Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 12:38
Gérard Manset   Mansetlandia

Une contribution de Daniel Labeyrie

L'artiste rare revisite son œuvre et nous livre ici un coffret de 19 CD après avoir balayé quelques scories c'est-à-dire quelques titres qui, à ses yeux, ne tenaient pas la route.

Certains regretteront l'absence du premier album « Animal on est mal » recherché comme une pièce de collection valant parfois plus d'un millier d'euros.

 

Après avoir bourlingué pendant des années au Cambodge, en Thaïlande, au Brésil, au Vénézuela et dans de nombreux pays des cinq continents, le chanteur qui rentrait au bercail pour enregistrer ses albums, a estimé qu'il fallait analyser avec lucidité son patrimoine discographique avant de réaliser ce travail de bénédictin.

 

Ignoré des médias du moins télévisuels, Manset pratique la chanson comme un art martial avec un exigence sans faille. En homme libre, il ne s'est jamais laisser aller à la moindre complaisance vis à vis de quiconque ni d'ailleurs vis à vis de lui même. Pas de scène, pas de tournées mais un état de création permanente.

 

Son oratorio « La mort d'Orion » qui remonte à 1970 fut un éclat de lumière dans le marasme et la démagogie des artistes complaisants caressant le public dans le sens du poil.

 

Le temps a passé et l'artiste demeure fidèle à lui-même, observateur sans pitié d'une époque et d'une modernité qu'il honnit.

 

Dans ce coffret qui ravira son public fidèle se cachent des merveilles de chansons non formatées durant parfois une dizaine de minutes, tranches de vies observées ici et là, évocations de paysages humains parfois en déroute.

 

Manset, dans sa quête de la beauté et de l'absolu, recherche une sorte de paradis perdu, fil conducteur d'une œuvre à bien des égards absolument exemplaire.

 

Daniel LABEYRIE

 

Référence : Parlophone / Warner Music

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 15:00
Un homme libre

Un homme libre. Chanson du film interprétée par Gilles Marchal.

"Un homme libre est toujours intrigant pour les autres humains, il leur fait peur au plus profond d'eux.".

Abdourahman A. Waberi, in "La divine chanson".

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 10:00
Qui les remplacera?

Quand ils ne seront plus là, tous ces vieux arbres vénérables, qui les remplacera?

Je pense en particulier aux châtaigniers, ces grands frères nourriciers qui furent si longtemps les "arbres à pain" de nos campagnes et dont nous ne servons plus que pour quelques cornets de marrons grillés, histoire de nous rappeler chaque année que l'hiver existe.

Quelqu'un de ma connaissance "possède" (comme si nous possédions la vie!) un bosquet de très vieux chênes dans un enclos attenant à sa maison. D'année en année il dépérissent, leurs branches cèdent sous les rares mais lourdes neiges de printemps et surtout sous l'assaut des tempêtes de plus en plus fréquentes. Je sais que cette personne aime ces arbres, "ses" arbres. Il y a près d'un an, je lui ai suggéré "Tu pourrais mettre quelques bébés chênes en pépinière pour être prêt à remplacer chacun de ceux qui vont bien finir par rendre l'âme". Sa réponse m'a laissée sans voix "Bientôt, il n'y aura plus personne dans nos campagnes pour les voir. Alors, à quoi bon?".

Depuis, cette réponse me hante. Je comprends et pourtant je ne comprends pas.L'accumulation de réflexions et de sentiments qu'elle fait naître en moi est si monumentale que les décliner sur le papier ou à l'écran me demanderait un travail bien trop lourd pour la paresseuse assumée que je suis devenue.

N'empêche, je sais : protéger et planter, sans cesse, sans arrêt, sans trêve, sans repos. Planter avec les enfants qui verront grandir les arbres et que les arbres verront grandir. Ensuite, et seulement ensuite, on discutera entre sociologues, philosophes, historiens, économistes, biologistes, militants de ceci ou de cela, humains tout simplement. Ensuite seulement. Pour le moment, n'écoutons que le poète, surtout celui qui vit en nous.

Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Qui les remplacera?
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Célébration de l'arbre
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 10:35
Madame Jane Goodall et deux de ses amis.

Madame Jane Goodall et deux de ses amis.

Repost 0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:34
Jean Lassalle, le mythe mité.

Illustration dans "La Répugnante des Pyrénées", journal satirique à publication unique mais désopilante.

Une contribution de Yannis Youlountas

Je ne comprends pas l'engouement subit de certains d'entre vous pour Jean Lassalle : mes potes de Groland appellent à le parrainer, des médias dit de gauche lui déroulent le tapis rouge, Pierre Carles prépare un film-portrait qui sortira en pleine campagne électorale, et l'un d'entre vous vient de me dire qu'il va rejoindre la campagne de ce saint-homme. Bon, je ne voulais pas m’en mêler, mais là je crois que ça va pas être possible.

JEAN LASSALLE OU LE MYTHE DE LA BONNE VIEILLE DROITE DU TERROIR

Franchement, je suis estomaqué. Savez-vous vraiment qui est Jean Lassalle, derrière le vernis de ses coups médiatiques ?

Pro-tunnel du Somport (axe européen E7), Jean Lassalle était le bras droit du sinistre député RPR et surtout banquier Michel Inchauspé, l'un des principaux promoteurs du projet juteux de bétonnage et de goudronnage de la magnifique vallée d'Aspe et chef de file des affairistes du coin. Lassalle a longtemps été le suppléant de son mentor (1988-2002) en charge des sales besognes, avant de le remplacer à partir de 2002. Aux dires de tous, Lassalle a été l'un des pires ennemis des zadistes durant toute la période de cette lutte (qui a connu son apogée avec le grand rassemblement du 22 mai 1994, avec 8000 opposants, jusqu’à la grève de la faim des zadistes, surnommés "les indiens", dont Pétof, en 2000). Lassalle n'était pas le "gentil" ou le "romantique" que certains racontent : il insultait, menaçait et lançait des anathèmes contre les zadistes de la vallée d'Aspe (dont l'abri a été incendié, durant une nuit en 1992 et dévasté à nouveau en 1993). C'était la dernière vallée vraiment sauvage des Pyrénées. Maintenant, passe à longueur de temps un armée bruyante et polluante de poids lourds (au lieu du projet de ferroutage que proposaient les opposants, puisque la ligne Pau-Saragosse existait déjà et nécessitait juste une remise en état). Bref, Lassalle a été propulsé en politique par un banquier affairiste du RPR, ses premiers faits de gloire ont été de combattre l'une des premières ZAD historiques en France, et son positionnement politique était déjà la droite et le tout productivisme.

Bon, j'accélère.

Pro-poulaga, Lassalle a fait tout un pataquès, pour que ses gendarmes chéris ne s'éloignent pas de chez lui, en 2003.

Militariste à fond la cocarde, il est allé jusqu’à faire des pompes devant des journalistes en octobre 2016 pour manifester son soutien aux bidasses français de retour de leurs missions chez les pauvres basanés.

Réactionnaire, il a voté contre le mariage pour tous, en avril 2013.

Profondément de droite, en dépit de son étiquette centriste, il l’a encore montré en revotant Sarkozy (au terme de son mandat), au second tour de la présidentielle 2012.

Capitaliste, évidemment, il critique la spéculation financière en mimant les slogans porteurs comme beaucoup d’autres, mais il fait l’éloge simultanément des grands capitaines d’industries, à commencer par Citroën, Renault et Peugeot (ah, la bagnole !)

Pro-chasse, même s’il n’est pas chasseur lui-même, il s'inquiète de la situation des chasseurs et appelle notamment à les soutenir, en 2011, parce qu’ils seraient en voie de disparition.

Anti-ours, par clientélisme, alors qu’il était président de l'organisme de tutelle, il a chapeauté le virage laxiste face aux chasseurs, abandonnant l'ourse Cannelle à des battues (tuée en novembre 2004), non content d’avoir déjà commencé à dévaster la vie sauvage de la vallée avec le tunnel, et, par la suite, il a empêché la reproduction des deux derniers ours (des mâles) en bloquant l’introduction de femelles.

Se rapprochant, depuis trois ans, de la mouvance conspirationniste, Lassalle est un intervenant régulier du plateau de la chaîne d’extrême-droite MetaTV aux côtés de son animateur soralien Tepa, ainsi que du Cercle des Volontaires  aux côtés du confusionniste Raphael Berland et de son gourou Etienne Chouard qu’on ne présente plus (Lassalle fréquente aussi d’autres courants de l’extrême-droite comme Radio Courtoisie).

Non, franchement, votre blague, si c'en est une, est de mauvais goût. Il faudrait vite nous rassurer, dans les jours qui viennent : "mais non, on déconnait !" Malheureusement, il semble que ce ne soit pas le cas.

Oui, bien sûr, on le sait, on nous l'a rabâché cent fois : il a fait une grève de la faim pour "défendre l'emploi industriel" dans son bastion électoral. Un coup médiatique qui l’a fait connaître et dont beaucoup parlent encore. Oui, et alors ? Des grèves de la faim, même des jihadistes en taule en ont fait plusieurs fois. L'essentiel n'est pas là. De plus, quand cinq des opposants au tunnel ont fait une longue grève de la faim, six ans plus tôt, Lassalle n’a pas manifesté la moindre empathie ni fait le moindre geste.

Vous qui tombez dans le panneau, vous êtes dans le mythe de la bonne vieille droite du terroir.

Ce mythe est un leurre.

Comme beaucoup d'autres, Jean Lassalle est un productiviste pur et dur, casseur de ZAD et de nature sauvage, formé par un banquier affairiste et député RPR, capitaliste jusqu'à l'os, démago jusqu'à la moelle, centriste donc de droite, amoureux de la police, lèche-botte des bidasses, lèche-cul des chasseurs, ramasse-crotte de la complosphère, bateleur et arriviste, baratineur avec l'accent.

Oui, c’est vrai, il a l’accent. Et alors ? On stigmatise l’origine maintenant ? D’autant plus que c’est pas vraiment une référence : Pasqua, Baylet, Aliot, Gaudin...

Reste le côté fils de berger, façon José Bové en somme, sauf que… c’est du côté FNSEA ! Ben oui, la FNSEA. Savez vous seulement qui est son grand ami et suppléant au parlement ? L’un des pires producteurs de malbouffe dans l’hexagone : Barthélémy Aguerre, le fameux patron de Spanghero, celui qui vous faisait bouffer des lasagnes Findus au cheval roumain :
https://www.youtube.com/watch?v=8qL9CxrAMN4

Longtemps après Giscard et son accordéon, Poujade et son topinambour, Pasqua et ses blagues corses, Chirac et ses vaches corréziennes… voilà que ça recommence !

Vous qui vous bouillonnez d’excitation devant son livre de campagne : « Un berger à l’Elysée », posez-vous juste une question, une toute petite question : si Jean Lassalle se pose en berger à l’Élysée, à votre avis, dans tout ça, vous êtes qui ?

Y.Y.

https://www.youtube.com/watch?v=ZZpNfsOQI-g

(texte comme toujours reproductible où vous voulez, pas besoin de demander)

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 16:57
Rue Sainte Catherine

Une contribution de Bernard Caussade

Il fait froid sur Bordeaux. J’y étais ce matin. Dans la rue commerçante qui distribue la ville, rue saint Catherine, un jeune avec son chien s’extrait de ses couchages, on se connaît à peine  … discussion de passage, rencontre décalée entre un homme en retraite qui balade ses pas pour tuer ses instants et un gars de la rue. Et je ne m’y fais pas. Accident de la vie et rupture de couple, distributions des rôles et partage des biens, justice lapidaire pour un monde inhumain… il a gardé son chien, le soir quand la maraude lui propose un coucher c’est toujours sans son chien… il couchera sur place, les morsures du froid se partagent en amis.

Dans les palais dorés aux couloirs surchauffés les princes au pouvoir gavés de suffisances promènent leurs distances et leurs incompétences. Quand ils sortent parfois c’est pour nous abreuver de discours insipides aux accents indécents. Le froid n’est pas leur monde, la faim c’est au tiers monde, dans les rues de Paris ou celles de Bordeaux les soupes populaires, les nuits sous des cartons… contexte de climat et de situation.

Je hais les politiques qui promènent leurs aises dans des salles de fêtes pour les vœux annuels… chauffeur et secrétaire pour n’oublier personne, et le prochain mandat se gagne en accolades et galettes des rois… mon ami de passage, rue sainte Catherine attendra le printemps pour soigner les morsures de ces froids sur Bordeaux.     

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 08:44
L'arbre beau chanteur

Celui que j'aime est un cyprès. (Note de la blogueuse)

"Dans les collines, il y a toujours cet arbre à côté des fermes ; vous savez pourquoi, vous?
- Ah, mon bon monsieur, moi, je sais, je vais vous dire.(...) de mon temps, on plantait le cyprès, vous savez pourquoi? Parce que c'est un arbre beau chanteur. (...) C'est profond, c'est un peu comme une fontaine, tenez. (...) Ici on ne pouvait pas se payer le luxe de faire couler tant et plus . Ici, on mesurait l'eau à la burette.(...) Donc, pour remplacer la fontaine on plantait un cyprès au bord de la ferme, et comme ça à la place de la fontaine d'eau on avait la fontaine de l'air avec autant de compagnie, autant de plaisir."
Jean Giono - Solitude de la pitié

La photo est extraite du site ci-dessous:

Repost 0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 13:05
CAC 40 à l’ombre.

Une contribution de Peyo Etchebès, déjà publiée ici il y a longtemps mais tellement d'actualité que je ne résiste pas!

Bouledogue grincheux
Déambule sur le trottoir,
Spectre du mépris,
Molosse de la finance,
Cigare arrogant au bec,
Journal ouvert
Page des cotations.
Soudain,
Son visage se fige.
Il chiffonne la feuille,
L’œil irrité,
La jette à terre:
« La bourse baisse! »

Chatounet errant,
SDF fébrile,
Transi oublié
Assis sur le trottoir,
Triste sourire aux lèvres,
Se penche doucement,
Ramasse le canard
Et le déplie
Page météo.
Son visage
S’illumine soudain,
Radieux:
« La température augmente! »

 

    Pour signer la pétition demandant un vrai procès pour Madame Lagarde, c'est ci-dessous.

    Oncle Bernard, tu nous manques!

    Ecouter ci-dessous.

    Repost 0
    3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 16:24
    Une catastrophe pour l'air comme pour la terre: l'écobuage.

    J'ai plusieurs fois, dans ce blog, dit tout le mal que je pense des écobuages, n'abordant que les méfaits sur la terre, la végétation, la faune, etc, quelques fois aussi directement sur les humains. Et nous avons tous ici en tête le drame d'Esterenzubi.

    Mais au vu des pics de pollution  de plus en plus fréquents, il apparaît comme de plus en plus évident qu'ils ajoutent et de manière non négligeable leur dose de particules fines à un air initialement source de vie mais qui devient poison pour tous et particulièrement pour les plus faibles: enfants, personnes âgées, malades. Je parle là et des feux de montagne et des feux de jardins. Ces derniers sont plus modestes en taille mais multipliés par centaines, par milliers. Brûler de la végétation dehors, que ce soit sur pied ou coupée, est un crime et rien d'autre qu'un crime.

    Je vous invite à prendre connaissance de la vidéo ci-dessous. Coup de chapeau à Madame le Maire de Lourdes pour son courage et sa liberté de parole. Quand on connaît l'omerta autour de ces incendies dans nos campagnes et particulièrement dans les Pyrénées, on peut la saluer parce qu'à ma connaissance il n'y a pas beaucoup d'élus qui tiennent ce langage. Mais alors, vraiment pas beaucoup!

     

    Repost 0
    Published by Jeno l'écolo - dans Ecobuages,mendiko suak
    commenter cet article
    2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 08:00
    Juste quelqu'un de bien.

    Et en plus, c'était un cador en potager, Gilles (Note de Jenofa)! Ici à la fin des années 80, quelque part dans l'Oise. Photo: GG.

     

    Il y a deux jours, complètement par hasard, j’ai appris au cours d’une recherche que le chanteur Gilles Marchal nous a quittés en 2013.
    Le jour de mon anniversaire…
    Où étais-je donc pour ne pas l’avoir su?!

    J’avais envie de revenir sur le double passage de ce formidable monsieur dans ma vie.

    La première fois que je l’ai entendu, j’étais adolescente.
    Il chantait L’Etoile Filante.
    Il avait une voix très grave et j’ai eu envie de découvrir ses autres chansons.
    Pauvre Buddy River, Liberté, mais aussi  beaucoup d’autres que j’ai aimées, parmi lesquelles Les prénoms de l’Ile de France  ou  Les rues de la ville.
    Ses chansons, je les écoutais sur cassettes, je les chantais et, bien plus tard, je les ai apprises à certains de mes petits (et grands) élèves, à la guitare, dans mon « autre vie ».

    Fin du premier épisode.

    Il y a sept ou huit ans, l’envie me vient de réécouter ces fameuses chansons.
    Mais, les cassettes se sont perdues au fil du temps et des déménagements multiples…
    Une petite visite sur Internet ne me permet pas de trouver ces disques, mais je tombe sur une adresse mail à laquelle j’écris pour obtenir mon renseignement: y a-t-il encore possibilité de commander les disques de ce formidable auteur compositeur?

    Quelques jours plus tard, j’ai la surprise de recevoir un coup de téléphone.
    L’homme qui me parle me dit qu’il a bien reçu mon message et se dit presque étonné que je sois à la recherche de chansons aussi anciennes.
    Je lui explique qu’elles ne sont pas si anciennes que cela (non mais!) et qu’elles sont très belles.
    Il me pose quelques questions  et je lui raconte que ces chansons ont été présentes à presque chaque étape de ma vie, qu’elles ont toujours une importance pour moi etc.
    Au bout de quelques minutes, il me dit:
    - J’ai oublié de me présenter: je suis Gilles Marchal. Les chansons ne sont plus disponibles dans le commerce, mais je vais vous envoyer deux CD où vous les aurez.

    J’étais stupéfaite.
    Stupéfaite qu’il ait pris la peine de m’appeler.
    Nous avons parlé encore un peu.
    C’était chaleureux, sympathique, drôle…
    Il n’a pas voulu que je paye les disques et m’a juste demandé que je lui dise ce que je pensais de l’une des chansons que je trouverais sur les CD, et que je ne connaissais pas encore.
    Il m’a donné son titre.
    Quelques jours plus tard, je recevais les disques et j’écoutais cette chanson que j’ai vraiment aimée.
    Je lui ai laissé un message pour le lui dire et pour le remercier de sa gentillesse.
    J’avais découvert qu’il était aussi bel humain que bel artiste.

    C’est cette chanson, que j’avais envie de diffuser aujourd’hui…
    Elle s’appelle Les clés sous la porte.
    Et je pense avec émotion à ce troubadour parti beaucoup trop tôt rejoindre les étoiles, filantes et autres…

    Martine Bernier

     

     

    Repost 0

    Présentation.agerpen

    • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
    • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
    • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
    • Contact

    Rechercher Sekatu.