Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:53
"Y'a une route---

--- tu la prends, qu'est-ce que ça te coûte?" dit la belle chanson de Gérard Manset.

Aujourd'hui, alors que comme chaque jour, des centaines de pèlerins de Saint-Jacques s'éparpillaient dans les chemins de traverse, j'ai pris une route. Et bien qu'elle soit une départementale et non l'un des sentiers dont j'ai l'habitude et qui me sont chers, je l'ai suivie à pied, de l'école de Saint-Just-Ibarre à la déjà ex-école de Lacarre, en passant par celles de Bunus et d'Ainhice Mongelos.

Parce que c'était un anniversaire. Et pour dire, répèter,  confirmer mon engagement et le respect d'une parole qui reste mon seul guide.

Il répétait"Tu es le bout de mon chemin".

Je crois bien qu'il est le but du mien.

"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
"Y'a une route---
Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 16:52
Un arbre, ça veut vivre!

Et ça s'accroche!

Une photo d'un pommier prise par mon frère ce printemps, dans le Jura.

Une autre d'un autre pommier dans cette situation depuis 2008, année où je l'ai photographié.

 

Arbres, je vous aime.

Un arbre, ça veut vivre!
Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 10:58
Source :http://www.breizh-oiseaux.fr/merlenoirgalerie.php

Source :http://www.breizh-oiseaux.fr/merlenoirgalerie.php

0

Une contribution de Daniel Labeyrie.

 

 

J'ai entendu le merle moqueur

Tel un drôle d'oiseau farceur

Lancer ses trilles en pleine ville

Se poser sur le vélo du facteur

Non loin de la Place de la Bastille

 

 

Un gamin a chassé le chanteur

Malheureux oiseau en pleurs

Envolé vers le quartier de Belleville

Où la vie est bien plus facile

 

 

Aujourd'hui le ciel est en pleurs

Où est passé le ténor enchanteur ?

Demain matin si le soleil brille

Sur la branche du saule pleureur

Enfin j'écouterai le merle moqueur

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 17:00
Finalement, il était aussi historien, Gilles Marchal!

Il aimait l'histoire, Gilles Marchal, passionnément.

En 2008, il a publié "Finalement, c'est rigolo, l'histoire", aux éditions Aléas.

Voilà ce qu'en disait son ami Claude Lemesle

Gilles Marchal
Auteur-compositeur-interprète
 

"Gilles Marchal, qui nous a enchantés dans les années soixante et soixante-dix par la qualité de sa voix et de ses chansons, ajoute aujourd’hui une corde- non vocale, celle-là ! – à l’arc de son talent. D’une plume vive, acérée, impertinente, il nous conte l’Histoire de France. Oh ! certes, pas celle des thèses et de l’Académie, bien que son ouvrage témoigne, vous le verrez, d’une érudition certaine. Non, c’est plutôt en tant que docteur ès humour que Gilles se présente au lecteur et lui livre sa vision de la dernière dizaine de siècles écoulée. Toujours iconoclaste, parfois incrédule, sarcastique souvent, il nous invite à remonter le temps, à rendre visite à un certain nombre de personnages qu’il “croque’’ à sa façon. C’est Rigaud et Vigée-Lebrun revus et corrigés par Raiser et Wolinski. On se régale tout au long de ce littéraire régicide où les rois ne sont pas les seuls à trinquer et où les fous ne s’appellent pas toujours Triboulet. Tout le monde en prend pour son grade, de Gilles de Rais à Rouget de l’Isle, et les sans-culottes peuvent aller se rhabiller !
Oui, mon cher Gilles, finalement, c’est rigolo, l’Histoire, surtout lorsqu’un chansonnier intemporel raille ses grandes figures avec tout l’irrespect qu’il leur doit… C’est rigolo, l’Histoire, lorsque, débarrassée de tout vernis sulpicien, elle accepte qu’on lui retire l’Epinal du pied… Alors, manants et nobles, montagnards et girondins, gens de gauche et de droite se réconcilient autour d’un bon verre de rire. Et on repense au mot de Coluche, candidat à la Présidence de la République : “Avec les autres, la France était coupée en deux. Avec moi, elle va être pliée en quatre.”



Finalement c'est rigolo, l'histoire  Claude Lemesle, Auteur compositeur
Président du conseil d’administration de la Sacem

 

 

Et en 2011, paraissait le premier tomme de "Bourreaux de travail".

L'implacable maladie , puis la camarde exécutrice des basses oeuvres, ne lui ont laissé ni la possibilité ni le temps d'achever le deuxième tome.

 

Voilà, je voulais juste dire cela, à quelques jours du premier anniversaire de son départ ou peut-être plutôt de son éloignement.C'est fait.

 

 

La quatrième de couverture de "Finalement, c'est rigolo l'histoire".

La quatrième de couverture de "Finalement, c'est rigolo l'histoire".

Finalement, il était aussi historien, Gilles Marchal!
Finalement, il était aussi historien, Gilles Marchal!
Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 17:42
Jardiner au naturel

JARDINER AU NATUREL

Samedi 5 avril 2014

 

Ouverture dès 9h – Salle de LASSE (64220) et sous chapiteau

 

Auprès des exposants toute la journée, vous trouverez des conseils pratiques, des outils, des livres, des composts, des produits bio, des fertilisants, des démonstrations, etc. !

 

En exposition :

− « Zéro phyto dans nos villes » (Action territoriale du Gave de Pau) ;

− Les photos des créations des écoles du territoire Garazi Baigorri élaborées tout au long du mois de mars à partir des légumes de saison ;

 

De 10h à 12h30

 

Les petites conférences à écouter :

− Connaître le sol de son jardin - Maite GOYENETCHE (BLE)

− Faire vivre son sol pour faire pousser ses plantes – Jean-Pierre AUFFRET (Jardirev)

− Penser son potager avant de le réussir - Dominique ZAMPONI (Maraîcher à Ispoure)

− Echanger vos pratiques, échanger vos semences : Koldo BISCAYE (Serres d'Ahaxe)

 

Les ateliers à voir, écouter, sentir :

− Le profil d'un sol - Jean-Claude ROUX (géologue)

− Un paillage vaut deux arrosages - Serge EYHARTZ (entrepreneur)

− Recueillir les conseils de professionnels locaux, arboriculteur, maraîchers, ... (sous réserve)

− Déchets aujourd'hui, richesse pour demain : les composts – Pettio DUHALDE (LOREKI), Bil ta garbi, Lycée de Navarre - producteur de compost

− Un jardin, des composts : comment les utiliser - Jean-Pierre AUFFRET

− Démonstration de désherbage thermique – Serge EYHARTZ (entrepreneur)

− Récupérer l'eau de pluie – GAMM VERT

− Les bons outils pour travailler la terre, organiser les semis ou désherber – GAMM VERT

− Etre conseillé pour réussir un plan d'entretien des espaces communaux – Aude LEDANVIC

 

De 13h30 à 15h30

 

Les petites conférences à écouter :

− Les cimetières paysagers basques : des cimetières verts contemporains ancrés dans la tradition – Agnès DUCAT (Paysagiste, conseillère au CAUE)

− Des espaces verts sans pesticide, c'est possible : exemples concrets – Aude LEDANVIC

− Pas de désherbant sur nos routes ! – Philippe GOYETCHE (Conseil général 64)

 

Les ateliers à voir, écouter, sentir :

− Atelier LAND'ART – Association AIMA de Bardos (10 personnes mini / adultes et enfants)

− Le profil du sol – Jean-Claude ROUX (géologue)

− Recueillir les conseils de professionnels locaux : arboriculteur, maraîchers, … (sous réserve)

− Un paillage vaut deux arrosages - Serge EYHARTZ (entrepreneur)

− Déchets aujourd'hui, richesse pour demain : les composts – Pettio DUHALDE (LOREKI), Bil ta garbi, Lycée de Navarre

− Un jardin, des composts : comment les utiliser - Jean-Pierre AUFFRET (Jardirev)

− Les bons outils pour travailler la terre, organiser les semis ou désherber – GAMM VERT

− Démonstration de désherbage thermique – Serge EYHARTZ

− Etre conseillé pour réussir un plan d'entretien des espaces communaux – Aude LEDANVIC

 

A 16h avec Pantxo AZARETE (Jardins d'Arnaga)

Redonner du naturel au jardin : 20 astuces – causerie de 45 minutes

 

Clôture de la journée à 17h00

 

Et aussi :

 

Vous êtes jardinier? Seriez vous partants pour des échanges de graines potagères et de fleurs avec d'autres jardiniers ? Une permanence sera consacrée à recueillir vos idées toute la journée, au stand d'Avenir Garazi Baigorri.

Avant et après : Retrouvez des ouvrages sur le sujet à la bibliothèque intercommunale – rue de l'Eglise, Saint Jean Pied de Port

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 18:31
Photo eitb.com

Photo eitb.com

Mobilisons nous contre le Diclofénac, il en va de la survie de nos vautours.

Le Diclofénac est un anti-inflammatoire à usage vétérinaire, puissant qui a anéanti les populations de vautours en Inde , au Pakistan et au Népal . Ce médicament vient d’être autorisé par l’Union Européenne pour l’Italie, et l’Espagne, où 80 % vivent des vautours européens. Le Diclofénac devient disponible sur le marché de l'UE . Selon les experts en SEO / BirdLife ( BirdLife en Espagne ) , RSPB ( BirdLife au Royaume-Uni ) et la Fondation Vulture Conservation , cela peut entraîner une très forte mortalité sur les populations de vautours européens.

En Inde, au Pakistan et au Népal, le Diclofénac a été largement utilisé dans les années 1990 pour traiter les bovins. Mais il  reste dans les cadavres qui sont consommés par les vautours, provoquant leur mort presque immédiate. En 10 ans, les populations de vautours de ces pays ont diminué de 99 % ! Cela a également conduit à de graves conséquences pour la santé humaine du fait de la disponibilité des charognes non consommées qui a conduit à une augmentation de chiens errants et la propagation de maladies telles que la rage. Grace aux efforts conjoints de la campagne de la RSPB et son partenaire SAVE, le Diclofénac a été interdit en Inde et nous commençons à voir des signes de rétablissement de la population de vautour indiens. Mais aujourd’hui ce produit est à nos portes ! Il faut nous mobiliser. SIGNEZ la pétition : https://www.change.org/petitions/janez-poto%C4%8Dnik-european-union-diclofenac-the-vulture-killing-drug-is-now-available-on-eu-market

Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 09:00
L'écoute

L’écoute est l’un des secrets fondamentaux pour entrer dans le temple de Dieu. Écouter veut dire être passif. Écouter veut dire vous oublier complètement – alors seulement pouvez-vous écouter.
Lorsque vous écouter attentivement quelqu’un, vous vous oubliez. Si vous ne pouvez pas vous oublier, vous n’écouter jamais. Si vous êtes trop conscient de vous-même, vous prétendez simplement que vous écoutez – vous n’écoutez pas. Vous pouvez acquiescer, vous pouvez quelquefois dire oui et non – mais vous n’êtes pas dans l’écoute.
Lorsque vous êtes dans l’écoute, vous devenez un passage, une passivité, une réceptivité, une matrice ; vous devenez féminin et pour se réaliser l’on doit devenir féminin. Vous ne pouvez pas atteindre Dieu à la manière, d’envahisseurs agressifs, de conquérants. Vous pouvez atteindre Dieu seulement… ou il serait même mieux de dire ; Dieu peut vous trouver seulement lorsque vous êtes réceptif, une réceptivité féminine.
La sensibilité, l’intuition et la compassion sont les qualités qui brillent maintenant, dissolvant tous les obstacles qui nous maintiennent séparés les uns des autres et du Tout.
Lorsque vous devenez yin, une réceptivité, une porte est ouverte et vous attendez. Écouter est l’art de devenir passif.


(tirage tarot zen d'Osho)

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 17:00
La grande époque du grand gant.

Grossière erreur dans le titre de cette vidéo. Il ne s'agit pas de Cesta punta mais de grand xistera en place libre, c'est à dire sur un fronton découvert.

Ces images font remonter en moi de nombreux et bien doux souvenirs d'enfance. Je ne peux vous faire partager les souvenirs mais peut-être apprécierez-vous les images.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 19:05
Louis et Gilles:  nature, liberté.

Le 24 mai 2010, on pouvait lire sur ce blog l'article ci-dessous, suite à sa parution dans feu "Le Journal du Pays Basque".

 

Aujourd'hui, quelque chose me dit qu'il faut rapprocher le livre  de Louis Espinassous de cette chanson de Gilles Marchal. Il y a comme un air de famille.

___________________________________________________

Du balai, du vent, dehors !

11/05/2010

CRITIQUE par Jenofa CUISSET

Louis Espinassous, qui a pris racine il y a plus de trente ans dans une vallée béarnaise, la vallée d'Ossau pour ne pas la nommer, est un accompagnateur en montagne passionné par l'ours, un conteur et un écrivain. Il a eu très jeune la vocation d'éducateur nature, plus couramment nommée éducation à l'environnement, tant le mot «nature» pour des raisons nombreuses et complexes, terrorise notre société.

C'est bien là le thème du dernier ouvrage de cet homme-orchestre : Pour une éducation buissonnière, un livre dont on pourrait dire que le mot jubilation est le fil conducteur.

Quoique... la colère également y est omniprésente, celle d'un homme qui n'accepte pas que nous privions de plus en plus les enfants de la nature, du dehors, que nous les acheminions peu à peu vers une éducation hors-sol, sans couleurs, sans parfums, sans saveurs... sans danger aussi -le grand mot est lâché. Et Louis Espinassous en appelle à L'arrache-coeur, ce roman où Boris Vian plaide pour une société d'où tout danger ne sera pas écarté, car les enfants ne peuvent devenir des adultes libres, autonomes et responsables si on les élève dans une bulle. Quête sans fin de la sécurité, de l'hygiène jusqu'au ridicule, de la norme, du risque zéro, toutes ces obsessions maladives font qu'aujourd'hui l'éducation à la nature, que ce soit en milieu scolaire ou extra-scolaire, s'organise par écran interposé. La vie, le réel, le chaud, le froid, le vent, le soleil et la pluie, les enfants ne peuvent plus les appréhender que depuis ces petites cages douillettes où nous les gardons prisonniers de nos angoisses plus épaisses que les murs d'une cellule pénitentiaire.

C'est dehors, dans le jardin, les prés et les bois, au bord de la mer ou en montagne, dans ce contact physique avec le réel que l'enfant construit une part considérable du rapport à son corps, à ses sens, à son intelligence à la vie et aux autres.

Les activités sportives, normatives, pratiquées dans des stades, des cours, des gymnases, ne sauraient atteindre les mêmes buts. Louis Espinassous en appelle aussi au droit au repos, à la solitude choisie qui, permet de se connaître soi-même, d'apprendre à gérer ses émotions. Et il s'insurge contre les discours terriblement moralisateurs qui sont servis en permanence à nos chers bambins, comme s'ils devaient, eux, du haut de leur enfance ou de leur adolescence, sauver immédiatement la planète que nous avons mise, nous, en si piteux état.

C'est le livre d'un éducateur professionnel, et pas n'importe lequel. Ce sont aussi des pages qui dégagent un parfum de liberté, comme un rappel de La guerre des boutons, le superbe roman libertaire de Louis Pergaud. C'est une grande goulée d'air frais.

Pour une éducation buissonnière, de Louis Espinassous. Editions Hesse. 17 euros.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 19:23
Unis pour l'arbre.

Vous vous souvenez de la chute du vénérable acacia lors de l'une des nombreuses tempêtes de cette année?

http://jenolekolo.over-blog.com/2014/02/maudites-soient-les-temp%C3%AAtes.html

Aujourd'hui, un arboriste qui aime sincèrement et profondément les arbres ( et non, ce n'est pas le cas de tous), l'a allégé de la plupart de ses branches et surtout de celles de son houppier qui donnait tant prise au vent alors qu'il avait les racines dans l'eau en excès (trop de pluie, trop de vent, pauvres arbres!).

Un voisin sympathique et serviable ( si, si, ça existe) est venu avec son tracteur afin de redresser l'arbre dans l'espoir de sa renaissance.

Il a aussi aidé l'arboriste à sortir du ruisseau les branches qui entravaient son débit.

Le malheureux pommier saccagé par la chute du géant n'a pas fière allure. Bon, penser à téléphoner à l'ami qui s'y connaît en greffe. C'est la bonne lune, semble-t-il.

 

Nature, je t'aime. Et toi tout particulièrement , arbre.

N'empêche que cette nuit, je vais cauchemarder au sujet des 1000 brouettes de bois à remonter au bûcher. C'est ça, l'amour! Pas toujours rose!

 

Unis pour l'arbre.
Unis pour l'arbre.
Unis pour l'arbre.
Unis pour l'arbre.
Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.