Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 09:00

Lagun iezaguzue!

Aidez-nous!

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2019 6 26 /10 /octobre /2019 16:41
 Il y a une dizaine de jours, deux amis de l'association Su aski, membres de FNE dans les Hautes Pyrénées , ont remis par écrit aux directeurs de la DREAL et de la DDT 65 ainsi qu'au Secrétaire général de la Préfecture, Monsieur Bouju, quelques "Généralités sur les feux pastoraux" rédigés par Su aski.

Ces deux amis doivent rencontrer le Préfet à brève échéance "pour en remettre une couche" comme ils disent.

Vous trouverez ci-dessous ladite contribution de Su aski :

https://www.youtube.com/watch?v=G6HLxtH_0nw

1- Le non-respect des lois:

Les feux sont très rarement encadrés et rarement signalés correctement (quand ils le sont), entraînant un danger réel pour les randonneurs (brûlures par les flammes et intoxication par les fumées) et les usagers de la route (manque de visibilité en raison des fumées). D'autre part, les feux débordent régulièrement et des maisons sont évacuées, des animaux d'élevage sont brûlés vifs.

Les feux ne sont pas allumés selon les critères légaux (après une nuit de gel, avec une citerne, etc).

2- La disparition de la faune et de la flore:

Des bois entiers sont brûlés, de la végétation verte est passée par les flammes. Les insectes pollinisateurs sont exterminés ou affamés, et l'intensité des feux répétés chaque année sur les mêmes parcelles stérilise littéralement la terre en profondeur.
Nous savons qu'un territoire boisé permet une régulation naturelle de la température donnant en France des écarts enregistrés de 8 à 10°C entre les zones très boisées et les zones peu boisées, et les feux pastoraux contribuent au réchauffement climatique par le déboisement de zones qui ne sont souvent même pas destinées au pastoralisme.

3- L'érosion des sols:

Une terre sans vie ni racine favorise les écoulements de ces terrains ultra-fragilisés, contribue à l'accentuation des crues des cours d'eau, et propage plus rapidement les résidus chimiques de la montagne aux gaves, et donc à l'océan.

4- Les effets nocifs des fumées:

Les écharpes de fumées visibles par satellite s'étendent des Pyrénées aux Charentes. Les problèmes de santé liés aux fumées des feux pastoraux sont régulièrement rapportés par les résident, avec plusieurs cas d'hospitalisation notamment parmi les plus fragiles (enfants, personnes âgées...)
Les gaz à effet de serre rejetés dans l'atmosphère sont en énorme quantité.

5- Les effets pervers de la PAC

La PAC est un outil qui se révèle pervers sur le terrain: les éleveurs stérilisent leurs propres terres pour conserver leur exploitation. En effet, les primes à l'herbe et au pastoralisme ont pour but de soutenir les éleveurs, mais le manque de moyens (humains ou technique) pousse l'immense majorité à utiliser le feu pour débroussailler. La PAC, selon Su Aski, devrait être utilisée pour accompagner les éleveurs dans une transition écologique permettant de pérenniser leur activité tout en abandonnant l'usage destructeur du feu. Il y a des solutions (agroforesterie, débroussaillage mécanique, cultures nouvelles et hautement rentables type safran, système des "trois-dents" que sont les ânes, vaches et moutons qui débroussaillent en consommant à eux trois tous les types de végétation, etc...)

La tradition n'a jamais été de tout brûler, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais c'est une autre histoire, tout comme les raisons de l'omerta sur le sujet au sein des populations concernées (et des médias). Pourtant, nous courrons à la catastrophe écologique régionale.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 17:34

Le titre pourrait en être aussi "Voyage en terre incendiée".Ne vous laissez pas abuser par toutes les nuances de vert, si chantées dans les guides touristiques. Il pleut beaucoup en Pays basque, bien plus que partout ailleurs dans l'Hexagone. Mais au rytme et à la fréquence des feux de montagne  tels qu'on les connaît maintenant, combien de temps encore ce climat pluvieux pourra-t-il cacher la misère  de ces  terres pelées? 

Voyage sur place  et sur quelques mois
Voyage sur place  et sur quelques mois

Et le désert avance---

Vous vous rappelez les photos ci-dessus?

Prises au même endroit le 1er mai et le 21 mai 2019, elles montrent un flanc de colline ayant subi un feu pastoral (enfin, dit pastoral car on y cherche en vain des animaux d'élevage) à la mi-mars. Sur la première, on voit que le sol reste nu et sur la deuxième que les feuilles ont séché sur certains arbres, deux mois environ après le feu.

Et ci-dessous, les photos prises sur les chênes  du même lieu le 08 septembre 2019 où l'on voit très clairement (merci Jérémie) que les chênes, certes ne sont pas calcinés, mais n'ont produit que des feuilles séchées immédiatement après leur naissance ou alors, les arbres étant terriblement affaiblis par ces feux mortifères,  atteintes d'oidium.

Tous les chênes rencontrés sur le même chemin ce 8 septembre mais qui n'ont pas connu le feu sont totalement exempts d'oidium, ce qui est d'ailleurs assez rare, et nous offrent leurs belles feuilles vertes et lustrées.

Sans faire ni dessin ni grand discours, je voudrais juste dire que même si l'arbre n'est pas transformé en torche lors de ces "écobuages"comme le sont hélas beaucoup, il est condamné à terme en quelques petites  années lorsque l'on sait que ces feux soi-disant traditionnels ( je me pince, s'ils étaient traditionnels, cela ferait belle lurette qu'il n'y aurait plus ici que  la terre nue,  la roche effritée et les hommes auraient fui, réfugiés climatiques  sous d'autres cieux du fait de leur propre inconséquence), sont pratiqués chaque année. 

Alors bon, on fait quoi? On réfléchit? On agit? Ensemble?

Ou on laisse la mort gagner? Celle de la nature et celle des humains, si liées l'une à l'autre, même si le système productiviste et capitaliste  a effacé de la mémoire de l'Homme qu'il fait partie de cette nature et que ce qu'il fait à la nature, il le fait à lui-même.

 

 

Voyage sur place  et sur quelques mois
Voyage sur place  et sur quelques mois
Voyage sur place  et sur quelques mois
Voyage sur place  et sur quelques mois
Voyage sur place  et sur quelques mois

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 10:50
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.

Certes, hier pour les actions climat, il y avait bien plus de monde à Bayonne qu'à Baigorri.Mais c'est à Baigorri que l'association Su aski avait choisi d'être présente. Logique, vu que c'est par ici que certains s'activent  pendant plusieurs mois, un chalumeau à la main. Et même si certains jours de feux, tout à fait incorrectement baptisés "écobuages", la pollution aux particules fines atteint Bayonne, Bordeaux,  voire même La Rochelle. Pas plus que le nuage de Tchernobyl ne s'est arrêté aux frontières, les écharpes de particules fines produites par les feux dits pastoraux  même, cherchez l'horreur--- euh--- l'erreur  quand ils sont allumés là où jamais ne va le moindre animal d'élevage, ne s'arrêtent  aux limites du Pays basque intérieur ou des montagnes béarnaises. 

La gravité des effets dévastateurs des feux de montagne, y compris sur le climat, est encore très minimisée, même dans les milieux militants pour la nature et l'écologie.
Il reste un long chemin à faire, semé d'embûches. Et pourtant, il y a urgence.

Un grand merci aux associations organisatrices: Université populaire du Pays basque, Avenir Garazi Baigorri, Bizi barnekalde.

A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.
A force d'allumer ça réchauffe--- le climat.

Aïe! J'ai coupé le haut du texte de l'Ours polaire! Mais vous aurez compris.

Partager cet article
Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 09:43
Toutes les flammes de la planète.
Toutes les flammes de la planète.

 


Communiqué du 30 août 2019

Afrique, Sibérie, Amazonie--- la planète est en flammes. Elle brûle sous l'effet du dérèglement climatique provoqué notamment par les activités humaines . Et ces feux ne font qu'ajouter à leur tour au réchauffement climatique.

Dans les Pyrénées, et particulièrement en Pays basque, chaque année des feux pastoraux dévastateurs sont allumés. Pour la plupart, ce ne sont que des effets pervers des aides de la PAC. Conservons ces aides mais il est urgent qu'elles servent à une transition écologique économiquement viable pour tous les professionnels de la montagne.

C'est une question de survie pour la nature et pour l'humanité.


 


Komunikado 2019ko agorrilaren 30a


Afrika, Siberia, Amazonia, amalurra galdan dago. Erretzen da klima aldaketaren gatik. Gizakien aktibitateak gehienbat dute aldaketa hori sortzen. Eta su horiek, gehiegi berotze klimatiko azkartzen dute.


Pirineotan, eta Euskal herrian bereziki, urte guziz hilabete zenbaitzuetan, mendiko su kondagarriak piztuak dira. Horietarik gehienak, PAC laguntzen ondorio bihurriak dira. Laguntza horiek atxik ditzagun bainan trantsizio ekologikoaren fagoretan, mendiko langileen guzientzat ekonomikoki bidegarriak.

Izadia eta gizatasunanarentzat derrigorrezkoa da.


 

   suaski@laposte.net

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 09:47
Oh que si, y'a un lézard!

Il y a quelques jours, ma fille a photographié cet animal quelque part dans la montagne basque. J'ai eu quelques difficultés à trouver à quelle espèce il appartenait. Je connaissais le Lézard vert mais pas sous sa forme juvénile. Merci à celui qui nous a fait partager ses lumières. Donc, nous sommes devant un Lézard vert juvénile. Je me suis précipitée sur le "Guide des reptiles et batraciens de France" pour en savoir un peu plus sur cette espèce, juvénile ou non.

Et là, je lis " Hibernation: engourdissement hivernal incomplet en novembre. Sort en février-mars pour se réchauffer; s'alimente de nouveau vers avril".

Déjà---même en période d'activité, quand un feu pastoral est allumé à proximité d'une famille de ces animaux ( et de tant d'autres), vous conviendrez qu'ils n'ont pas vraiment la chance de s'en tirer vivant. Or, les feux, de surcroît, commencent à être allumés en octobre et peuvent, en fonction du temps, sévir encore jusqu'à fin avril. Et l'on voudrait nous faire croire que ces incendies volontaires n'ont pas le moindre impact sur la biodiversité!

Pour rappel, cette espèce est protégée par la loi. Euh---, ça veut dire quoi, au milieu de flammes hautes de plusieurs mètres, être protégé(e) par la loi?   

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2019 5 26 /07 /juillet /2019 16:08

OBJET: Réponse de l'ATMO à la demande de Su Aski concernant le capteur d'Iraty.

 

Le 26 juillet 2019

 

 

Monsieur BUNALES,

 

Copies:

 

Monsieur Alain Gazeau, directeur général

Monsieur Patrick Bourquin, directeur délégué aux partenariats et à la communication

Madame Sandrine Lucas, responsable du service qualité et sécurité de l'environnement

 

Nous vous remercions d'avoir donné  suite à notre courrier en nous présentant les raisons justifiant le retrait du capteur d'Iraty.

 

Voici un graphique, en pièce-jointe réalisé par Linternaute à partir de vos données et qui permet d'illustrer ce qui nous inquiète:

 

Nous avons constaté de visu énormément de fumées les hivers passés, dues aux feux pastoraux.

 

Votre réponse nous amène donc à une nouvelle série de questions:

 

1- Comment remédier au fait que les analyses sur le site d'Iraty n'étaient pas possibles et n'ont donc jamais été réalisées ?

 

2- Si la modélisation a, dans une certaine mesure, remplacé les relevés, ne pourrions-nous pas, afin de garantir à la population une bonne qualité de l’air avec certitude, ajouter des mesures concrètes relevées sur le terrain?

 

3- Les moyens mobiles dont vous disposez seront-ils présents à Iraty lors de la prochaine  période des écobuages/feux pastoraux, soit du 31 octobre au 31 mars selon la législation actuelle? 1/5 du territoire agricole du département a été passé par les flammes l'hiver dernier (sur 110 000 hectares de terres agricoles/pastorales, 22 000 ont brûlé -informations préfecture relayée par la Sepanso, et cela n'inclut pas les zones intercommunales). Ces feux brûlent sur plusieurs jours, voire semaines, car seule une minorité de feux sont réalisés conformément à la loi, fort malheureusement. Cela pourrait donc représenter en émission de gaz divers des conséquences proches des incendies du Sud-Est, et nous souhaitons être sûrs que ce n’est pas le cas ou bien avoir la possibilité d’agir le cas échéant.

 

 

Dans l'attente de votre réponse,

 

Cordialement,

 

Le Conseil d'Administration de Su Aski.

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 10:58

Pour tout renseignement, une adresse :  

suaski@laposte.net

 

J'adore, j'adhère!

Partager cet article
Repost0
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 14:01

Partager cet article
Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 13:09

SU ASKI

HALTE AUX FEUX

 

 

 

ASSOCIATION À BUT NON LUCRATIF

(Loi du 1er juillet 1901, décret du 16 août 1901)

 


suaski@laposte.net

ATMO NOUVELLE-AQUITAINE

ZI Périgny La Rochelle

12 Rue Augustin Fresnel

17180 PERIGNY

 

À l'attention de :

Monsieur Alain Gazeau, directeur général

Monsieur Patrick Bourquin, directeur délégué aux partenariats et à la communication

Madame Sandrine Lucas, responsable du service qualité et sécurité de l'environnement

 

 

OBJET : POLLUTION DE L'AIR, FEUX PASTORAUX, CAPTEUR D'IRATY

 

 

Le 28 juin 2019

 

 

Madame, Messieurs,

 

Depuis quelques années, l'ampleur des feux pastoraux, communément appelés écobuages à travers la presse et les médias, a pris une dimension effrayante, notamment en Pays Basque. Un collectif de citoyens a réagi en mettant en place en mars 2017 le collectif SU ASKI (halte aux feux en langue basque). Les événements de l'hiver dernier ont secoué notre groupe, avec une accentuation notable des espaces brûlés. Nous avons constaté de nombreuses actions illégales, que nous avons documentées, telles que :

  • Brûlage de forêts complètes de boulots et de hêtres (interdit)

  • Brûlage d'herbes vertes (interdit)

  • Brûlage dans des conditions interdites (il doit avoir gelé la nuit précédente, par exemple)

  • Absence de signalisation et feux qui ''débordent'' -parfois volontairement- sans alerte donnée

     

D'autres points ont été relevés mais ne concernent pas directement la qualité de l'air.

Les conséquences sont catastrophiques et les images satellites montrent que les fumées s'étendent passé Bordeaux.Les seuils d'alerte sont régulièrement dépassés dans le département, pour diverses raisons y compris les feux pastoraux.

 

Par conséquent, le Collectif a décidé de se constituer en association loi 1901, récemment déclarée à la préfecture sous le nom SU ASKI, naturellement.

 

C'est donc en tant qu'association que nous souhaitons vous alerter sur un point particulier que vous avez mis en lumière dans vos publications passées, qui concerne les mesures de particules fines liées à la pollution de l'air, et qui nous inquiète grandement.

Comme nous l'avons mentionné, les feux récents ont atteint des sommets, dans tous les sens du terme, et, sur une superficie égale, les émissions de particules fines d'une forêt qui brûle dépassent de loin celles d'une herbe rase et sèche.

 

En consultant vos archives (AIRAQ-ATMO), nous notons la présence durant de nombreuses années, d'un capteur sur le site d'Iraty, en Pays basque, en plein cœur d'une zone de feux pastoraux qui s'étalent sur plusieurs mois chaque année, avec une intensité grandissant d'année en année.

 

Puis, dans l'un de vos documents (Programme régional de surveillance de la qualité de l'air-2016-2021), nous apprenons qu'un arrêt de mesure de ce capteur a été planifié en 2016 et mis en application dès le début de 2017. Tout en bas de ce document, nous pouvons lire « Sur les 33 mesures fixes, seule celle d'Iraty n'est plus justifiée compte-tenu du nouveau zonage. »

 

Or il se trouve que ce capteur faisait non seulement état de la pollution liée à la route, mais des feux pastoraux. Son retrait, alors même qu'il enregistrait une pollution croissante, entraîne une perte grave de données qui seraient nécessaires aux populations vivant au plus près des feux (sachez que certains feux durent plusieurs jours), tout comme il génère de nombreuses questions de la part des habitants dont nous nous faisons également le relais en vous adressant ce courrier. Les autres capteurs du département ne sont pas placés de manière à couvrir cet espace géographique, laissant un vide sans surveillance alors que des événements polluants d'y déroulent.

 

Nous souhaitons par conséquent, tant au nom de l'association que des populations concernées, que vous nous apportiez par retour de courrier vos explications concernant le retrait du capteur à Iraty.

Nous désirons naturellement qu'un capteur doté du plus grand spectre d'analyse possible soit installé à Iraty, et qu'il soit au moins fonctionnel durant les périodes annuelles de feux pastoraux, soit du 31 octobre au 31 mars selon la législation actuelle. Quand pensez-vous pouvoir répondre à nos attentes et de nouveau disposer d'un outil performant de collecte de data dans cette zone à risque?

 

Dans l'attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Madame, Messieurs, en notre considération distinguée.

 

Pour l'association,

le Conseil d'administration.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.