Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 11:31

 

 

578758_377907352249542_168985159808430_1093500_2100754370_n.jpg

Une contribution de Gilles Marchal

 

Excellente nouvelle. Alain Afflelou, nouveau bienfaiteur des torils a décidé de mettre fin à cette intolérable barbarie, qui consiste à accorder au pantin de service une ou les deux oreilles de la bête.
Ce geste que je qualifirai de sportif, ne changera rien quant au sort de la bête ensanglantée, titubant d'épuisement et prostituée face à un public plus ignare qu'ignoble, mais ce geste commercial est tout de même une avancée.
Alain Afflelou, très "à cheval" sur son image, s'est aperçu que l'acuité visuelle du taureau était plus faible que celle de la plupart des spectateurs, débiles mais voyants, qui participent au spectacle.
Quoi de plus beau que de communiquer, l'image du taureau affublé de lunettes 'Alain Afflelou'.
Avec Alain Afflelou le "fauve" peut voir la mort en face !
C'est beau, c'est grand mais comment maintenir des lunettes sur un taureau sans oreilles?
D'accord, vous allez me dire, n'a n'a rien à fout' le taureau, l'a pô besoin de lunettes 'Alain Afflelou' pisqu'il est mort. Eh oui, vous avez raison et c'est l'image de marque du lunetier qui en prend un coup.
Même les taureaux tués par Alain Afflelou portent des lunettes Alain Afflelou.
Tout compte fait je ne sais pas si c'est vendable; faudrait lui en parler, ça irait mieux sur les serpents. Les touristes sont déjà assez cons pour s'extasier devant un cobra qui danse au son du flutiau  d'un charmeur de serpents qui pue des pieds, alors que comme le ventre affamé, le serpent n'a pas d'oreilles. Rendez-vous compte le coup de pub: Même le serpent à lunettes porte des lunettes Alain Afflelou.
Elle est pas belle la vue !

 


Partager cet article
Repost0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 10:47

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/32/E8474-Almaty-hotel-creature.jpg/250px-E8474-Almaty-hotel-creature.jpg

Photo wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Scutig%C3%A8re_v%C3%A9loce

 

 Une contribution de Gilles Marchal , en réponse à un commentaire de mon frère, visible ici: http://jenolekolo.over-blog.com/article-araignees-mes-amours-100822038-comments.html#anchorComment

 

 

Cher Monsieur Cuisset,


Je suis un fervent militant de l’UMP (Union des Mille Pattes) et je vois bien que par ce nom vernaculaire – scutigère véloce – vous moquez, sous couvert d’une éthologie approximative, le président vénéré de notre mouvement. Oui monsieur, notre scutigère est véloce et il ne pédale pas avec un millier de pattes comme vous le sous tendez mais quinze paires seulement. C’est un travailleur acharné, il est partout, possède des antennes devant, derrière ; on ne sait jamais à quelle partie de son corps "d’albatros" l’on s’adresse. Parle à mon cul ma tête est malade n’a aucun sens avec la scutigère vélocipèdiste qu’il représente, tant les extrêmités se ressemblent. Après une longue journée de travail et une nuit passée à assurer la pérennité des myriapodes italo-hongrois, notre président peut dire sans faillir : J'’ai la tête dans l’cul. Je mets au défi quiconque peut démasquer l’une ou l’autre sans se tromper. L’UMP est la plus grande concentration d’arthropodes de l’Hexagone. Le scutigère est un gagneur, mais ne scutigère pas la défaite. Il se nourrit principalement de termites errants et ne dédaigent pas les blattes belges. Monsieur Cuisset, avant de passer la bague à iule, rejoignez l’Union des Mille Pattes, le parti du peuple, le mille pattes des maisons. Je vous en serre cinq paires et vous rend l’antenne (m’en fiche m’en reste trois).

Gilles.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 18:07

 

 

Petit mot à l’usage des menteurs.

Une contribution de Gilles Marchal.

 

        

         Les ursidés avaient une petite trentaine de millions d’années alors que nous n’étions pas encore, la grande méprise de Mère nature. Notre ours brun est sensiblement ressemblant à l’ours des cavernes. Pour sa part, l’Homo sapiens a fait le chemin inverse, il est sorti des cavernes pour entrer dans les tavernes et depuis qu’il est ‘intelligent’, il raconte pis que pendre à propos de celui qui était vénéré  dans toutes les civilisations… sauf la nôtre.

         Il y a vingt mille ans, à la belle époque du paléolithique et de la dernière glaciation, trois espèces vivaient ici ; l’ours des cavernes, l’ours blanc (eh oui !) et notre Nounours.

         L’ours brun est un animal féroce, cruel, inhumain ; ce dernier adjectif me le rend décidément fort sympathique. Que je sache, l’ours brun pyrénéen (métaphore puisque disparu) hiberne peu, à part les feignasses dans mon genre, adeptes du ‘bouchon rectal’. Je déconseille toutefois le TR de vérif, car il ne dort que d’un œil et a le fondement chatouilleux

         L’ours brun, en tout cas, n’est guère dangereux pendant sa période d’hivernage ou de reposées prolongées. D’autant moins que le pastoralisme est rare en hiver. Je rappelle tout de même aux bergers que l’estive se pratiquait déjà il y a 10.000 ans et que la transhumance ne se faisait pas, l’ordinateur dans le sac et le portable en poche. Il me semble qu’à cette époque l’ours n’était pas rare et devait se servir sur le troupeau en alternance avec le loup. Pour autant, la race ovine ne s’est pas éteinte.

Le régime alimentaire d’Ursus arctos est pour le moins hétérogène et se décompose ainsi : 36% de fruits et de baies – 39% d’autres végétaux – 9,4% d’insectes – 8,1% de mammifères sauvages et et de 7,5% de bétail domestique. Je vous passe le miel les grenouilles et le poisson.

         Il s’est pourtant trouvé un brave berger (originaire sans doute des Bouches du Rhône) qui a accusé un ours de lui avoir tué 109 brebis en un an, ce qui nous donne près de 5 tonnes de viande pour le pépère, soit 30 kg par jour sans compter les 90 kg quotidiens de végétaux. Il devait s’appeler Gozilla. Pour un omnivore, ça fait peur.

La situation de l’ours dans les Pyrénées est désespérée et entre nous, il se nourrit plutôt de baies que de bêêêêe.

         S’il vous plaît, faisons-lui une petite place.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 19:10

 

 

 


Une contribution de Gilles Marchal.

La corrida n’est pas si ancienne dans notre histoire, elle date de la moitié du 18ème siècle. Il est curieux de constater que le Siècle des Lumières a donné de l’espace à des jeux brutaux et à des pratiques barbares.

Je n’apprécie pas particulièrement les courses de taureaux, sauf pour espérer, comme une grande partie du public, que le fauve poursuive le « faisan vénéré » avec la ferme intention de lui fabriquer un second trou de balle. Alors, sous les ôôôôôô éberlués de la foule crétinisée, le pantin exécuterait un soleil, avant de s’écraser comme une bouse de bovidé, sur le sable souillé de l’arène.

Ce supplément est malheureusement trop rare, tant les précautions sont prises pour protéger le faisan et abattre le taureau.

Je vois aussi, ce rang de vieillards, abrutis par la clique aux cuivres criards qui agite mollement les mouchoirs trop rarement orange, (l’indulto) en accordant, une oreille ou deux, à l’infatué petit personnage qui tourne courageusement le dos à la bête, morte de souffrance et d’épuisement.

-  Tiens toi droit connard, les fesses en arrière, la queue rembourrée de coton hydrophile (de pute) et toi, populace odieuse, qui pue la sueur et la frite, salue ton héros, lève ton pouce à la romaine, ce qui tend à prouver, que dès le combat fini, les hommes libres faisaient du stop.

         Il faut revoir les règles de la corrida. Plutôt que de la supprimer sans aucune chance d’y parvenir, pourquoi ne pas instaurer la corrida Halal. Je n’y vois que des avantages.

Terminés le défilé de bimbeloteries, les chevaux, picadors, les peones, les banderilles et le sable sur l’arène remplacé par du ciment. Apparaîtrait alors le futur héros, engoncé dans son arbre de Noêl, muni d’un seul couteau et chaussé de patins à roulettes pour mieux esquiver.

AAAh quelle allure. Plus de muleta (de toutes façons le taureau s’en tape, il ne distingue pas les couleurs)

         Et hop, on lâche la bête et c’est parti ! le jeu consiste à égorger le taureau sans préalable. Un combat royal halal à la loyal (faut le dire vite)

Evidemment, il y a peu de chances que le matador réussisse dans cette entreprise hasardeuse mais équitable.

Enfin après le combat, le train d’arrastre, un attelage de deux mules serait chargé d’évacuer la dépouille de l’un ou de l’autre.

         Des taureaux, il y en aura toujours, mais des cons, capables d’aller se faire éventrer sur l’autel de Sainte Blandine, pour faire plaisir au mouchoir fripé du président, il faut espérer que le postulant se raréfiera. Quoique …

Gilles Marchalal.

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.