Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 16:03
Escalazur, des adieux en beauté!
 
Escalazur en sommeil depuis 1012 va cesser toutes ses activités. 
Nous avons été au service de la poésie depuis 1999 avec foi et bonheur toujours… 
Beaucoup parmi vous nous avez soutenus en venant aux spectacles que nous présentions au Colisée de Biarritz.
 
Pour clore cette belle aventure nous faisons venir Dalila AZZOUZ LABORDE accompagnée par Fabienne BALENCIE au clavier. Christian LABORDE lui, sera aux manettes du son et des lumières.  
Nous avons vu la création "Les affranchies" en avril 2016 et la recommandons très chaleureusement. Dalila a atteint une belle maturité de voix et elle montre aussi des qualités de diseuse. Fabienne est une virtuose à l'écoute de la chanteuse, grande qualité pour un musicien… 
 
Cette première information a pour but de vous demander de garder disponible précieusement la date de ce spectacle :
 
10 juin 2017 à 21h au Centre Culturel Maria Pili   1, rue du Bois Belin à Anglet (en venant du rond point de 5 cantons prendre la route des Pontots. C'est sur la gauche juste après Richardson dans le bâtiment du boulanger bio Fagoa au fond du parking)
 
Vous pouvez même réserver dès maintenant en envoyant votre chèque à l'ordre d'ESCALAZUR à mon adresse.
 
Merci pour votre attention et au 10 juin n'est-ce pas ? ! 
Amitié à tous.
 
Martine CAPLANNE
05 59 23 05 75
06 09 22 19 36
Domaine de Migron Bat D2
64200 BIARRITZ  
 
Repost 0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 15:59
Au fil de l'eau


L'exposition débutera le lundi 13 février, la veille de la fête des amoureux, pour se terminer un mois et demie plus tard, le 31 mars. Ce qui laissera pas mal de temps pour venir y faire un tour !


Notez que la salle - The Roof, maison de l'escalade à Bayonne - est ouverte 7 jours sur 7,


L'exposition présentera deux séries, dans deux espaces séparés. Une série en Noir et Blanc et une série en couleurs, les deux présentant l'eau des Landes et du Pays basque sous toutes ses formes (océan, lacs, cascades ..
)
 

Repost 0
Published by Jeno l'écolo - dans Au jour le jour. Egunean---
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 19:10
Mare, étang,lac, marais, je vous aime
Mare, étang,lac, marais, je vous aime

Dans le cadre de la journée mondiale des zones humides, une sortie aura lieu à Errota handia sur la commune d'Arcangues le 19 février  prochain.

Il y a peu, la dernière grande zone humide  de la côte basque a été asséchée pour y installer un immondice qui a nom Ikea.

Et moi, je viens de retrouver cet article de 1974 où mes copains de Jeunes et Nature et moi avons sué sang et eau pour  apporter notre effort à la remise en eau du lieu-dit "Errota handia".

Ne me cherchez pas sur la photo. J'étais au frais avec quelques copains le temps que le photographe fasse son boulot. Et ensuite, hop, on reprend la pelle, on crache dans les mains et c'est reparti.

 

Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 11:39
Urte berri on! Bonne année!

Bonne année de la part de la maisonnée.

Etxaldearen partez, urte berri on!

Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Urte berri on! Bonne année!
Repost 0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 09:00
Eguberri on!

Gaztain et son fils Altxor vous souhaitent un joyeux Noël ou solstice d'hiver.

Eguberri on deneri Altxor eta Gaztainen partez!

Repost 0
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 17:07
Le premier CD de Mattin Lerissa.

La première chanson de cette vidéo a été enregistrée le 9 décembre dernier en l'église de Behorlegi (Behorleguy). Mattin chante en duo avec Anje Duahalde, un "monument" de la chanson et du rock basques.

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 19:23
Merci Jean-Pierre Andrevon!

Jean-Pierre Andrevon, comme Pierre Fournier,  souvenir bien vivant de mon adolescence militante à Jeunes et Nature et accro à Charlie.

Je viens de recueillir sa signature de la pétition personnalités du CRAC Europe pour l'abolition de la corrida.

Et en prime, j'ai reçu avec bonheur ces quelques dessins. Je vous les offre.

Que dire, à part que j'adore?

Corrida basta! Viva la vida!

 

 

Merci Jean-Pierre Andrevon!
Merci Jean-Pierre Andrevon!
Merci Jean-Pierre Andrevon!
Merci Jean-Pierre Andrevon!
Merci Jean-Pierre Andrevon!
Repost 0
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 16:56
Comme l'impression de radoter---

Et sur la durée encore!

Je viens de retrouver le document ci-dessous. Je l'avais rédigé à la fin de l'automne 1969.

Sans commentaire.

Comme l'impression de radoter---
Comme l'impression de radoter---
Repost 0
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 10:00
Les vieilles maisons choisissent : parler ou se taire.

Les murs de la maison que j'habite me parlent souvent par la voix de ses anciens habitants qui n'étaient pas de ma famille. Ils me parlent aussi par la voix de mon père, de ma mère, de ma grand-mère maternelle qui ont passé là leurs dernières années.Par la voix de ma tante qui venait souvent accompagner notre vie. Il leur arrive même de me parler par la voix de quelqu'un que je n'ai connu qu'un an et qui n'a jamais passé le seuil de cette modeste demeure. Lui, il riait  tant qu'il est possible en entendant au téléphone  grincer les  portes ancestrales en chêne massif, vous savez bien, celles munies d'une lourde clenche en fer et que l'on pousse pour tenter de conserver la chaleur dégagée par le foyer ouvert.  Et je me demande si ce rieur là n'est pas le plus bavard!

Jean Giono disait "L'Homme a besoin d'habitations magiques".

Merci Julos.

 

Il faut laisser les vieilles maisons se taire

 

Il faut laisser les vieilles maisons se taire pour que les ancêtres puissent revenir car je crois qu’aucune vie n’est jamais finie, il n’y a jamais le mot ”Fin” au bas de la page de la grande “Vie”.

La Vie, je crois, continue et les voix anciennes font surface … aucun sourire n’est perdu, aucun baiser, les somptueux couchers de soleil sont répertoriés dans une mémoire particulière.

Celui qui se réveille la nuit rencontre des milliers d’êtres passés, présents ou à venir, rien n’est jamais fini ni défini. L’éternité, elle-même, je me suis laissé dire qu’elle n’avait point de fin, coule comme un fleuve bien plus large que le fleuve jaune.

Notre peau a gardé la mémoire de toutes les caresses. Parfois, on a trop peu de temps pour parler à celles et à ceux que l’on frôle.

Chacune de nos vies est une épopée, nous écrivons notre homérique histoire, à petit pas, le soleil s’enfonce dans l’horizon, se sauve et retourne dans les coulisses de l’univers.

Le corps est-il une cathédrale où se répercutent et s’amplifient les échos de toutes les naissances ? L’oiselet qui chante à tue-tête au lever du soleil est aussi important que le bébé qui vient de naître et la jonquille toute seule dans mon jardinet illumine peut-être le cosmos en son entier.

Notre vie est-elle une bande de Moebius qui n’a ni commencement ni fin?

Qui sont ces milliards d’êtres qui chuchotent dans toutes les langues du levant au ponant ? Est-il possible de répertorier l’univers en son entier ? Est-il possible de visualiser les heures qui galopent à toute allure dans la grande plaine du temps ? 

Laissez juste une fenêtre ouverte sur le ciel afin que les ancêtres puissent se glisser près de vous dans la pénombre familière du mystère.

 

Julos Beaucarne 27 avril 2011

Ci-dessus "Nire aitaren exea defendituko dut". Je défendrai la maison de mon père.

Repost 0
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 16:30
Des ponts, pas de murs!

Cet hiver,à Baigorri (Saint-Etienne-de-Baigorry) des réfugiés extraits de Calais avec leurs amis du Pays Basque.

Présentation du texte par l'ami Xarlo, d'Hazparne (Hasparren)

 

Certains accusent les Basques indépendantistes de vouloir se renfermer sur eux-mêmes. Ils ne le pensent peut-être pas mais ils le disent haut et fort, l'honnêteté intellectuelle n'étant pas en général leur point fort.

Ttotte Etxebeste qui a écrit ce texte sait ce qu'il en coûte d'être Basque et d'aimer son pays. Il continue à payer assez cher pour ça. Son écrit n'en est que plus beau et fermera le bec empoisonné de nombre "d'anti-basques"..."

 

" Toi qui hurles que cette terre est à toi, toi qui désires fermer les frontières et emmurer ce que tu oses appeler ta patrie. Toi, qui le soir venu, te barricades, laissant dehors ceux qui ne te ressemblent pas. Toi qui écoutes ceux qui appellent à la haine, ceux qui te font croire que cet étranger est un danger pour toi, pour ta civilisation, alors qu’il est bien plus proche de toi, de ta vie, que les marchands de haine dans leurs salons.

Dis-moi, toi que ferais-tu si on détruisait ta vie, si on la bombardait d’obus et de haine ? Dis-moi, toi que ferais-tu si, en un éclair, ta vie basculait entre chaos et larmes ? Dis-moi que ferais-tu si la faim hurlait dans ton ventre, si ton avenir n’était que l’absurdité de la guerre et de la famine ? N’aurais-tu pas toi aussi cette envie de fuir cette terre qui pourtant t’a vu naître, fuir en abandonnant ton passé pour l’inconnu ? N’aurais-tu pas cet instinct de survie ? Partir, fuir, vers un ailleurs où la misère serait peut-être moins cruelle. Ne traverserais-tu pas le désert, et ne prendrais-tu pas un radeau de misère pour traverser l’océan, au risque d’y laisser ta vie sachant qu’elle ne vaut plus grand-chose ?

Toi qui refuses d’accueillir les errants d’aujourd’hui, n’aurais-tu pas oublié que l’homme, depuis la nuit des temps, est un réfugié, un migrant ? La misère, la famine et la guerre n’ont eu de cesse de pousser les désespérés vers l’exil. Des familles entières ont été jetées sur les routes inconnues des Amériques ou d’ailleurs par les grandes famines d’Irlande, de Russie, du Portugal ou bien encore par celles de chez nous. Les guerres sanglantes d’Europe, elles aussi, ont mis sur les routes de l’exil, tant et tant d’hommes, de femmes et d’enfants. Pour certains, après l’exil, ce fut l’internement dans les camps comme celui de Gurs. L’aurais-tu oublié ?

Ouvre les yeux et tu verras que, derrière tes murailles, le monde est vaste et riche de beauté, que la différence n’est pas effrayante, au contraire, elle est une richesse. N’écoute pas ceux qui veulent t’enfermer dans la peur et la haine, écoute le chant de la différence multiculturelle !

Approche-toi de la nature et observe-la, elle t’apprendra que les frontières sont la folie des hommes. Les autres espèces ne connaissent pas de frontières, elles vont et viennent à leur guise, à la recherche de nourriture. Elles sont libres et nous pourrions l’être aussi si nous arrêtions de nous enfermer dans les ghettos… libère-toi !

J’aime ce monde sans trop savoir s’il tourne vraiment rond. Au cours de mes errances, de mes vagabondages, j’ai rencontré tant de couleurs, entendu tant de chants! J’ai aimé l’atmosphère et ces parfums d’ailleurs. Regarde dehors un instant, laisse tomber tes œillères, et dis-moi à qui appartiennent les montagnes, la lumière du soleil, la pluie, le vent et les océans… pas à toi, ni à moi, alors arrête de vouloir des frontières et des barbelés.

Mes certitudes sont celles que me chante mon cœur. Je suis né ici, sur cette terre basque, comme j’aurais pu naître ailleurs. Je me sens profondément basque, pourtant cette terre ne m’appartient pas. Je suis ici locataire. Je sais qu’elle peut accueillir bien d’autres que nous et leur rendre la vie moins pénible.

Toi qui refuses d’accueillir des plus miséreux que toi, écoute encore ceci : une maison aux fenêtres fermées, aux portes emmurées, ne respire pas, ne vit pas, elle moisit de l’intérieur et lentement se meurt. Une table vide est triste alors qu’une table aux milles convives est plus gaie, plus riche.

Moi, j’aime avoir les fenêtres et les portes grandes ouvertes, et avoir à ma table tant d’amis d’ici et d’ailleurs. Toi aussi, ouvre ton cœur aux autres et tu verras que ce monde sera plus beau ! "

Ttotte Etxebeste

 

Repost 0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.