Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 06:00
Gilles Marchal, le 21 septembre  et la barbarie constitutionnelle

Il y a un an, le vendredi 21 septembre 2012, je quittais l'école de Bunus pour me rendre à celle d'Ainhice Mongelos. Il était environ 12 h20. C'était une journée superbe, lumineuse, chaude, mais c'était également le jour où le Conseil constitutionnel devait rendre son verdict (hélas largement prévisible, vu la composition du dit Conseil) qui déciderait de savoir si la corrida était ou non constitutionnelle dans l'Hexagone.

 

Le téléphone portable que j'avais depuis quelques mois et que je n'ai plus, a sonné. J'ai entendu la voix de Gilles" Voilà, ça y est! La barbarie est constitutionnelle en France. Je suis dégoûté!".

 

Et le soir, je recevais ce courriel:

"Tu sais, je suis déçu par cette victoire sans pudeur des corrideurs. Il te faut du courage. Moi, j'aurais baissé les bras.

La chasse commence demain, je vais voir ces sales bâtards monter la rue et tirer des faisans d'élevage. Des tueurs de poules.

J'ai appris qu'une harde de cerfs allait être liquidée. Ma campagne est bientôt vide".

Gilles, t'inquiète. Rien n'est simple, hélas. Mais nous ne baissons pas la garde.

Et moi, j'ai bien noté ton message. Il est gravé dans chacune de mes cellules.

 

A 12 h20, le 21 septembre 2012, j'étais là.

A 12 h20, le 21 septembre 2012, j'étais là.

Repost 1
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 15:33
Crédit photo: http://fr.123rf.com/photo_10286153_la-hyene-tachetee-egalement-connu-sous-le-nom-de-rire-hyene-est-un-mammifere-carnivore.html

Crédit photo: http://fr.123rf.com/photo_10286153_la-hyene-tachetee-egalement-connu-sous-le-nom-de-rire-hyene-est-un-mammifere-carnivore.html

 

Une contribution de Gilles Marchal

 

Crocuta crocuta

 

Salut les amis, je suis l’hyène. Ah oui je vous entends déjà les sarcastiques : on dit pô l’hyène on dit LA hyène. Gniârf gniârf laissez-moi rire ou plutôt ricaner ; vous ne dites pas que je sache ; le hippopotame, le hameçon, la hygiène de vie ? Alors pourquoi LA hyène ?

- Le hibou dites-vous, hé ben… dites l’hibou ! Mais que vous êtes compliqués les z’humains ! ! ! ! ! ! ! ! !

 

Mon histoire commence il y a 25 millions d’années, à l’époque je ressemblais à une civette, pas genette la civette et je devais peser dans les 2 kg, un chat musqué poid plume. Je vivotais la nuit et me nourrissais d’insectes, d’œufs ; d’oiseaux les jours fastes.

Jusqu’au pléistocène moyen (1 million d’années) j’ai colonisé l’Europe, vous auriez pu me trouver en bas de chez vous ; quelques unes d’entre nous faisaient la taille d’un lion des cavernes (3m50 de long pour près de 300 kg) et croyez-moi, le « roi des animaux » n’en menait pas large lorsque l’on se croisait.

 

Je m’présente : l’Hyène tachetée, le plus grand prédateur d’Afrique et non pas le lion comme je l’entends dire trop souvent. C’est de la faute à ce « La Fontaine » qui nous a causé bien du tort.

 

Mon pelage est de couleur fauve, tacheté de noir. Je trouve ma tête assez sympatique, en revanche je vous déconseille mes ratounes, en particulier ma molaire inférieure et ma prémolaire supérieure. Si vous mettez votre mimine entre mes mâchoires, attendez-vous à une pression de 3 tonnes par cm2, même le crocodile en verse des larmes. Ah ça je ne risque pas de tomber sur un os, aucun ne me résiste.

 

Ma taille est de 70 à 90 cm au garrot pour un poids qui peut atteindre 86 kg. Chez nous la femelle est plus grande que le mâle et c’est elle qui porte… euh...la culotte. La maturité sexuelle se situe vers deux ou trois ans. Après 110 jours de gestation nous fêtons la naissance de 1 à 3 petits d’1,5kg.

En général, la mère et les enfants se portent bien.

 

Côté allure, je reconnais que mon galop n’est pas des plus élégants, mon dos fuyant et mon arrière train, plus bas que mes membres antérieurs, donne l’impression que je boîte, mais ne vous y trompez pas, je suis capable de courir pendant un quart d’heure à 40 km/h avec des pointes à 60 en cas de besoin.

 

Pour la nourriture, j’ai des goûts simples et éclectiques, je suis un carnivore, un charognard mais surtout un chasseur, bien meilleur chasseur que le lion Faut-il que les hommes soient bêtes. De tous les prédateurs de la savane, je suis la seule à réunir sur moi toutes les peurs, tous les fantasmes, on m’associe aux forces du mal, comparée aux démons de la nuit. Ils inventent de drôles de trucs les hommes, c’est quoi un démon de la nuit, ça s’mange ? Moi la nuit, comme je suis nyctalope, je dîne tard et le jour, je fais comme tout le monde, je déjeune mais on ne me livre pas, il faut que j’y aille.

J’oublie de vous dire que l’on nous a longtemps accusées de déterrer les morts, et nous y sommes, voilà l’hyène monstre biblique assoiffée de sang. On m’a même accusée d’être la bête du Gévaudan.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 08:07
Conscience. Quarante ans et l'éternité.

Gilles Marchal avait écrit et enregistré cette chanson en 1973.

Aujourd'hui, 2 septembre 2013, il aurait eu aurait 69 ans.

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 08:33
A GILLOU

Une contribution d'Adrienne

 

 

C’est comme un grand coup sur la tête,
J’ai eu envie de tout casser,
Et j’ai toujours les larmes aux yeux 
Depuis que tu nous as quittés.

 

Toi, Gillou, mon ami, mon frère,
Mon génial historien, mon fabuleux chanteur,
C’est sans prévenir, sans bruit, que tu es parti,
Me laissant à jamais dans la peine et les pleurs….

 

Je ne suis pas la seule à te pleurer aujourd’hui,
A regretter l’humour et la tendresse de notre chanteur historien :
Grâce à toi, je connais maintenant beaucoup d’amis
Qui partagent avec moi ma peine et mon chagrin.

 

J’en connais également qui reste inconsolable,
Pour qui la vie ne sera plus jamais la même,
Et dont la vue d’un châtaigner à l’âge vénérable
Lui rappelle à la fois son amour et sa peine.

 

Gillou, sur ton lit de fleurs, dors en paix.
Nous penserons toujours à notre fabuleux ami,
Jusqu’au jour nous pourrons enfin quitter
Cette Terre, pour te retrouver, à notre tour, au paradis.

 

Adrienne

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:01
Un petit coin de la forêt de Rambouillet.

Un petit coin de la forêt de Rambouillet.

"C'est l'heure létale. Les animaux nocturnes commencent à bailler, près
de la maison, un blaireau traverse la petite route, la chouette
gueule; enlève ma hulotte ! Les pipistrelles vont se pieuter le ventre
vide. Les poules faisanes sont trempées, leur nid n'est pas assez
protégé, la couvaison au sol c'est pas génial et puis les sangliers
rôdent."

Par une nuit d'avril 2012.

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 08:30

Copie-de-P1010278.JPG

 

Elles sont bien simples, bien humbles, ces fleurs des champs. Un peu la plèbe des fleurs des champs du printemps. Je ne sais quelle impulsion m'a saisie le jeudi 11 avril aux alentours de 12 heures 10 pour les photographier en bordure du fronton de Saint-Just- Ibarre, village dont je quittais l'école pour me rendre à celle d'Ainhice-Mongelos.

A plus de 800 km de là, ce même jour, Gilles montait dans la barque à Caron.

A l'heure où j'écris ces lignes, ses obsèques sont  en train de commencer.

Par l'intermédiaire de ce blog, je lui envoie ces fleurs que je ne peux malheureusement pas aller lui offrir sur place.

Gil, barkatu eta milesker handi handiekin.

Repose en paix, Gilles. Tu l'as certes mérité.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 08:35

P1010276-copie-2.JPG

 

Mercredi dernier, j'étais avec Charlotte d'Anjou, la dame aux ânes ,

!cid 906080405@10042013-1F93

en reconnaissance d'un itinéraire par les collines

en vue du transfert à pied de mes deux pottok, Altxor et Gaztain, de la maison à une lande d'Aincille. Cela se passera le 28 avril prochain, et bien entendu, je vous raconterai en temps voulu.

J'ai photographié le châtaignier ci-dessus. Dit "châtaignier d'Etchebestia", il se situe au carrefour d'Ithalatze, sur la voie romaine au sortir de Saint-Jean-Pied-de-Port. Je me souvenais de ces quelques lignes d'un petit opuscule paru en 1973 "La route des crêtes de Saint-Jean-Pied-de-Port à Roncevaux", oeuvre d'un pharmacien érudit, Jean Etchevers.

"A l'angle des deux chemins, nous admirons un châtaignier au tronc noueux d'une grosseur singulière , 8 m de circonférence. Il est là, depuis longtemps, depuis Saint-Louis peut- être, depuis Henri IV sûrement". Je me rappelais également les paroles de Jean Etchevers racontant, extrapolant sans doute, avec sa faconde habituelle, que les troupes du Maréchal Harispe

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Isidore_Harispe

avaient un jour fait une pause à ce carrefour et que le Maréchal et ses officiers avaient été bien heureux de s'asseoir à l'ombre du grand et majestueux patriarche.

J'ai souvent imaginé qu'un jour mon historien préféré viendrait lui aussi s'asseoir sous cet arbre et admirerait le paysage. Le crabe et la camarde n'en ont pas voulu ainsi.

 

Gilles n'aimait pas trop sa période de chanteur, il disait qu'il n'était pas lui-même à ce moment là, que la seule grande passion de sa vie était l'histoire.

Ce matin, j'ai cherché à savoir s'il existe quelque part une chanson qui évoquerait le paradis des historiens. Je n'en ai pas trouvé. Alors, voilà :

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 16:16

Dans un grand rire malgré la douleur atroce et omniprésente, il disait "Mais ne t'inquiète donc pas comme ça, voyons! Si j'étais mort, je t'aurais prévenue et je te promets que ce sera fait en temps voulu".

Mais il n'a pas tenu son engagement, Gilles.

 

 

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 10:51

même avant de les avoir rencontrés.

 

 

Mort du chanteur Gilles Marchal

Le Monde.fr avec AFP | 12.04.2013 à 18h36 • Mis à jour le 12.04.2013 à 18h50
Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir   Classer   Imprimer   Envoyer

Partager google + linkedin

Pochette d'un des albums de Gilles Marchal. Pochette d'un des albums de Gilles Marchal. | DR

Le chanteur et parolier Gilles Marchal est décédé, jeudi, à l'âge de 69 ans, a indiqué, vendredi 12 avril, la Sacem en rendant hommage à un "excellent compositeur". Il avait adapté, dans les années 1960 et 1970, plusieurs standards américains et travaillé, entre autres, avec Eddy Mitchell et Joe Dassin.

Auteur, compositeur et interprète, il avait été remarqué par Lucien Morisse, alors directeur des programmes à Europe 1. Il avait commencé sa carrière à la fin des années 1960, avec notamment la chanson Ne pleure pas ma mie.

Avec sa voix grave et profonde, il avait incarné, dans un premier temps, un personnage de cow-boy, adaptant en français des standards country-folk comme Pauvre Buddy River, L'étoile filante ou Comme un étranger dans la ville, une adaptation d'Everybody's talkin', la musique du film Macadam Cowboy.

Il s'était détaché progressivement de cette image dans les années 1970 et 1980, avant de mettre un terme à sa carrière de chanteur en 1985 pour se consacrer à sa passion de l'écriture et de l'histoire.

"Gilles Marchal, c'était avant tout une voix superbe, grave chaleureuse et un excellent compositeur qui avait écrit, entre autres, pour Nicoletta, Eddy Mitchell ou Joe Dassin", a souligné le parolier et président d'honneur de la Sacem, Claude Lemesle.

Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir Classer
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 09:34

 

 

 

 

 

Une contribution de Gilles Marchal


Il ne devait pas l'être par ceux qui l'ont affublé du nom de cynhyene, chien sauvage d'Afrique ou de loup peint ( et pourquoi pas Arsene )
Portrait d'une victime de l'ignorance. Le lycaon vit en meute, n'aband onne jamais ni les jeunes ni les individus âgés contrairement à homo sapiens qui laisse ses vieux dans un mouroir aux alouettes. Ce canidé carnivore, à la mâchoire redoutable est injustement accusé de cruauté de férocité, de dévorer ses proies vivantes. C'est en réalité un coureur de fond, capable de tenir 1 heure à la poursuite de son déjeuner et qui se met à table avant même que le gibier soit mort. En cela, il n'est pas pire que nous qui n'hésitons pas à foutre un homard vivant dans l'eau bouillante en sifflotant le kon de la rivière pouaille, ou à nous bâfrer d'huîtres auxquelles il ne manque que la parole.

La caravane ne risque pas de passer car le lycaon n'aboie pas. Il se manifeste par de petits glapissements, un peu comme votre chien lorsque vous rentrez du travail ou du bistrot et qu'il vous pisse sur vos pompes.
Le pelage asymétrique du lycaon laisse à penser que le bon Dieu s'est associé à Guy Roux pour terminer le fond des pots de peinture. Il a une queue blanche ( il n'est pas le seul) et des plaques noires, brunes, jaunes, beiges, toutes différentes d'un individu à l'autre.
Le lycaon possède une extraordinaire " acuité visuelle de l'oreille" ces paraboles rondes lui permettent d'avoir canal + et canal sat sans payer la redevance. En outre son œil de " larynx" est très utile pour repérer les troupeaux. Ce n'est pas un monstre, 80 cm au garrot, une trentaine de kg, de longues pattes et un corps fait pour le marathon. Seul le couple alpha peut se reproduire, ce qui n'est pas rare chez les canidés sociables: ( dholes, loups, chiens viverrins et dingos) un chiot sur cinq atteint la première année. La portée peut être décimée par les lions, les hyènes, mais aussi par les chasseurs, les villageois qui les accusent de s'attaquer à leurs bêtes et même par les Rangers ce qui est un comble.
Le lycaon est vraiment en danger, sa population est passée de 300.000 individus a 3.000 en un siècle.
Les villageois les éleveurs sont en grande partie responsables de son déclin. Leurs chiens sont souvent atteints de la maladie de carré, voire de la rage, leur bétail de l'anthrax et de la maladie du charbon. Il faudrait rendre Obligatoire, le vaccin contre ces affections qui peuvent à tout moment déclencher une catastrophe irréversible.
L'est p´tet pas foutu foutu mon lycaon mais va po bien le pépère.
Si vous en croisez un ce ouikene, ne lui en serrez pas cinq, il n'a que quatre doigts.
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Gilles Marchal
commenter cet article

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.