Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 16:27
2 =1 Théorie de l'infinité partielle et irréversible

 2=1><1=2 Deux égal Un ou Théorie de l'infinité partielle et inversible c'est aussi la fluidité géométrique de l'univers dont les frontières intemporelles se caractérisent par la tolérance multiforme , contenant autant qu'elle sont contenues , elles sont synthèses de toutes les représentations possibles , impossibles , imaginables , imaginées , "inimaginaires" par les êtres pensants mais pas seulement de ce qui peut ou ne peut pas être. Ainsi le Multivers se conjugue à l'impermanente permanence du mouvement infini , partiel et inversible. Le Point Est ligne et la ligne n'est Point.

Un livre de Cyril Duclos; 130 pages 25 euros

A commander à : Cyril Duclos 2 route de Valence 32410 Beaucaire

France

Et comment ne pas partager avec vous l'hommage ci-dessous, qui s'envole vers notre ami Luc Romann? Leila Duclos et son papa, Cyril.

Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 15:52

Merci Cyril et Leïla!

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Luc Romann
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 16:00
Avec toi, grand cerf

A mon grand-père que je n'ai pas connu mais qui observait le brame, de nuit, dans les forêts de l'Oise. A mon papa qui, dans son enfance, l'a accompagné à plusieurs reprises et qui en a gardé l'amour de la nature et des animaux vivants et libres. A Luc Romann et à Gilles Marchal.

Repost 0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 09:00
Il y a huit ans, au coeur d'une nuit d'été, quelque part en Pays Basque.

Il y a huit ans, au coeur d'une nuit d'été, quelque part en Pays Basque.

A toi, Romann, qui choyais les araignées et les orties ainsi que les chardons et les grandes cardères, bêtes noires de l'agriculture industrielle et chimique et des jardiniers proprets et maniaques mais qui font la joie des chardonnerets.

A toi qui éloignais de la maison les souris, les limaces du potager, mais jamais ne les tuais.

"A la vie", comme tu disais.

 

Les grandes cardères de La Braoze.

Les grandes cardères de La Braoze.


 

J'aime l'araignée

J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,
Parce qu'on les hait ;
Et que rien n'exauce et que tout châtie
Leur morne souhait ;

Parce qu'elles sont maudites, chétives,
Noirs êtres rampants ;
Parce qu'elles sont les tristes captives
De leur guet-apens ;

Parce qu'elles sont prises dans leur oeuvre ;
Ô sort ! fatals noeuds !
Parce que l'ortie est une couleuvre,
L'araignée un gueux;

Parce qu'elles ont l'ombre des abîmes,
Parce qu'on les fuit,
Parce qu'elles sont toutes deux victimes
De la sombre nuit...


Passants, faites grâce à la plante obscure,
Au pauvre animal.
Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
Oh ! plaignez le mal !

Il n'est rien qui n'ait sa mélancolie ;
Tout veut un baiser.
Dans leur fauve horreur, pour peu qu'on oublie
De les écraser,

Pour peu qu'on leur jette un oeil moins superbe,
Tout bas, loin du jour,
La vilaine bête et la mauvaise herbe
Murmurent : Amour !

Il y a un an aujourd'hui, Luc Romann---
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Luc Romann
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 18:36
&quot;Aidez-les&quot;, chantait Luc Romann.

L'histoire du grand Orme de La Braoze, à l'origine de cette chanson, est racontée dans ce blog.

Voir lien ci-dessous.

 

Repost 0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 11:50
Rondeau de l'hirondelle

Une contribution de Daniel Labeyrie.

 

à la mémoire de Luc ROMANN

 

 

 

Où es-tu passée belle hirondelle ?

Sur les charrettes plus de ridelles

Dans le ciel plus de trace de tes ailes

 Comme est pesant le silence des cieux

 

 

 

Le printemps résonne en chant d'adieu

La saison prend un coup de vieux

Même l'abeille ne fait plus la belle

Sous les yeux las de la cicindèle

 

 

L'azur s'ennuage oubliant son bleu

Nous n'osons plus lever les yeux

Que reviennent tes frôlements d'ailes

Où es-tu passée belle hirondelle ?

 

 

 

 

Repost 0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 11:32
Une hirondelle de cheminée à Uhaldia. Photo Laurence Goyeneche.

Une hirondelle de cheminée à Uhaldia. Photo Laurence Goyeneche.

Oh, Romann, si tu savais! Cette année, même ici, elles sont absentes, ces hirondelles que tu regrettais tant et tant à la Braoze ! L'abominable printemps de l'an dernier a achevé le sale travail des pesticides.  Nous avons tellement déconné, tous! Pardon à vous les hirondelles.

Et toi, t’inquiète. On continue le combat. On va juste essayer d’être, dans ce combat, un peu plus intelligent que jusqu’à ce jour. Je dis bien essayer---

Laurence Goyheneche, soigneuse au Centre Hegalaldia et que tu avais baptisée Laurence des Oiseaux, vient de m'envoyer les quelques conseils ci-dessous. Je t'imagine heureux de voir que ta chanson de 1965 puisse venir en aide aux hirondelles survivantes en 2014.

Important :

Toutes les espèces d’hirondelles sont protégées par la loi => interdiction de détruire les individus, les œufs, les nids, sinon sanction (jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 9000€ d’amende)

Causes de disparition :

-mauvaises conditions météo sur les sites d’hivernage = cause naturelle

-dégradation de l’habitat :

-ex pour hirondelle rustique, disparition bâtiments « ouverts » des granges, etc.

- ex hirondelles de fenêtre et de rocher surtout, mais aussi rustiques : destruction plus ou moins intentionnelles des nids soit parce qu’ils dérangent (salissures, etc.) soit lors de réfections des bâtiments

-agriculture intensive (pesticides) => diminution du nombre d’insectes,

 

Solutions :

-mettre des planchettes sous les nids pour éviter salissures et chutes des petits,

-effectuer les travaux de rénovation entre septembre et mars (en dehors de la période de reproduction qui a lieu entre avril et août),

-dans des zones où elles nichent déjà ou bien qui semblent favorables :

- favoriser l’accès aux matériaux de construction en créant par ex des flaques de boue,

-pose de nichoirs (en vente dans les jardineries, sur internet),

-favoriser l’accès à l’intérieur de sites favorables comme les granges ou vieux garages pour les H. rustiques entre autre (petite ouverture dans la porte par ex),

-compenser la perte des nids lors de travaux de rénovation par la pose de nichoirs.

Hirondelle blessée ou orpheline :

-ne pas jouer aux apprentis soigneurs (détention interdite et souvent néfaste à l’animal),

-ne rien lui donner à manger,

-la mettre dans un petit carton percé de petits trous avec une serviette éponge ou autre tissu au fond pour absorber les fientes et éviter qu’elle ne glisse,

-mettre une bouillotte (tiède) ou autre source de chaleur (bouteille plastiques remplie d’eau tiède) au fond du carton,

-surtout éviter le coton comme litière car les petits filaments peuvent être inhalés,

-contacter le plus rapidement possible le centre de sauvegarde le plus proche qui vous informera sur la conduite à tenir.

 

 

 

 

Repost 0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 18:12
Clin d'oeil à Romann de celle qu'il avait baptisée "Laurence des oiseaux".

Clin d'oeil à Romann de celle qu'il avait baptisée "Laurence des oiseaux".

Quelques plumes dans le vent

 

à la mémoire de Luc Romann

 

       Quelques plumes dans le vent, volent souples et légères de vallons en vallées dans le vent doux de l'hiver. Un soleil tiède les caresse comme l'aile du printemps caresse les oisillons dans leur nid.

       La vieille demeure les regarde passer : les pierres séculaires de ses murs aimeraient bien les accompagner dans ce voyage au delà du temps.

         Au jardin, trois roses rouges, rescapées des frimas, offrent leurs pétales fripés à ce ballet aérien comme si l'artiste au cœur sensible harmonisait les quatre éléments.

       La chouette de la remise, posée sur une carriole d'un autre âge, cligne des yeux dans la lumière du jour tout en se lissant le plumage; elle aimait, lorsque la lune s'éveillait, écouter les bruits rassurants de la maison. Les soirs d'été, lorsque les grillons accordaient leurs violons, elle écoutait, attentive, des notes de guitare d'où s'envolaient des mots qui parlaient de la beauté des choses, de la fragilité de la vie et des merveilles du monde.

 

         Les chats n'ont pas trop le goût à ronronner mais une dame de passage leur offre discrètement une jolie portion de tendresse.

         Les poules caquètent dans l'herbe perlée de rosée, se réfugient sous l'auvent lorsque le vol d'un milan trace une ombre sur les murs de la maison.

         Les étourneaux, d'habitude effrontés, laissent respectueusement, évoluer cet inhabituel essor de pennes au-dessus des collines d'Armagnac.

 

         Je nous revois, il y a deux étés partageant l'omelette et l'amitié : dehors l'orage grondait puis une pluie bienfaitrice s'abattit sur le paysage, pluie attendue depuis des semaines et reçue comme une bénédiction. Les éclairs s'amusaient à déclencher de retentissants coups de tonnerre : en vérité, la terre et le ciel s'entendent à merveille disais-tu .

         Quand Jupiter poursuivit sa route vers le nord, tu pris ta guitare et quelques ballades inédites s'invitèrent dans la cuisine : le bonheur était là, palpable, fugitif...

 

         Quelques plumes dans le vent, quelques plumes dans le soleil couchant, comme une âme envolée qui s'amuse à nous envoyer des signes de vie et d'éternité.

 

Daniel LABEYRIE

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Luc Romann
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 18:06
Luc Romann: écoutez, vous allez voir.

Je ne sais pas vous. Moi, les chansons de Luc Romann, je les ai toujours perçues comme des tableaux. Et avec, en plus, les parfums! Peut-être est-ce tout simplement ça que l'on appelle la poésie, qui n'exclut ni la colère ni la révolte.

Ecoutez, inspirez,  vous allez voir, vous allez sentir, vous allez vivre.

Merci, Romann! Nous t'aimons. Sans doute ne te l'avons-nous pas assez dit de ton vivant.

 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Luc Romann
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 16:31
Luc Romann

Une contribution de Daniel Labeyrie

 

N'avons-nous fait que rêver ?

 

Tes refrains, l'ami, courent dans notre tête... du galop des chevaux au petites roulottes qui cahotent dans la douceur du soir... N'as-tu fait que rêver, l'artiste, lorsque petit enfant du déambulais à Paris rue du Faubourg du Temple entre les étals des marchands de quatre saisons, gamin en quête de ta chère liberté !

 

Le ciel, tu l'avais dans la tête, ciel peuplé d'oiseaux libres comme le vent et la terre collait à tes basques, cette terre du Gers argileuse et ingrate où tu plantas quelques bouquets d'arbres autour de ta maison.

 

Tu pleuras la chute des grands ormes protecteurs mais ton jardin savait accueillir les herbes folles où batifolaient tes chats et tes poules. Les canards cancanaient à leur aise dans leur mare et toi tu regardais les saisons de la vie avec cette innocence d'enfant espiègle.

 

Ta carrière emprunta des chemins de traverse où les ronciers, bien souvent t'éraflèrent le cœur mais, chez toi, le prix de la liberté ne se monnayait pas en compromissions futiles.

Heureux, comblés, nous le fûmes de t'accueillir dans nos granges et nos maisons de campagne... Tes chansons résonnaient en échos sur le revers de nos âmes... Oui, tous ces couplets ciselés de main de maître nous habitent, nous enchantent...

Le colibri n'aurait jamais pris son envol si tu ne l'avais pas posé délicatement dans ta main avant de le lâcher un soir de juin alors que la lune se hissait au-dessus des platanes pour assister à ce moment magique.

 

Aujourd'hui, il fait gris dans nos têtes, aujourd'hui il y a du crachin dans nos yeux, il y a comme de la désespérance « dans un coin de nos ciels bleus » mais comme tu le chantais , « il y a de l'amour qui nous attend, il y a des lunes en roses et des soleils en coquelicots »...

 

Oui, Romann, chante sur le terreau de nos chagrins, de nos mélancolies, de nos vagues-à-l'âme... Lai lai lai...Lai lai Lai..

 

Daniel LABEYRIE

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Luc Romann
commenter cet article

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.