Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 16:00
Where do people go?

Oui, où vont les gens quand ils quittent ce monde?

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 08:41
E la storia di un uomo---
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 17:00
Finalement, il était aussi historien, Gilles Marchal!

Il aimait l'histoire, Gilles Marchal, passionnément.

En 2008, il a publié "Finalement, c'est rigolo, l'histoire", aux éditions Aléas.

Voilà ce qu'en disait son ami Claude Lemesle

Gilles Marchal
Auteur-compositeur-interprète
 

"Gilles Marchal, qui nous a enchantés dans les années soixante et soixante-dix par la qualité de sa voix et de ses chansons, ajoute aujourd’hui une corde- non vocale, celle-là ! – à l’arc de son talent. D’une plume vive, acérée, impertinente, il nous conte l’Histoire de France. Oh ! certes, pas celle des thèses et de l’Académie, bien que son ouvrage témoigne, vous le verrez, d’une érudition certaine. Non, c’est plutôt en tant que docteur ès humour que Gilles se présente au lecteur et lui livre sa vision de la dernière dizaine de siècles écoulée. Toujours iconoclaste, parfois incrédule, sarcastique souvent, il nous invite à remonter le temps, à rendre visite à un certain nombre de personnages qu’il “croque’’ à sa façon. C’est Rigaud et Vigée-Lebrun revus et corrigés par Raiser et Wolinski. On se régale tout au long de ce littéraire régicide où les rois ne sont pas les seuls à trinquer et où les fous ne s’appellent pas toujours Triboulet. Tout le monde en prend pour son grade, de Gilles de Rais à Rouget de l’Isle, et les sans-culottes peuvent aller se rhabiller !
Oui, mon cher Gilles, finalement, c’est rigolo, l’Histoire, surtout lorsqu’un chansonnier intemporel raille ses grandes figures avec tout l’irrespect qu’il leur doit… C’est rigolo, l’Histoire, lorsque, débarrassée de tout vernis sulpicien, elle accepte qu’on lui retire l’Epinal du pied… Alors, manants et nobles, montagnards et girondins, gens de gauche et de droite se réconcilient autour d’un bon verre de rire. Et on repense au mot de Coluche, candidat à la Présidence de la République : “Avec les autres, la France était coupée en deux. Avec moi, elle va être pliée en quatre.”



Finalement c'est rigolo, l'histoire  Claude Lemesle, Auteur compositeur
Président du conseil d’administration de la Sacem

 

 

Et en 2011, paraissait le premier tomme de "Bourreaux de travail".

L'implacable maladie , puis la camarde exécutrice des basses oeuvres, ne lui ont laissé ni la possibilité ni le temps d'achever le deuxième tome.

 

Voilà, je voulais juste dire cela, à quelques jours du premier anniversaire de son départ ou peut-être plutôt de son éloignement.C'est fait.

 

 

La quatrième de couverture de "Finalement, c'est rigolo l'histoire".

La quatrième de couverture de "Finalement, c'est rigolo l'histoire".

Finalement, il était aussi historien, Gilles Marchal!
Finalement, il était aussi historien, Gilles Marchal!
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 19:05
Louis et Gilles:  nature, liberté.

Le 24 mai 2010, on pouvait lire sur ce blog l'article ci-dessous, suite à sa parution dans feu "Le Journal du Pays Basque".

 

Aujourd'hui, quelque chose me dit qu'il faut rapprocher le livre  de Louis Espinassous de cette chanson de Gilles Marchal. Il y a comme un air de famille.

___________________________________________________

Du balai, du vent, dehors !

11/05/2010

CRITIQUE par Jenofa CUISSET

Louis Espinassous, qui a pris racine il y a plus de trente ans dans une vallée béarnaise, la vallée d'Ossau pour ne pas la nommer, est un accompagnateur en montagne passionné par l'ours, un conteur et un écrivain. Il a eu très jeune la vocation d'éducateur nature, plus couramment nommée éducation à l'environnement, tant le mot «nature» pour des raisons nombreuses et complexes, terrorise notre société.

C'est bien là le thème du dernier ouvrage de cet homme-orchestre : Pour une éducation buissonnière, un livre dont on pourrait dire que le mot jubilation est le fil conducteur.

Quoique... la colère également y est omniprésente, celle d'un homme qui n'accepte pas que nous privions de plus en plus les enfants de la nature, du dehors, que nous les acheminions peu à peu vers une éducation hors-sol, sans couleurs, sans parfums, sans saveurs... sans danger aussi -le grand mot est lâché. Et Louis Espinassous en appelle à L'arrache-coeur, ce roman où Boris Vian plaide pour une société d'où tout danger ne sera pas écarté, car les enfants ne peuvent devenir des adultes libres, autonomes et responsables si on les élève dans une bulle. Quête sans fin de la sécurité, de l'hygiène jusqu'au ridicule, de la norme, du risque zéro, toutes ces obsessions maladives font qu'aujourd'hui l'éducation à la nature, que ce soit en milieu scolaire ou extra-scolaire, s'organise par écran interposé. La vie, le réel, le chaud, le froid, le vent, le soleil et la pluie, les enfants ne peuvent plus les appréhender que depuis ces petites cages douillettes où nous les gardons prisonniers de nos angoisses plus épaisses que les murs d'une cellule pénitentiaire.

C'est dehors, dans le jardin, les prés et les bois, au bord de la mer ou en montagne, dans ce contact physique avec le réel que l'enfant construit une part considérable du rapport à son corps, à ses sens, à son intelligence à la vie et aux autres.

Les activités sportives, normatives, pratiquées dans des stades, des cours, des gymnases, ne sauraient atteindre les mêmes buts. Louis Espinassous en appelle aussi au droit au repos, à la solitude choisie qui, permet de se connaître soi-même, d'apprendre à gérer ses émotions. Et il s'insurge contre les discours terriblement moralisateurs qui sont servis en permanence à nos chers bambins, comme s'ils devaient, eux, du haut de leur enfance ou de leur adolescence, sauver immédiatement la planète que nous avons mise, nous, en si piteux état.

C'est le livre d'un éducateur professionnel, et pas n'importe lequel. Ce sont aussi des pages qui dégagent un parfum de liberté, comme un rappel de La guerre des boutons, le superbe roman libertaire de Louis Pergaud. C'est une grande goulée d'air frais.

Pour une éducation buissonnière, de Louis Espinassous. Editions Hesse. 17 euros.

Repost 0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 09:00
Ouvrons---

les chenils, les cages, les portes, les fenêtres. Que nos bras et nos coeurs ne soient pas des prisons.

Milesker, merci Gilles, encore une fois.

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:22
Photo Richard Cuisset

Photo Richard Cuisset

Pour  Gilles qui savait dire "Egun on", qui  aimait les chiens sans collier et les fleurs sans vase, ce cadeau, un jardin, quelque part en Pays Basque.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 06:00
Gilles Marchal, le 21 septembre  et la barbarie constitutionnelle

Il y a un an, le vendredi 21 septembre 2012, je quittais l'école de Bunus pour me rendre à celle d'Ainhice Mongelos. Il était environ 12 h20. C'était une journée superbe, lumineuse, chaude, mais c'était également le jour où le Conseil constitutionnel devait rendre son verdict (hélas largement prévisible, vu la composition du dit Conseil) qui déciderait de savoir si la corrida était ou non constitutionnelle dans l'Hexagone.

 

Le téléphone portable que j'avais depuis quelques mois et que je n'ai plus, a sonné. J'ai entendu la voix de Gilles" Voilà, ça y est! La barbarie est constitutionnelle en France. Je suis dégoûté!".

 

Et le soir, je recevais ce courriel:

"Tu sais, je suis déçu par cette victoire sans pudeur des corrideurs. Il te faut du courage. Moi, j'aurais baissé les bras.

La chasse commence demain, je vais voir ces sales bâtards monter la rue et tirer des faisans d'élevage. Des tueurs de poules.

J'ai appris qu'une harde de cerfs allait être liquidée. Ma campagne est bientôt vide".

Gilles, t'inquiète. Rien n'est simple, hélas. Mais nous ne baissons pas la garde.

Et moi, j'ai bien noté ton message. Il est gravé dans chacune de mes cellules.

 

A 12 h20, le 21 septembre 2012, j'étais là.

A 12 h20, le 21 septembre 2012, j'étais là.

Repost 1
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 15:33
Crédit photo: http://fr.123rf.com/photo_10286153_la-hyene-tachetee-egalement-connu-sous-le-nom-de-rire-hyene-est-un-mammifere-carnivore.html

Crédit photo: http://fr.123rf.com/photo_10286153_la-hyene-tachetee-egalement-connu-sous-le-nom-de-rire-hyene-est-un-mammifere-carnivore.html

 

Une contribution de Gilles Marchal

 

Crocuta crocuta

 

Salut les amis, je suis l’hyène. Ah oui je vous entends déjà les sarcastiques : on dit pô l’hyène on dit LA hyène. Gniârf gniârf laissez-moi rire ou plutôt ricaner ; vous ne dites pas que je sache ; le hippopotame, le hameçon, la hygiène de vie ? Alors pourquoi LA hyène ?

- Le hibou dites-vous, hé ben… dites l’hibou ! Mais que vous êtes compliqués les z’humains ! ! ! ! ! ! ! ! !

 

Mon histoire commence il y a 25 millions d’années, à l’époque je ressemblais à une civette, pas genette la civette et je devais peser dans les 2 kg, un chat musqué poid plume. Je vivotais la nuit et me nourrissais d’insectes, d’œufs ; d’oiseaux les jours fastes.

Jusqu’au pléistocène moyen (1 million d’années) j’ai colonisé l’Europe, vous auriez pu me trouver en bas de chez vous ; quelques unes d’entre nous faisaient la taille d’un lion des cavernes (3m50 de long pour près de 300 kg) et croyez-moi, le « roi des animaux » n’en menait pas large lorsque l’on se croisait.

 

Je m’présente : l’Hyène tachetée, le plus grand prédateur d’Afrique et non pas le lion comme je l’entends dire trop souvent. C’est de la faute à ce « La Fontaine » qui nous a causé bien du tort.

 

Mon pelage est de couleur fauve, tacheté de noir. Je trouve ma tête assez sympatique, en revanche je vous déconseille mes ratounes, en particulier ma molaire inférieure et ma prémolaire supérieure. Si vous mettez votre mimine entre mes mâchoires, attendez-vous à une pression de 3 tonnes par cm2, même le crocodile en verse des larmes. Ah ça je ne risque pas de tomber sur un os, aucun ne me résiste.

 

Ma taille est de 70 à 90 cm au garrot pour un poids qui peut atteindre 86 kg. Chez nous la femelle est plus grande que le mâle et c’est elle qui porte… euh...la culotte. La maturité sexuelle se situe vers deux ou trois ans. Après 110 jours de gestation nous fêtons la naissance de 1 à 3 petits d’1,5kg.

En général, la mère et les enfants se portent bien.

 

Côté allure, je reconnais que mon galop n’est pas des plus élégants, mon dos fuyant et mon arrière train, plus bas que mes membres antérieurs, donne l’impression que je boîte, mais ne vous y trompez pas, je suis capable de courir pendant un quart d’heure à 40 km/h avec des pointes à 60 en cas de besoin.

 

Pour la nourriture, j’ai des goûts simples et éclectiques, je suis un carnivore, un charognard mais surtout un chasseur, bien meilleur chasseur que le lion Faut-il que les hommes soient bêtes. De tous les prédateurs de la savane, je suis la seule à réunir sur moi toutes les peurs, tous les fantasmes, on m’associe aux forces du mal, comparée aux démons de la nuit. Ils inventent de drôles de trucs les hommes, c’est quoi un démon de la nuit, ça s’mange ? Moi la nuit, comme je suis nyctalope, je dîne tard et le jour, je fais comme tout le monde, je déjeune mais on ne me livre pas, il faut que j’y aille.

J’oublie de vous dire que l’on nous a longtemps accusées de déterrer les morts, et nous y sommes, voilà l’hyène monstre biblique assoiffée de sang. On m’a même accusée d’être la bête du Gévaudan.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 08:07
Conscience. Quarante ans et l'éternité.

Gilles Marchal avait écrit et enregistré cette chanson en 1973.

Aujourd'hui, 2 septembre 2013, il aurait eu aurait 69 ans.

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 08:33
A GILLOU

Une contribution d'Adrienne

 

 

C’est comme un grand coup sur la tête,
J’ai eu envie de tout casser,
Et j’ai toujours les larmes aux yeux 
Depuis que tu nous as quittés.

 

Toi, Gillou, mon ami, mon frère,
Mon génial historien, mon fabuleux chanteur,
C’est sans prévenir, sans bruit, que tu es parti,
Me laissant à jamais dans la peine et les pleurs….

 

Je ne suis pas la seule à te pleurer aujourd’hui,
A regretter l’humour et la tendresse de notre chanteur historien :
Grâce à toi, je connais maintenant beaucoup d’amis
Qui partagent avec moi ma peine et mon chagrin.

 

J’en connais également qui reste inconsolable,
Pour qui la vie ne sera plus jamais la même,
Et dont la vue d’un châtaigner à l’âge vénérable
Lui rappelle à la fois son amour et sa peine.

 

Gillou, sur ton lit de fleurs, dors en paix.
Nous penserons toujours à notre fabuleux ami,
Jusqu’au jour nous pourrons enfin quitter
Cette Terre, pour te retrouver, à notre tour, au paradis.

 

Adrienne

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.