Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2023 6 14 /01 /janvier /2023 18:57

"Les prêles" Extrait du catalogue "v'herbe" de Claudie Hunzinger
Carte imprimée à l'occasion de l'inauguration de l'oeuvre réalisée par Claudie Hunzinger  pour la médiathèque de la Meinau à Strasbourg février 2005   Claudie Hunzingeren «Les prêles»(Azeri-buztanak) «V'herbe » katalogotik hartua, Estrasburgoko Meinau mediatekan egin zen Claudie Hunzingeren obraren estreinakari inprimatu zen kartatik, 2005eko otsailean. 

 

Joie et fierté, c'est ce que nous ressentons. Claudie Hunzinger est cette artiste plasticienne, écri-vaine ( c'est elle qui l'écrit ainsi), connue dès les années 70 pour son livre «Bambois la vie verte», début d'un voyage immobile commencé dans les années 60 avec son mari et qui perdure encore aujourd'hui, en lisière de la mythique forêt des Vosges. C'est en particulier l'auteure d'un pas tout à fait roman qui a nom «Les grands cerfs» et la lauréate du Prix Femina 2022 pour la pas tout à fait autobiographie «Un chien à ma table».

Claudie Hunzinger, donc, fait à l'association Su aski un beau cadeau de début d'année en nous assurant de son amitié et en déclarant être de tout coeur avec notre association dans son combat pour une montagne vivante, c'est à dire certes peuplée d'humains, mais qui vivraient et travailleraient avec la nature au lieu de la condamner à mort comme ils le font aujourd'hui, en particulier par la pratique des feux pastoraux incorrectement nommés «écobuages» qui mènent le monde paysan lui aussi à sa perte.

Sur la quatrième de couverture de son dernier livre, on peut lire «Un chien à ma table relie le féminin révolté et la nature saccagée: si notre époque inquiétante semble menacer notre avenir et celui des livres, les poètes des temps de détresse sauvent ce qu'il nous reste d'humanité».

Pour la confiance que vous nous faites, merci du fond du coeur, Madame Hunzinger.

 

Bozkarioa eta zintzotasuna, dauzkagu gure baitan. Artista plastikaria da Claudie Hunzinger «écri-vaine » (berak honela idazten du), famatua 70 hamarkadan«Bambois la vie verte» (Bambois bizi berdea) liburuarentzat,hor hasi baitzuen bere senarrarekin batera, 60ko hamarkadan higitu gabe egin bidaia. Eta Vosges aldeko oihan hegian gelditurik segitzen du oraino gaur egun bidailari ibilge. Osoki eleberria ez den «Les grands cerfs»(Orein handiak), liburuaren idazlea da bereziki, eta 2022ko Femina lehiaketako sariduna ere, autobiografia ez den « Un chien à ma table» (Zakur bat ene mahainean) idazlanarentzat.

Urtatseko opari bikaina egiten dio Su aski elkarteari Claudie Hunzingerek emanez bere adiskidantzazko laguntasuna dagoelarik bihotzez bizidun mendiaren aldeko gudukan elkartearekin, horixe bai jendeekiko mendia baina izadiarekin bizi eta lan egin dezaketen jendeen artean, hau hiltzera kondenatu gabe gaur egun bezala mendi-suemaite kaltegarriekin abelzainak daramatzalarik

galbideetan barna.

Laugarrena duen azken liburuko sarreran hau irakurri daiteke :

«Ene mahainean dagoen zakur batek elkarganatzen ditu emetasunaren eta izadi fundituaren arteko oldarra: iduri baluke gaurko garai beldurgarriak larritzen duela gure etokizuna eta liburuena halaber, aro kaltetuetako olerkari-poetek gelditzen zaigun jendetasuna salbatzen dute».

Emaiten diguzun konfiantagatik, bihotz-bihotzez, Hunzinger Anderea, eskermila.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2023 5 06 /01 /janvier /2023 18:50

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2022 6 31 /12 /décembre /2022 18:02
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2022 4 10 /11 /novembre /2022 09:08
Isabelle Autissier soutient Su aski.

Communiqué de presse.  du 09 11 2022

Tenir bon la barre.

Dès sa création, Su aski a réfléchi en ces termes: «De la montagne à l’océan».

L’érosion accélérée produite par les déboisements et les feux pastoraux entraîne la terre arable vers les ruisseaux puis vers les nives (ou les gaves) et enfin l’océan. Non seulement cette érosion dénude nos sols et les conduit petit à petit vers l’état de désert stérile, mais la terre emportée par les pluies est souvent chargée de plomb, d’intrants chimiques, de désinfectants des bâtiments agricoles ainsi que de résidus de traitements vétérinaires. Nous n’en prendrons comme exemple que la disparition quasi-totale d’insectes comme les bousiers ou les papillons coprophages. Notre terre nourricière emporte avec elle cette pollution vers cet océan dont nous avons tous besoin (y compris pour notre respiration), quel que soit le lieu où nous habitons, et qui est déjà bien en souffrance.

Sur notre planète, tout est relié. Le moindre de nos gestes peut influer en bien ou en mal sur le reste du monde vivant. Le dérèglement climatique annoncé depuis 5O ans est bien là et ne fera qu’empirer avec son cortège de catastrophes pouvant aboutir à terme à la disparition de l’espèce humaine.

Nous ne pourrons pas, quels que soient nos efforts, perdre les degrés que nous avons gagnés mais si nous nous y mettons tous, sans pointer du doigt qui que ce soit ni quelque profession que ce soit, nous pouvons espérer contenir quelque peu cette montée en tempéature.

Pour notre survie, nous sommes condamnés (es) à la conscience et à la solidarité locales et planétaires.

C’est dans cet esprit que récemment, la célèbre navigatrice Isabelle Autissier nous a fait le grand honneur de nous faire part de son soutien. Or, le combat de Su aski est souvent mal compris, certains s’étant mis en tête que nous menions une guerre sans merci contre les paysans, alors qu’il n’en est rien, bien au contraire. C’est donc un combat où, à l’instar d’Isabelle Autissier, que nous remercions de sa confiance, nous allons devoir tenir bon la barre.

 

Prensagaria

Lemari lotu eta atxiki

Sortu zenetik« menditik itsasora » gai hau, izan du Su askik gogoeta ardatz. Suek eta oihangabetzeak ekarri lurzoruaren higadura zaluegiak darama alorlurra uhaitzetara ,uhaitzetatik ibaietara, ibaietatik itsasora. Higadura honi gure lurzorua husteaz eta emeki basamortu agor bilakatzeaz gain gehitzen zaio maiz euriek eraman lurra, berunez, osagai kimikoz, aberetegien desinfektagarriz eta albaitaritza tratamendu hondakinez betea dagoela.Adibide-eredua daukagu gorotzjale insektuen deagertzea. Denentzat behar-beharrezkoa (hatsa hartzeko baizik ez bada) dugun itsasora darama kutsadura hau edonongoak izanagatik, hau gabe jada aski kaltetua baitago ingurunea.

Dena elkarlotua dago gure planetan.Bizidunen munduari doakionez, gure denmendreeneko ekintzak eragin dezake onenera bezala txarrenera . Duela 50 urte iragarria zen aldaera klimatikoa hor dago orain eta areagotuz joanen da dakartzan hondamendiekin giza espeziea desagertzerainokoan.

Gure ahalegin guziekin ere ezin galduak izanen dira irabazi graduak baina denen indarra bilduz inori ezer egotzi gabe halaber edozein lanbideentzat, uste dugu bederen beroketa horren hein berean atxikitzea.

Duela guti,hau dena gogoan, Isabelle Autissier itsasturi famatuak ohoratu gaitu bere sustengua emanez. Alta Su askiren gudua usu gaizki ulertua,da, zenbaitzuk uste baitute abelzainen aurkako gerlan sartuak garela, hori ez delarik hala, alderantziz bai. Gudu hau izanen da,emaiten digun konfiantzaz eskertzen dugun Isabelle Autissierenaren gisakoa, ahalegin guziaz lemari lotzea eta atxikitzea.

 

 


 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2022 3 02 /11 /novembre /2022 17:17
Pour et par les arbres

Journée de l’arbre 2022, 30 octobre

ll n’y a vraiment plus de doute. Le dérèglement climatique est bien là et il ne va qu’empirer.

Le dimanche 30 octobre, l’association Su aski a organisé sa «Journée de l’arbre» à Markista, Itxassou, chez Franck Noden, éleveur—-

parce que l’arbre a un effet ventilateur, brumisateur et source de rosée, éponge ( régulateur du système hydrique), un effet parapluie ou parasol, de restauration et d’enrichissement des sols,

parce que c’est un abri pour la faune, un puits et une pompe à carbone,

autrement dit parce qu’il est un climatisateur naturel et gratuit et qu’il représente sans doute notre seul et dernier espoir d’arriver à contenir le réchauffement de la planète dans des limites qui permettent à l’humanité de survivre.

C’est avec toutes ces raisons en tête qu’environ 25 personnes se sont retrouvées dans une ambiance amicale afin de sortir de terre de tout petits plants d’essences variées et les replanter en haie fourragère qui pourra également servir de pare-feux.

Notons en particulier la présence active de représentants de l’association Landarlan ainsi que de Baso biziak plataforma, toutes deux du Gipuzkoa.

Nul doute qu’une collaboration fructueuse de ces groupes très dynamiques du Pays basque Sud va s’engager avec Su aski au Nord.

Pour le bien des arbres, de la montagne, de la nature et des humains.

Pour et par les arbres

 

Zuhaitzaren eguna 2022, Urriaren 30 an

 

 

Ez dago dudamudarik. Hor dago aldaera klimatikoa eta areagotuko da.

Itsasu Markistan, Franck Noden abelzainaren etxeremuetan, urriak 30ko igandean apailatu eta egin du Su aski elkarteak bere «zuhaitzaren eguna»...zuhaitzak duelako hainbat eta hainbeste onura, haizeztagarri, laino eta ihintz iturri da, mustukaren gisara (urjarioaren orekatzailea da), ekiaren edo euriaren gehiegikerien aterkia da, biziberritzen eta aberasten du lurzorua, faunarentzat aterbe babesgarria baita, baita ere karbono irensle eta zurgatzailea, hots dohainik ari den klimatizatzaile naturala eta gure azken esperantza bakarra delako buru egiteko beroketa klimatikoari gizateriak bizirauteko ahala ukan dezan.

Hau dena gogoan eta giro ezin hobean, 25 bat pertsona bildu dira errotik kentzeko mota askotako landaretxoak eta landatzeko geroan-geroko hesiak nahiz, hesi bazkatzaile-babesleak eta suen aurkakoak.

Gipuzkoar Landarlan elkartea eta Baso biziak plataformako bazkideen horgo presentzia ere aipatzekoa da.

Hego Euskal Herriko talde dinamiko hauekiko lankidetza abiatuko da Su askirekin.

Zuhaitzen, mendiaren, izadiaren eta gizateriaren onurarako.

Partager cet article
Repost0
10 août 2022 3 10 /08 /août /2022 10:03
Inconscience ou provocation? Les deux, mon capitaine.

Un communiqué de Su aski:

 

Le 5 août 2022

Communiqué Lettre ouverte au Conseil départemental

des Pyrénées Atlantiques

 

Inconscience ou provocation?

 

Dans son numéro 93 de juillet-août-septembre 2022, Mag64, le magazine émanant du Conseil départemental des Pyrénées Atlantiques offre une large place à la question du pastoralisme, ce qui est tout à fait naturel et louable . Ce qui l'est beaucoup moins, c'est de traiter d'un sujet hautement polémique, celui des feux pastoraux (incorrectement nommés «écobuages»), comme s'il s'agissait d'une question totalement consensuelle. Un postulat étayé sur rien, avec des affirmations qui ne veulent rien dire, comme celle-ci: «Plus de la moitié des espèces végétales des estives sont liées à l'action du pâturage et du feu». Sont liées, enrichissement du milieu ou bien dégradation? Flou artistique.Il serait intéressant de préciser la nature du lien en question : extermination, rabougrissement, invasion de plantes que les feux sont censées faire disparaître (fougères, ajoncs..): il n'y a qu'à regarder.

 

Par ailleurs, la totalité de l'article émane des phrases toutes faites habituelles que l'on lit dans les pages officielles de la FDSEA et de la Chambre d'agriculture, phrases et déclarations péremptoires qui vont systématiquement dans le sens voulu par ceux qui les écrivent et ferment violemment la porte à tout échange, tout dialogue. Autrement dit, nous sommes là devant un cas où le juge est aussi partie, face à un indéniable conflit d'intérêt. C'est un peu comme si l'on confiait la question de la diminution du trafic automobile aux vendeurs de voitures, aux magazines qui en font la promotion ou au lobby routier et autoroutier.

 

Ce n'est vraiment pas du tout sérieux et c'est très inquiétant. D'autant que cette façon d'agir sonne comme une provocation, à l'heure où s'accélère à la vitesse grand V sur toute la planète le dérèglement climatique annoncé depuis bien des décennies et imputable aux activités humaines. Ici même, en Pays basque et Béarn, la tendance de ces dernières années se confirme de sécheresses répétées qui ne peuvent, quand elles cessent, qu'êtres suivies d'inondations et autres dégradations. Durant cet été que nous sommes en train de vivre, des sources tarissent, des arbres meurent desséchés, les pommes tombent vertes des pommiers, bien des animaux d'élevage manquent d'eau en estive (cela déjà depuis plusieurs années) et aussi dans la plaine, d'importantes restrictions d'eau sont imposées aux usagers dans nombre de communes, allant jusqu'à de nombreuses coupures d'eau au robinet dans certaines". C'est vraiment rendre un très mauvais service aux éleveurs qui pratiquent les feux pastoraux que de les encourager ainsi à transformer leur pays en désert en faisant disparaître les arbres dont on connait le rôle primordial dans le cycle de l'eau, en incendiant l'humus, en tuant toute vie microbienne et bactérienne du sol. Les premiers à en souffrir sont les agriculteurs. Avant qu'il ne soit vraiment trop tard, les organismes agricoles officiels doivent impérativement cesser de leur faire croire qu'ils souhaitent les sauver du désastre, alors qu'ils ne font que les y précipiter.

 

L'association Su aski ne se bat pas contre le pastoralisme, elle pense juste que pour qu'il survive, il va lui falloir se diriger vers des pratiques plus vertueuses et durables, ce qui passe par une critique active du productivisme, une modification drastique des critères de répartition des aides PAC. Et surtout, un éveil des consciences. L'avenir des générations à venir est en jeu, dès maintenant. .

Partager cet article
Repost0
4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 09:26

Paru dans "La Gazette du Béarn des Gaves" de mai 2022.

A lire en entier ici: https://indd.adobe.com/view/4b90503b-2d8b-4ef2-8e66-350d5de37337

En ce qui concerne les deux articles ci-dessous, c'est page 3 et page 6.

Bonne lecture et rejoignez la SEPANSO et Su aski---sans vouloir vous commander.

Préfet et député, on n'est pas aidés!
Préfet et député, on n'est pas aidés!

Partager cet article
Repost0
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 09:36
Il voulait vivre!

Il voulait vivre!

Récolte de  photos lors d'une toute petite marche tout près de chez moi ce 11 avril.

Le désert avance. Les feux pastoraux ("écobuages")  ne laisseront rien d'autre derrière eux que la désolation. Au bout du processus, un sol sans substrat, des cailloux, la stérilité, les inondations et tout ce qui va avec.

Plus que très  largement encouragés à allumer des feux par les aides de la PAC, certains, lorsqu'ils ont épuisé tous leurs "arguments",  affirment  mettre le feu pour protéger les mollets des randonneurs contre les broussailles ( je vous jure que c'est vrai! ) ou bien pour protéger les forêts et les arbres  par un système de pare-feu. Huuuuuuum------- Comment dire?----

Quand je vois les effets  sur les arbres de la tendre attention que ces personnes leur portent, je me félicite de ne plus guère être une grande randonneuse.

Certains des châtaigniers martyrs que l'on voit sur ces images ont été plantés par un paysan (un vrai) qui était déjà très âgé quand il a quitté ce monde  il y environ 45 ans. Je suis certaine qu'aujourd'hui il pleure  comme moi des larmes de cendres, des larmes de sang.

 

A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
A demain sur la lune----
Il paraît qu'en Pays basque, il n'y a pas d'érosion du sol---

Il paraît qu'en Pays basque, il n'y a pas d'érosion du sol---

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 11:41
Plan Départemental d'Enfumage et retard au démarrage

Un communiqué de l'association Su aski

Dimanche 16 janvier 2022

Plan Départemental d’Enfumage et retard à l’allumage

Le 7 décembre 2021, la préfecture des Pyrénées atlantiques accusait réception d’une lettre ouverte qui avait été envoyée au préfet par l’association Su aski, accompagnée d’une prothèse auditive et d’une paire de lunettes loupes. Ce communiqué a été bien repris par la presse.

Le 18 décembre ( nous n’arrivons vraiment pas à croire qu’il s’agit d’un hasard–) un «Plan Départemental d’Ecobuage» était signé à la mairie de Lanne-en- Barétous par le préfet Eric Spitz, Bernard Layre, le président de la Chambre d’Agriculture 64 ainsi que par le député Jean-Lassalle. La presse était présente pour cette signature mais à notre connaissance, elle n’a pas fait état du contenu du document. Depuis, nous avons cherché à nous renseigner auprès de plusieurs mairies, trois commissions syndicales de vallées, le syndicat ELB. Partout la même réponse «Ah bon, on n’est pas au courant». Nous avons également tenté auprès de la Chambre d’agriculture mais avons renoncé, lassés de tomber sur un répondeur. La préfecture elle-même a été sollicitée par nos soins mais au bout de trois services et personnes qui ne savaient rien, nous avons laissé sur un répondeur un message resté sans réponse. De ce périple, nous tirons la conclusion que les administrations et structures chargées de faire appliquer ce texte en savent encore moins que nous car elles semblent n’avoir même pas connaissance de cette signature pourtant médiatisée. Ceci est d’autant plus inquiétant que plusieurs de nos correspondants nous ont signalé les premiers feux importants en Ossau dès le 17 décembre 2021 et en Haute Soule (Larrau, Ahusky), le 21 décembre.

Ce Plan Départemental d’Ecobuage annoncé à la presse et pourtant si bien caché est censé venir en appui au Plan Départemental de Protection des Forêts, adopté en 2020 pour une période de dix ans. Voilà qui n’est pas rassurant du tout, et ceci pour deux raisons. La première est que depuis l’adoption de ce plan de 2020, nos correspondants nous ont alertés, parfois avec photos ou vidéos, au sujet de feux pastoraux autorisés ou non, s’attaquant aux lisières de bois ou de forêts, et même parfois en plein coeur des espaces boisés, sans être jamais surveillés par qui que ce soit. La deuxième est que Monsieur Jean Lassalle, signataire du fantomatique Plan Départemental d’Ecobuage déclarait le 26 février 2021 «Sans les feux, ça en serait fini du pastoralisme, mais aussi d’une certaine idée du tourisme qui va être de plus en plus amené à se développer à travers nos montagnes. Il faut qu’elles restent verdoyantes, au lieu d’être des ronces, des futaies ou même des forêts ». Cet hallucinant discours fait plus penser à une déclaration de guerre aux arbres et à la forêt qu’à une sincère envie de les protéger. Une raison de plus pour nous faire très fortement douter de la sincérité de la saynète médiatique du 18 décembre dernier à Lanne-en-Barétous.

Si suite au présent communiqué, le contenu de cet énigmatique Plan était soudain dévoilé au public, comment ne pas le considérer comme du vent? Et le vent ne dissipe pas la fumée, il ne fait que la déplacer.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 09:03

Trois interviews réalisées le 28 novembre 2021 lors de "Zuhaitz eguna", la journée de l'arbre  organisée par Su aski.

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.