Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 08:00

 


 C'était en 1986 ou 1987, je ne me souviens plus trop. En Pays Basque Nord, le GAL ( Groupe Anti terroriste de Libération), une lourde séquelle d'un Franquisme qui aujourd'hui encore n'en finit pas d'agoniser,  accomplissait son sale travail, avec le soutien actif du gouvernement français. Les réfugiés politiques du Pays  Basque Sud étaient tirés comme des lapins, parfois à proximité du commissariat de Bayonne, dont les policiers que l'on voit souvent plus zélés, n'arrivaient sur place que longtemps après les faits. Les femmes, les enfants des réfugiés prenaient parfois des balles perdues. Parfois aussi des gens qui n'étaient concernés en aucune manière.
Nous étions nombreux à nous retrouver, de façon  quas-quotidienne par périodes, dans des manifs où exprimer désaveu, indignation, colère.
A cette même période, cette chanson en Castillan était diffusée plusieurs fois par jour sur les radios associatives basques, et en particulier sur Irulegiko Irratia.
Et dans mes souvenirs se marient le sang et la mort des humains et celui de la mort des taureaux.
N'oublions pas: En Espagne, au jour d'aujourd'hui,  on torture encore, dans les arènes, à Tordesillas et dans les commissariats.
Tortura ez da gure kultura! La torture n'est pas notre culture!
Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 09:07

Homomachie06.jpg

Un dessin de Bruno Blum.

 

 

Une contribution du Docteur Michèle Breut.

 

Pour commenter la dernière corrida dans l'arène du Monumental à Barcelone du dimanche 25 septembre, le journaleux n'a pas trouvé mieux que de donner la parole à un has been aficionado qui s'est lamenté que cette distraction de son grand père, de son père... serait désormais interdite. Et (vous vous rendez compte braves auditeurs, attention au choix du narrataire, c'est aux braves gens que France Inter s'adresse, c'est évident).. le has been est “triste”, il se lamente que des gens “sans sentiments” (joli retounement des valeurs typique de la prose taurine) vont faire des “spéculations immobilières” dans l'arène. Le journaliste précise (saisissons la connotation): '”peut-être une mosquée”. On précise aussi (pour la poésie de l'espace) que des afis nostaliques ont ramassé une poignée de sable (comme les psychopathes fétichistes) en souvenir de ces beaux spectacles d'antan: “6 siècles” quand même c'est quelque chose 6 siècles, presque les arènes romaines au fond!

Donc côté afi la soupe est servie, mais de l'autre côté: pas un mot sur la belle jeunesse qui boit un verre de champagne pour célébrer le triomphe de leur sentiment moderne d'empathie et de leur volonté de mettre en marche la démocratie participative. Pas un mot sur l'immense majorité des Français qui veulent l'abolition de la corrida. France-Inter has been?

salutations tristes

Dr M.F. Breut qui fera de cet exemple affligeant un petit cours de rhétorique à l'usage de ses étudiants néerlandais en culture française, histoire de leur démontrer qu'il faut sans doute écouter une autre radio que France Inter pour s'informer sur la France moderne.. pas sur celle de Napoléon III, le petit.

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 07:00
  Bestial-ou-humain.jpg
 Photo: Christian Sinibaldi.
"Il est sûr qu'il faut être mentalement déficient ou être la descendance logique d'une ignorance ténébreuse pour admettre de se distraire de la cruauté sur les animaux, mais utiliser l'instrument de la rhétorique pour que cette cruauté persiste, transformée en un droit humain, est l'acte démoniaque par excellence."

Alvaro MUNERA, torero repenti

 

Une contribution d'Irène Noël.


C'est avec une profonde joie que j'apprends que "les comptes de la temporada bayonnaise afficheront encore un déficit qu'il est prématuré de chiffrer. Mais assez simple à expliquer par l'inflation du coût des "spectacles", notamment du fait des émoluments toujours croissants des matadors, conjugée à l'érosion de la fréquentation !"

Eh oui, Monsieur Grenet, faire couler le sang coûte cher bien que la torture soit gratuite ! La bayonnette de Damoclès pend au-dessus de votre tête et celles des aficionados qui  pédalent dans la choucroûte bayonnaise. 90'000 € de déficit en 2010 en grande partie épongé par les impôts locaux ( dixit vous-même ! ). Quel sera le déficit cette année ? Je vois un gros trou noir... et des taureaux qui dansent autour en beuglant : requiem in pace ... Je vois encore des vaches qui rient et Jean qui pleure au fond du trou... Bref, je vois que la civilisation est en marche, que les consciences se réveillent, que les monstrueuses pratiques sanglantes vont vers un fin inéluctable. Le Bien vaincra le Mal !

La féria de Bayonne : quelques oreilles, pas de queues ( burlesques "récompenses"), décevant jeu des six toros, un manque cruel de race, de caste, de noblesse, d'émotion, écrit Zocato assis sur un tapis volant ! Malheureusement le ridicule ne tue pas ... Les arènes seraient vidées en un rien de temps ! Mais laissons le  temps au temps, les Lumières et la raison éclairée de l'homme ne sont pas mortes.

Je vous laisse à votre comptabilité, Monsieur le Maire. Vous n'êtes qu'un pauvre individu qui ne voyez que par l'argent, la magouille, la cruauté et ... votre fauteuil de Monsieur le Maire, n'oubliez pas que ce sont des fauteuils éjectables !

De temps en temps, regardez l'image ci-dessus, méditez les paroles d'un torero converti ... vous marchez sur la dernière ligne droite de votre vie, allez-vous continuer de marcher jusqu'à la fin de votre existence dans le sang versé d'êtres sensibles, innocents, capables d'éprouver la souffrance, la peur, l'angoisse ? Le seul nom de Grenet me donne des frissons, tant vous êtes cruel, abruti, habité par je ne sais quels vices. Quel est votre livre de chevet ? La philosophie dans le boudoir ? Les crimes de l'amour ? Les infortunes de la vertu ? Une étude sur Sade ou la passion de la destruction ?

 Passez des nuits grenetesques en rêvant de la constellation du Taureau en souffrance... et retenez votre souffle ! Oui, retenez votre souffle, encore et encore... Le taureau vous a vu, ses muscles se tenden, ses naseaux fument et sa bouche crache des éclats d'étoiles, il charge, il fonce droit sur vous  : DIes irae ...

Irène Noël

Professeur, déléguée du CRAC EUROPE pour la Suisse


 
 

  

  

  

  

  

  

  

  

  

Repost 0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 07:00

flechettes0001.JPG

Un dessin de Charb pour le CRAC Europe.

 

 

Une contribution de babel. (Le titre est  de la blogueuse)

 

Le problème est le principe de la corrida.

Ce principe est tenu en peu de mots : taïaut ! Haro ! Hallali ! Olé ! ça sent la vindicte, le « tous sur lui ». C’est drapé dans des oripeaux de luxe. Ça attend un trophée. Ça se lave la conscience dans l’agonie de l’autre. Ça garde les mains propres, nettoyées aux grands arguments.
La réalité de la carcasse au soleil, de ce palais des mouches, de l’abatage est habillée de rêves, de nostalgies, ou d’idéologie.
Toros qui n’en peuvent, mais. Ministre hérissé de banderilles. C’est idem.
Il est question d’être ou non aussi ignoble que les bourreaux.
Je refuse de lyncher les toreros sous prétexte que je refuserais la corrida.
Il en va de la crédibilité de mon refus.
D’ailleurs, je ne refuse pas tant la corrida que je choisis une autre voie qui l’évite. Ensuite, à la façon des bourgs que les routes ignorent, peu à peu, ses habitants la déserteront, et elle appartiendra au passé, sans que nulle pierre n’ait été jetée contre les jeteurs de pierre.
Je ne vois pas où est l’évolution s’il ne s’agit que de quitter l’âge des cavernes pour celui des casernes, y compris de ces casernes où les militants se comportent en miliciens d’un quelconque ordre moral cimenté par une violence, sociale, verbale, physique, psychologique, institutionnelle.
Chacune de ces violences amoindrit la crédibilité des demandes que la corrida disparaisse, car elles conservent l’arène pour mettre à mort le toréro.
Repost 0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 09:44

  http://www.sudouest.fr/images/2011/09/06/491307_17699541_460x306.jpg

Dans les corrales de Dax,  quelques taureaux apeurés, avant la séance de torture qui les conduira à une mort somme toute libératrice. Comble du sordide, le public peut venir les voir là pendant une journée moyenant un euro l'entrée. Et c'est gratuit pour les enfants.

Photo: Isabelle Louvier Journal Sud-Ouest.

 

 

Une contribution de babel.


Monsieur le Ministre, il est temps.


Il est temps de refuser que notre société soit une matriochka d’humiliations, de souffrances et de violences.

En inscrivant la corrida au Patrimoine immatériel, vous inscrivez nos instincts de prédateurs comme piliers de notre monde, comme ciment de notre société.

C’était une journée d’août comme en attend le Sud entre Perpignan et Marseille. Des affiches annonçaient une fête « votive », je ne sais à quel vœu ni à quel saint d’été, elle était vouée. Le vœu d’une saison prospère ? Un lâcher de toros était annoncé. Nous revînmes au village le soir suivant, avec ma fille, à la fraîche, après la furie. La veille, des bêtes avaient été stockées dans la chaleur de bétaillères obscures et oppressantes, puis jetées en plein soleil, poussées vers une foule protégée par de hautes barrières, rendue vindicative par l’alcool, le soleil, et parfois la vengeance sur une année à se sentir au bureau, à l’usine, comme un bœuf mené à l’abattoir avec lequel on s’amuse avant et pendant l’agonie. Sur le sol de la rue, nous avons lu avec ma fille les traces comme en laissent des taulards dans les cachots, des griffures sur la pierre. Ici, une rayure profonde partait du rebord du trottoir, un éclat manquait à la rigole, et une longue traînée claire la terminait sur le bitume. Partout, le gris foncé était piqueté de marques de glissades, signes de l’angoisse, de la peur, de la sauvagerie. Portrait exact de ce que les foules humaines souffrent dans le quotidien, avant de s’en décharger en passant pour une fois de l’autre côté, mais avec des toros, pour avoir la conscience tranquille.

Avez-vous lu l’alphabet de la douleur sur le bitume, dans les traces des chevilles parfois foulées des bêtes ? Y Avez-vous reconnu la grammaire de toutes les souffrances inutiles dans nos chemins quotidiens ?

Je l’ai lu.

Et j’ai frémi en pensant aux arènes, au métro, à ce que notre culture peut générer de mort et de violence, entre nous, et en la défoulant sur des toros ô combien symboliques des foules humaines quotidiennes…

Cet immonde n’est pas mon monde.

 

Le babel du Talon Rouge.

Repost 0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 11:42

il aurait pu pleuvoir!


Repost 0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 09:40

http://www.lejpb.com/edizioak/20110906/portada_irudia.jpg

Pays Basque

Les corridas en déclin à Bayonne

p005_01_7407.jpg

06/09/2011

L.B.

Au cours du mois d’octobre, Jean Grenet, député-maire de Bayonne, souhaiterait organiser des assises rassemblant sept arènes de première catégorie (Arles, Béziers, Nîmes, Vic-Fezensac, Dax, Mont-de-Marsan, Bayonne) afin d’envisager l’avenir de la tauromachie. En effet, cette année encore, le bilan de la saison des corridas est plutôt négatif d’un point de vue économique, et ce, en raison d’une baisse considérable du nombre des fréquentations. Cette année encore, les comptes seront en déficit et le trou sera comblé avec l’argent du contribuable.

Les anticorridas pourraient se réjouir des difficultés financières rencontrées par les villes taurines et croire en une remise en question de l’avenir des corridas. Mais il semble que les préoccupations restent économiques avant tout et ne viennent en aucun cas rejoindre un débat éthique.

Débat éthique réclamé depuis de nombreuses années par le Comité radicalement anticorrida (Crac), rejoint récemment par la conseillère municipale de Bayonne Eliane Pibouleau-Blain qui explique les raisons de sa signature du manifeste pour l’abolition : “J’ai commencé à prendre position à la suite d’un conseil municipal du mois de mai durant lequel j’avais été choquée par les propos tenus. En effet, il était question de la magnificence des cartels, programmés dans le but de remplir les arènes, et il avait été décidé de ne pas modifier la tarification, de ne pas augmenter les prix, alors que dans ce même conseil nous avions décidé d’augmenter le prix de l’eau et des cantines !”. Puis la conseillère municipale rajoute avoir exprimé son désaccord lorsque la proposition avait été faite de mettre en place l’accès aux arènes gratuit pour les mineurs : “Alors là, je me suis révoltée ! Je ne suis pas d’accord avec la conception éducative du maire ! Il m’a alors été répondu que cette démarche donnerait envie aux mineurs de venir aux corridas, puis plus tard de revenir avec leurs enfants ; que nous faisions du prosélytisme ! J’ai alors décidé de me joindre au Crac et de signer le manifeste pour l’abolition qui au minimum exige l’interdiction des corridas aux mineurs”. Mais il semble que certains sujets sont particulièrement sensibles et que Mme Eliane Pibouleau-Blain en rejoignant le Crac libère sa parole : “Il y a des sujets à Bayonne qui sont de l’ordre du passionnel, du sacré. Le maire refuse de débattre sur des thèmes rendus intouchables, tabous : les corridas, les fêtes de Bayonne et le rugby professionnel”.

Donostia ouvre le débat

Si pour la municipalité de Bayonne l’inquiétude principale reste donc du côté des finances, en mairie de Donostia s’exprime une réelle volonté d’ouvrir le débat, y compris d’un point de vue éthique. En Pays Basque Sud, les groupes anticorridas font aussi beaucoup de bruit et s’insurgent contre les “souffrances infligées aux taureaux”. Ceci dit, les abonnements ayant déjà été pourvus il ne sera possible de prendre la moindre décision avant 2013 à Donostia.

Dans l’Etat français, par contre, la corrida est inscrite au patrimoine culturel immatériel depuis janvier 2011.


euskal herria.com logoa© 2008 Baigura | Contact |

 

Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 15:57

 

3 sept 008

 

3 sept 009

"Pluie du matin n'arrête pas le pélerin". Samedi 3 Septembre, nous avons posé deux banderoles à proximité des sinistres corrales de Bayonne où sont parqués les taureaux (jusqu'à une cinquantaine à la fois), avant  d'être conduits en camion vers les arènes.

 

3-sept-010.jpg

En début d'après-midi, Jean-Pierre Garrigues, vice-président du CRAC Europe pour la protection de l'enfance, donne les instructions au groupe qui va distribuer environ 7000 tracts dans les rues de la ville.

 

tract.JPG

Le texte du tract distribué à près de 7000 exemplaires dans les rues de Bayonne ce samedi 3 Septembre.

 

3-sept-018.jpg

Jean-Pierre Garrigues, Luce Lapin, porte-parole nationale du CRAC Europe, et Eliane Pibouleau-Blain, conseillère municipale de Bayonne, signataire de la pétition du CRAC pour l'abolition de la corrida.

 

3-sept-015.jpg

A gauche, Gregor Romero et à droite Gaizka Esparza, deux militants abolitionnistes d'Euskadi, venus tout exprès de Bilbao. Qu'ils en soient chaleureusement remerciés.

Et un grand merci à l'Elkartetxe qui accueille le CRAC Europe pour la troisième fois, ainsi qu'à l'ami Manex Pagola qui ne ménage pas sa peine.

On ne lâche pas et on continue. Atxik eta gogor!

Repost 0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 08:27

 

http://www.anticorrida.com/local/cache-vignettes/L266xH200/Affiche-Campagne2011petite-76e08.jpg

                 L'affiche de la discorde.   

 

À 12 heures, des militants anticorrida vous donnent rendez-vous à l’entrée du chemin de Laduché (quartier de Habas la plaine) pour un très rapide acte symbolique, suivi d’une distribution de 10 000 tracts dans les rues de Bayonne.

À 16 h 30, Jenofa Cuisset, déléguée du CRAC Europe pour le Pays basque, Hélène Vaquier, présidente, Jean-Pierre Garrigues, vice-président, et Luce Lapin, porte-parole nationale, donneront  une importante conférence de presse à l’Elkartetxe, 34, rue Pannecau, à Bayonne. Ils aborderont tous les sujets qui concernent la lutte contre la barbarie des arènes, aussi bien locale — avec notamment les pressions exercées par le maire de Bayonne, Jean Grenet, afin d’empêcher les abolitionnistes d’afficher légalement dans la ville pendant la temporada — que nationale et mondiale. Ils  informeront des dernières actions entreprises, y compris juridiques, pour d’obtenir la désinscription de la corrida du PCI, patrimoine culturel immatériel de la France, décision inique prise en catimini par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, en janvier dernier. Elle fut tenue secrète jusqu’à l’ouverture de la feria d’Arles le 22 avril, où un ancien matador s’est improvisé « porte-parole du gouvernement » pour l’annoncer. La France est ainsi le seul pays au monde à avoir inscrit la torture d’un animal à son patrimoine « culturel ». Le CRAC Europe est à l’initiative du collectif Non à la honte française !, qui regroupe 167 associations, françaises et étrangères, représentant quelque 500 000 personnes luttant activement contre cette inscription scandaleuse.

 

Dernière minute : Éliane Pibouleau-Blain, conseillère municipale de Bayonne, vient tout juste de signer notre manifeste pour l’abolition, et nous assure qu’elle assistera à cette conférence de presse.

 

                                                http://www.gif-anime.org/im/gif/animal/taureau/taureau12.gif

CRAC Europa hautzaroaren babesarentzat

Irailaren 3an, eguerditan, zezenketaren aurka diren  kideek hitzordu bat emaiten dautzuete Laduché bidearen sarreran, egintza sinboliko baten egiteko.

Segidan, Baionako karriketan, 10 000 traktu banatuko dituzte.

Gero, lauak eta erditan, Jenofa Cuisset, C.R.A.C Europako ordezkariak, Helene Vaquier, lehendakariak, Jean–Pierre Garrigues, lehendakariordeak eta Luce Lapin, bozeramaileak, prentsaurreko batetara gomitatzen zaituztete, Elkartetxen, 34 Pannecau karrikan. Zuen galdeeri erantzungo dute. Bertako borrokari buruzko galderak. Adibidez, Jean Grenet ek, Baionako auzapezak erabiltzen dituen presioei buruzko galderak, bereziki abolizionisteeri afitxen jartzea debekatzeko. Munduko borrokari buruzko galdeerei ere erantzungo dute. Erranen dautzuete zein izan diren azken egintzak zezenketaren kentzeko Frantziako ondareatik. Erabahi hau, Frédéric Miterrand, kulturako ministroak hartu zuen joan den urtarrilean. Erabaki hau, Arleko feriaren hasiera arte gordetua izan zen. Apirilaren 22an, gobernamenduaren bozeramaile bezala presentatu den Ohizko matador batek, erabaki hau jakinarazi zuen.  Frantziak, abere baten tortura inskribatu du bere kultura ondarean. Munduko herri bakarra da. CRAC Europak,“Ez Frantziako lotsari“ kolektiboa sortu du. Kolektibo hori, 167 frantses eta kanpoko elkarte batzen ditu. Orotarat, 500.000 pertsona borrokatzen dira inskripzio lotsagarri horren aurka.

Berri berriki: Eliane Pibouleau-Blain, Baionako herriko kontseilari, abolizioaren aldeko petizioa izenpetu du eta prentsaurrekoari parte hartuko duela ziurtatu dauku.

CRAC Europe

Comité Radicalement Anti Corrida

pour la protection de l’enfance

Ohorezko lehendakariak : Albert Jacquard, Jacques Derrida, Patrick Pelloux.

• www.anticorrida.com

• www.patrimoine-corrida.fr

craceurope@gmail.com

Jenofa Cuisset

Uhaldia, 64220 Uharte Garazi.

05 59 37 03 62

igeltxo@orange.fr

J.-P. Garrigues

06 75 90 11 93

Luce Lapin

06 08 30 80 30

Repost 0
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 09:55

toro-lavande-rvb.jpg


Samedi 3 septembre à 12 heures, des militants anticorrida vous donnent rendez-vous à l’entrée du chemin de Laduché (quartier de Habas la plaine) pour un très rapide acte symbolique, suivi d’une distribution de tracts dans les rues de Bayonne.

Puis, à 16 h 30, Jenofa Cuisset, déléguée du CRAC Europe pour le Pays basque, Hélène Vaquier, Présidente, Jean-Pierre Garrigues, vice-président, et Luce Lapin, porte-parole nationale, vous invitent à une importante conférence de presse à l’Elkartetxe, 34, rue Pannecau, à Bayonne. Ils y répondront à toutes vos questions concernant la lutte contre la barbarie des arènes, aussi bien locale — avec notamment les pressions exercées par le maire de Bayonne, Jean Grenet, afin d’empêcher les abolitionnistes d’afficher légalement dans la ville pendant la temporada — que nationale et mondiale. Ils vous informeront des dernières actions entreprises afin d’obtenir la désinscription de la corrida du PCI, patrimoine culturel immatériel de la France, décision inique prise en catimini par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, en janvier dernier. Elle fut tenue secrète jusqu’à l’ouverture de la feria d’Arles le 22 avril, où un ancien matador s’est improvisé « porte-parole du gouvernement » pour l’annoncer.

 

Nous comptons sur votre présence et vous en remercions.

CRAC Europe

Comité Radicalement Anti Corrida

pour la protection de l’enfance

• www.anticorrida.com

• www.patrimoine-corrida.fr

craceurope@gmail.com

Jenofa Cuisset

Uhaldia, 64220 Uhart-Cize

05 59 37 03 62

igeltxo@orange.fr

J.-P. Garrigues

06 75 90 11 93

Luce Lapin

06 08 30 80 30

JPEG


Irailaren 3an, eguerditan, zezenketaren aurka diren  kideek hitzordu bat emaiten dautzuete Laduché bidearen sarreran, egintza sinboliko baten egiteko.

Gero, lauak eta erditan, Jenofa Cuisset, C.R.A.C Europako ordezkariak, Hélène Vaquier, lehendakariak, Jean – Pierre Garrigues, lehendakariordeak eta Luce Lapin, bozeramaileak, prentsaurreko batetara gomitatzen zaituztete, Elkartetxen, 34 Pannecau karrikan. Zuen galdeeri erantzungo dute. Bertako borrokari buruzko galderak. Adibidez, Jean Grenet ek, Baionako auzapezak erabiltzen dituen presioei buruzko galderak, bereziki abolizionisteeri afitxen jartzea debekatzeko. Munduko borrokari buruzko galdeerei ere erantzungo dute. Erranen dautzuete zein izan diren azken egintzak zezenketaren kentzeko Frantziako ondareatik. Erabahi hau, Frédéric Miterrand, kulturako ministroak hartu zuen joan den urtarrilean. Erabaki hau, Arleko feriaren hasiera arte gordetua izan zen. Apirilaren 22an, gobernamenduaren bozeramaile bezala presentatu den Ohizko matador batek, erabaki hau jakinarazi zuen.

Milesker zure presentziagatik.

CRAC Europe

Comité Radicalement Anti Corrida

pour la protection de l’enfance

• www.anticorrida.com

• www.patrimoine-corrida.fr

craceurope@gmail.com

Jenofa Cuisset

Uhaldia, 64220 Uharte Garazi.

05 59 37 03 62

igeltxo@orange.fr

J.-P. Garrigues

06 75 90 11 93

Luce Lapin

06 08 30 80 30

Repost 0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.