Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 16:53
Le feu au lac, c'est pour quand?

Début avril, je suis allée marcher dans la montagnette, tout près de chez moi.

Je suis rentrée avec des habits noirs jusqu'aux genoux malgré les gros efforts faits pour éviter les endroits qui n'avaient pas été atteints par des feux pastoraux. Mission impossible, tout était brûlé, partout.

J'ai rapporté quelques photos, sinistres. Plus d'arbres, si ce ne sont quelques moignons brûlés et brûlés de nouveau chaque année, le sol dénudé encore un mois, voire deux pour certains endroits après le passage du feu (heureusement qu'il pleut beaucoup moins cette année!). Les premières plantes à montrer le bout de leur nez, courageusement : les ronces. Bizarre, ce sont surtout elles que ces feux guerriers  sont censés faire disparaître. Cherchez l'erreur.

Les seuls endroits où j'ai trouvé encore un petit peu de vie, quelques arbres, deux ou trois arbustes, quelques fleurs de printemps : les ruines d'une vieille borde d'où j'ai levé deux perdrix à qui j'ai rendu leur abri en me sauvant bien vite, et une bande d'environ 1 mètre-1 mètre 50, le long de quelques talwegs où s'écoulent un mince filet d'eau, quelque source.

La prière que j'ai prononcée de retour à la maison : que jamais, mais vraiment jamais, personne ne trouve le moyen de mettre le feu à l'eau!

Je vous donne de nouveau l'adresse courriel pour contacter le collectif Halte aux feux : suaski@laposte.net

Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?
Le feu au lac, c'est pour quand?

Ci-dessus: surtout, ne pas oublier de brûler aussi les clôtures ---

Le feu au lac, c'est pour quand?

Ces arbres qui veulent vivre, quand-même, quelle prétention, hein?

 

Le feu au lac, c'est pour quand?

Ces feux de malheur, on nous dit qu'ils ont toujours existé. Nous, nous répondons que peut-être mais que ce n'est pas forcément une bonne raison. Et surtout que cela ne fait que quelques décennies qu'ils sont pratiqués à cette échelle et à cette fréquence. Cet instrument de fenaison, photographié près des Bordes d'Harriague, est là pour nous rappeler un temps pas si lointain où l'on faisait les foins en basse et moyenne montagne et où les incendiaires n'auraient pas été bien accueillis.

Le feu au lac, c'est pour quand?

Ci-dessus, petit oasis d'espoir. Il semblerait que quelqu'un, ici, se soit rendu compte que, comme nos ancêtres le savaient, eux, les animaux d'élevage ont parfois besoin d'ombre. Et autour de ce corral de maintien et de traite, voici la joie de voir pousser quelques arbres, manifestement plantés de main d'homme ( ou de femme, d'ailleurs). Souriez si vous voulez, mais j'y suis allée de ma petite larme.

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Ecobuages,mendiko suak
commenter cet article
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 17:37

Herria astekarian 2017ko martxoaren 23a

Mendiko suak? Ez, eskerrik asko!
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Ecobuages,mendiko suak
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 17:07
Il existe plusieurs façons de déclarer sa flamme.

La lettre ci-dessus n'a, à ce jour, pas encore reçu de réponse.

On y lit clairement que ces incendies de montagne dont les auteurs se drapent dans le sacro-saint statut de bergers ou d'éleveurs, cachent bien souvent une simple perversion de pyromanes.

Quoiqu'il en soit, il y a plus qu'urgence à agir et un travail colossal à accomplir pour le Collectif "Su aski Halte aux feux!" dont je vous rappelle l'adresse : suaski@laposte.net

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Ecobuages,mendiko suak
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:16
L'heure de la responsabilité. Arduraren tenorea.

Photo ci-dessus : Richard Cuisset

Manex Lanatua, Garaziko erlezain, Irulegiko irratian, 2017ko martxoan.
"Su aski" kolektiboa sortu da.

Manex Lanatua, apiculteur, sur les ondes de Radio Irulegi, en mars 2017.

" Afin d'éviter le profond marécage des condamnations et des anathèmes j'ai voulu mon discours pédagogique .Ainsi déployant mes ailes j'étais en terrain sec ,plus " lumineux ".
Je n'ai pas élaboré un cahier de méthodes d'écobuages .Je n'ai pas non plus répondu a la question " A qui est la montagne ? " (brefs locataires de la terre ou ses possédants eternels? Deux visions du monde et significative pollution mentale ).

Les thèmes de la réflexion :...responsabilité' personnelle et responsabilité collective .

Si tout est libre sur le plan personnel ,des lors que les actes posés ont une répercussion collective, quelle est la prise de conscience qui doit précéder et accompagner la " banalité' " d'une allumette que l'on gratte," l'insignifiance "d'un fusil que l'on promène .le doux murmure d'un pulvérisateur a pesticides que l'on "inaugure ",l'enfouissement " oublieux "de déchets nucléaires que l'on enterre ?

L'acte à court terme et ses conséquences sur le temps long, ou comment nous avons déjà détruit l'avenir de nos enfants que pourtant ( bonne conscience oblige ) nous aimons tant .

Ravinement des montagnes, appauvrissement des terres ,déboisement, suppression des haies, goudronnage des cours de maisons et du jamais vu, les inondations il y a deux ans .

Faut il s'en étonner ?

Tout est lié,rien n'est le fruit du hasard."

Manex .

Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 13:09

Ce courrier a été adressé à

Madame Seguin, sous-préfète de Bayonne

Monsieur Jean-Jacques Lasserre, Président du Conseil Général des Pyrénées Atlantiques

Monsieur Jean René Etchegaray, Président de la Communauté d'Agglomération Pays Basque

Halte aux feux interpelle les pouvoirs publics.
Halte aux feux interpelle les pouvoirs publics.
Halte aux feux interpelle les pouvoirs publics.
Halte aux feux interpelle les pouvoirs publics.
Halte aux feux interpelle les pouvoirs publics.
Halte aux feux interpelle les pouvoirs publics.
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Ecobuages,mendiko suak
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 09:09
Particules fines AOC Pyrénées Pays basque

Ci-dessus, l'un des nombreux jours de  pics de pollution par les particules fines dans nos montagnes où l'air est censé être pur. C'était le 19 février dernier.

Ci-dessous :
 
Le collectif "Su aski Halte aux feux" s'est constitué pour mettre fin aux feux pastoraux en Pays Basque tout en proposant des techniques alternatives respectueuses du sol, de la faune de l'air et bien entendu de tous les humains. Il ne cache pas son espoir d'entraîner un mouvement sur  la chaîne des Pyrénées dans son ensemble. Pour le contacter : suaski@laposte.net.

Info complémentaire : la "brume" que vous voyez derrière le présentateur tv est en réalité la fumée de deux écobuages présents chacun à une dizaine de kilomètres de là ainsi qu' une longue écharpe de particules fines tueuses .

Repost 0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 16:52
Il est né, le Collectif "Halte aux feux"!

 

Su aski Euskal Herrian!
HALTE AUX FEUX EN PAYS BASQUE !

Il s’agit des feux  appelés ECOBUAGES qui s’abritent derrière  une soi-disant tradition mais dont la pratique démentielle depuis quelques années engendre des dégâts environnementaux, sanitaires et mortels dans les montagnes du Pays Basque (et d’ailleurs) et ce au nom d’un soi–disant NETTOYAGE de la broussaille, des fougères, des haies et de la futaille qui sont pourtant d’une importance écologique irréfutable.
NETTOYAGE mais aussi ECHAPPAGE c’est-à-dire que le feu prend le dessus, « a échappé », à celui qui l’a mis comme l’a fait observer une responsable de l’ONF en réunion sur la gestion de l’eau – SAGE Côtiers basques - à la suite de l’intervention d’un représentant associatif environnemental.

L’écobuage est un acte mortel :
Nous avons une pensée pour les familles touchées par la tragédie d’Esterençuby (Esterenzubi) dont l’écobuage a causé la mort de 5 randonneurs et 2 gravement brûlés en février 2000, et comble de fatalité celui de cet agriculteur d' Asasp-Arros mort dans son propre écobuage ce lundi 27 février 2017.

 

Un collectif se met en place :
Un collectif de citoyens de la montagne et de la ville, profondément choqués par cette pratique de l’écobuage insensé, vient de se réunir pour alerter et tendre vers l’objectif d’un halte aux feux dans les vallées et montagnes du Pays Basque (et d’ailleurs). Feux destructeurs, dangereux pour la santé et la vie. Comme lors de ce samedi 18 février 2017 où beaucoup de feux étaient allumés et où le ciel était entièrement voilé par la fumée.
« Halte aux feux » nécessite des actions et interventions vers les autorités et les élus de partout où l’on se situe, où l’on vit, où l’on subit et où tout un chacun, chacune, a le pouvoir  d’apprécier les ravages engendrés par cette pratique d’écobuage qui doit impérativement cesser.
Si le Pays Basque n’est pas à vendre selon un slogan local, il n’a pas non plus vocation à devenir stérile, car à force de recourir au feu, le sol s’appauvrit, l’humus nécessaire à l’équilibre sol- végétal se rompt du fait de ce décapage végétal qu’engendre l’écobuage et son processus de désertification. Sur certains secteurs , le Pays Basque est devenu la réplique de Guadalcanal passé aux lance flammes.
C’est une fragilisation irrémédiable du sol sur lequel s’amplifie l’érosion pluviale qui charrie ces éléments n'ayant plus alors de retenues racinaires, vers les ruisseaux et rivières avec un impact asphyxiant indéniable sur l’écosystème aquatique et toute la perte économique qui en résulte.

D’autres pratiques – des propositions
D’autres pratiques civilisées de gestion des sols et d’entretien existent.
Si la nécessité de débroussailler est indispensable, il pourrait être mis en œuvre un système de pratiques mécaniques légères au travers de CUMA, par exemple, avec une main d’œuvre formée, qualifiée et rémunérée à hauteur du bénéfice général. Le débroussaillage-broyage sur place présente l'avantage de permettre au fil du temps une reconstitution de la couche d'humus ainsi que d’autres pratiques d’élevage extensif comme avec les pottok* et autres betizu*. La montée en puissance de l'agroforesterie, notion qui permettrait, dès lors que tout danger de feu serait écarté, la replantation d'arbres d'essences locales qui en plus de leur évident apport esthétique, biologique, de lutte contre les gaz à effets de serre, présentent aussi divers intérêts économiques.
L'accroissement annuel des surfaces passées ainsi au "lance flammes", la violence des réactions  de certains devant la critique de ces pratiques  ne trouveraient-ils pas leur explication dans l'attribution de subventions? Changer le mode des subventions en mettant cet argent du contribuable au service des autres pratiques « douces » à la place du feu destructeur devrait s’imposer.
Ces propositions doivent être la réponse à ce mal qui n’a que trop duré.

 

Du feu et de la fumée = pollution atmosphérique par les particules fines et autres retombées nocives :
Cette destruction par le feu du végétal et de toute la biodiversité (mort de combien d'espèces animales et végétales?) qui lui est attachée engendre une grave pollution atmosphérique dont les particules fines pénètrent les organismes par les voies respiratoires et peuvent enclencher de graves conséquences jusqu’à l’AVC voire la mort.
N'y a-t-il pas une incohérence des pouvoirs publics dans le fait que lors d' un pic de pollution il est demandé d'éviter de se chauffer au bois et interdit de brûler les déchets verts alors qu' en même temps on accorde l’autorisation de l’écobuage?
L'air pollué, ce n’est donc pas qu’à Paris, dans la vallée de l’Arve en Savoie ou sur le territoire du « Plan de protection de l’atmosphère de l’agglomération de Bayonne » qui va de Ondres à Urrugne et qui devrait être relancé par le Préfet en intégrant ce danger, mais bien aussi dans les vallées et montagnes du Pays Basque où l’on risque de  « se rendre malade alors qu’on va y prendre l’air ».
C’est par conséquent, ici également, en plus des moteurs et carburants polluants, une situation d’atteinte inadmissible à la santé que nous ne pouvons plus accepter par le fait de cette pratique d’écobuage non logique à nos yeux. Elle porte en elle trop de destructions.
Il nous faut défendre notre droit à respirer sans ces pollutions, pour chacun, chacune d’entre nous et pour les générations futures ainsi que le droit de vivre dans la nature respectée, entretenue selon des pratiques qui permettent le travail de la terre dans un souci de prévention des risques pour le bien de tous. Faites-le savoir de partout où vous le pensez utile dans vos relations et contacts.
Rejoignez ou sollicitez les associations de protection de la nature, de l’environnement et de la santé pour agir dans ce sens. Merci pour votre contribution et votre soutien à « SU ASKI! HALTE AUX FEUX » !
Bayonne le 03/ 03/ 2017


*Chevaux et bovins à l’état sauvage, de toutes les beautés et du plaisir de vivre dans la nature.

 

 

 

Collectif citoyen « Su aski-Halte aux feux!"

Contact : suaski@laposte.net

 

Repost 0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 09:29
Redonner à l'arbre sa place dans le monde agricole.

Depuis quelques temps, on peut lire dans "Izar lorea", la feuille d'information d' "Euskal Laborantza Ganbara", la chambre d'agriculture alternative du Pays Basque,  des articles qui tendent à réhabiliter l'arbre dans la pratique agricole, à lui redonner la place qu'il n'aurait jamais dû quitter. Voir, par exemple, l'image ci-dessus.

Quel bonheur et quelle joie de voir ainsi la ronce réhabilitée, elle qui est véritablement le berceau des jeunes arbres comme il est dit ici et comme me le disait mon papa!

Et je ne peux m'empêcher de repenser à la catastrophe humaine et écologique  que représentent les feux pastoraux injustement baptisés écobuages et qui ne nous ont jamais semblé si envahissants et destructeurs que cette année. Abstraction faite de l'épouvantable "accident" d' Esterenzubi en l'an 2000 où cinq randonneurs avaient trouvé la mort et où un cinquième a contacté un handicap physique à vie, sans parler de la dévastation morale devant la réaction de certains. Oui, que voulez-vous, quand des randonneurs trouvent la mort dans un feu allumé par des bergers, ce ne sont pas les bergers les fautifs, ce sont les randonneurs qui n'avaient pas à se trouver là, c'est évident, non? Je serais bien curieuse de connaître les commentaires de ces personnes au sujet de la mort par le feu il y a deux jours de cet agriculteur qui avait lui-même allumé l'incendie. En fait  et tout bien réfléchi, non, je préfère ne pas savoir. Car enfin, ces gens qui allument ces feux, outre qu'ils y éprouvent sans doute une sensation de puissance absolue sur le monde qui les entoure, outre aussi le fait qu'ils y trouvent certainement une sorte de plaisir pyromane, le font par haine de l'arbre, pour empêcher qu'il revienne. Or la ronce est l'une de ces plantes dites rudérales qui réparent les dégâts causés au sol par l'homme et prépare le retour des arbres Et comme l'article parle aussi du rôle que joue les ronces dans l'abri et la nourriture pour les insectes pollinisateurs et de nombreux petits mammifères tout au long de l'année, je ne peux m'empêcher de repenser à ceci: il y a peu, une amie attirait l'attention de l'un de ces incendiaires sur le fait que lors du dernier feu pastoral, tous les insectes pollinisateurs, toutes les larves de papillons, toute la microfaune avaient péri sans conteste. Et savez-vous ce qu'elle s'est entendu répondre? "Mais non, ils étaient partis!". Ben tiens, à l'ère des sms et des courriels, avant d'allumer des feux, les agriculteurs pyrénéens préviennent la faune afin qu'elle puisse aller se réfugier ailleurs. C'est qu'on est moderne, nous, dans nos campagnes, faut pas nous prendre pour des bouseux à la ramasse!

Dans cette société où l'omerta règne au sujet des feux pastoraux, où la pression, la censure, les injures vous menacent si vous osez tenter de les critiquer, bravo à EHLG qui avec finesse et intelligence tente de renverser la tendance. J'avoue être tellement révoltée et en colère que j'admire cette approche dont je ne serais sans doute pas capable, comme les quelques lignes ci-dessus le prouvent une fois de plus.

Repost 0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 13:01
"Un grand problème humain, l'humus."

Qu'est-ce qu'une Initiative Citoyenne Européenne?

L'Initiative citoyenne européenne est un nouvel instrument de démocratie participative qui existe en Europe depuis le 1er avril 2012. Par une ICE, des citoyens peuvent mettre une question au programme politique de la Commission européenne en rassemblant un million de signatures venant d'au moins sept États membres de l'Union européenne. La Commission veut donner ainsi aux citoyens un rôle plus actif dans le processus politique européen.

SAUVONS LES SOLS

Alors qu’ils sont à la base de notre alimentation et de notre santé, les sols ne bénéficient d’aucune protection réglementaire. Nous demandons à l’Union Européenne d’agir. Aidez-nous en signant notre Initiative Citoyenne !

"Un grand problème humain, l'humus."
Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Ecobuages,mendiko suak
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 13:13

Crédit toutes photos : Laurence Goyeneche.

Soleil tueur

Je vous ai parlé plusieurs fois dans le cadre de ce blog des dégâts terribles causés à la terre, au sol, aux plantes, aux animaux par les feux pastoraux ( injustement baptisés écobuages) à répétition (voir en particulier le lien en bas de page).

Les quelques photos ci-dessous  vous aideront peut-être à visualiser également ce que ces pratiques barbares et criminelles peuvent infliger à l'air que nous respirons. Curieusement, en cette année où l'on commence enfin à entendre un petit peu parler dans les médias de la participation très lourde de ces feux au phénomène des pics de pollutions et de particules fines, on dirait que nos arrogants pyromanes sont pris de frénésie. Il semble qu'il n'y ait jamais eu autant de ces incendies criminels mais autorisés par la loi à condition de demander bien poliment l'autorisation aux maires qui ont pour l'habitude de l'accorder sans se poser trop de questions.

Avant-hier, en sortant de chez moi, très loin de la portée de vue du premier feu, je me suis retrouvée couverte de cendres qui tombaient du ciel comme des flocons de neige. Quelques jours plus tôt, dans les mêmes conditions d'éloignement des feux, j'avais du mal à voir la borde qui se trouve être à 12 mètres de la fenêtre de la cuisine.

Regardez les photos prises hier à Baigorri (Saint-Etienne-de-Baigorry). Depuis plusieurs jours, il en est ainsi dans toutes nos vallées. Dommage que je ne puisse vous partager aussi l'odeur afin que vous vous rendiez encore mieux compte. L'autre jour, quelqu'un me disait "Quand je pense à tous ces malheureux qui vivent en bordure d'autoroutes ou dans la pollution des grandes villes!" Euh, désolée ma pt' tite dame, mais des jours comme ceux-ci, pas certaine, mais alors pas certaine du tout que nous soyons mieux lotis.

Depuis plusieurs jours, ma fille rentre à la maison en me disant "En fin de journée, le soleil était dans un halo et il était brûlant, anormalement chaud". On connaît le problème pausé par  l'amincissement de la couche d'ozone protectrice qui filtre  de moins en moins les rayons solaires nocifs, ouvrant une voie sans entrave aux rayons vecteurs de cancers.  Mais de plus,  après des journées et des nuits d'incendies dans la montagne, quand le soleil présente cet aspect à notre regard, on peut se faire du souci, beaucoup de souci.

Et c'est ainsi que l'homme, y compris le berger ( et oui!) transforme le soleil,  pourtant source de vie sur cette planète, en "serial killer". Et ce n'est qu'un début.

HALTE AUX FEUX PASTORAUX!

 

Soleil tueur
Soleil tueur
Soleil tueur
Soleil tueur
Repost 0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.