Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 16:00


Plus d'info:

http://astobelarra.over-blog.com/




« TEMOIGNAGES DE DEUX COMBATTANTS DE L'OMBRE » Deux récits au sujet de la guerre civile d'Espagne et de ses conséquences


Comment écrire l'Histoire

sans les histoires des hommes l'ayant vécue ?

Porfirio Ayerdi Lorea et José Poveda relatent ici leurs souvenirs non seulement durant la guerre civile espagnole mais également au sujet de faits plus méconnus et plus controversés, leur accueil par les autorités françaises.

Ces récits, étonnamment détaillés, sont le fruit de longues recherches de la part de Gilda Ayerdi , petite-fille de Porfirio, soucieuse de ne pas laisser dans l'oubli ces récits tour à tour étonnants, révoltants ou bouleversants.


Défendre la République était leur but,

l'exil fut leur destin.


Voici le nouvel ouvrage édité par les éditions associatives « Astobelarra – Le grand chardon » dans la collection « Humeurs & Témoignages ».

A chaque lecteur ou lectrice de savoir s’il ou elle veut aider l’association en participant à la souscription de ce livre préfacé et dirigé par Christian Manso et magnifiquement illustré par Laure Gomez & Laurent Caudine. (180 pages)

 

Souscription:

http://trionyx.free.fr/souscription.pdf

 





« ITZALEKO BI GUDARIEN LEKUKOTASUNAK »

Espainiar gerla zibilaz eta bere ondorioetaz bi kontakizun.


Nola idatz Historia, bera bizitu duten gizonen historiarik gabe ? Beren oritzapenak ekarten dituzte Porfirio Ayerdi Loreak eta Jose Povedak, ez bakarrik espainiar gerla zibilekoak bena baita beste gertakari ezezagun eta eztabaidagarrietaz, hala nola frantziar agintarien batzarriaz.


Harrigarriko xehetasunak dituzten kontakizun horiek Gilda Ayerdiren ikerketa luzeen emaitzak dira, bera Porfirioren biloba da eta ez zituen nahi ahanzturan galtzerat utzi delako istorioak, batzutan harrigarriak, bestetan jasanezinak edo hunkigarriak.


Errepublikaren babestea zuten helburu,

desterrua uken zuten destinu.


« Astobelarra – Le grand chardon » elkarte argitaletxearen lan berria da hau, «Trenpu eta jakilegoa » sailean. Hitzaurrearen egilea Christian Manso da, ilustrazio ederrak Laure Gomez eta Laurent Caudineren eskuetarik jiten dira. Harpidetza baten bidez irakurleak elkartea laguntzen ahal du.

(180 orri ditu eta azalaeko irudia alda daiteke - frantsesez)

 

 

Suskripzioa : http://trionyx.free.fr/souscription-euskaz.pdf

 


Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 12:33
Aujourd'hui, on peut lire dans le "Journal du Dimanche" qu'un "mélan-comique" nous a quittés.
Quelle belle formule! Et ce n'est pas qu'une formule!
J'en reviens toujours à cette phrase de Cioran, elle me donne des frissons" Dans un monde sans mélancolie, les rossignols roteraient".
Monsieur Haller, il ne fallait pas nous laisser tomber ainsi! Vous avez vu avec qui?
Il me semble que les rossignols ont commencé à roter.


Partager cet article
Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 16:00
Anastasie, Madame Censure.

Je viens de lire ce qui suit sur le site officiel de "Charlie Hebdo":

http://www.charliehebdo.fr/cms/

qui, comme l'écrit Luce Lapin "est le seul de tous les journaux - quotidiens, hebdomadaires et mensuels, de gauche comme de droite, confondus - à proposer chaque semaine une chronique de défense des animaux, «Les Puces»". Et ce n'est pas son unique qualité (note de la blogueuse).

Remarquez bien: France2 n'est pas la seule chaîne à se coucher devant le lobby taurin. TF1 et sa retape pour le petit tortionnaire Michelito, ce n'est pas mal non plus. On m'a aussi rapporté qu'il arrive même à Arte de se laisser aller à la veulerie ambiante "Ah, la cullllllllllture et l'aaaaaart, mon cher, ça magnifie la vie, non?".

Y'a pas à dire : la téloche, c'est moche!

Laborde et France 2 :
la poisse ? Non, la censure !


Jugé trop « violent » par les procorrida, Christian Laborde, invité le 31 mars dernier pour l’enregistrement de « L’Objet du scandale », à l’occasion de la sortie de son livre, Corrida, basta !, avait été déprogrammé par Guillaume Durand. Trois semaines plus tard, Christian m’apprend que cette même chaîne, après l’avoir sollicité pour l’émission de Laurent Ruquier, « On n’est pas couché », qui devait être diffusée le 25 avril, vient d’annuler sa présence sur le plateau. Cette façon de procéder, en plus d’être grossière et incorrecte, relève de la faute grave et révèle, par deux fois, un grave manquement du service public sur le plan éthique.
Laborde analyse ces deux refus consécutifs dans ce petit texte ci-dessous, qu’il a écrit tout spécialement pour cette rubrique. Un grand merci à lui.

Luce Lapin
19 avril 2009


Un « écrivain excité » contre la corrida

Il semblerait que pour France 2 un bon taureau soit un taureau mort dans l’arène. Pas question de dénoncer, en effet, sur le service public, la torture et la mise à mort de cet animal dans dix départements français. Pas question de rappeler, sur le service public, que le torero est un tueur en série protégé par l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal, ce maudit alinéa qui laisse les mains libres aux bouchers vêtus de l’«habit de lumière». Je voulais simplement vous dire que l’on s’efforce de me faire taire, en me virant des plateaux TV, moi et mon pamphlet Corrida basta ! Luce Lapin vous l’a dit : j’ai été, il y a peu, déprogrammé de l’émission de Guillaume Durand, «L’Objet du scandale», consacrée à la corrida. Ma présence d’«écrivain excité» déplaisait aux procorrida. À l’heure où j’écris ces lignes, je viens d’être «désinvité» de l’émission «On n’est pas couché», de Laurent Ruquier, où, lors de l’enregistrement du 23 avril prochain, je devais répondre aux questions d’Éric Zemmour et d’Éric Naulleau. Deux contre un, ça m’allait très bien. J’aurais envoyé du bois, défendu les taureaux, dézingué les toreros, le mundillo et les aficionados. Mais voilà, on m’a prié, une nouvelle fois, de rester chez moi. Plantez piques et banderilles : que le sang des taureaux continue de couler!

Christian Laborde
17 avril 2009

http://www.christianlaborde.com/

 

Voir précédents articles :

http://jenolekolo.over-blog.com/categorie-10243391.html


Partager cet article
Repost0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 17:00
Dites, s'il vous plaît, rassurez moi vite---- , le bruit des 4X4, des coups de fusil de chasse,  de la radio ou de la télé du voisin, des braillements dans les gradins des terrains de  sport, des tondeuses à gazon, des bulldozers, des quads , des motos cross, des débroussailleuses , des quinzaines commerciales,  des klaxons italiens les jours de mariage ou de victoire de l'équipe locale, et des tronçonneuses est toujours autorisé? Dites, vous en êtes bien certains?

Bon, pour vous dire la vérité vraie, je me disais "Ouf, c'est dans le département des Pyrénées Atlantiques, mais c'est en Béarn, pas en Pays Basque".
Euh---, Monsieur le Maire s'appelle Uthurry et --- ça, c'est un nom Basque.
Torts partagés, donc. D'ailleurs, qu'est-ce qui se partage mieux que la connerie?
Toudmeme---- que le PS ait arraché la Mairie au très Sarkozyste Lucbereilh pour en faire ça!
Il est vrai que le côté petit coq sur un tas de fumier, de Monsieur Hervé Lucbereilh, est tellement apparent que Monsieur Uthurry le voit peut-être dans chaque chef de Basse-cour. Si c'est le cas, une  aide psychologique pourrait peut-être le guérir de cette paranoia.

Au fait, j'espère qu'à Oloron, on organise la résistance! Un coq par foyer, même en appart, ça le ferait, non?



http://tf1.lci.fr/infos/insolite/0,,4383271,00-le-maire-interdit-aux-coqs-de-chanter-.html

 Pas de cocorico à Oloron Sainte-Marie. Le maire de la ville, Bernard Uthurry, a pris un arrêté municipal visant à faire taire les coqs. Leur célèbre cocorico est désormais "constitutif d'un trouble manifestement  illicite", a indiqué le quotidien Sud-Ouest.  Le texte prévoit à cet  effet une contravention de troisième classe d'un montant de 68 euros.
Et si les propriétaires de ces petits contrevenants à bec ne payent pas
dans les 45 jours, l'amende grimpe à 180 euros. "En ville, je pense qu'il  est légitime d'être énervé quand on est réveillé tous les matins, très  tôt, par le chant d'un coq", a affirmé le maire.

Un argument qui n'a visiblement pas convaincu l'opposition municipale qui   ironise, "A quand l'interdiction du miaulement des chats ?" Pour Bernard   Uthurry, cette décision "a surtout pour vocation d'agir de façon  pédagogique". Pour autant, "si aucune solution n'est trouvée, les gendarmes, et bientôt les agents de sécurité de la voie publique, devront
 faire appliquer l'arrêté", a-t-il expliqué. Les coqs et leurs  propriétaires sont prévenus : dans ce coin de la France, les coqs n'ont  manifestement plus la cote.


Partager cet article
Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 17:00

En tentant ( en vain) de mettre un peu d'ordre dans ma paperasse, je suis tombée il y a quelques jours sur un numéro du Journal "Politis", datant de Décembre 2001 et consacré à l'"Education à l'Environnement".
Et là, j'ai redécouvert avec plaisir la contribution de Louis Espinassous, animateur et formateur nature en Vallée d'Ossau (Béarn), membre du Centre de Formation en Education Nature Environnement (CFENE).
Je suis particulièrement sensible, je l'avoue, à l'évocation de Gaston Bachelard, à qui j'ai consacré un article il y a peu
http://jenolekolo.over-blog.com/article-29781331.html
Je vous retranscris ci-dessous ces propos de Louis Espinassous:





http://pagesperso-orange.fr/louis.espinassous/

J'en ai marre des messages!

Je suis un partisan de l'éducation par la nature et opposé à une éducation pour la nature et pour l'environnement. L'éducation doit être centrée sur l'enfant, pas sur l'environnement. Dans le milieu, on a botté en touche en se mettant d'accord sur une éducation à l'environnement--- Ca évite le conflit mais le problème demeure.
Il arrive que des militants de l'environnement, de la protection de la nature, viennent secondairement à l'éducation, utilisant celle-ci comme une stratégie au service d'un militantisme, d'une cause. Je suis profondément opposé à cette utilisation de l'enfant. Je suis d'abord un fils de l'Education populaire et, dans cette perspective centrée sur l'Homme, soucieux d'aider l'enfant à "grandir, s'épanouir, s'émerveiller". J'utilise la nature et l'environnement au service de l'éducation. En pariant certes par ailleurs qu'un enfant devenu homme libre et heureux se sentira plutôt responsable de son environnement et désireux de conserver un peu de nature! J'en ai marre des messages. Je ne supporte plus les messages en Education à l'Environnement--- Pauvres gosses! Ils croulent sous les messages et on ne leur offre même pas le temps de jouer, rire, et s'émerveiller dehors! Renversons la tendance, par pitié!
Moi, je ne fais passer qu'un message, un seul, aux gamins : "Et après moi, les autres? Comment les autres, après mon passage, trouveront-ils ce lieu? Aussi accueillant et agréable que quand je suis arrivé?" C'est tout.
Cette position "pour l'environnement" peut aller - c'est un réel mouvement outre Atlantique, la "deep ecology", jusqu'à des extrêmes effrayants considérant que la nature, la Terre, priment sur l'humanité, que la vie d'une fleur ou d'un insecte peut être aussi, plus même, importante que la vie d'un homme.
Faut-il alors privilégier une approche entièrement rationnelle de la nature et de l'environnement? Oh non, surtout pas--- L'imaginaire, le sensible, la poésie et la beauté du monde, c'est essentiel. Je ne me vois ni vivre ni éduquer sans ce merveilleux, ce chaleureux rapport au monde. D'ailleurs, nous lui faisons une place de plus en plus importante, je redis le mot, essentielle, dans l'acte éducatif, en animation nature. Mais je suis très clair : dans tout acte d'éducation ou de formation, je pose les bases, je suis d'abord laïc et scientifique. Je suis attaché au réel, dans le réel. Voyez-vous, on ne marche bien que sur deux jambes: une pour le laïc et le scientifique, une pour l'imaginaire, le sensible, le poétique. Gaston Bachelard est en ce domaine mon maître: formidable scientifique et merveilleux poète!
Plutôt qu'un combat à mener, il y a une vigilance à avoir. Cette inversion des priorités d'une part entre l'Homme et la nature, cette noyade dans le sensible si l'on ne garde pas la nécessaire bouée du rationalisme, sont des dérives toujours possibles. Systématiquement, lors des stages de formation d'animateurs ou d'enseignants, je provoque :"Mon projet d'éducateur-nature, c'est l'Homme. La nature, je n'en ai rien à faire". Parce que le discours sur la nature peut très vite être biaisé. Plus tard, je nuance--- mais j'ai dit.
Louis Espinassous.


Partager cet article
Repost0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 17:00
"Là un dard venimeux
Là un socle trompeur
Plus loin
Une souche à demi trempée
Dans un liquide saumâtre
Plein de décoctions d'acide---
Qui vous rongerait les os"---

"Vénus". dans "Bleu Pétrole", le dernier album de Bashung.
Gérard Manset       
http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Manset   
Armand Méliès
http://www.myspace.com/armanmelies


Je dois vous avouer deux choses:

Depuis toujours, je suis transportée par les textes chantés par Bashung, qui déclarait "
J'ai parfois l'impression de parler une langue parallèle qui en dit d'avantage parce qu'elle échappe à une logique cartésienne. J'ai plaisir à la chanter parce que sa signification est ouverte à vie".
Je sais, il y a la musique aussi, et puis la voix, mais je suis touchée avant tout par la  magie du verbe, par  la fulgurance des images sonores et odorantes qu'il fait naître en moi. Et il a fallu que Monsieur Bashung monte sur la barque à Caron
http://www.rassat.com/croyances/supplem/Caron.html  pour que je réalise, grâce à la presse ---tenez -vous  bien---, qu'il s'agissait d'un rocker!

Avec Gaston Bachelard, c'est un peu pareil. Adolescente, j'ai lu "L'eau et les rêves". Là aussi, j'ai immédiatement été touchée au coeur  par la poésie qui émane de cet ouvrage. Et c'est bien plus tard que j'ai pris conscience : Gaston Bachelard est un scientifique et  un philosophe! C'est même ce qui est écrit sur la quatrième de couve de ses oeuvres. Et voilà, je ne fais jamais assez attention à la quatrième de couve
!



"Au fond de la matière pousse une végétation obscure ; dans la nuit de la matière fleurissent des fleurs noires. Elles ont déjà leurs velours et la formule de leur parfum.

La mort quotidienne n'est pas la mort exubérante du feu qui perce le ciel de ses flèches ; la mort quotidienne est la mort de l'eau. L'eau coule toujours, l'eau tombe toujours, elle finit toujours en sa mort horizontale. Dans d'innombrables exemples nous verrons que pour l'imagination matérialisante la mort de l'eau est plus songeuse que la mort de la terre : la peine de l'eau est infinie.


C'est en se tenant assez longtemps à la surface irisée que nous comprendrons le prix de la profondeur.


C' est près de l'eau que j'ai le mieux compris que la rêverie est un univers en émanation, un souffle odorant qui sort des choses par l'intermédiaire d'un rêveur. Si je veux étudier la vie des images de l'eau, il me faut donc rendre leur rôle dominant à la rivière et aux sources de mon pays. Je suis né dans un pays de ruisseaux et de rivières, dans un coin de Champagne vallonnée, dans le Vallage, ainsi nommé à cause du  grand nombre de ses vallons. La plus belle des demeures serait pour moi au creux d'un vallon, au bord d'une eau vive, dans l'ombre courte des saules et des osières.


Pour certains rêveurs, l’eau est le mouvement nouveau qui nous invite au voyage jamais fait.
Ce départ matériel nous enlève à la matière de la terre.
Aussi quelle étonnante grandeur il a, ce vers de Baudelaire, cette image subite comme elle va au cœur de notre mystère :

« Ô mort, vieux capitaine, il est temps ! Levons l’ancre. »

 


 

Gaston Bachelard "L'eau et les rêves" 1942.

 


Les photos de ce billet ont été prises au mois de Mars, (oserais-je écrire "dans le courant" du mois de Mars?) sur mon "Petit arpent du Bon Dieu".

Partager cet article
Repost0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 08:00
Partager cet article
Repost0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 08:00
Merci au site terriblement officiel de Julos, http://julosland.skynetblogs.be/
grâce auquel j'ai eu connaissance de ce site.


 
 

2008487blog2

 

 

Depuis trois ans la commune de Schaerbeek a adopté une politique drastique d’abattage des cerisiers du Japon en alignement.

L’ensemble des 120 arbres de la rue des Mimosas est en péril depuis lors, malgré le désir d’une part importante des  riverains de les conserver.  L’abattage est prévu pour ce mois de mai 2009.

Réunions avec l’échevin des espaces verts en charge du dossier, pétitions et interpellation communale (18 février 2009) n’ont pas eu raison du projet de terminer l’abattage.

Aujourd’hui, nous avons décidé de passer à une forme de « lutte » philosophique et artistique pour mettre  en évidence la valeur historique, esthétique et humaine de ce patrimoine.

Nous vous invitons donc à vous exprimer pour éviter que ces arbres septuagénaires pour certains disparaissent d’un simple coup de tronçonneuse sans autre égard pour la place qu’ils occupent dans le paysage urbain. Certains ont traversé une bonne partie du Xxème siècle et méritent considération et respect.

Ce printemps ils nous offriront leurs dernières fleurs si la commune ne change pas d’avis.

Le dimanche 26 avril, lorsqu’ils seront en pleine floraison, nous proposons de leur faire la fête en les ornementant de textes, contes, photos, dessins, performances, etc… Faire de ces magnifiques arbres des arbres à souhaits, à prières, aux vœux…leur « donner la parole », les laisser raconter leur histoire.

La rue sera fermée pour une journée de fête créative. Rendez-vous dès le matin pour l’accrochage des œuvres dans les arbres…des tables de pic-nic seront installées dans la rue pour une journée de partage.

Concrètement :

Nous aimerions rassembler le plus de créations possibles, dans toutes les langues et disciplines artistiques pour essayer de décorer les 80 arbres restants.

Envoyez par e-mail vos textes et créations qui peuvent être imprimés, par courrier postal les autres types de réalisation, ou venez les placer vous-même le 26 avril à partir de 10h.

Que vous ayez 4 ou 104 ans, que vous écriviez en russe ou en italien, que vous soyez artiste cuisinier à vos heures perdues ou sculpteur professionnel, vous êtes bienvenus !

Pour que l’art des hommes rencontre la beauté de la nature…

 

Adresse ou vous pouvez envoyer vos créations ou les déposer :

Myriam Dom – Patrick Hubart 27 rue des Mimosas 1030 Schaerbeek

cerisiers@live.be – consultez le blog : http://cerisiers.skynetblogs.be

MERCI POUR VOTRE SOUTIEN


Pour + d'infos : http://cerisiers.skynetblogs.be/

 

Merci au forum du site terriblement officiel de Julos Beaucarne,

http://julosland.skynetblogs.be/  , grâce auquel j'ai eu connaissance de ce blog.

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 16:00
Dessin de Catherine dans "Charlie Hebdo".

Le Jeudi 16 Avril
 20 heures
Cambo ( ancienne salle des pompiers, près de la poste).

Réunion publique

d'information sur les très faibles performances de la Wimax, ses méfaits sanitaires
et
les alternatives possibles.

Pour + d'infos :
http://arianhari.blogspot.com/


Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 16:00

 

« Liberté d'expression en danger ! Solidarité !

La FNSEA et les Chambres d'Agriculture demandent la fermeture et la condamnation du site internet satirique LA FERME EN VRILLE (qui parodiait La Ferme en Ville) qui dénonce leurs politiques visant à imposer une agriculture industrielle, productiviste, intensive, les OGM, les pesticides, le toujours plus d'engrais chimiques et d'irrigation, les agro-carburants, le hors sol et la disparition des petites exploitations agricoles. Le site est assigné en référé au Tribunal de Bayonne ce mercredi 15 avril à 9H30 ! La résistance s'organise. Toute l'information sur le procès de la ferme en ville est sur le site. L'objectif est double : faire échec à cette tentative d'attenter à la liberté d'expression et dénoncer encore plus fort la responsabilité de la FNSEA et des Chambres d'agriculture qu'elle gère dans la malbouffe, le saccage écologique et la mort des petits paysans. Aidez nous à faire que cette tentative liberticide se retourne contre eux ! NO PASARAN ! Rendez-vous sur le site du procès de la ferme en ville : onlafermerapas.info. »


"Adierazpen askatasuna lanjeran ! Elkartasuna !

LA FERME EN VRILLE internet-gune satirikoaren hestea eta kondenatzea galdatzen dute FNSEAk eta Laborantza Ganbara ofizialek. Gune honek salatzen zuen FNSEA eta Laborantza Ganbaren politikaren ondorioak: laborantza industrializatua eta oldarkorra, OGMak, pestiziden erabilera, gero eta ongarri kimiko eta urestatze gehiagoren erabiltzea, agro-erregaiak,  lurrik gabeko laborantza eta etxalde tipien desagertzea. Gune hori Baionako Auzitegiaren aitzinera deitua da apirilaren 15ean, 9:30tan, auzi-lasterrean (référé).

 

 Gure ihardokitzea la ferme en ville  blogaren bidez antolatzen dugu. Helburua bikoitza da : adierazpen askatasunaren urratze saiakera hori porrotera ereman eta azkarkiago salatu FNSEA eta laborantza ganbara ingurumenaren sarraskiaren, laborari ttipien erahiltzearen eta gaizki jatearen arduradunak direla. Lagun gaitzazu askatasunen kontrako erasoa haien kontra itzultzen! NO PASARAN! Hitzordua la ferme en ville webgunean! »

Partager cet article
Repost0

Présentation.agerpen

  • : Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste
  • : Le blog de Jenofa, citoyenne du monde enracinée en Pays Basque, petite fourmi de l'écologie.Jenofa, ekologiaren xinaurri ttipi bat.
  • Contact

Rechercher Sekatu.