anticorrida.com

 

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 10:00
La longue marche de Catherine Grèze.
Une contribution de Catherine Grèze.

 

Bonjour  à toutes et tous,

 

Ce n’était pas une boutade : « si je ne suis pas ré-élue, je rentre à pied du Parlement Européen ! ».

762 kilomètres plus tard, voici ma parole tenue.

De Strasbourg à Lanta, des Vosges à la Montagne Noire, en passant par Chartreuse, Vercors, Cévennes et Haut Languedoc, je suis arrivée.

 

Arrivée juste à temps pour le dernier voyage de Françoise Matricon, militante écologiste Ariègeoise, dans le petit cimetière du Bousquet près de sa belle maison, où nous faisions les premiers CAR Midi-Pyrénées face au Saint-Barthélémy… De la tristesse mais aussi beaucoup de gens présents pour redire à quel point nous avons besoin de l’engagement citoyen, de l’engagement politique…

 

Arrivée après avoir traversé de belles montagnes (trop souvent sous la pluie !) mais aussi les territoires d’une France souventdésespérée, aux villages qui se vident, aux territoires abandonnés.

 

Une France aussi marquée par son Histoire : les restes des tranchées, des trous d’obus de 1914, les pistes d’approvisionnement du Front, comme celle du petit Tacot, les bornes frontières de 1871, mais aussi les blockhaus dans les forêts, camps de concentration, comme le Struthof, les stèles où un jeune fusillé est tombé, les plaques rappelant que tel ou tel col a été libéré des SS par … les Algériens ou les Tunisiens, les plaques sur telle ou telle ferme rappelant qu’ici s’est caché un commando parachuté… Une Histoire bien vite oubliée par la génération qui n’a plus le lien du témoignage direct, mais aussi par les moins jeunes, comme l’ont montré les résultats de l’extrême droite aux dernières européennes…

 

S’il est une chose que cette longue marche m’a bien prouvée c’est que plus que jamais nous avons besoin d’un engagement, d’une vision écologique de nos territoires : à la fois globale et locale…

 

C’est une grand « Merci » que je voudrais dire à vous toutes, vous tous, les dizaines de militants qui m’ont envoyé votre soutien, vos encouragements au fil du chemin, un coup de pouce parfois ou une bonne table partagée… Grâce à vous je suis bien revenue « les pieds sur terre » après l’expérience douloureuse de la fin du mandat européen. Grâce à vous je suis pleine d’une énergie renouvelée et convaincue plus que jamais, qu’en cette période du « désamour » du politique, notre engagement est plus que jamais vital pour nos territoires et notre planète.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.