Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 17:39

Une contribution de Daniel Labeyrie

« Ce matin-là ouvrant la porte du monde
Il vit tous les peuples rassemblés sur le perron
Avec leur turban et leur chapeau
Avec leur chèche et leur bandeau
Et là-dessus planait la conscience universelle bleue »

    Adieu l’ami… Adieu frère des étoiles, des galaxies, frère de la beauté et de la tendresse. De lourdes épreuves jamais n’altérèrent la non-violence et la douceur qui t’habitaient durablement.
 Voilà, t’as fini de labourer ton champ, t’as reboisé nos jardins intérieurs, pendant si longtemps que l’on aurait cru que l’inlassable jardinier continuerait encore à apaiser nos peines et nos chagrins.
    Comme tu le disais, les êtres humains sont des chefs-d’œuvre en péril et l’âme humaine, fragile comme le cristal, reçoit tant de coups de boutoir que l’on se demande si la fleur d’espérance pourra éclore dans les décennies avenir.
    Nous sommes nombreux à nous être lovés dans ton petit royaume où la poésie brûlait de mille feux, afin d’échapper à la fureur de notre temps, pour glaner ce qu’il faut d’humanité et poursuivre la route vaille que vaille.
    Julos des jardins, des forêts, des oiseaux, des tours, des temples, des pagodes post-industrielles, Julos des pulls arc-en-ciel, Julos distilleur de ballades fraternelles… Très cher Julos, si tu savais comme profonde est notre peine…
    « L’ici-bas n’est pas notre vraie maison » disais-tu, notre demeure invisible se promène au-delà de la matière, dans le vide de l’espace, dans le mystère des galaxies où tu navigues, libéré de la pesanteur terrestre.
     Julos, les mots me manquent, je préfère te donner la parole dans un ultime conseil, précieux viatique pour les rescapés que nous sommes.
« Ma sœur, mon frère, soigne ton corps afin qu’il te conduise au plus loin qu’il en est possible au bout de cette galaxie que tu es sans le savoir - Ô ignare mortellement ignorant du sens du courant de ton fleuve intérieur. »

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Nous égrenons les noms de ceux que nous aimons au fil des ans, tristement impuissants, en attendant d'y rajouter le nôtre... Merci Daniel.
Répondre
L
Julos, depuis tant d’années ensemble, c’est la première fois que tu me fais de la peine.
Répondre
P
À vous autres, mes amis de l’ici-bas, face à ce qui m’arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu’un histrion, qu’un batteur de planches, qu’un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd’hui : Je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers.
Julos
Répondre
Z
Au revoir Julos . Merci pour tout ce que tu as semé dans nos vies.
Répondre

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.