Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 10:00
Aux arènes de Bayonne. Photo EITB.

Aux arènes de Bayonne. Photo EITB.

D'après un texte de H. Coeuillet

 

 

"Le regard de l’autre, c’est le regard de l’animal dans la souffrance imposée par l’homme. En 1976, notre code rural en son article L-214, reconnait certains animaux doués de sensibilité moyennant quoi il ne faut pas attenter à leur intégrité par des traitements qui ne seraient pas justifiés par la sauvegarde de notre existence. ? Simple discours philosophique d’une vérité qui dépasse le bon sens ?

 

 Allez voir les réactions quasi violentes des laboratoires pharmaceutiques et de la FNSEA soutenue par le ministère de l’agriculture pour ce qui concerne l’expérimentation  médicale et les conditions d’élevage en batterie et d’abattage pour comprendre.

 Au moyen-Age, les animaux avaient un statut égal à celui des humains, il suffit de lire les minutes des tribunaux pour constater qu’ils étaient traduits à notre égal devant nos tribunaux en cas de délit. Juste retour des choses.

 

Le regard de l’autre, c’est le regard de l’assassin en puissance qui s’exerce sur l’animal parce qu’on lui a religieusement dit qu’il pouvait trouver sa dignité dans l’extase intérieure le privant de toute conscience raisonnée. 

A choisir, je préfère encore le cirque romain à la corrida. La corrida est une supercherie théâtralisée que la chevalerie mépriserait. Il n’y a aucune noblesse dans un combat où l’un des adversaires est privé, bien avant, de ses capacités physiques naturelles, avant et pendant, de ses capacités mentales par une préparation fondée sur la torture.

 C’est la pleine et libre conscience réciproque qui fait la noblesse du combat. Alors, encore une fois, le regard, jaloux et jouisseur, du touriste. Celui de l’observation irresponsable. Disparition du sujet au profit de l’objet. Dans la corrida, l’habit de lumière ne fait que cacher des petites mains serviles sans dignité... Dans l’antiquité, le taureau était le symbole de la beauté, il est devenu l’alibi de la monstruosité."

Repost 0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 18:17
Pitié pour les chevaux !

 Une contribution d'Isabelle Nail-Arrouy, publiée sur le site de Luce Lapin (Charlie Hebdo). Voire lien ci-desous.                                                                                                    

Pitié pour les taureaux, pitié pour les veaux et pitié pour les chevaux qui ont le malheur de poser sabot sur le sable de l’arène ! 

L’incompréhensible jugement a encore frappé le président du CRAC Europe pour la protection de l’enfance, Jean-Pierre Garrigues, coupable d’avoir dit que la rejoneadora Léa Vicens, cavalière extra douée, faisait éventrer ses chevaux.

Muse, disciple ou élève réputée de l’ange Peralta, matador aux 6 000 taureaux tués, aux 442 oreilles et aux 134 queues, formée à la corrida de rejón, elle mène carrière dans un genre de spectacle très particulier qui oppose la femme à cheval armée d’armes tranchantes au « taureau de combat espagnol » élevé tout exprès pour se faire massacrer en espace clos. Dressé pour cette exhibition, le cheval devient obligatoirement le partenaire de sa cavalière dans cette lutte à mort. Il risque sa vie, passée au fil des cornes de l’adversaire de sa maîtresse, devenu le sien par la force des choses. Sans doute, la jeune femme durement entraînée à un art dangereux, « parce qu’elle ne savait pas que c’était impossible », ne fait-elle pas éventrer les chevaux dont elle déplore la perte comme autant d’accidents survenus dans un exercice à risque, mais elle demeure responsable de les avoir menés là où existe le danger de se faire salement encorner, éventrer, massacrer, comme pour mieux accompagner le taureau supplicié. Ils vont sentir venir la mort dans la souffrance, comme des êtres doués de sensibilité et reconnus comme tels depuis trop peu de temps par la loi des hommes (28 janvier 2015).

Aiguillonnés de ressentis bizarres, troubles, qu’on n’a pas le droit de nommer sadiques sous peine de se faire intenter un procès, les aficionados(as), subjugués de tant d’émotion, resteront peut-être cois quelques secondes ou minutes avant d’être à nouveau leurrés et emportés dans le délire hystérique au son des bandas. Les animaux morts pour la gloire de l’héroïne, gracieuse en sa tenue souillée de sang et de sable, levant haut les bras de la victoire, disparaîtront rapidement pour ne pas faire tache dans le décor.

La corrida dans son ensemble, ni art ni culture, mais coutume barbare, massacreuse d’animaux pour le seul plaisir d’hommes et de femmes qui osent y entraîner des enfants, se joue des lois et de la conscience morale, du sentiment de ce qui est juste, digne, noble, éthique. Elle se fourvoie dans la fange en se réclamant de l’art et en se dissimulant sous les oripeaux de la tradition. Alors, quels sont les faits les plus graves, ceux qui portent atteintes à la sensibilité et à la vie des bêtes en un spectacle sanglant visible par les enfants et que les communes organisatrices encouragent par la gratuité, ou la phrase de Garrigues ?

Il vient d’être condamné par la chambre des appels correctionnels de Nîmes qui a même aggravé sa peine en la portant à 1 000 euros d’amende ferme et 2 500 euros de dommages et intérêts. Un nouveau verdict bien tranchant qui semble ignorer que l’animal est enfin reconnu comme un être doué de sensibilité.

Maître Phung, l’avocat du CRAC Europe, prépare le pourvoi en cassation. Espérons que d’ici là tous les tribunaux qui jugent les terroristes anticorrida auront admis que le cheval et le taureau sont des animaux.

Isabelle Nail
Auteure de Ni art ni culture

 

Repost 0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 16:25
Vive les filles, Monsieur Maurice!

Il est cependant des métiers que l'on préférerait ne voir partiquer ni par les femmes ni par les hommes.

Ni Georges Wolinski ni Gilles Marchal ne me donnerait tort à ce sujet, j'en suis bien persuadée.

Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 16:00
Pôv' tache de lâche!

Pôv' tache de lâche!

Du matador (tueur) Julien Lescarret "

- " Pour moi, on est des hommes habillés en femmes. Et récupérer notre virilité se fait par la pénétration de l'épée. On redevient un homme par le courage et la bravoure, des qualités malheureusement souvent attribuées aux hommes. "

 

Sur mon mur facebook, quelqu'un a répondu ceci:

"Fallait pas ces us, ces coutumes,
Phallus au pas, en costume
Encastré en ces viles lames

Un toro ça ne se castre pas
Ni entre Castre ni à Séville, Dame !,
À la racine du cou, dans l'échine.

La lame du toréo est le phallus de l'impuissance à n'être davantage que de petits humains ridicules.
"

 

Et moi, je dis "pas mieux".

Repost 0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 09:37
Parcours Abolition Corrida 2014
Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:26
Votez Fadjen!

Amélie, dans son enfance, a vu une corrida et en a été choquée. Elle a gardé ce traumatisme en elle pendant près de 24 ans. Jusqu'au jour où tous ses souvenirs enfouis sont remontés à la surface en caressant Fadjen. Ce jour là, elle fit un des choix les plus importants de sa vie. Etre "Anti corrida"

Pour voir la vidéo et voter, c'est grâce au lien ci-dessous.

Ne tardez pas!

Et n'oubliez pas: il est possible de voter chaque jour jusqu'au 11 février.

Repost 0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 17:43
Subventions à la torturomachie: agir sur l'Europe.

Communiqué du 6 octobre 2014 de Michèle Rivasi, député européenne.

 

06 oct 2014

 

Lundi 29 septembre, la commission des budgets du Parlement européen a rejeté un amendement proposé par le député vert néerlandais Bas Eickhout visant à mettre fin aux aides européennes de la PAC soutenant l’élevage ou la reproduction de taureaux dits « de combat ».

Pour Michèle Rivasi, responsable de la délégation Europe Ecologie au Parlement européen:

« Maintenir une pratique aussi cruelle que la corrida sous perfusion grâce aux aides européennes est inadmissible. A l’heure où les États membres cherchent à couper dans le budget européen, il n’est pas concevable de subventionner la torture animale mise en spectacle.

L’UE ferme depuis trop longtemps les yeux sur une pratique qu’elle considère comme une « tradition locale », mais qui viole manifestement les règles européennes sur le bien-être animal. Une étude publiée en 2013 à l’initiative du député vert catalan Raul Romeva montre que l’UE dépense presque 130 millions d’euros par an, principalement via la PAC, pour maintenir à flot une activité qui se trouverait autrement déficitaire en raison de la désaffectation continue du public pour cette pratique sanguinaire.

Le groupe Verts/ALE tâchera de remettre ce débat à l’ordre du jour de la plénière qui se tiendra à Strasbourg du 20 au 23 octobre prochain, et au cours de laquelle les députés européens seront amenés à se prononcer sur le budget européen pour l’année 2015. Seul trois pays ou régions en Europe pratiquent encore la tauromachie: l’Espagne, le Portugal et le sud de la France. J’espère que nous pourrons trouver des alliés pour mettre fin à cette pratique d’un autre temps, et réorienter ces centaines de millions d’euros vers le soutien de pratiques agricoles plus respectueuses du bien-être animal. »

 

Subventions à la torturomachie: agir sur l'Europe.

Agissez, vite! (cela ne prend que quelques minutes)

Un amendement proposé par l'eurodéputé néerlandais Bas Eickhout va être présenté lors de la prochaine assemblée plénière du parlement européen. Cet amendement prévoit d'interdire toute subvention de l'Europe aux élevages de taureaux destinés à la corrida.

Contactons les députés européens appelés à voter lors de cette séance afin qu'ils soutiennent la proposition de Bas Eickhout et mettent ainsi un terme à cette utilisation scandaleuse des impôts des citoyens de l'Europe !

Pour écrire (en français ou dans toute autre langue qui lui soit compréhensible) à un député, vous pouvez facilement trouver leurs identités et adresses électroniques sur le site suivant (sur le site du parlement) :
http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/search.html


Voici la liste des députés européens français :

alain.cadec@europarl.europa.eu, angelique.delahaye@europarl.europa.eu,arnaud.danjean@europarl.europa.eu,aymeric.chauprade@europarl.europa.eu,bernard.monot@europarl.europa.eu,brice.hortefeux@europarl.europa.eu,bruno.gollnisch@europarl.europa.eu,christine.revaultdallonnesbonnefoy@europarl.europa.eu,constance.legrip@europarl.europa.eu,dominique.bilde@europarl.europa.eu,dominique.martin@europarl.europa.eu,dominique.riquet@europarl.europa.eu,
edouard.ferrand@europarl.europa.eu,edouard.martin@europarl.europa.eu,emmanuel.maurel@europarl.europa.eu,eric.andrieu@europarl.europa.eu,eva.joly@europarl.europa.eu,florian.philippot@europarl.europa.eu,francoise.grossetete@europarl.europa.eu,gilles.lebreton@europarl.europa.eu, guillaume.balas@europarl.europa.eu,jean.arthuis@europarl.europa.eu,jean-francois.jalkh@europarl.europa.eu, jean-marie.cavada@europarl.europa.eu,jean-paul.denanot@europarl.europa.eu,joelle.bergeron@europarl.europa.eu,joelle.melin@europarl.europa.eu,jose.bove@europarl.europa.eu,louis.aliot@europarl.europa.eu,louisjoseph.manscour@europarl.europa.eu,marc.joulaud@europarl.europa.eu,mariechristine.arnautu@europarl.europa.eu,mariechristine.boutonnet@europarl.europa.eu,mariechristine.vergiat@europarl.europa.eumaurice.ponga@europarl.europa.eu,michel.dantin@europarl.europa.eu,michele.rivasi@europarl.europa.eu,mireille.dornano@europarl.europa.eu,mylene.troszczynski@europarl.europa.eu,nadine.morano@europarl.europa.eu,nathalie.griesbeck@europarl.europa.eunicolas.bay@europarl.europa.eu,pascal.durand@europarl.europa.eu,patrick.lehyaric@europarl.europa.eu,pervenche.beres@europarl.europa.eu,philippe.loiseau@europarl.europa.eu,rachida.dati@europarl.europa.eu,renaud.muselier@europarl.europa.eu,robert.rochefort@europarl.europa.eu,sophie.montel@europarl.europa.eu,steeve.briois@europarl.europa.eu,sylvie.goddyn@europarl.europa.eu,sylvie.goulard@europarl.europa.eu,sylvie.guillaume@europarl.europa.eu,vincent.peillon@europarl.europa.eu,virginie.roziere@europarl.europa.eu,yannick.jadot@europarl.europa.eu,
younous.omarjee@europarl.europa.eu,

Pour écrire aux eurodéputés belges francophones :
maria.arena@europarl.europa.eu;hugues.bayet@europarl.europa.eu;gerard.deprez@europarl.europa.eu;philippe.lamberts@europarl.europa.eu;louis.michel@europarl.europa.eu;frederique.ries@europarl.europa.eu;claude.rolin@europarl.europa.eu;marc.tarabella@europarl.europa.eu;
''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''
Pour écrire auxeurodéputés luxembourgeois :georges.bach@europarl.europa.eu;mady.delvauxstehres@europarl.europa.eu;frank.engel@europarl.europa.eu;charles.goerens@europarl.europa.eu;
viviane.reding@europarl.europa.eu;claude.turmes@europarl.europa.eu;

 

Ci-dessous, texte type:

 

Madame la députée,
Monsieur le député,

Lors de la session plénière du 20 octobre prochain, un amendement important doit être présenté par l'eurodéputé néerlandais Bas Eickhout.
Cet amendement déjà accepté par la commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire, demande que les aides financières européennes attribuées dans le cadre de la politique agricole commune ne puisse servir à financer l'élevage de taureaux destinés à la corrida. En voici le texte :
“La Directive 98/58/CE du Conseil concernant la protection des animaux dans les élevages stipule que les animaux ne doivent endurer aucune douleur, blessure, peur ou détresse. Clairement, ces exigences ne sont pas respectées dès lors que les taureaux sont utilisés pour des corridas. En conséquence, ces taureaux doivent être exclus des paiements directs de la PAC.”
La très grande majorité des citoyens européens est sensible au sort des animaux. En cette période où la crise économique et financière qui frappe nos pays est largement évoquée et présente à l'esprit de tous, il apparaît souhaitable et juste que les fonds de l'Europe ne soit pas utilisés pour financer le martyr et l'exploitation d'animaux dans le cadre de spectacles, déjà largement dénoncés et controversés.
En tant que citoyen et électeur, je vous demande d'apporter votre soutien à cet amendement par votre vote lors de la session plénière où il sera présenté. Il s'agira aux yeux de tous d'une décision éthique, morale et justifiée par la bonne utilisation des fonds
européens.

J’espère, en fait, que vous pourrez même vous engager, sur un plus long terme, à donner l’impulsion à une législation permettant l’interdiction de ce genre de spectacles et de tortures sur le territoire de la communauté européenne.

Recevez, Madame la députée, Monsieur le député, mes plus respectueuses salutations.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:57

ne serait-ce que quatre minutes.

Que disent-ils déjà? Ah oui! "Y'a rien d'intelligent à faire perdurer ces connes de tradition pour vieux mecs délabrés".

 

 

Repost 0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 13:53
Corrida : si ça continue, faut qu'ça cesse.

Maubourguet (65) le week-end dernier: le vrai visage de la "culture".

Prenez le temps de regarder et d'écouter.

Repost 0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 17:13
MAUBOURGUET (HAUTES-PYRENEES), VILLAGE DE LA HONTE

Communiqué du CRAC Europe.

                       MAUBOURGUET (HAUTES-PYRENEES), VILLAGE DE LA HONTE

                       ARENES GAZEES PAR LES FORCES DE L’ORDRE

                       GARDE A VUE DE 20 HEURES POUR LE PRESIDENT DU CRAC EUROPE

 

Le samedi 23 août 2014, un mouvement citoyen formé sur les réseaux sociaux investissait pacifiquement les arènes du petit village de Maubourguet pour tenter d’empêcher le massacre de jeunes taureaux lors d’une novillada. Des membres de différentes associations, non organisatrices de l’action, en faisaient partie.

 

Après avoir acheté leur billet, les militants ont sauté dans l’arène et ont longuement couru sur la piste, dans la fumée des fumigènes qu’ils avaient pu déclencher, rendant très difficile leur interpellation. Les CRS ont alors gazé l’ensemble de l’arène, générant une immense pagaille, l’ensemble des spectateurs étant contraint de quitter cette atmosphère rendue irrespirable par les forces de l’ordre. De nombreuses violences ont alors été commises à l’encontre des manifestants. Une dizaine de blessés ont été recensés dans leurs rangs, dont quatre envoyés aux urgences de Tarbes, victimes des aficionados ou des CRS.

 

Une fois évacués, parqués au-delà de la zone dite « rouge », les militants ont continué à scander des slogans. Le président du CRAC Europe, Jean-Pierre Garrigues, présent à titre personnel, est allé chercher son mégaphone afin de dénoncer haut et fort cette nouvelle preuve de l’ultra-violence des aficionados avec la complicité des CRS, les gendarmes se comportant quant à eux de manière exemplaire. Excédé par l’utilisation du mégaphone, sept à huit CRS furieux se sont jetés brutalement, sur Jean-Pierre Garrigues, sans aucune sommation, l’un d’entre eux le traitant « d’enculé » en le traînant derrière la ligne des forces de l’ordre. Il est à noter que le commandant des CRS s’est vanté publiquement d’être aficionado pendant les violences. A 23h00, les gendarmes signifiaient à Jean-Pierre Garrigues sa garde à vue. Elle allait durer 20 heures, menée de façon très courtoise et professionnelle par l’adjudant Louis Le Roux, dans les locaux de la gendarmerie de Tarbes.

 

Il est reproché à Jean-Pierre Garrigues, en tant que personne physique, et non pas en tant que président du CRAC Europe les faits suivants :

 

-          Avoir organisé une manifestation sans déclaration préalable

-          Avoir entravé la circulation

-          Avoir aux arènes de Maubourguet entravé la liberté du travail « avec menace »

-          Avoir violé un arrêté municipal en utilisant un mégaphone et appelant au trouble public.

 

Jean-Pierre Garrigues rejette en bloc l’ensemble de ces accusations dans la mesure où il s’agissait d’une action citoyenne à laquelle il participait comme tout autre citoyen. Par ailleurs, ses propos au mégaphone n’appelaient nullement à la révolte mais avaient pour objet d’informer les nombreux touristes présents de la réalité de la torture tauromachique, du blocage total de la démocratie sur ce sujet alors que trois propositions de loi sont déposées depuis bientôt un an à l’assemblée nationale et une au sénat. Des touristes ont d’ailleurs rejoint les manifestants, solidaires de leur démarche.

 

L’objet de cette garde à vue était de toute évidence de rechercher un seul et unique responsable afin de lui faire porter toute la responsabilité de cette action citoyenne. Mais l’abolition est en marche et les citoyens ne supportent plus ce blocage du débat sur un sujet aussi controversé. Comment en faire l’économie alors que la corrida génère autant de trouble à l’ordre public, de façon quasi systématique, avec un déploiement de forces de l’ordre totalement disproportionné ? En période de forte crise économique, n’y aurait-il pas des choix à faire puisque ces spectacles barbares sont systématiquement subventionnés ?

Jean-Pierre Garrigues doit comparaître le 6 janvier 2015 à 13h30 devant le TGI de Tarbes.

 

Contact : 06 75 90 11 93 et 06 11 54 02 83

www.anticorrida.com

 

 

Repost 0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.