Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:01
Un petit coin de la forêt de Rambouillet.

Un petit coin de la forêt de Rambouillet.

"C'est l'heure létale. Les animaux nocturnes commencent à bailler, près
de la maison, un blaireau traverse la petite route, la chouette
gueule; enlève ma hulotte ! Les pipistrelles vont se pieuter le ventre
vide. Les poules faisanes sont trempées, leur nid n'est pas assez
protégé, la couvaison au sol c'est pas génial et puis les sangliers
rôdent."

Par une nuit d'avril 2012.

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 08:30

Copie-de-P1010278.JPG

 

Elles sont bien simples, bien humbles, ces fleurs des champs. Un peu la plèbe des fleurs des champs du printemps. Je ne sais quelle impulsion m'a saisie le jeudi 11 avril aux alentours de 12 heures 10 pour les photographier en bordure du fronton de Saint-Just- Ibarre, village dont je quittais l'école pour me rendre à celle d'Ainhice-Mongelos.

A plus de 800 km de là, ce même jour, Gilles montait dans la barque à Caron.

A l'heure où j'écris ces lignes, ses obsèques sont  en train de commencer.

Par l'intermédiaire de ce blog, je lui envoie ces fleurs que je ne peux malheureusement pas aller lui offrir sur place.

Gil, barkatu eta milesker handi handiekin.

Repose en paix, Gilles. Tu l'as certes mérité.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 08:35

P1010276-copie-2.JPG

 

Mercredi dernier, j'étais avec Charlotte d'Anjou, la dame aux ânes ,

!cid 906080405@10042013-1F93

en reconnaissance d'un itinéraire par les collines

en vue du transfert à pied de mes deux pottok, Altxor et Gaztain, de la maison à une lande d'Aincille. Cela se passera le 28 avril prochain, et bien entendu, je vous raconterai en temps voulu.

J'ai photographié le châtaignier ci-dessus. Dit "châtaignier d'Etchebestia", il se situe au carrefour d'Ithalatze, sur la voie romaine au sortir de Saint-Jean-Pied-de-Port. Je me souvenais de ces quelques lignes d'un petit opuscule paru en 1973 "La route des crêtes de Saint-Jean-Pied-de-Port à Roncevaux", oeuvre d'un pharmacien érudit, Jean Etchevers.

"A l'angle des deux chemins, nous admirons un châtaignier au tronc noueux d'une grosseur singulière , 8 m de circonférence. Il est là, depuis longtemps, depuis Saint-Louis peut- être, depuis Henri IV sûrement". Je me rappelais également les paroles de Jean Etchevers racontant, extrapolant sans doute, avec sa faconde habituelle, que les troupes du Maréchal Harispe

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Isidore_Harispe

avaient un jour fait une pause à ce carrefour et que le Maréchal et ses officiers avaient été bien heureux de s'asseoir à l'ombre du grand et majestueux patriarche.

J'ai souvent imaginé qu'un jour mon historien préféré viendrait lui aussi s'asseoir sous cet arbre et admirerait le paysage. Le crabe et la camarde n'en ont pas voulu ainsi.

 

Gilles n'aimait pas trop sa période de chanteur, il disait qu'il n'était pas lui-même à ce moment là, que la seule grande passion de sa vie était l'histoire.

Ce matin, j'ai cherché à savoir s'il existe quelque part une chanson qui évoquerait le paradis des historiens. Je n'en ai pas trouvé. Alors, voilà :

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 16:16

Dans un grand rire malgré la douleur atroce et omniprésente, il disait "Mais ne t'inquiète donc pas comme ça, voyons! Si j'étais mort, je t'aurais prévenue et je te promets que ce sera fait en temps voulu".

Mais il n'a pas tenu son engagement, Gilles.

 

 

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 10:51

même avant de les avoir rencontrés.

 

 

Mort du chanteur Gilles Marchal

Le Monde.fr avec AFP | 12.04.2013 à 18h36 • Mis à jour le 12.04.2013 à 18h50
Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir   Classer   Imprimer   Envoyer

Partager google + linkedin

Pochette d'un des albums de Gilles Marchal. Pochette d'un des albums de Gilles Marchal. | DR

Le chanteur et parolier Gilles Marchal est décédé, jeudi, à l'âge de 69 ans, a indiqué, vendredi 12 avril, la Sacem en rendant hommage à un "excellent compositeur". Il avait adapté, dans les années 1960 et 1970, plusieurs standards américains et travaillé, entre autres, avec Eddy Mitchell et Joe Dassin.

Auteur, compositeur et interprète, il avait été remarqué par Lucien Morisse, alors directeur des programmes à Europe 1. Il avait commencé sa carrière à la fin des années 1960, avec notamment la chanson Ne pleure pas ma mie.

Avec sa voix grave et profonde, il avait incarné, dans un premier temps, un personnage de cow-boy, adaptant en français des standards country-folk comme Pauvre Buddy River, L'étoile filante ou Comme un étranger dans la ville, une adaptation d'Everybody's talkin', la musique du film Macadam Cowboy.

Il s'était détaché progressivement de cette image dans les années 1970 et 1980, avant de mettre un terme à sa carrière de chanteur en 1985 pour se consacrer à sa passion de l'écriture et de l'histoire.

"Gilles Marchal, c'était avant tout une voix superbe, grave chaleureuse et un excellent compositeur qui avait écrit, entre autres, pour Nicoletta, Eddy Mitchell ou Joe Dassin", a souligné le parolier et président d'honneur de la Sacem, Claude Lemesle.

Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir Classer
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 09:34

 

 

 

 

 

Une contribution de Gilles Marchal


Il ne devait pas l'être par ceux qui l'ont affublé du nom de cynhyene, chien sauvage d'Afrique ou de loup peint ( et pourquoi pas Arsene )
Portrait d'une victime de l'ignorance. Le lycaon vit en meute, n'aband onne jamais ni les jeunes ni les individus âgés contrairement à homo sapiens qui laisse ses vieux dans un mouroir aux alouettes. Ce canidé carnivore, à la mâchoire redoutable est injustement accusé de cruauté de férocité, de dévorer ses proies vivantes. C'est en réalité un coureur de fond, capable de tenir 1 heure à la poursuite de son déjeuner et qui se met à table avant même que le gibier soit mort. En cela, il n'est pas pire que nous qui n'hésitons pas à foutre un homard vivant dans l'eau bouillante en sifflotant le kon de la rivière pouaille, ou à nous bâfrer d'huîtres auxquelles il ne manque que la parole.

La caravane ne risque pas de passer car le lycaon n'aboie pas. Il se manifeste par de petits glapissements, un peu comme votre chien lorsque vous rentrez du travail ou du bistrot et qu'il vous pisse sur vos pompes.
Le pelage asymétrique du lycaon laisse à penser que le bon Dieu s'est associé à Guy Roux pour terminer le fond des pots de peinture. Il a une queue blanche ( il n'est pas le seul) et des plaques noires, brunes, jaunes, beiges, toutes différentes d'un individu à l'autre.
Le lycaon possède une extraordinaire " acuité visuelle de l'oreille" ces paraboles rondes lui permettent d'avoir canal + et canal sat sans payer la redevance. En outre son œil de " larynx" est très utile pour repérer les troupeaux. Ce n'est pas un monstre, 80 cm au garrot, une trentaine de kg, de longues pattes et un corps fait pour le marathon. Seul le couple alpha peut se reproduire, ce qui n'est pas rare chez les canidés sociables: ( dholes, loups, chiens viverrins et dingos) un chiot sur cinq atteint la première année. La portée peut être décimée par les lions, les hyènes, mais aussi par les chasseurs, les villageois qui les accusent de s'attaquer à leurs bêtes et même par les Rangers ce qui est un comble.
Le lycaon est vraiment en danger, sa population est passée de 300.000 individus a 3.000 en un siècle.
Les villageois les éleveurs sont en grande partie responsables de son déclin. Leurs chiens sont souvent atteints de la maladie de carré, voire de la rage, leur bétail de l'anthrax et de la maladie du charbon. Il faudrait rendre Obligatoire, le vaccin contre ces affections qui peuvent à tout moment déclencher une catastrophe irréversible.
L'est p´tet pas foutu foutu mon lycaon mais va po bien le pépère.
Si vous en croisez un ce ouikene, ne lui en serrez pas cinq, il n'a que quatre doigts.
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 12:37

  http://farm2.staticflickr.com/1061/5154597534_b87c5dc566_m.jpg

Photo: Richard Cuisset.

 

Une contribution de Gilles Marchal.


On donne tant de conseils divers et variés, à propos du nourrissage de nos piafs régionaux, que l’on peut se demander comment ils peuvent s’y retrouver.

Disséminer les mangeoires pour éviter les bagarres.

Les suspendre à cause des chats.

Ne pas mettre de la nourriture sur le sol, toujours à cause des chats, ni dans la litière du chat à cause du chat (bien qu’il mange rarement dans ses chiottes)

Pas de graisse animale. Changer l’eau, laver la mangeoire à l’eau claire ( ?) et j’en passe…

Ne vous cassez pas la tête et ne vous la prenez pas pour des bêtises. Il y a un code d’occupation d’une mangeoire et où que vous la posiez, ils se voleront dans les plumes. Ces chamailleries sont sans conséquences.

La nourriture sur le sol est sans danger si l’endroit est à découvert. On fait l’apologie de la graine de tournesol ; c’est vrai qu’ils aiment ça les cuicuis, mais vous avez sans doute remarqué que les commerçants aussi. C’est la graine qui coûte le plus cher et le boutiquier a la générosité ornithologique coincée sous le tiroir caisse.

Arrive le printemps. Pour les insectivores cela ne changera rien et ils vous feront une aile d’honneur au passage. Mais pour les autres oiseaux nicheurs, granivores par habitude, il va leur falloir passer au régime protéique, pas pour eux mais pour la famille, c’est que le merdeux bouffe et ne donne pas sa part … au chat, qui attend sagement en bas du nid.

Le problème est qu’il y a de moins en moins d’insectes. On connaît les coupables, non pas les insecticides, fongicides, parricides et autres saloperies mais justement ces mêmes commerçants qui vous ont vendu les graines. Hé oui, dans la série «  sauve les oiseaux en hiver connard, je les tuerai au printemps. » Elles sont armées les radineries, oh pardon ! Les jardineries.

Alors, plus sérieusement, continuez de leur donner un peu de nourriture, les graines pour eux, les chenilles pour les oisillons jusqu’à leur envol, c’est à dire au moment ou le chat ne dormira plus sous le nid.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:31

  417371_116379828514574_513691343_n-copie-1.jpg

 

 

Une contribution de Gilles Marchal.

 

 

Tout le monde sait qu'une labradoresse prénommée Lycka, va être prochainement opérée du cœur, ce qui n'a pas manqué de déchaîner les haines. Les gens sont devenus tels qu'ils ont perdu le plus élémentaire du sens commun.
Cette brave chienne a été mise en chambre double, vous savez bien, toujours la pénurie de lits dans notre pays vertueux. Les médecins avaient cru bien faire, malheureusement la nuit, le personnel est rare.

Ce matin, une aide soignante pénétre dans la chambre... Le voisin de lit de Lycka a disparu. Elle est là, satisfaite se léchant les babines. Eh oui la chienne a bouffé son voisin. Il était atteint d'un cancer de la moelle osseuse et ça, aucun labrador ne peut y résister.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 14:40

 

 

 

 

   Une contribution de Gilles Marchal. 

 

    Cette  idée baroque, qui nous vient d’un maire de la Sarthe, conseille vivement aux ruraux et aux banlieusards d’élever deux poules ; l’intention est assez géniale au premier abord mais il faut en peser le pour et le contre. Le « c’est bon pour la planète ; ça respecte l’environnement ; c’est un acte citoyen » et autres fadaises (d’Étretat) laissons-cela et voyons le côté pragmatique de la chose.

Le ‘pour environnemental.’

         Pourquoi 2 au minimum ? Ce gallinacé est d’instinct grégaire comme beaucoup d’espèces et de ‘races’ ; une seule ne survivrait pas longtemps. L’intérêt de ce mini élevage, peut vous apporter un petit quelque chose. Une poule c’est fascinant, ça a l’air gauche mais c’est adroit, c’est simple à apprivoiser mais attention le phénomène d’imprégnation, connu chez les oiseaux, risque de vous poser quelques problèmes. (lol)

En revanche ; chaque personne jette par an, 200 kgs de nourriture, lesquels vont s’épandre sur des montagnes de déchets et nourrir toute une flopée d’animaux qui n’ont rien à gagner dans ces tas de détritus sinon des maladies.

Habitat : pas besoin de beaucoup de place, si vous pouvez disposer d’un parcours extérieur la journée, 5m carrés fermés leur suffiront pour dormir. Mieux vaut surélever un perchoir et répandre de la paille en dessous.

Pondoir : deux cageots matelassés de paille à 30cm du sol mais à l’abri et dans une semi obscurité pour éviter qu’elles pondent n’importe où.

Propreté : bof, pour deux poules il suffit de changer la paille sous le perchoir et les pondoirs une fois par mois (une petite botte par an suffit (5  à 6 euros)

Petit tuyau : vous pouvez faire du compost avec la paille mélangée aux fientes. Au printemps, ce compost mélangé à de la terre de taupinière et vous aurez des fleurs magnifiques sans aucun besoin d’ajoûts pour gogos.

Nourriture :

Deux poules, c’est une bonne poignée de graines (mélange poules) 2 fois par jour et par nénette coût (20 cmes d’euro/jr) si vous les nourrissez trop, le surplus peut attirer des rongeurs. Toujours leur donner de l’eau propre et vérifier en hiver qu’elle ne gèle pas. En revanche, toute la bouffe que vous aller jeter (restes d’assiettes, pain, légumes d’épluchage, gras de viandes enfin tout) fera la joie de vos poulettes.

Liberté :

Si vous le pouvez, Laissez-les en liberté, elles regagnent leur poulailler chaque soir, vous n’avez plus qu’à le fermer

Résultats : selon la race, 150 à 180 œufs par an et par nénette sur une période de 3 à 4 ans. Renseignez-vous auprès de fermes avicoles. La qualité des oeufs vous laissera sur le cul, tellement vous êtes habitués à manger des  trucs insipides de couleur indéfinissable. J’ai huit poules qui me donnent 30 à 35 œufs par semaine. J’en offre à mes amis et voisins, pour lesquels c’est bien mieux qu’un bouquet. Elles ont un poulailler de 200 m/carrés et d’octobre à mars, elles sont libres.

 

Indignez-vous bon sang !

En batterie, la loi permet 7 à 10 poules au mètre carré (rendez-vous compte c’est horrible) qui ne verront jamais le jour, ‘nourries’ aux farines animales, aux antibiotiques et aux anti-dépresseurs. Ces pauvres bêtes forcées, sont tuées à 83 jrs alors qu’il faut 6 mois pour faire un poulet digne de ce nom et libre. Il leur est impossible d’étendre leurs ailes ni de gratter le sol. Ce sont des tapis roulants par lesquels partent les œufs et les fientes osu le désintérêt de l’égoïsme national.

Autre chose ; les poules sont des animaux vivants, eh oui c’est con on l’oublie souvent ! Et par cette appellation ridicule pour un éleveur, elles sont sensées donner la vie, c’est à dire ; pondre. Par instinct, elle cherche un endroit tranquille, pas si simple dans un mètre carré. Dans les camps, on se chiait dessus.

Enfin quel bonheur ! Arrive la bouffe dégueulasse et honteuse que VOUS INGEREZ. Essayez d’imaginer dans quelle folie et tortures vivent ces animaux. Imaginez le vacarme incessant, le stress de ces bêtes élevées par dizaines de milliers DANS UNE ODEUR épouvantable, une chaleur qu’elles détestent et une lumière dure, digne d’une cellule d’un condamné à mort.

Pensez-y souvent et ne croyez pas ces pubs mensongères. Ces massacreurs, au même titre que ceux qui torturent les bovins et les suidés, participent à la décadence de notre société. Il s’agit de faire le plus de fric possible avec le moindre effort, toujours au préjudice de l’animal Ex ; elevées au maïs… tu parles, le maïs ogm est distribué avec colorants une semaine avant que la bête soit électrocutée.

Oui, mais c’est un job qui contribue à nourrir les Français ! Non, ce sont des gens pourris par un système tyrannique qui détruit le vivant dès la naissance.

Ah oui mais grâce à l’industrialisation du vivant, cela permet aux plus économiquement faibles d’accéder aux protéines à des prix compétitifs et abordables… Eh oui, le système est imparable. U comme Ubu. Leclerc, général de divisions pyramidales. Auchan, une grosse faute d’ortograf. Intermarché ; tout pour sa gueule. Les animaux sont transportés dans des camions et des trains pendant des jours sans boire sans nourriture pour la SEULE raison qu’ils sont moins chers étant vivants à l’arrivée. Ca ressemble beaucoup à certains wagons. On déportait bien des gens, alors des bêtes …

Il y a 60 ans, on partait à bicyclette dans les banlieues pour y trouver de quoi bouffer. Aujourd’hui on va en bagnole bourrer son coffre de toxines. Près de chez vous il existe sûrement quelques bouseux, deux trois cambroussards (pas des verts surtout pas ; bourrés d’opm- organismes politiquement modifiés) qui respectent ce que la nature leur propose. Il y a des marchés, de petits éleveurs têtus et courageux.

 

 

Le contre environnemental.

         Cette idée me semble surtout dirigée vers les citadins venus à la campagne pour des tas de raisons. On se souvient de ces babas, parents des bobos, qui sont partis élever des chèvres dans lou Larzac sous les quolibets des indigènes. On coupait du bois à coups de hasch et on ‘sciait’ à la belle étoile en se torchant avec des feuilles, un festival pour les tiques qui participaient hautement aux impactions fécales. Y’ avait jamais de nuit sans guitares. (Claude Lemesle) La belle époque du ‘peace and love’ devenue rapidement le ‘chaude pisse by love’. C’était bien c’était chouette, chez chevrette.

Aujourd’hui, il y a belle lurette que les agriculteurs vont faire leurs courses dans les hypermarchés et ne s’embarrassent plus d’animaux de ferme. Que voulez-vous ; « L’amour est dans le prix. »

Petits tuyaux : pas la peine d’éjointer vos poulettes, en revanche, pour éviter qu’elles se transforment en carrelet sur le milieu de la route, il suffit de couper l’extrêmité de la rémige secondaire d’une seule aile (indolore) pour la déséquilibrer en vol.

         Le coq ne sert à rien dans le cas d’un mini-élevage. Il n’empêche pas la poule de pondre, il n’est pas là pour ça et de plus il les blesse, parfois gravement, de son éperon et de son 4ème doigt. Il fait les nids, défend ses poules contre certains prédateurs, freux, corbeaux, buses, rats et mustélidés. (le mien, « casse-couilloux » s’est même battu contre un chien)

A noter que notre emblème national devrait nous faire réfléchir quant aux expressions utilisées lorsqu’il s’agit de redorer notre slip kangourou. Il n’y a pas de pénétration chez môssieur, ça frotte ça frotte et ça se dégonfle.

En revanche il peut créer des nuisances. Il ne faut pas oublier qu’un coq ça chante et que nous sommes en France, pays boursoufflé de loi plus imbéciles les unes que les autres. Nombre de procès sont gagnés par des crétins qui considèrent qu’ils n’ont pas quitté la ville pour être dérangés par des chants. Chez moi, village dortoir, une annonce de la mairie demande à ce que les coqs soient mis en sourdine. En revanche aucun problème pour les tondeuses, les engins de tout poil qui vous assourdissent.

Les maladies : ne vous laissez pas décourager par elles. Avec peu de poules et une plume d’espace, elles sont rarement malades. Pour éviter les problèmes l’hygiène est une condition indispensable. Evitez autant que possible, ce que les jardineries vous proposent de chimique ; sur le sol, un berlingot d’eau de javel par mois suffit.

Les parasites comme les mallophages (poux) les poux rouges (les indiens –lol) sont acariens tenaces mais rares sur un petit élevage. La gale déplumante et la gale des pattes surviennent au printemps et en été. Encore une fois ces petites bébêtes ne sont pas fréquents chez deux individus.

Tentez l’expérience : Quand vous partez en vacances, vous trouverez toujours un voisins pour les nourrir et prendre les œufs pour leur consommation. Et surtout, si vous avez des enfants et petits enfants, faites leur ramasser ces œufs ; ils s’en souviendront toute leur vie.

 

Je suis prêt à répondre à toutes vos questions, même à celles qui fâchent. Pourquoi je fais ça ? Bah pour le fric hé hé !

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 16:51

 

577046_452037834840441_925884140_n.jpg

 

 

 

Une contribution de Gilles Marchal.

          

 On ne le sait pas assez mais le bonnet à poils des horses guards de Sa Majesté Elisabeth II, commence à faire méchamment parler de lui. Ce bitos d’une rare élégance et pas le moins du monde ridicule, est fait de poils d’ours. Comme ce régiment de cavalerie se compose de 350 hommes, c’est chaque année  plus de cent plantigrades (ursus americanus) qui payent de leur peau cette tocque grandguignolesque.

         Vous pensez bien que les associations de protection de la faune poussent de hauts cris avec quelques raisons. Stella Mc Cartney, la fifille à sir Paul, a proposé que les bonnets fussent fabriqués en fibre synthétique, ce qui aurait l’avantage de permettre à ces baribals de couler des jours heureux dans les campings canadiens à bouffer des chips.  J’ai moi-même eu l’idée d’affubler les gardes immobiles d’un déboucheur de wc avec, accroché au manche, un petit Union Jack du meilleur effet mais la reine reste inflexible, arc-boutée sur de mauvaises raisons.

         Son inimitable Majesté a tout de même décidé d’adopter un ours ou plutôt une ourse. C’est déjà un geste mais quelle drôle d’idée de l’avoir baptisée Marguerite. Marguerite l’ours noir, il fallait y penser. Sacrée Elisabeth !

Repost 0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.