Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 12:55

 

387117_458091760888144_43643986_n.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE

CONSEIL CONSTITUTIONNEL ET CORRIDA :

 « QUAND LES SAGES SE FONT MAGES POUR TORTURER LA LETTRE ET L’ESPRIT DU PRINICPE D’EGALITE »

L'article 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789  fait partie du " bloc de constitutionnalité " auquel le Conseil constitutionnel français confronte les lois qu'il a à examiner.

Or cet article 6 dispose que "la loi doit être la même pour tous", principe que le Conseil a néanmoins assoupli en admettant des modulations lorsque celles-ci reposent sur des critères objectifs et rationnels au regard de l'objectif recherché par le législateur et que cet objectif n'est lui-même ni contraire à la Constitution, ni entaché d'une erreur manifeste d'appréciation.

Cependant, jusqu’ici, on savait que certains domaines appelaient une application stricte du principe d’égalité, il en va ainsi,  par exemple, des droits politiques mais aussi d’autres domaines comme la procédure pénale et la loi pénale. Pour ces domaines le Conseil Constitutionnel a toujours refusé de reconnaître et prendre en compte des modulations en fonction de certaines caractéristiques comme la situation géographique, on comprenait fort bien pourquoi, comment admettre que la sanction pénale pour un même acte soit ou ne soit pas la même selon que vous habitiez à Nantes ou à Nîmes ?! Ou pire, que ces faits et actes soient constitutifs d’une infraction, d’un  délit, à Nantes et pas à Nîmes !!! Et bien c’est fini !!! 

Le Conseil Constitutionnel, dans toute sa « largesse », vient de rompre avec cette appréciation à la fois objective et sécurisante pour admettre que la loi pénale en regards de mêmes faits puisse être différente entre français, selon l’endroit où ils ont été commis ! Reconnaissant  à la « tradition locale ininterrompue » les caractères de «précis, objectif et rationnel » et l’élevant au rang de justification de l’exception  à une application universelle de la loi pénale !!!  Pire, considérant que cette notion ne porte pas atteinte à des droits constitutionnels protégés comme celui de l’égalité des citoyens devant la loi !!!!

Je suis scandalisée de ce qui a semble –t-il prévalu dans cette décision ! Je constate que la sagesse n’est plus une « tradition locale ininterrompue » au Conseil Constitutionnel !!!!!

Mais cette erreur d’appréciation du Conseil Constitutionnel ne me motive que davantage dans mon intention de déposer très prochainement (je réunis en ce moment les soutiens et co-signatures de mes collègues socialistes) une nouvelle proposition de loi pour en finir avec ces deux dernières exceptions à la punition des sévices graves envers les animaux domestiques ou tenus en captivité, que sont les combats de coq et les corridas.

L'objectif de cette proposition est de remettre en cause les effets juridiques de théorie de la justification tirée de la notion de « tradition ininterrompue » qui s'est affirmée comme le dernier rempart laissant subsister des exceptions à la sanction  des sévices et cruautés faits aux animaux.

En effet, à la lecture de l'alinéa 7, la tradition ininterrompue intervient selon le même mécanisme qu'un fait justificatif or la liste des faits justificatifs en droit pénal français est défini de manière exhaustive aux articles L122-4, L122-5, L122-6 et L122-7 du code pénal, il s'agit de l'ordre de la loi, du commandement de l'autorité légitime, de la légitime défense et de l'état de nécessité.

En aucun cas, la tradition ininterrompue ne saurait agir comme un fait justificatif recevable et s'opposer à la qualification infractionnelle d'actes répréhensibles du point de vue de l'élément matériel et intentionnel.

A bientôt donc le combat continue

Geneviève GAILLARD,

Repost 0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 12:10
 Vendredi 21 septembre 2012 5 21 /09 /Sep /2012 03:42
Publication extraite de ce site: http://www.veterinaires-anticorrida.fr/
Publication extraite de ce site: http://www.veterinaires-anticorrida.fr/

 

conscons.jpg

 

 

 

 

Ainsi, les neuf « Sages » du Palais Royal ont décidé qu’une exception territoriale à un article du Code pénal était conforme à la Constitution.

 

Pour rappel, l’article 521-1 du Code pénal, du chapitre « Des sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux », énonce :

« Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende. »

 

Et l’alinéa 7 introduit l’exception suivante :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie. »

 

Petit survol historique. Si les premières corridas eurent lieu en France en 1853, elles ne se sont vraiment implantées qu'à partir des années 1880. Mais ceci en contrevenant sans vergogne à la loi du 2 juillet 1850 dite loi Grammont, et malgré les circulaires ministérielles rappelant l'interdiction (1884, 1886, 1891), malgré l'intervention de la maréchaussée et de l'armée en 1895, avec expulsions de toreros, et malgré les arrêts de la Cour de Cassation (février 1895, octobre 1895, novembre 1899), pour s'en tenir à la fin du 19ème siècle.

 

Ce n'est qu'à partir de 1951 (loi du 24 avril) que la corrida fut tolérée là où existait une tradition... illégale ! L’alinéa 7 est l’héritier de cette exception à la loi pénale.

 

En bref, il était demandé au Conseil Constitutionnel de statuer sur le caractère constitutionnel d’un alinéa du Code pénal :

- entérinant une pratique restée délibérément illégale des années 1880 jusqu’à la moitié du XXe siècle.

- en instituant une exception territoriale unique en son genre.

 

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la constitutionnalité de cet alinéa 7 paraissait poser problème, puisque le préambule de la Constitution renvoie à la Déclaration des droits de l’Homme de 1789, dont l’article VI précise que la loi « doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse », et que l’article 1er de la Constitution précise lui-même que « La France est une République indivisible [qui] assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens »

 

Mais le Conseil Constitutionnel vient de décider que de problème, il n’y avait point. Circulez, y a rien à voir !

 

Nous nous garderons bien, en bons républicains, d’oser remettre en cause cette décision, même si on cherche en vain dans le 5e considérant un argument autre qu'une pétition de principe.

 

Nous irons même plus loin : cette bénédiction des Sages du Palais Royal ouvre la porte à des initiatives législatives originales. En effet, pourquoi ne pas solliciter d’autres immunités pénales en faveur des pratiques illégales, dès lors qu'elles sont peu ou prou implantées, dans certaines zones urbaines ou péri-urbaines, dans certaines communes, ou dans certains départements ?... Une aubaine pour les mafieux, les bandes, les délinquants, les trafiquants, les magouilleurs, les prévaricateurs, les prédateurs, les déprédateurs, les provocateurs, les belliqueux… 

 

Des exemples ? En voici quelques uns (à chacun de se faire une idée des possibles localisations de ces exceptions...)

 

 

Article 222-37

 

« Le transport, la détention, l'offre, la cession, l'acquisition ou l'emploi illicites de stupéfiants sont punis de dix ans d'emprisonnement et de 7500000 euros d'amende. »

Ajoutons un alinéa : 

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables au trafic de stupéfiants lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée.

 

 

Article 225-4-1

 

[…]

« La traite des êtres humains est punie de sept ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende. »

Ajoutons un alinéa : 

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables en matière de prostitution forcée ou de travail clandestin d'immigrés lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 225-5

 

[ …]

« Le proxénétisme est puni de sept ans d'emprisonnement et de 150000 euros d'amende. »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables en matière de proxénétisme par la contrainte lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 225-13

 

« Le fait d'obtenir d'une personne, dont la vulnérabilité ou l'état de dépendance sont apparents ou connus de l'auteur, la fourniture de services non rétribués ou en échange d'une rétribution manifestement sans rapport avec l'importance du travail accompli est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 150 000 Euros d'amende. »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux sociétés employant des travailleurs immigrés en situation irrégulière lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 312-6

 

« L'extorsion en bande organisée est punie de vingt ans de réclusion criminelle et de 150000 euros d'amende. »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables au racket organisé lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 322-1

 

« La destruction, la dégradation ou la détérioration d'un bien appartenant à autrui est punie de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende […] »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables au vandalisme des biens publics ou privés lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 432-11

 

« Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique, chargée d'une mission de service public, ou investie d'un mandat électif public, de solliciter ou d'agréer, sans droit, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques pour elle-même ou pour autrui […] »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables à la corruption et au trafic d’influence lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 432-12

 

« Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ou par une personne investie d'un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l'acte, en tout ou partie, la charge d'assurer la surveillance, l'administration, la liquidation ou le paiement, est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende. »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables à la prise illégale d’intérêt lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 433-5

 

[…]

« Lorsqu'il est adressé à une personne chargée d'une mission de service public et que les faits ont été commis à l'intérieur d'un établissement scolaire ou éducatif, ou, à l'occasion des entrées ou sorties des élèves, aux abords d'un tel établissement, l'outrage est puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende. »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux paroles et gestes outrageants envers les enseignants lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Article 433-3

 

[…]

« Est punie des mêmes peines la menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes ou les biens proférée à l'encontre d'un agent d'un exploitant de réseau de transport public de voyageurs, d'un enseignant ou de tout membre des personnels travaillant dans les établissements d'enseignement scolaire ou de toute autre personne chargée d'une mission de service public ainsi que d'un professionnel de santé […] »

Ajoutons un alinéa :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux menaces et actes d’intimidations envers les agents de transport, les enseignants ou les professionnels de santé lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

Puisque même en matière pénale, il est conforme à la Constitution que le droit se soumette aux faits, allons-y gaiement !

Publication extraite de ce site: http://www.veterinaires-anticorrida.fr/

 

Note de la blogueuse: N'oubliez pas de contacter votre vétérinaire pour solliciter sa signature. Nous repartons au combat. Au plus tard à la fin de cette mandature ( 2017), la torturomachie doit avoir rendu une âme dont elle n'a jamais été dotée.

Repost 0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 12:41

 

 

 

 

Communiqué officiel du CRAC Europe et de Droits des animaux.

 

 

Les "Sages" de la rue Montpensier, en rejetant la QPC déposée par les
associations CRAC Europe et Droits des Animaux, ont eu bien de la peine à cacher
une démarche juridiquement mal assumée.

En "Considérant que, selon les associations requérantes, en prévoyant pour les
courses de taureaux une exception à la répression pénale instituée par le
premier alinéa de l'article 521-1 du code pénal, les dispositions du septième
alinéa de ce même article portent atteinte au principe d'égalité devant la loi",
les juges constitutionnels éludent la question majeure de la clarté de la loi,
qu'ils traiteront à peine, en la reléguant au détour d'une phrase :

"s'il appartient aux juridictions compétentes d'apprécier les situations de fait
répondant à la tradition locale ininterrompue, cette notion, qui ne revêt pas un
caractère équivoque, est suffisamment précise pour garantir contre le risque
d'arbitraire".

En concluant que "il résulte de ce qui précède que le grief tiré de la
méconnaissance du principe d'égalité doit être rejeté", le Conseil n'a pas osé
tirer clairement les conséquences de ce qu'il affirme quelques lignes plus haut.
Car comment affirmer sans craindre la critique que la notion de tradition locale
ininterrompue est une notion claire, quand on sait qu'elle conduit des tribunaux
à permettre des corridas après 70 ans d'interruption (Alès) ?

Cette décision, derrière laquelle semblent se dessiner des préoccupations
débordant le strict champ de l'analyse juridique, n'est cependant qu'une étape
dans la lutte contre la corrida, qui ne cessera que lorsque la compassion l'aura
emporté sur la cruauté.

Jean-Pierre Garrigues pour le CRAC Europe
06 75 90 11 93
David Chauvet pour Droits des Animaux
06 21 66 29 24



Repost 0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 18:00

corrida.jpg   http://www.jeunes-ecologistes.org/idees/7437/la-cruaute-patrimoine-culturel

 

14 sept 2012

À l’heure où la conscience animale est reconnue par le milieu scientifique, les Jeunes Écologistes regrettent profondément les propos du Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, sur la tauromachie et réclament l’abolition de cette pratique arriérée.

Suite aux confessions de Manuel Valls sur son « amour » pour la tauromachie sur BFM TV, les Jeunes Écologistes condamnent le fait qu’un ministre de la République se fasse le défenseur de pratiques cruelles et dépassées. En effet, la preuve de l’existence d’une conscience animale (Déclaration de Cambridge, juillet 2012) pose des questions en terme de statut juridique animal, dont la loi française en fait encore à la fois un « bien meuble » et un « être sensible ».

Les Jeunes Écologistes peuvent comprendre un certain aveuglement dû à la dimension affective de cette pratique chez une minorité de la population. Cependant, les connaissances sur la conscience animale prouvent que les animaux ressentent une véritable souffrance, physique et morale. De fait, ces pratiques cruelles, même si certains veulent y voir un aspect patrimonial ou « culturel », ne peuvent être maintenues. Les Jeunes Écologistes demandent au contraire que nos dirigeants fassent preuve de davantage de respect de la vie animale.

Les Jeunes Écologistes proposent donc à Manuel Valls de garder pour lui ses souvenirs de famille. Ils l’engagent de plus à consulter les catalans, qui ont récemment aboli la corrida : se sentent-ils « déracinés » et ont-ils pour autant perdu leur identité depuis cet évènement?

Alors que le 23 avril dernier, Frédéric Mitterrand classait la tauromachie au « Patrimoine Immatériel Français », les Jeunes Écologistes constatent et regrettent un recul continu des pouvoirs français sur la question de la dignité des animaux. Les Jeunes Écologistes demandent en conséquence l’abolition immédiate et totale de la corrida sur le territoire français, décision qui irait dans le sens de l’histoire et du progrès vers une société apaisée.

 

Contact Presse :
  • Wandrille Jumeaux – Secrétaire fédéral : 06 58 05 97 98
  • Lucile Koch-Schlund – Secrétaire fédérale : 06 79 35 28 16
Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 16:15

318465_420279448033062_1685765473_n.jpg

 

Valls, Pernaut, même crémerie. Ca, c'est moi qui le dis, c'est mon opinion et je la partage.

Au passage, merci à Diabolo pour le dessin.

 

 

COMMUNIQUE CRAC EUROPE ET DROITS DES ANIMAUX

 

 

Suite à la retentissante QPC sur la corrida à l'initiative des associations Crac Europe et Droits des Animaux, examinée dans l’après-midi du mardi 11 septembre par les sages, l'existence de cette pratique est mise en cause. On comprend que ses amateurs se démènent pour la défendre.

Nous ne saurions trop leur conseiller de remercier J.-P. Pernaut (JT TF1 13 heure, 11 septembre) pour son reportage entièrement dédié à la défense de la corrida :
http://lci.tf1.fr/france/justice/la-corrida-sous-la-menace-du-conseil-constitutionnel-7520306.html

Il ne s'agit évidemment pas de soupçonner un quelconque manquement à la déontologie journalistique, en particulier au devoir de neutralité inhérent à toute mission d'information. Sans doute, dans le feu de l'action, les auteurs de ce reportage ont-ils oublié de demander leur avis aux associations à l'origine de la QPC. L'erreur est humaine !

Un complément d'information n'en reste pas moins nécessaire sur certains points :

1. Selon le reportage, les ferias dépendraient des corridas

Mais peut-on se contenter de prendre pour preuve l'avis de quelques passants aficionados, quand le rapport du nombre de participants aux ferias et du nombre de participants aux corridas est de l'ordre de 2 à 5 % suivant les villes ?

2. Les corridas seraient vitales à l'économie locale

Le reportage oublie de préciser que, constamment déficitaires, elles sont grassement subventionnées sur le dos du contribuable (en période d'économie budgétaire). Par exemple, le déficit officiel des corridas pour la ville de Bayonne est de 400 000 € pour l'année 2011.

3. Les corridas seraient très populaires

Pourtant, la revue « Toros », qui est le plus ancien périodique taurin en France, peu suspect de complaisance avec les associations de protection des animaux, avoue dans son numéro du 16 mai 2012 que la corrida décline et que le nombre de spectacles et de
spectateurs est en chute libre.

Les associations CRAC Europe et Droits des Animaux

Jean-Pierre Garrigues, vice-président CRAC Europe, Tél. 06 75 90 11 93

David Chauvet, vice-président de DDA, Tél. 06 21 66 29 24

 

Repost 0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 12:05

 

Je n'aime pas trop multiplier les pétitions sur ce blog, mais bon---, je me lâche, en voici deux.

 

621529 3997743296425 163952504 o

 

 

Pour que Bayonne devienne ville anti-corrida. Bayonne est la ville taurine la plus ancienne de France, mais la corrida n’est pas une tradition française ! Cet art barbare à été introduit dans notre pays par l’impératrice Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III, malgré la loi Grammont de 1850 qui condamnait les sévices faits aux animaux !

 


Pendant un siècle ce spectacle sanguinaire s’est développé illégalement en France jusqu’à une modification de la loi Grammont en 1951 : « Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu’une tradition ininterrompue peut être invoquée. » Cet alinéa a été complété en 1959 : la tradition doit être « locale et ininterrompue ». Il y a eu ensuite une évolution de la signification du mot « locale », en effet, ce terme est élargi à un ensemble démographique partageant une histoire, un mode de vie ; ce qui signifie qu’une commune faisant partie de cet ensemble démographique peut prétendre à une « tradition » même si sur son territoire il n’y a jamais eu aucun spectacle de corrida !

Qu’on arrête donc de parler de tradition alors que ce n’est pas le cas !

Qu’on arrête de cautionner le meurtre et la torture d’un animal sensible et innocent !

Les contribuables en ont assez que l’argent public finance la cruauté !

66% des français (Sondage IFOP Août 2010) se prononce pour l’interdiction des corridas en France, il faut que cette majorité se fasse entendre, et quel beau message d’espoir si la municipalité de Bayonne, grande ville taurine, prenait conscience qu’une société civilisée se doit de respecter les animaux et de ne pas banaliser et encourager la violence !
Pour signer, c'est ici:

Pétition du CRAC Europe : nous demandons à France 3 de cesser de faire l'apologie de la corrida

Adressée à : Dirigeants de France 3

Cette pétition sera remise à:
Dirigeants de France 3

Pétition du CRAC Europe : nous demandons à France 3 de cesser de faire l'apologie de la corrida

Fermement opposés à la torture tauromachique (corrida), nous demandons à Monsieur François GUILBEAU, directeur de France 3, Monsieur Thierry LANGLOIS, directeur de l'antenne et des programmes de France 3, Madame Marie-Pierre DURA-SWIDERSKI, directrice de la programmation de France 3, et tout autre dirigeant de cette chaîne, de cesser de diffuser des corridas en direct ou des émissions faisant l'apologie de la corrida, ou tout au moins de laisser les journalistes désirant publier des reportages objectifs sur cette barbarie faire correctement leur travail sans censure.
Nous n'acceptons pas que cette chaîne publique subventionnée par nos impôts ne laisse passer que des reportages partisans de journalistes aficionados, eux-aussi payés par nos impôts.
Nous n'acceptons pas que l'on nous impose ces images violentes et choquantes (surtout aux heures de grande écoute) qui heurtent plus particulièrement les enfants et les personnes fragiles dans le foyer des contribuables.

Cette pétition sera également adressée aux associations de contribuables.

Pour signer, c'est ici:  http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/p%C3%A9tition-du-crac-europe-nous-demandons-%C3%A0-france-3-de-cesser-de-faire-l-apologie-de-la-corrida

Repost 0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 09:09

Tract-recto.JPG

 

Tract-verso0001.JPG

Ci-dessous, deux vidéos de la jounée.

Un très grand merci aux distributeurs et distributrices de tracts, aux artistes Txantxangorritxu et  "Ke ne faire" qui savent si bien, sur un sujet si grave, attirer l'attention tout en maniant l'ironie et l'humour,  et à notre percussionniste préféré, Benjamin Hicaubert!  Comme on dit chez moi, de la belle ouvrage!

Ah, j'oubliais! Un grand merci également à notre réalisateur de vidéos attitré, Jean-Yves Deyris!

 


Repost 0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 15:39

_DSF2249.JPG
Comment vous ne savez pas? Vous ne lisez pas la presse du Pays Basque? Enfin---, une certaine presse, ne mettons pas tout le monde dans le même panier. Vous ignorez alors que le premier souci du Bayonnais ou de l'habitant moyen du Pays Basque, c'est de tout savoir sur la temporada de l'année!
Euh--- enfin--- pas si certain! Dites, si nous l' informions, cette catégorie de presse autiste? Ce matin, Julien Lescarret dédicaçait son livre dans une librairie de Bayonne. Pas un chat intéressé. Touristes et voisins s'en souciaient comme d'une guigne. Tant et si bien que le malheureux torero s'est vu contraint d'appâter le chaland sur le trottoir avec sa muleta, comme un vulgaire bonimenteur de foire! Ah la la! C'est bien fini la grande époque!
Photos: Le Berger des images

_DSF2303.JPG

_DSF2273.JPG_DSF2275.JPG_DSF2274.JPG

Repost 0
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 10:37

 

  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2d/Arenes_bayonne_exterieur.jpg

Photo Wikipedia

 

Jean Grenet, maire de la ville et aficionado forcené et influent, est maintenant doublement un « ex » : ex-député des Pyrénées-Atlantiques, puisqu’il a perdu son siège lors des dernières législatives, et, partant, ex-coprésident du groupe d’études sur la tauromachie à l’Assemblée nationale.

247 255 euros de déficit en 2007, 400 000 en 2011, près d’1 million d’euros sur cinq ans… Voilà ce que « rapportent », à Bayonne, les corridas aux Bayonnais, car ce sont bien sûr les contribuables qui paient la note. Le déficit s’accumule à une vitesse telle au fil des années que, pour cette saison 2012, sur les sept corridas prévues, trois ont été annulées. De plus, initiée par le CRAC Europe et rejointe par nombre d’associations, notre campagne d’information à son encontre a incité le lunetier Alain Afflelou à retirer les 500 000 euros alloués pour les Fêtes, puisque une corrida en faisait partie, et à les attribuer à des événements vraiment culturels, et non barbares. Romain Afflelou fils, lui, a signé la pétition abolitionniste du CRAC Europe, engageant ainsi sa société. Belles victoires pour les taureaux !

Notre objectif : ZÉRO CORRIDA à Bayonne !

Sur le plan de la justice, la QPC (question prioritaire de constitutionnalité) déposée par le CRAC Europe et Droits des animaux pour obtenir la suppression de l'alinéa 7 de l'article 521.1 du Code pénal vient d’être renvoyée au Conseil constitutionnel par le Conseil d’État. C’est une grande première ! Le résultat pourrait être tout simplement la fin de la corrida à Bayonne… et dans toute la France !

Nous vous proposons de vous joindre à nous ce samedi 1er septembre pour une distribution de plusieurs milliers de tracts dans toute la ville, afin d’informer les Bayonnais de la cruelle réalité de la corrida — rendez-vous à 13 h 30 devant la mairie. Des artistes vous accompagneront pour une animation de rue originale qui vous surprendra !

 

Nous comptons sur votre présence, nombreuse, et vous en remercions.

Cordialement,

Luce Lapin

Porte-parole nationale

CRAC Europe

pour la protection de l’enfance

06 08 30 80 30

www.anticorrida.com

www.patrimoine-corrida.fr

• www.les-taureaux-voteront.com

                                             


                                                                                                        !cid D4D46FD0677A4859B0FF7CFAD9E4C3F0@verts41c2fac54

 


CRAC EUROPE G0NBIDA

EZEZTATZE HELBURUA

 

 

Jean Grenet, herriko alkate eta korridazale amorratua eta eragin handikoa, bi aldiz « ohi » bilakatu da, Pirineo Atlantiko deputatu, azkenbozketan bere aulkia galdu baitu eta ondorioz ere, frantses biltzar nagusian tauromakiari buruzko arduratzen den asterlan taldeko kargua.

 

2007 urtean, 247 255 euro  defizita , 400 000, 2011 urtean, erran nahi baita miliun bat euro hurbil 5 urtez.

Hala, Baionan, Baionesei korridek ekartzen dieten irabazia, zergadunek, bistan dena gastua pagatzen dutelakotz..Hain laster doalako defizita , urteen zehar, 2012 urtaroan, 7 korrida aurrez ikusitarik, 3 ezabatuak izan dira.Gainera, CRAC Europe-k bultzaturik , eta anitz elkarte honi juntaturik, gure informazio kanpañak  Alain Aflellou-ren gana akuilatu du optikari hori  bestenkari emaiten zituen 500 000 euro kentzera korrida heien barne bai zen, eta eskaintzea zinez kultural eta ez basati gertakari batzuentzat. Romain Aflelou semeak, bere aldetik CRAC Europe-k banatzen duen ezabazale eskaera izenpetua du, bere zozietatea engaiatuz.

Garaipen ederrak zezenentzat!

GURE HELBURUA : BAIONAN  ZERO KORRIDA!

Juztizia mailean, QPC edo (konstituzionaltasun lehentasunezko gaia)  CRAC Europe eta Animaleen Eskubideak pausatu dutena , Codigo penal alinea 7, 521.1 artikuluaren ezabatzeko, Estadoko kontseiluak geroratu dio Konstituzional  kontseiluari .Aitzinatze ederra!

Ondorioz,lortu genezake Baionan, korrida akabatzea... eta Frantzia guzian ere!

 

Gonbidatzen zaituztegu  gurekin etortzera heldu den Buruilaren 1ean ibiakoitzez, hiri guzian banatzeko traktak milaka, Baionesak informatzeko korrida egoera ankerrari buruz,

hitzordua 13,30 tan, herriko etxearen aitzinean.

Gurekin izanen ditugu artizta batzuk karrika animazione harrigarri bereizi baten kari.

 

 

Anitz izanen girela espero izanez, esker beroenak,

Bihotzez 

Luce Lapin

Frantziako bozeramailea

Haurtasun babeserako CRAC Europe

06 08 30 80 30

. www.anticorrida.com

. www.patrimoine-corrida.fr

. www.les-taureaux-voteront.com

      

Repost 0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 11:12
Repost 0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.