Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 18:17
Coup de gueule

Une contribution de Celia Reggiani.

Franchement les "posts" du style " On se préoccupe bien plus des animaux que des humains " m'épuisent . C'est une posture imbécile et profondément malhonnête . Ceux qui se plaisent à opposer empathie pour les animaux et empathie pour les humains ... demandez leur ce qu'ils font concrètement pour l'humanité .. pour leur voisins , pour les autres en général , à part afficher de grandes idées humanistes et ça c'est tellement facile ! C'est à la portée de n'importe qui !
Vous vous trompez de cible les amis !
Ne pas accepter ou déplorer que l'humanité traite les êtres vivants non humains de la sorte n'implique pas que l'on ne soucie pas des autres humains . C'est souvent plutôt le contraire d'ailleurs . Oui , les animaux vivent quotidiennement un vrai génocide et contrairement à ce qui se dit sur ces posts imbéciles , les humains sont incomparablement mieux lotis ( qui peut le nier ?? ) même si nombreux sont ceux qui souffrent terriblement .. pas la peine d'aller bien loin : déjà au bord du périph , les tentes de Roms …

Et puis ceux qui déplorent la faim dans le monde continuent allègrement pour la plupart à se gaver de viande malgré les pénuries et ravages qu'induisent l'élevage industriel justement :
L’élevage induit également un énorme gaspillage d’eau afin de transformer les végétaux en protéines animales : Pour produire 1 kilo de soja, il faut 2.000 litres d’eau, un peu plus que les 1.900 litres nécessaires pour 1 kilo de riz. Il faut 3.500 litres pour 1 kilo de poulet, et pour ce qui est du bétail 100.000 litres sont nécessaires pour 1 kilo de bœuf …
Un boeuf fournit 1500 repas alors que les céréales qu'il a consommé sa vie durant pourraient fournir 18 000 repas !! Capisce ??
Tout ça pour nos chères papilles !! Et on poste on poste , on fait circuler des grandes idées , on s'indigne sur ces enfants qui meurent de faim !! Quelle putain d'hypocrisie !! Reconnaissons au moins notre incohérence ! MERDE !
Pour mémoire :
-en France, plus de 3 millions d’animaux sont chaque jour reproduits, élevés, brutalisés ,
sacrifiés pour la consommation de produits d’origine animale.
-chaque semaine, dans le monde, plus d’un MILLIARD d’animaux sont exploités, maltraités et tués pour devenir de la viande, dont ceux en fin de « parcours de production » qui ont servi à produire du lait, des œufs et autres produits d’origine animale.
-chaque seconde, à travers la planète, plus d’un animal meurt pour l’industrie de la fourrure.
- chaque jour, en France, plus de 7000 animaux sont utilisés, suppliciés et tués dans les laboratoires d’expérimentation publics et privés.
aux USA 14 millions d'animaux par jour mis à mort pour notre alimentation = 5 milliards par an !!

Claude Lévi Strauss qui comme chacun sait se foutait de l'humanité comme d'une guigne :
""Jamais mieux qu'au terme des quatre derniers siècles de son histoire l'homme occidental ne put-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il refusait à l'autre, il ouvrait un cercle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d'autres hommes, et à revendiquer au profit de minorités toujours plus restreintes le privilège d'un humanisme corrompu aussitôt né pour avoir emprunté à l'amour-propre son principe et sa notion. »
— Claude Lévi-Strauss, Anthropologie Structurale Deux (1973), p.53."

Partager cet article
Repost0
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 18:06
Photo Laura

Photo Laura

Ce matin, au marché de Saint-Jean-Pied de Port, je découvre un stand qui, je l'apprends plus tard est présent à chaque marché depuis le début de l'été.Deux sortes de petits "présentoirs". Dans le premier, les animaux ci-dessus dont j'ignore le nom, dans l'autre des chèvres naines. Autour de ces animaux, le bruit, la foule. Aujourd'hui, pas de chaleur, mais j'imagine certains autres lundis--- Les enfants tirent les parents par la manche pour s'approcher. Ils veulent voir, toucher caresser, demander si l'on peut adopter ces petites bêtes, même s'il est écrit "Les animaux ne sont ni à vendre ni à donner". Des centaines et des centaines de mains se promènent sur le dos et la tête de ces êtres vivants transformés en bêtes de foire et qui ne doivent pas faire de vieux os.

Je cherche en vain sur les parois des présentoirs une autre inscription qui m'indiquerait qui sont ces gens, leur adresse. Et j'observe le manège. Il y   trois vendeurs-racoleurs visibles et peut-être plus. Ils interpellent les passants et sortent de leurs étagères cachées des boîtes de bonbons à la sève de pin. Une de ces personnes vient vers moi et me demande "Vous aimez les animaux, madame?". "Oui, mais je suis en train de me demander si vous les aimez vraiment, vous, pour leur faire subir un tel traitement". "Oh, mais, madame, il faut que je vous explique. Nous sommes un petit cirque  et nous militons pour que les animaux ne soient pas en cage dans les cirques. C'est pour cela que nous vendons ces bonbons, pour venir en aide aux animaux. Cette petite bête de Chine, là, vous voyez , mon mari l'a sauvée de l'abattoir" Moi "Vous me racontez vraiment n'importe quoi, je ne connais pas les tenants et aboutissants de votre arnaque mais je sais que c'est une arnaque et que ce que vous faites là, c'est de la maltraitance animale".

Là, dessus, je rencontre une amie et lui dis que je regrette d'avoir réagi ainsi, que maintenant, je ne peux en savoir plus. Alors, elle y va et demande où l'on peut voir ces animaux lorsqu'ils ne sont pas sur les marchés. Réponse vague : quelque part vers Anglet ou vers Biarritz. Demande de précision à la réponse tout aussi vague: du côté de la halle d'Iraty. "Serait-il possible d'avoir une carte du cirque, ou de l'association?" "Elles ont toutes été distribuées ce matin." Et là, son intelocutrice plante mon amie et va parlementer avec ses collègues, très certainement pour leur dire que ça sent le roussi.

De retour à la maison, je fouine sur le net et trouve le lien d'un blog qui dépeint la même arnaque en d'autres lieux ( voir ci-dessous même s' il y en a d'autres) . Mais là, ce n'est pas au profit des animaux comme comme cela m'a été servi à moi, mais à celui des gens du cirque. Cause à géométrie variable---

 

Voilà. Si vous tombez sur ce genre de personnes, dites-leur poliment le fond de votre pensée et parlez-en autour de vous pour que le moins possible de gens soient piégés. En ce qui me concerne, quitte à être traitée de délatrice, je compte alerter la mairie. Je sais bien que l'autorisation d'exposer et de vendre sur le marché a été donnée, mais il y a très certainement un moyen de  coincer ces escrocs à la petite semaine sur le sujet de l'origine des animaux, leur "traçabilité" en quelque sorte. Oui, je sais, je sais, à côté de Balkany (entre autres)--- La différence, c'est que Balkany, tout le monde en parle.

 

 

Photo Laura

Photo Laura

Photo Laura

Photo Laura

Partager cet article
Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 11:52
Celle-ci me passe partout.
Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 10:00
L'irresponsabilité, chat suffit!

Une contribution de Claudine Farfantoli.

Uharte Garazi (Uhart-Cize)

Depuis plus d'un demi-siècle que j'ai eu des chats près de moi, et surtout depuis les quelques treize années actives dans ce que l'on nomme "Protection animale", des histoires de chats et de chiens je pourrais en conter des dizaines !...
Que ce soit XURI, surnommée la "blanquette de veau", toute blanche, petite chose souffreteuse, plus grise que blanche et les moustaches grillées par la chaleur de la seule cheminée où elle se rechauffait, la peau sur les os, couverte de puces, enfin pas jolie-jolie ! quand je revois la magnifique boule blanc de neige qu'elle fût ensuite... je me dis que j'ai bien fait de la "négocier" auprès de ses "maitres" de l'époque...
 
Il y a eu MUFTI, je devrais dire "le Grand Mufti", pas de Jérusalem, mais impérial, d'un beau poil long, gris irisé uni, plastron, mitaines et bottines blanches, errant depuis plusieurs jours sur le Pont de l'Eglise de Garazi.. Après enquête, personne ne l'ayant réclamé, j'ai décidé de l'emmener à la maison où il a illico trôné en bonne place !
 
MAï, prise au Refuge de Bacheforès, où j'allais à l'époque aider à nettoyer, nourrir, soigner les chiens surtout. Bébé de 2 mois malade, le directeur a malgré tout accepté de me la donner, sachant que je saurais la soigner et m'en occuper : elle a vécu de très nombreuses années, heureuse je pense, jusqu'à l'an dernier... Une siamoise croisée toute ronde, "bouboule", avec des yeux d'azur...
 
CYRANO, un siamois croisé, une tache brune sur le nez, de grands yeux bleux lui aussi, une queue courte : vers 2 mois à peine, il a été déposé discrètement dans le couloir du Salon de Toilettage ! Il est toujours là...je veux dire "chez moi" !
 
GALA, à peine plus de 2 mois, se nourrissait dans les poubelles du Bar Américain, on me l'a signalée et en sortant du travail, devinez quoi ? Je l'ai enfournée dans mon manteau et hop ! une de plus !... Et à plus de 10 ans aujourd'hui, elle devient "enfin" très câline...
 
DOUCE, perchée, royale, sur les rayonnages de la Librairie d'à côté, soustraite illico à la vindicte de la "libraire en chef", avec la complicité de l'amie des chats qu'était la petite vendeuse de l'époque...Une vraie Diane chasseresse : gare à vous, pauvres mulots et autres campagnols !
 
TESS, carrément "volée" - mais vu son état et son âge, on n'avait guère dû s'occuper d'elle ! - pas loin des jolis petits cochons d'un célèbre charcutier des Aldudes ! emportée là encore cachée sous ma parka, mais ... "avec la queue qui dépasse", comme m'a dit, un peu affolée, ma vieille amie partie en simple balade avec moi... Cette vieille chatte là (pas mon amie, Tess !), qui plus est attendait des petits, n'aurait pas vécu ses vieux jours heureux comme elle les as eus chez moi...
 
MISHA, si minuscule, a reçu ce nom, pas à cause d'obscures origines slaves, mais parce que ... à peine un chat... un demi-chat ! un petit roux angora, qui est resté fragile, sans doute à cause des trop difficiles premières semaines de sa vie... Il était planté là, au beau milieu d'une prairie, juste en-dessous de chez moi...
 
MAXOU, raméné de Sainte-Maxime, qui m'a donné de belles frayeurs sur le trajet de retour...mais a fini par venir couler de beaux jours au Pays Basque !... Un magnifique tigré à poils longs !
 
BELLE et TOFFEE, elle "écaille de tortue" à poils longs, lui un bon gros rouquin, un caramel tout tendre, tout roux : inséparables tous les deux, toujours collés ensemble (le caramel, c'est collant !), deux amours n'en faisant plus qu'un !...
 
... et tant d'autres ! la liste pourrait faire au moins 5 fois celle-ci (et je ne parle que de ceux qui sont restés pour quelques années à mes côtés ! Pas des quelque 40/45 autres "de passage" en attente d'un (bon) placement !).
 
Je me contenterai donc d'évoquer plus longuement les 3 derniers, ici depuis un et deux ans : HAÏKU, ISIS et IRIS, mes derniers protégés !
 
Le premier, noir et blanc, ou plutôt "fumée", avec un regard triste et, en guise de queue, un pompon bien rond (d'où ce nom japonais des petitts poèmes haïkus, car il ressemble à cette race nommée "Bobtail japonais"). Déposé près des containers-poubelles du Jaï-Alaï, n'avait qu'environ 2 mois, et une plaie dans le cou (cause de son abandon ?..), la peau à vif sur 3 bons centimètres... Pas farouche, facilement emmené et soigné (mais il garde une belle cicatrice !). Un amour... Même si je dois l'emmener tous les mois chez le vétérinaire, à cause d'une calicivirose, bénigne mais stabilisée grâce à des injections efficaces, il reste "mon bébé d'amour" !...
 
Puis, un mois plus tard, mes deux "tites", deux soeurs visiblement de la même portée, dans un carton au sol, au milieu des mêmes containers-poubelles, par 30° à l'ombre ! En voyant ce carton et apercevant un bout de fourrure, je me souviens avoir pensé : "tiens, quelqu'un a jeté un col en fourrure !"... Drôles de fourrures, affamées et assoiffées, minuscules (1 mois, à peine plus !) et éperdues : impossible de les laisser là ! J'ai courru au supermarché tout proche, après les avoir bien sûr mises à l'abri dans ma voiture, acheter quelque nourriture et du lait pour chaton (après, j'ai préparé plusieurs fois par jour des biberons avec du lait en poudre-spécial-chatons !) : j'avais rarement vu des bébés aussi goulus ! elles avaient si faim ! J'ai eu un frisson d'horreur en imaginant leur sort si je n'étais pas passée par là...
 
Comme c'était "l'année des I", elles ont été baptisées IRIS et ISIS (oui, je sais je ne me suis pas foulée ! mais les deux noms me plaisaient !). IRIS, la plus noire, mais avec mouffles, bottines et plastron blancs et un bouton de fleur d'iris blanc au-dessus du nez, au milieu de sa bouille noire ; ISIS est une "Félixette" classique, donc noire et blanche également, mais haute sur pattes, longue et elancée : une vraie déesse égyptienne !
 
Avec, mais surtout grâce à une amie tout aussi passionnée par ces petits félins, elles ont bien sûr été tatouées, vaccinées et surtout stérilisées, dès que ce fût le moment. Les refuges débordent de chats "en trop", car - et c'est mathématique ! - il y aura toujours plus de naissances que d'adoptions, hélas !
 
Alors, pitié ! soyez responsables envers vos animaux : ne les laissez pas se reproduire, il y en aura toujours trop, ne contribuez pas à remplir les refuges de malheureux ! Car même si c'est par les générations suivantes, il y en aura forcément des dizaines qui seront soit abandonnés et continueront à surpeupler les refuges, soit voués à des morts plus ou moins lentes (maladies, voitures, etc..) après des souffrances...que vous pouvez au contraire aider à diminuer !
 
Pour ces trois petits sauvés, combien meurent lentement au fond d'un fourré ou dans un fossé, après avoir été heurtés par une voiture, quand ils ne sont pas illico aplatis sur le bitume : ceux-là au moins n'ont pas eu le temps de souffrir. Maigre consolation...
 
Car plus que la mort, ce qui me révolte, ce sont toutes ces souffrances inutiles, dûes à l'inconscience des humains...
 
"A quand un refuge en Pays Basque intérieur ? car ceux de Bayonne, Saint-Jean-de-Luz ou des Landes ne prennent PAS nos abandonnés... Alors, on en fait quoi ?"
 
Je terminerai par cette citation de Marguerite YOURCENAR ("Les yeux ouverts") : "Il y a cet aspect bouleversant de 'animal qui ne possède rien, sauf sa vie, que si souvent nous lui prenons. Il y a cette immense liberté de l'animal, enfermé certes dans les limites de son espèce, mais vivant sans plus sa réalité d'être, sans le faux que nous ajoutons à la sensation d'exister.C'est pourquoi la souffrance des animaux me touche à tel point. Comme la souffrance des enfants, j'y vois l'horreur toute particulière d'engager dans nos erreurs, nos folies, des êtres qui en sont totalement innocents. Répondre par la brutalité à la totale innocence de l'enfant ou de l'animal qui ne comprend pas ce qui lui arrive, c'est un crime odieux et c'est ce crime odieux que l'écologie se doit de combattre".
 
Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 09:28
Quelques poules du côté de Saint-Hilarion, dans les Yvelynes (clin d'oeil).

Quelques poules du côté de Saint-Hilarion, dans les Yvelynes (clin d'oeil).

 

Le texte ci-dessous m'a été transféré mais j'ignore depuis quel blog. Que son auteur (e) veuille bien me pardonner, mais je trouve ces quelques lignes si jubilatoires!

 

 Attendu que la guerre est déclarée entre ruraux et néo-ruraux, attendu que l'on ne peut parler de châtaignes sans se prendre des marrons, voici pour les amateurs, et avant de baisser le rideau en perspective de quelques jours de repos, une gourmandise juridique.

Au lieu-dit La Rochette, village de Salledes (Puy-de-Dôme), un conflit de voisinage opposait le sieur Rougier à ses voisins, les époux Roche, propriétaires d'un poulailler que le premier estimait trop proche, trop bruyant et trop malodorant. Saisi de la querelle, le  tribunal de Clermont-Ferrand avait donné raison aux plaignants et ordonné la destruction dudit poulailler fauteur de troubles. Furieux, les époux Roche ont fait appel de la décision du tribunal devant la cour d'appel de Riom qui leur a donné raison en ces termes:

"Attendu que la poule est un animal anodin et stupide, au point que nul n'est encore parvenu à le dresser, pas même un cirque chinois; que son voisinage comporte beaucoup de silence, quelques tendres gloussements et des caquètements qui vont du joyeux (ponte d'un œuf) au serein (dégustation d'un ver de terre) en passant par l'affolé (vue d'un renard); que ce paisible voisinage n'a jamais incommodé que ceux qui, pour d'autres motifs, nourrissent du courroux à l'égard des propriétaires de ces gallinacés; que la cour ne jugera pas que le bateau importune le marin, la farine le boulanger, le violon le chef d'orchestre, et la poule un habitant du lieu-dit La Rochette, village de Salledes (402 âmes) dans le département du Puy-de-Dôme.

Par ces motifs: statuant publiquement et contradictoirement, infirme le jugement, déboute le sieur Rougier de son action et le condamne aux dépens...".

(Cour d'appel de Riom, 1ère chambre civile, 7 septembre 1995.)

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 09:00
Charlie et les animaux.

En juillet 1998, sur le col d'Organbidexka où nous comptions les oiseaux migrateurs en compagnie du chien Alaï et de l'ami Charlie. "Les curés en soutane sauvent les âmes et noient les scouts".C'était la "une".

 

Charlie m'a accompagnée depuis 1970. Avant lui, Hara Kiri. Et avant lui encore, le grand Duduche dans le journal Pilote et Cabu, son "papa" . Sans parler, bien évidemment de "La Gueule Ouverte", avec Pierre Fournier, qui fut si important pour le mouvement écologiste en dynamisant  le mouvement anti-nucléaire, bien entendu, mais aussi en rapprochant les milieux de la défense de la nature, le mouvement des communautés et celui de la non-violence active.

Charlie, ce ne sont pas que des dessins, comme me le faisait justement remarquer ma fille. Ce sont aussi des articles de fond. A Charlie, on ne passe pas tout son temps à "dégommer" les religions comme il semblerait que ce soit le cas si l'on en croit les médias depuis cet atroce mercredi. On parle de tout un tas de sujet et le souci de  l'écologie y est très présent depuis toujours (Fournier mais aussi Gébé, Reiser, Pasquini), et depuis quelques temps grâce à Fabrice Nicolino, grièvement blessé lors de l'attentat.

Faut-il rappeler par ailleurs que depuis des années, Charlie est le seul journal qui héberge une rubrique permanente pour la défense animale, sous la houlette de Luce Lapin et des célèbres "Puces"? Que Cabu était végétarien depuis bien longtemps, qu'il ne manquait pas une manif anti-chasse et que quelques heures avant de partir; il offrait un dessin dénonçant la barbarie du gavage pour le foie gras?  Et que chaque membre de l'équipe, ceux qui sont partis dans l'explosion d'une violence inimaginable, tout comme ceux qui restent , sont signataires de la pétition du CRAC pour l'abolition de la corrida, une corrida qu'ils se plaisaient à dénoncer dans les pages du journal de manière récurrente?

Ci-dessous, une sélection non exhaustive de quelques hommages, que je préfère appeler remerciements et qui émanent pour la plupart d'associations.

Tout comme  sur le sujet du précédent "post" ( racisme et vision fascisante et liberticide de la société), je suggérerais aux chasseurs, bâfreurs et  aficionados invétérés de réfléchir quelques minutes avant de crier haut et fort "Je suis Charlie".

 

 

France Nature Environnement est Charlie.

France Nature Environnement est Charlie.

Je ne peux pas m'empêcher---

Je ne peux pas m'empêcher---

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 09:00
Zorionak Meilleurs voeux!
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 17:49
Août 2010, à son arrivée à Uhaldia.

Août 2010, à son arrivée à Uhaldia.

Ma fille, au retour d'une randonnée avec sa belle-soeur, était arrivée à la maison avec ce maigre petit tas de poils noirs de chiures de puces, trouvé dans un champ de maïs à Ispoure. Avant de rapporter ce drôle de trophée, elle avait fait le tour des maisons environnantes pour tenter de retrouver un hypothétique maître, une hypothétique maîtresse. En vain.

Le petit gremlin qui était en vérité un ange, je ne l'ai pas immédiatement accueilli à bras ouverts. Nous pouvions considérer que nous faisions le plein à la maison. Le lendemain, j'ai dit, la conscience un peu lourde "Ce n'est pas possible, il faut que tu la remettes là où tu l'as trouvée, tu lui porteras à manger tous les jours, elle trouvera bien quelqu'un sur place". Itziar s'est dirigée vers sa voiture, la pitchounette dans les bras, avec l'air de celle qui la conduit à l'abattoir et qui va y passer aussi. Alors, voilà, la voiture n'est pas repartie pour Ispoure et la minette est restée à la maison. Immédiatement, nous avons passé des annonces pour tenter de la placer. Au bout de trois semaines, quelqu'un a appelé, il voulait venir la chercher de suite. Et nous, là, nous nous sommes regardées et avons dit d'une seule voix "Pas question trop tard, on la garde".

Trois semaines plus tard.

Trois semaines plus tard.

Nous l'avons baptisée Kutzu, ce qui signifie en Basque quelque chose comme mêle-tout, commère. Mauvais choix en vérité, Kutzu était tout le contraire. Elle était discrète, silencieuse à l'excès, c'était la patience même. Jamais une plainte derrière une porte, elle pouvait attendre des heures sans bouger ni miauler en attendant que l'on vienne lui ouvrir. Elle ne comprenait manifestement pas pourquoi la chatte Neska ne semblait pas ravie de sa présence ni de l'arrivée du jeune Ximixt abandonné devant notre porte (un autre miracle, ce chat merveilleux!). Elle, elle l'avait accueilli avec bonheur le Ximixt qui est  mort très jeune,  certainement après une mauvaise chute. Et la chienne Xipi s'était immédiatement senti avec elle comme plus tard avec Ximixt, l' âme d'une maman de substitution. A croire qu'elle avait été chatte dans une autre vie, la Xipi. Ce qui nous a frappées de suite, ma fille et moi, c'est sa ressemblance de couleurs avec Kutzu comme on le voit bien sur les photos.

Au fil du temps, il nous est arrivé de penser à la rebaptiser "Trompe la mort", la Kutz (comme nous la nommions parfois). Comme dit dans un post dont le lien est ci-dessous, elle a failli mourir lors de sa stérilisation (pas à cause de cette stérilisation mais à cause d'un produit immonde que l'on nomme mort aux rats). Et quelques mois plus tard, ma fille la repêchait de justesse dans une fosse septique!

Mais voilà, personne ne trompe jamais la mort indéfiniment, même pas notre Kutzu. Il y a une vingtaine de jours, nous l'avons trouvée amorphe, abattue, fiévreuse. Je vous passe les détails; d'errances vétérinaires en errances vétérinaires, après des heures et des heures de soins que nous lui avons prodigués, sans doute souvent avec grande  maladresse même si c'était avec tout l'amour dont nous sommes capables, le verdict est tombé ce matin. Cancer de la moelle, la même abomination qui a emporté en avril 2013 l'homme  qui vit et vivra dans mon coeur comme elle le fera elle aussi.

Plus un globule rouge. Le choix s'offrait à ma fille qui en avait pris la responsabilité : la faire durer un mois, deux mois avec cortisone et chimio, ou l'euthanasie. Par respect pour elle, Iziar a demandé l'euthanasie. Je lui donne raison. Hier soir, alors que je tentais encore une fois  d'inciter notre Kutzu à manger, j'ai ressenti une émotion indescriptible : je suis persuadée, vraiment persuadée qu'elle s'est forcée uniquement pour me faire plaisir, par amour. Ce matin, elle ne pouvait déjà plus, mais notre respect, notre amour, ne peuvent, ne doivent pas être inférieurs aux siens.

 

Alors, ce soir, au retour de son travail ma fille a ramené le corps de Kutzu. En pleine nuit, nous l'avons couchée sous le sureau dont elle aimait tant parcourir les branches. Et puis, Kutzu, il y a quelque chose qu'elle aimait, c'était s'asseoir au milieu des poules et les observer. Et il y a quelque chose qu'elle aimait encore plus, c'était s'asseoir tout près des deux pottok, des heures, sans bouger, même s'il lui arrivait de fuir et de grimper dans les arbres pour échapper à Altxor qui adorait s'amuser à lui faire peur. Sa tombe est donc tout près du lieu où nous nourrissons les poules et sur notre passage quand nous portons le foin aux chevaux.

Tu restes avec nous, la Kutz et nous t'aimons, petit ange blanc et rose.

Kutzu et son sens de l'humour.

Kutzu et son sens de l'humour.

Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Gros câlin au vieux poirier.

Gros câlin au vieux poirier.

Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Elle s'est éloignée,  notre Kutzu.
Adieu, ma douce!

Adieu, ma douce!

A Romann qui aimait tant les oiseaux et les chats! Kutzu à 2 minutes 21.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 18:01
Parce que Noël approche
Parce que Noël approche
Parce que Noël approche
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 15:21
SPA L'appel de Noël.

Chers amis des animaux,
Malgré l’amour et le bonheur qu’ils sont prêts à offrir, de nombreux animaux de nos refuges ne rentrent pas dans les critères des personnes recherchant un animal de compagnie.
« Trop vieux », « trop malade », « trop craintif », « trop encombrant »… La liste est longue !

Pour ces oubliés de l’adoption, la SPA est devenue leur seule famille ! Et c’est à nos côtés, dans nos 57 refuges, qu’ils s’apprêtent à passer Noël.

A ce jour, c’est plus de 8 300 animaux
qui sont présents dans nos refuges,
dont 47% depuis plus de 3 mois !

En attendant de trouver un foyer, ces animaux reçoivent dans nos refuges l’amour et les soins dont ils ont tant besoin.

Pour Noël, merci de penser à eux.
Faites un don à la SPA pour aider nos équipes à les soutenir au quotidien.

Merci pour votre générosité.

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.