Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 08:00
Vassiliu parle aux anges

Une contribution de Daniel Labeyrie.

 

 

 

Drôle d'idée des parents d'un tel énergumène, le mettre à la porte de chez lui à dix-huit ans . Cette mise au large d'un jeune révolté sera la chance de sa vie, une vie en chemins de traverse, en voyages ici et ailleurs...

 

Les cabarets de la rive gauche, d'où émergèrent « la femme de sergent », « Charlotte », lui donnèrent l'occasion de se faire les dents ; c'est ainsi que l'artiste jeta du poil à gratter chez les bien pensants de l'époque. La censure l'égratigna quelque peu mais la guerre d'Algérie lui permit ne pas se faire d'illusions sur le monde politique.

 

Outre la chanson « Qui c'est celui-là ? » adaptée d'une chanson de Chico Buarque le Brésilien, la carrière atypique de Vassiliu fut une ouverture sur le monde, sur les rythmes africains au gré de superbes albums riches de petites perles inconnues du grand public.

 

Le succès n'était pas souvent au rendez-vous mais peu importe, la vie, les rencontres, voilà l'essentiel pour ce faux nonchalant amateur de bonne chère et de musiques métissées.

Sa « maison d'amour » fleurait bon la tendresse, la fraternité, la Provence, le chant des grillons.

 

Vassiliu, souffrant depuis quelques années, a quitté la scène par la petite porte mais aujourd'hui, il a le loisir de parler aux anges, ce qu'il savait faire de son vivant avec la délicatesse d'un bel humain.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 18:34
Claude Labat

Claude Labat

Avec Gilles Servat, avec Peio Serbielle. Ou avec Peio Serbielle et Gilles Servat. Euh, en fait, je ne sais plus trop. Avec eux, quoi. Et puis c'est tout.

Et la parole de Claude Labat.

Et l'album Zara, c'est pour bientôt.

Vous êtes Basque, Breton (ne), Picard(e)ou que sais-je encore de par le vaste monde? Vous êtes citoyen(ne) de ce monde? Vous êtes un humain? Un être vivant? Alors, restez aux aguets.

Partager cet article
Repost0
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 17:20
Gilles Marchal 1971

Gilles Marchal 1971

Une histoire de chiens et de petit ( et grand) garçon.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 10:40
Les mineurs doivent être épargnés de la violence des corridas

Aujourd'hui, Mediapart.

 

Le Comité des Droits de l'Enfant, organe de l'ONU, dans le cadre de son rapport sur le Portugal en février dernier, a recommandé de protéger les mineurs de la violence des corridas. En cette période estivale de férias, des professionnels de la psychologie et du droit interpellent le gouvernement français sur les mesures qu'il compte prendre.

 

 

En France, les corridas sont interdites sur les neuf-dixièmes du territoire français dans le cadre des "sévices graves et actes de cruauté" sur animaux (article 521-1 du code pénal), mais sont tolérées dans une soixantaine de municipalités situées dans onze départements du Sud, au titre de la "tradition".

A l'échelon international, les courses de taureaux sanglantes se pratiquent encore dans 8 pays, dont 3 en Europe : l'Espagne, le Portugal et la France.

Au Portugal, des lances et des banderilles sont plantées par un cavalier dans le taureau, puis celui-ci est achevé hors la vue du public.

Les 7 autres pays (dont la France) pratiquent essentiellement des corridas espagnoles : des piques et des banderilles sont plantées dans le taureau, puis celui-ci est mis à mort en public.

Depuis ces dernières décennies, les corridas font l'objet d'une contestation croissante dans les 8 pays où elles sont pratiquées. Elles symbolisent en effet des conceptions devenues négatives à la lumière des avancées éthiques et scientifiques : le goût de la violence et de la souffrance, le mépris de la sensibilité des animaux, et la domination impérative de l'homme sur la nature.

Et dans tous ces pays, depuis une dizaine d'années, s'est ajoutée une logique de protection de la jeunesse. Dans le sud de la France, non seulement les mineurs ont librement accès aux corridas, mais ils bénéficient souvent de la gratuité. De plus, il existe dans les municipalités de Nîmes (30), d'Arles (13), de Béziers (34) et de Cauna (40), des écoles taurines, associations bénéficiant le plus souvent de subventions publiques, dont l'objet est d'entraîner les enfants, dès 10 ans, à planter des banderilles et des épées dans des veaux.

Des scientifiques et des juristes se sont inquiétés des effets de la corrida sur les mineurs, notamment les effets traumatiques et l'accoutumance à la violence.

Cette année, une étape capitale a été franchie en ce sens à l'échelon international. En février 2014, le Comité des Droits de l'Enfant, organe de l'ONU chargé de veiller à l'application de la Convention relative aux droits de l'enfant, a fait part de ses préoccupations concernant l'impact des corridas sur les mineurs (dans le cadre de cette Convention, le terme "enfant" siginifie mineur de 18 ans).

En effet, dans son rapport du 5 février 2014 sur les droits de l'enfant au Portugal, le Comité s'est déclaré préoccupé par l'impact de la violence des corridas sur les enfants, et a explicitement exhorté l'État, d'une part à prendre des mesures visant à protéger les enfants des corridas, d'autre part à mener des campagnes de sensibilisation sur l'impact envers les enfants de la violence physique et mentale liée aux corridas.

Plusieurs professionnels français de la psychologie et du droit (*), au nom de leurs confrères qui partagent cette préoccupation, ont donc adressé une LETTRE OUVERTE au président Hollande et aux ministres concernés pour leur demander quelles mesures ils comptaient mettre en œuvre. D'autant que le Comité des Droits de l’Enfant doit rendre son rapport sur la France en octobre 2015.

Ils demandent notamment au gouvernement quel âge minimum il entend imposer pour l'assistance, la participation, et l'entraînement aux spectacles tauromachiques sanglants, et quelle est sa position vis-à-vis des écoles taurines dédiées à la corrida espagnole.

Chaque relais de cette lettre auprès du Président et du Premier ministre sera le bienvenu !

Bien entendu, les signataires ont parfaitement conscience des autres formes de violences auxquelles sont soumis les mineurs, en France comme à l'étranger. A commencer par les dramatiques violences dont ceux-ci sont actuellement victimes dans plusieurs régions du Proche-Orient, et auxquelles personne ne peut rester indifférent. Mais le pire, fût-il extrême, ne saurait justifier le "moins pire", sauf à relever des sophismes que dénonçait le philosophe Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, spécialiste de l'éthique comme du droit international, justement à propos de la corrida comme telle.

 

Les signataires sont :

Pr Laurent BÈGUE, Professeur de Psychologie sociale à l'Université de Grenoble, directeur de la MSH-Alpes, membre honoraire de l'IUF, membre du Comité scientifique de la délégation ministérielle contre les violences en milieu scolaire.

Pr Jacques LEROY, Professeur de Droit à l’Université d’Orléans, Doyen honoraire.

Pr Jean-Pierre MARGUÉNAUD, Professeur de Droit à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de Limoges, Chercheur à l’Institut de Droit Européen des droits de l'Homme de l’Université de Montpellier I.

Pr Hubert MONTAGNER, Docteur ès Sciences, Professeur des Universités en retraite, ancien Directeur de recherche et ancien Directeur de l’Unité « Enfance inadaptée » à l’INSERM

Dr Jean-Paul RICHIER, psychiatre, praticien hospitalier, coordinateur du collectif PROTEC (http://www.collectif-protec.fr)

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 17:59
Quelle belle chose que la culture!

Quelle belle chose que la culture!

Un communiqué du CRAC Europe.

 

Bayonne, 9 août 2014 – Grande première dans le mouvement anti-corrida français, une municipalité pro-corrida – celle de Bayonne – a accepté de recevoir une délégation du CRAC Europe en préalable d’une manifestation autorisée dans cette ville le même jour. La réunion a rassemblé d’une part Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne, accompagné de son directeur de cabinet, de son adjoint à la Culture et de son adjoint aux Finances et d’autre part, trois représentants du CRAC Europe pour la protection de l’enfance, Jean-Pierre Garrigues, président, Roger Lahana, vice-président, et Carole Saldain, déléguée pour les Pyrénées-Atlantiques.

Le but de la réunion pour les abolitionnistes était de présenter leur point de vue sur trois sujets : demande de référendum sur le maintien ou l’abolition de la corrida à Bayonne, arrêt de la gratuité d’accès aux corridas pour les enfants, arrêt du financement public des corridas.

JPEG

Lors de la réunion, qui s’est déroulée dans une ambiance respectueuse mais sans concessions, les points suivants ont été établis :

• Le maire n’a aucune intention d’organiser un référendum, tout en reconnaissant qu’une consultation analogue qui avait eu lieu il y a une vingtaine d’années avait révélé que 19% de Bayonnais seulement disaient apprécier les corridas. Ce pourcentage n’a pu que décroître depuis avec la désaffection constante du public pour les spectacles de ce genre, ce que l’équipe municipale ne conteste pas. On comprend donc pourquoi elle ne souhaite pas une nouvelle consultation.

• Concernant l’arrêt de la gratuité pour les enfants, à l’instar du maire d’Alès qui avait accepté la même demande du CRAC en 2009, Jean-René Etchegaray a indiqué qu’il avait au contraire décidé d’étendre l’accès gratuit jusqu’à l’âge de 15 ans. De toute évidence, le vieillissement du public des arènes est la raison réelle et impérieuse qui pousse un certain nombre de villes taurines à procéder à un racolage aussi large que possible d’un public jeune à la personnalité malléable.

• Enfin, l’adjoint aux Finances a précisé que les corridas étaient organisées à Bayonne par la municipalité en régie directe, c’est-à-dire sur le budget municipal. Il a confirmé que les corridas avaient accusé un déficit d’environ 400 000 euros en 2011 mais a nié que les années précédentes avaient été déficitaires et a affirmé que globalement, les comptes étaient revenus à l’équilibre en 2013. Selon lui, les déficits des années antérieures étaient « des mensonges des médias ». Un rapport de la Cour des Comptes confirme pourtant que la corrida a été déficitaire de 2006 à 2012, avec un déficit cumulé de près de 800 000 euros, à la charge des contribuables bayonnais. Prétendre que le déficit record de 2011 était un événement isolé est donc factuellement inexact. De plus, il semble irréaliste de penser qu’une perte aussi importante a pu être compensée depuis. Jean-Pierre Garrigues a fait remarquer de surcroît que la gratuité offerte à la tranche d’âge 0-15 ans n’allait certainement pas aider à équilibrer les comptes.

En résumé, le nouveau maire et ses adjoints ont montré que leur réaction à une situation financièrement catastrophique à la charge du budget de la ville était d’en minimiser, voire d’en nier la réalité et de procéder à une tentative désespérée de racolage envers des spectateurs mineurs pour freiner l’érosion de la fréquentation des corridas principalement due à un désintérêt croissant des jeunes générations. Le CRAC y voit un effet direct des actions inlassables menées par les militants anti-corridas depuis des décennies afin de montrer le plus largement possible la réalité sans masque d’un passe-temps cruel d’un autre âge.

JPEG

Dans l’après-midi, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés place de la Mairie et ont déambulé dans la ville pour informer non seulement les Bayonnais mais également les touristes sur ces différents thèmes. En dehors de quelques incidents mineurs avec des aficionados très agressifs et visiblement ivres, la manifestation s’est parfaitement déroulée avec un point d’arrivée à quelques centaines de mètres des arènes où un cordon de CRS empêchait le cortège de se rapprocher plus.

JPEG

L’adjoint à la culture ayant reconnu lors de la réunion du matin que la « violence » des anticorridas se limitait au fait que leurs manifestations étaient selon lui trop bruyantes, les manifestants se sont fait un plaisir de faire résonner de puissantes sirènes afin de perturber le plus possible le début de la corrida qui se tenait à ce moment-là.

JPEG

Sous la pression de responsables des arènes non identifiés, les forces de l’ordre ont fini par exiger avec brutalité l’arrêt des sirènes que l’arrêté municipal n’interdisait pourtant pas. Le CRAC Europe dénonce ce nouvel abus de pouvoir qui confirme un mépris de la légalité récurrent dans les villes taurines.

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 18:08
Manuel Valls a honte de la corrida, qu’il l’abolisse !
Un communiqué du CRAC Europe.

 

C’est un immense éclat de rire qui a marqué la journée d’hier dans les milieux anticorrida français et probablement bien au-delà : le quotidien Sud-Ouest a révélé que Manuel Valls venait d’interdire à ses ministres d’aller assister à une corrida. Valls, l’aficionado suprême, l’homme politique le plus puissant de France, avait peur – oui, peur – que des photos montrant des membres du gouvernement se régaler à voir ces spectacles sordides de torture aient un effet désastreux dans les médias. Un sacré coup entre les deux oreilles pour les aficionados…

 

En 2011, tout juste nommé ministre de l’Intérieur, il venait déclarer avec bonhomie au micro de RMC : « C’est quelque chose que j’aime ». Et ce n’était pas à n’importe quel moment, mais juste quand la question de l’abolition de la corrida était en cours d’examen par le Conseil constitutionnel. Les soi-disant « sages » avaient décidé qu’il était constitutionnel de torturer légalement des animaux en public dans 11 départements, tout en punissant sévèrement ceux qui le feraient dans les 90 autres.

Mais là, fini le sale vieux temps de la mort-spectacle où il était bien vu de s’afficher. Même Valls trouve qu’il est honteux d’aller à une corrida. Pour lui, comme pour Fillon et Sarkozy sous la présidence de ce dernier, aller se montrer au milieu des sadiques avides d’agonies programmées, c’est devenu indécent, ça ne se fait pas, ça vous salit. Qu’on nous permette d’y voir une conséquence évidente de toutes les actions que nous menons depuis des décennies pour que le grand public en soit de plus en plus conscient. D’ailleurs, l’actuel ministre du Travail, François Rebsamen, est signataire du manifeste du CRAC Europe, comme quelques autres de ses collègues ministres.

Malgré l’attitude systématique de déni des aficionados, malgré leurs mensonges, malgré leur mauvaise foi, tôt ou tard la réalité s’impose : supplicier et tuer un bovin dans une arène n’a rien de digne, rien de beau, rien de brave, rien de respectable. C’est de la barbarie, du sadisme, de la perversion. Et, oui, c’est une honte que d’y participer. Même Manuel Valls vient enfin de le réaliser.

Les aficionados eux-mêmes le savent et le disent, la corrida va disparaître. Rien ne la justifie. Cette horreur ne survit qu’à cause des magouilles crapuleuses de ceux qui l’organisent en s’enrichissant sur le dos des subventions locales et européennes. Combien de taureaux et de veaux doivent-ils encore succomber avant que ce supplice soit enfin renvoyé aux bas-fonds de l’Histoire ?

Allez, Monsieur Valls, soyez cohérent jusqu’au bout, vous qui êtes réputé pour agir avec fermeté et détermination : abolissez cette pratique dont vous avouez vous-même qu’elle est honteuse. Vous en avez le pouvoir.

 

A Luc Romann, à Gilles Marchal.

Partager cet article
Repost0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 12:37
Deux pour le prix d'une!

C'est la dernière promo en date d'Hontz Xuria.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 18:53
Au secours de la nature en France!

56 personnalités se mobilisent pour demander une vraie protection de la nature - Vous aussi soutenez cet appel !

 

Auteur : ASPAS

Créé le 31/07/2014 - Fin le 31/12/2014

 

À l'attention : de Monsieur le Président de la République

Ces derniers mois, de récurrentes agressions contre les espèces et les espaces protégés, ont été orchestrées par les pouvoirs publics et le ministère de l’Écologie.

Battue au sein d’un parc national, autorisation de destruction de loups et d’effarouchement de vautours, abandon du projet de renforcement de la population d’ours, 56 personnalités se mobilisent pour dénoncer la liquidation de la protection de la nature.

À la rentrée, Mme Royal « défendra » la loi biodiversité. Pourtant, ces dernières semaines, on assiste à une décevante braderie de ce qui reste de législatif et réglementaire de la protection de la nature en France :
-Le 10 juillet, une battue d’effarouchement au loup (espèce protégée !) a été organisée en plein cœur du Parc National des Ecrins (espace protégé !).
-La ministre s’apprête à signer un arrêté autorisant les chasseurs à tirer des loups lors des chasses au grand gibier dans 20 départements.
-Un arrêté récent pourrait permettre l’effarouchement des vautours (espèce protégée !). Selon certains éleveurs, les vautours seraient soudainement devenus prédateurs après avoir été des charognards pendant des millénaires.
-Plusieurs centaines de bouquetins (espèce protégée !) ont été abattus dans le massif du Bargy (74) par principe de précaution et 50% de la population restante, saine, va l’être très prochainement !
-Le projet de renforcement de la population d’ours des Pyrénées a été abandonné, alors que la Commission Européenne instruit une plainte contre la France pour ce manque de protection.
-L’engagement du Grenelle de l’environnement pour le doublement de la surface des aires protégées est au point mort.
-Des espèces en très mauvais état de conservation (Grand tétras, Lagopède alpin, Canard chipeau…) sont encore chassées en France.
-La France est la championne d’Europe des infractions à la législation dans le domaine de l’environnement. L’ASPAS, à elle seule, a ouvert 4 contentieux européens contre la France.

Face à ce constat alarmant, 56 intellectuels, scientifiques et protecteurs de la nature se sont réunis et ont cosigné un appel au gouvernement et aux pouvoirs publics.

Que demandent-ils ?

Que les lois françaises et européennes de protection de la nature et des espèces soient purement et simplement appliquées, et accompagnées d’une véritable politique nationale de protection de la nature.
Est-ce trop demander ?

Vous aussi, soutenez cet appel !

Signez la pétition. Le lien est sous ce texte.


LES COSIGNATAIRES : Guillaume Allary (Éditeur), François Arcangeli (Président de Pays de l’Ours Adet, conseiller régional de Midi-Pyrénées), Muriel Arnal (Fondatrice et Présidente de One Voice), Pierre Athanaze (Président de l’ASPAS et forestier), Marie-Hélène Baconnet (Productrice et réalisatrice de télévision), Laurent Baffie («Génie notoire» passionné des animaux), Farid Benhammou (Géographe, Docteur d’Agro Paris Tech et Professeur en CPGE à Poitiers), Raphaël Billé (Maître de conférence à Sciences Po, politique de la biodiversité), Dr. Denis Richard Blackbourn (Attaché MNHN, Président de l’APIE), Marie-Claude Bomsel (Docteur vétérinaire et professeur au MNHN), Allain Bougrain-Dubourg (Président de la LPO, producteur), Claude Bourguignon (Ingénieur agronome, ancien chercheur à l’INRA, co-fondateur du LAMS), Lydia Bourguignon (Maître ès sciences, ancien ingénieur INRA co-fondatrice du LAMS), Florence Burgat (Philosophe, directrice de recherche à l’INRA), Natacha Calestrémé (Réalisatrice, journaliste, environnementaliste), Geneviève Carbone (Ethnozoologue, spécialiste du loup), Aymeric Caron (Journaliste écrivain), Valérie Chansigaud (Historienne de l’environnement, Paris VII-CNRS), Denis Cheissoux (Producteur radio), Gilbert Cochet (Expert au Conseil de l’Europe, Attaché au MNHN), Bernard Devaux (Fondateur du Village des Tortues), Stéphane Durand (Scénariste et auteur), Michel Echaubard (Ancien Président de la commission Faune du CNPN), Jean-Louis Étienne (Explorateur), Raymond Faure (Président de la FRAPNA Loire, Membre du CNPN depuis 30 ans), Jean-Claude Génot (Écologue membre des Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Écologie), Marc Giraud (Vice-Président de l’ASPAS, écrivain et chroniqueur nature), Jacques Hesse (Éditeur), Patrick Janin (Juriste, militant associatif), Simone Grava Jouve (Ethnologue spécialisée Alpes, Provence et Corse), Guy Jarry (Ancien directeur du Centre de Biologie des Populations des Oiseaux), Christian Joulot (Président Groupe Chiroptères de Provence, expert UICN), Pierre Jouventin (Directeur de laboratoire d’écologie du CNRS), Antoine Labeyrie (Astrophysicien, membre de l’Académie des sciences), André Langaney (Généticien, professeur à l’Université de Genève, ancien directeur de laboratoire au MNHN), Michèle Lemaire (Directrice du Muséum de Bourges et expert UICN), Philippe Lebreton (Ancien directeur du laboratoire de biochimie végétale, ancien membre du Conseil Scientifique du PN de la Vanoise), Thierry Lode (Professeur de biologie Universités d’Angers et Rennes), Rémy Marion (Consultant spécialisé sur les régions polaires et l’ours polaire), Roger Mathieu (Expert auprès du Conseil scientifique du Parc naturel régional du Vercors), François Moutou (Vétérinaire épidémiologiste, expert UICN), Michel Munier (Conservateur du Conservatoire d’Espaces Naturelles de Lorraine), Vincent Munier (Photographe), Fabrice Nicolino (Journaliste), Jean-François Noblet (Expert auprès du Conseil scientifique du Parc naturel régional du Vercors), Yves Paccalet (Philosophe, naturaliste), Jacques Perrin (Cinéaste), Olivier Pitras (Navigateur polaire, directeur de 69NORD, conférencier, auteur livre et documentaires), François Ramade (Professeur d’Écologie et de Zoologie, membre d’honneur de l’UICN), Madline Reynaud (Directrice de l’ASPAS), Matthieu Ricard (Moine boudhiste, humanitaire), François Sarano (Océanographe et fondateur de Longitude 181), Annik Schnitzler (Professeur d’Écologie Université de Lorraine), Alain Tamisier (Ancien chercheur CNRS), Jean-Marc Thiollay (Directeur de recherche au CNRS en retraite), Yves Verilhac (Directeur de la LPO France).

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 08:15
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 12:05

Yasmin Shah est une "songwriter" qui compose autour du piano et de la voix. Née aux Etats-Unis avec des origines hindou-portoricaines, ses influences varient de Chopin à Kate Bush, de Tin Pan Alley à Rickie Lee Jones... etc. Elle est arrivée en France pour faire des études d'oenologie (le pinard) et a pris son chemin vers la musique.

Yasmin Shah est née en Californie à San José, d'une mère portoricaine et d'un père originaire de Bombay. Venue en France afin d'obtenir un diplôme de technicienne en oenologie, elle s'installe à Paris ou elle chante et joue du piano le soir dans les clubs, ce qu'il lui permet de s'offrir les "Grands Crus" dont elle collectionne les étiquettes.

Tout en débouchant quelques bonnes bouteilles elle trouve un autre débouché pour sa voix (en tant que comédienne et choriste) dans la publicité.

En 1992, Yasmin Shah commence à écrire ses propres titres, elle sera nominée dans la catégorie "Jeune espoir" aux 7ème Victoires de la Musique. En 1997, deux de ces chansons sont enregistrées : "Filé comme un collant", interprétée par Ute Lemper sur son album "Nuits étranges" et "Coeurs d'accord", interprétée par Fabienne Thibault sur son album "Québécoise".

Elle compose avec charme et justesse des ballades pop, chansons blues et mélodie jazz.

Une "révélation" (Les Inrockuptibles), qui s'inscrit dans la lignée de Rickie Lee Jones, Kate Bush et Paula Jones.

Après avoir mis son talent au service d'autres artistes, elle décide de sortir aujourd'hui son premier EP, entièrement composé et écrit par ses soins.

Le résultat est étonnant, presque déroutant tant les registres et les styles déployés sont variés mais extraordinairement mai- trisés. Un reggae pop sur fond de crème dépilatoire avec Not Cool Enough, un hymne léger de comédie musicale avec Female Let Go, des larmes de crocodile qui jouent au piano sur Devi...

Yasmin Shah c'est un style mature, fragile, drôle, unique.

On entend dans ses doigts de pianiste confirmée Chopin, Debussy, dans sa voix féline Kate Bush, Tori Amos et dans son âme la tristesse d'une chanteuse de Jazz. Yasmin Shah nous chante l'amour, la peine, l'envie, l'espoir mais aussi la rage... Avec une aisance déconcertante toujours accompagnée de ce petit grain d'humour qui nous la rend si attachante.

 

 

Le mercredi 20 août, à 21 heures, Yasmin sera au Café Luis de Saint-Jean-Pied-de-Port en compagnie du bassiste Nicolas Chelly et du batteur Bertrand Noël.

Trio d'enfer au Café Luis.

Nicolas Chelly

Bio

8 janvier 2012, 03:43

Après une courte expérience de batteur au sein de mon groupe du pensionnat, un matin de 1978, me vint une idée : devenir bassiste. Un magasin de fringues et de posters sur Bayonne ; le "grenier aux idoles" avait une basse en vitrine; une copie de Fender Telecaster à 300 francs, je réussis à persuader mes parents de me l'offrir contre quelques bonnes notes.....devinez la suite !

Du groupe de rock du collège à l'orchestre de bal monté avec des amis d'alors,la basse a été omniprésente dans ma vie.

Ma rencontre avec Jean-Marie Ecay ,en 1982 (chez un marchand d'instruments de musique) m'a permis d'apprendre à construire des "walking bass".

En 1984 je rencontre le pianiste Bob Sellers et une aventure pleine de musique et d'émotion voit le jour, des années pleines de gigs, des voyages ,des télés. J'apprends, la diversité, le tempo, la créativité et tout un tas de ficelles...Les tournées de 200 dates chaque année (les années 80 étaient encore prospères), les télés avec G.Lemaire, les tournées en Corse. Dans les années 90 j'ai accompagné le "protest singer" basque Anje Duhalde et fait du blues rock avec Eric Allibe aka Suzy, enregistré avec David Christy, appris les grooves brésiliens avec Carlos Queiros etc.

Depuis mon enfance, la contrebasse m'a séduite grâce à monsieur Brassens et Pierre Nicolas, son fidèle bassiste,

Ma formation musicale m'a fait rencontrer la contrebasse au conservatoire de Bayonne, avec Christophe Bereau. Dans les 90's je travaille avec des chanteurs basques et enregistre tout en continuant le jazz et le latin .

En 2001 je décide de monter à Paris étudier le jazz et la contrebasse a l'école Arpej; (ateliers jazz et latin, étudie la contrebasse classique avec le charismatique Mathieu Bresch et le jazz avec Gildas Boclé).

J'intègre l'orchestre Bonbon Tropical, une sorte de Buenavista social club made in Paris.

Je vis ensuite une expérience riche en travail et en recherche avec Benjamin Sire, grand sorcier du son, très ouvert. Hélas je dois arrêter pour prendre un emploi de vendeur durant trois ans, mais je continue a jouer souvent .

Je rencontre le pianiste et compositeur Erik Allouche qui devient mon ami et me permet d'accompagner des chanteurs à textes : Djam Tralala et Boulbar....

Tous deux nous formons Casino Royale, des reprises de Burt Bacharach jazzifiées, avec la chanteuse Carolyn Crown et Manu Demangeon jeune batteur, puis avec Daniele Vigilucci au sax alto à l'accent de Venise.

Je découvre la musique antillaise avec le Lati-K combo, de la mazurka de la biguine jazzy, en vogue dans la capitale

Je joue avec Awa Timbo, chanteuse de Jazz et choriste de renom (Amadou & Mariam, Zucchero, Cerrone, Paco Seri, Alpha Blondy)

De juin 2005 à juin 2006, concerts avec le chanteur guitariste américain John Simms décédé en 2008. Enregistrement d'un disque "My acoustic Soul".

Depuis 2006 collaboration avec le compositeur de musique de film et chanteur pop François Staal

Avril promo du nouvel album de Tom Novembre en vue d'une tournée.Journal télévisé france 2 puis live sur Radio France.

En 2006 en studio pour un album jazzy avec le pianiste JP Vielfaure et Kate Peters une chanteuse anglaise.....

Enregistrement d'un projet de musique mauritanienne..... Fuuta Blues

octobre 2006 rencontre décisive avec le batteur basque Frantxoa E ! Une section rythmique qui groove commence a se faire connaitre et la pop revient dans ma vie artistique, depuis nous jouons très souvent ensemble

janvier 2007 Enregistrement du premier album de Fred Perriot à Biarritz

octobre creation de jingles pour Ours Music habillage radio (France info .etc …)

Printemps 2007 et automne 2007 Tournée en Allemagne et Pays Bas avec le "songwritter" texan Terry Lee Hale

Printemps 2008 Portugal et Allemagne avec Terry Lee Hale

Depuis fin 2007 je joue très régulierement avec Batista dans son projet Flamenco pop. Un disque "Pasaporte" est sorti en 2009

Awa Timbo en duo fin 2008 a la scene Bastille

Depuis 2008 tourne très fréquemment le groupe LUNE dans des salles de concerts et autres festivals

En 2009 spectacle avec Dominique Dimey au cirque d'hiver avec J. Higelin et N. Croisille

avril 2010 création du spectacle "Touche pas a ma planète "de D. Dimey et concert a Genève

mai 2010 enregistrement du troisième album " country" de Erik Sitbon

2010 c'est aussi la rencontre avec le batteur Roberto Pisanu et joue ensemble avec Caroline Tudyka dans un projet électro, et projet Salsa pop avec Fred Belhassen

Printemps 2010 j'accompagne le journaliste Christophe Hondelatte avec mes amis basques Nicolas Loupien et Frantxoa sur la scène du theatre du Gymnase et des dates prévues sur Biarritz en août, ainsi, qu'un album en prévision pour la fin de l'année

juillet 2010 je vais en studio avec Franck Steckar et Guillaume Coignard pour l'album de la chanteuse de jazz Ann de Vos.

Enregistrement studio avec Zaz

janvier 2011 enregistrement de l'album de C. Hondelatte au studio Ferber

février enregistrement du cd de Tony Kouad

avril 2011 enregistrement de Old School Bass pour le label de musique d'illustration Ours music, avec Frantxoa et Fabien Mornet

avril 2011 enregistrement de l'album de Ayarah avec Felipe Saldivia comme réalisateur

mai 2011 enregistrement pour Victory du nouvel album de Dominique Dimey

Eté 2011 série de concert sur la côte basque avec Niko Filiatreau, Pascal Lemaire, Mao Blanc, Thierry Farrugia, JM Ecay, Arnaud Dunoyer,Jimi Drouillard

automne 2011 préparation de l'Olympia de François Staal et sortie de l'album Canyon chez Cristal records

Trio d'enfer au Café Luis.

Bertrand Noël

Musicien originaire de Bordeaux, il s'installe à Paris en 2012. Bertrand développe un jeu personnel original qui puise aussi bien dans la tradition des grands batteurs de jazz que dans les musiques électroniques, Funk, rock. Diplômé du Advanced Certificate Program au DRUMMERS COLLECTIVE de NEW-YORK en 1996 où il étudie avec Michael LAUREN, Kim PLAINFIELD,pete RETZLAF,,Duduka da FONSECA. La magie de Bertrand tient sans doute à la relation fusionnelle qu’il entretient avec son instrument. La batterie est un instrument aux possibilités infinies, c'est aussi un instrument très mélodique, c'est pour cela que tout l'art de l'arrangement est contenu en lui. A travaillé avec: "EDGARD DE L'EST" FRANCK MONNET GRAND SIX Avec Yoann Loustalot, M.Gadou, Timo Metzemaeker, Guillaume "Doc" Tomachot, Victor Michaud. Ils enregistrent 2 albums "éponyme" et " la suite de la jungle" dont il est co-auteur avec M.Gadou. ALAIN GOLDSTEIN album "ainsi va la vie..." L'OCCIDENTAL DE FANFARE album "hophophop" MARC DELMAS albums : "initial" et "Bloody mary" YONATHAN AVISHAI "The lost boys" paru chez Cristal Records. Spectacle pour enfants et tout public avec le metteur en scène Israélien Sharon Mohar. "Il était une fois un Gribouille" tournée en Israël.

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.